Aussi chargé que le mois précédent, la foultitude de bons sons sortis au mois de mai nous a contraint à publier une double dose, une fois de plus.

Le 10 mai : Eli MC – Le bruit de mes synapses (Prod : GooMar)

Avec « Le bruit de mes synapses », Eli MC revient sur les bases de son rap, un état des lieux sur les liens qui unissent la rappeuse à sa musique. La plume est affûtée comme à l’accoutumée, et l’écriture paraît encore plus maîtrisée que sur sa mixtape Crépuscule d’une pensée sortie en 2013. GooMar, visiblement inspiré, livre une instru douce et mélodieuse, un accompagnement bienvenu aux connexions neuronales évoquées par Eli. Trace d’opium, le premier album de la rappeuse, sort le 15 mai. Vivement.

Le 11 mai : Le Gouffre – C’est pour le Gouffre (Prod : Mani Deïz)

Sur la sixième piste de l’album du Gouffre L’apéro avant la galette, c’est Mani Deïz qui fournit l’une de ses plus belles boucles pour l’hymne des Gouffriers. « C’est pour le Gouffre », le slogan scandé à chaque apparition sur scène prend forme sur disque avec Tragik qui braille un refrain énervé, aperçu de ce que peuvent être les ambiances enjouées du côté du Fregou. Un sourire à la misère diraient certains. (lire notre chronique de l’album / le live report du concert de sortie)

Le 15 mai : Youssoupha – Chanson française (Prod : Nodey)

L’histoire rap français et son héritage ont toujours été des thèmes chers à Youssoupha, on pense à sa reprise de « Demain c’est loin » aux côtés de Sako et Oxmo Puccino aux Trophées du Hip Hop en 2008, à ses morceaux morceaux « Quinze ans en arrière » ou « 3ème underground », ou plus récemment à sa participation au remix de « Maudits soient les yeux fermés » de Chiens de Paille. La présence d’un morceau comme « Chanson française » sur son nouvel album NGRTD n’est donc pas une surprise, l’originalité de ce morceau hommage résidant dans l’intégration des acapellas des phases des MC’s sélectionnés. Un vrai casse-tête selon les dires du MC (un concept que Scylla a également expérimenté en live ces deux dernières années aux côtés de DJ Alien). La prod de Nodey, aux sonorités rappelant ce que certains nomment « l’âge d’or du rap français », colle parfaitement à l’esprit du morceau, qui aurait pu figurer dans notre sélection Hommage aux classiques du rap français.

Le 10 mai : Di-Meh feat. Sopico, VestiLesram, M le Maudit & Walter – Outro  (Prod : Sheldon)

Di-Meh est un MC tout-terrain, son flow et son écriture lui permettant de briller aussi bien sur de la trap que du boom bap. Son EP gratuit Entre le rap et la vraie vie est sorti… le 10 mai, et propose justement des sonorités et des thèmes variés, ainsi que des invités de qualité. Preuve en est avec cette outro en grosse équipe.

Le 5 mai : L’Uzine, Davodka & Nodja (Prod : Cenza)

L’Uzine, Nodja et Davodka seront en concert le 19 juin à La Maroquinerie. Comme ils l’avaient déjà fait l’an passé pour annoncer leur concert au Nouveau Casino, les différents protagonistes ont récidivé pour La Maroquinerie et se sont réunis pour nous faire un morceau patate avec une prod rentre-dedans signée Cenza. Cela n’est pas sans rappeler la fin des 90’s, et ça reste fidèle à l’image véhiculée par le crew de Montreuil, connu pour la qualité de ses prestations scéniques. Le 19 on t’a dit.

Le 1er mai : Tous Salopards – Petit pantin (Prod : Hermano Salvatore)

Ce n’est pas la première fois qu’il est question du crew marseillais Tous Salopards dans nos colonnes. « Petit pantin », issu de leur album Bouillabaisse sorti récemment, parle des motivations (ficelles) qui poussent les marionnettes que nous sommes à agir. Avec une mention spéciale pour la mise en image originale accompagnant le track, consistant en une pochette digne d’un vinyle des années 80 servant de théâtre à marionnettes aux quatre MC’s présents sur le track que l’on voit s’agiter au gré de leurs couplets respectifs.

Le 6 mai : Géabé – A la Félix Faure (Prod : GooMar)

Et s’il était possible de choisir sa façon de quitter ce bas monde ? Dans « A la Félix Faure », en référence à l’ancien Président mort dans une ultime érection, Géabé énumère les différentes options s’offrant au commun des mortels, avec dans son cas une préférence pour une mort sur scène ou dans les bras d’une femme, « pas un truc de kéké genre un platane à 140 ». Ce morceau est issu de son album Cycle disponible depuis le 18 mai.

Le 28 mai : Rezinsky – Jolie môme

Dans une interview pour Le Bon Son à paraître bientôt, Pepso et RezO ont décortiqué leur EP commun. Voici ce qu’ils nous ont dit de « Jolie môme ». Pepso : « Ce morceau s’inspire d’une fille que je connais bien et que j’admire pour sa soif de liberté. Voici l’histoire. RezO m’envoie la prod (…) et je me retrouve à vouloir gratter une dizaine de jours après dans un autre appart sous-loué à Gambetta. Ça commence bien,  un peu trop même, au bout de 12 mesures j’arrête net. Je me dis  « Merde ! Je parle d’une fille dont je crois être amoureux et avec qui c’est plutôt compliqué. Elle me tirera sûrement une balle dans la tête si je dévoile ce qu’elle m’a donné et que je suis le seul à percevoir chez elle. » Je décide de ne pas poursuivre ce texte. Quand arrive à la session studio, je débarque un peu penaud. (…) Quand je lui montre les quelques rimes que j’ai écrit il kiffe ! Alors j’assume, je me mets à gratter et trois heures après je passe en cabine. J’ai tout écrit d’une traite, je crois qu’inconsciemment j’avais déjà toutes les rimes dans ma tête. Je l’appelle « Jolie môme » parce que c’était mon idée de départ, reprendre Léo Ferré et l’adapter à une fille de notre époque. »

RezO : « Là où  j’ai su qu’on avait réalisé un beau morceau, c’est lorsque je l’ai fait écouter à un de mes meilleurs amis et qu’il s’est retrouvé les larmes aux yeux à la fin du track. Il n’imagine pas l’impact que cette image a eu sur moi. Là où tout le monde pense être le meilleur, où les beatmakers essayent de faire marcher le plus de VST et d’arrangements, ils ont pour beaucoup oublié le principal : l’émotion. »

Le 24 mai : Nefaste – Poignée de Punchlines (Prod : Itam)

Après Kekro le mois dernier, c’est Nefaste qui vient confirmer, grâce à sa Poignée de Punchlines, les qualités d’écriture et d’interprétation qu’on a pu observer dans ses récents morceaux. Le clip (réalisé par Playsure Films), constitue un réel plus, les lettres imposées du Scrabble constituant un parallèle bien trouvé avec les mots choisis par les internautes.

Le 21 mai : Pejmaxx – On sait pas faire la fête (Prod : Messa)

Actuellement en pleine préparation de son 3ème album, le MC de Créteil nous a offert le mois dernier un inédit intitulé « On sait pas faire la fête » afin de faire patienter son public. Un titre dans la lignée de ce qu’a pu livrer P.E.J par le passé, même s’il n’a pas été produit par Soulchildren, mais par Messa, qu’on avait pu entendre derrière le micro avec Pejmaxx sur le titre « Elevation » en 2011.

Le 22 mai : Deen Burbigo – Addictions (Prod : Just Music Beats)

On vous avait parlé de Deen Burbigo et Just Music Beats le mois dernier, mais pour deux morceaux différents. « Addictions » les voit réunis une nouvelle fois (après des collaborations sur les deux EP’s précédents du rappeur Toulonnais), pour un nouvel égotrip sur une boucle de saxo imparable.

Le 14 mai : 10Vers feat. Amanite & L’Hexaler – Fait maison (Prod : Lyrical Records)

C’est une connexion internationale 100% francophone qu’a dévoilé 10Vers en guise de premier extrait de sa mixtape De fil en aiguille. Ses connexions avec le Rootscore (Genève) et le liégeois L’Hexaler (qui n’oublie pas de dédicacer « la famille toulousaine » qu’il côtoie depuis quelques années déjà) ne sont pas nouveaux, et ce titre, la jolie prod aux sonorités orientales signée Lyrical Records, vient rappeler les liens qui les unissent. Sortie de De fil en aiguille début 2015.

Le 26 mai : Lomepal – Avion malaisien (Prod : Stwo)

Le clip de « Majesté » en avril, le clip de « Solo » le 13 mai. Sans répit aucun, Lomepal nous livre « Avion Malaisien », lui aussi issu de son superbe EP sorti le 18. Un titre et un visuel planants, mélancoliques. Le MC parisien a sorti sa plus belle plume pour coucher ses maux. « La plupart des belles choses que j’ai vues sont des mirages, j’ai tout à fait conscience que je vis dans un monde imaginaire / J’ai fermé les yeux sur l’Enfer et tous ses visages / Sur le chemin du paradis tous les rêveurs peuvent devenir architectes. » À écouter, méditer.

Le 21 mai : M-Atom & Mo’Joe – 90’s (Prod : Eazy)

Avec ce titre on aurait pu penser à un autre hommage au dit « âge d’or » rempli de clins d’œils aux classiques. Mais c’est surtout au côté punchy et énergique de cette période que les deux mc’s de la région de Genève se réfèrent. Accompagné d’un clip soigné et d’une prod percutante de Eazy, le rap Suisse-Romand prouve encore qu’il se porte comme un charme.

Le 25 mai : Medine – Démineur

Il était temps pour Medine de redonner du sens à son œuvre. Tout d’abord, car il était au cœur de nombreuses polémiques lancées par les pseudo-intellectuels habitués des plateaux télévisés ; mais également car une partie de son public de la première heure ne semblait plus comprendre les derniers morceaux. Cet EP se conclut sur le titre qui donne son nom à l’album (lire la chronique). « Démineur », dans lequel Medine passe en revue les emblèmes de la nation française. Les trois couleurs du drapeau : le bleu, le blanc et le rouge sont les fils d’une bombe qu’il faut désamorcer. Le bleu, c’est l’élitisme de la bourgeoisie, le mépris par la classe politique des classes populaires qui est la cause du communautarisme. Le blanc, ce sont les cols-blancs, les banques et l’économie. A la racine d’une misère bien réelle, un capitalisme débridé qui détruit le lien social en détruisant toutes les valeurs qui sont nécessaires au vivre-ensemble. Le rouge, le sang de la Mère Patrie qui coule car ce sont ceux qui prétendent la défendre qui la tuent à petit feu. Un dernier son magnifique pour critiquer le silence d’une classe dominante qui devra finir par entendre le bruit du peuple.

Le 1er juin : Nekfeu – Tempête

En termes de clips, le mois de mai a fait figure de véritable marathon pour Nekfeu, avec les sorties de cinq clips entre le 4 mai et le 1er juin (deux freestyles et trois extraits). Venu conclure cette série, c’est « Tempête », le dernier extrait, filmé lui aussi à Montréal (décidément), qui a le plus retenu notre attention (c’est pour cela que nous l’avons inclus dans notre sélection malgré sa date de sortie, un jour trop tard). Un morceau dans lequel Le Fennek use du débit qui le caractérise pour livrer autre chose qu’une simple démonstration technique. Nekfeu semble tenter des choses tant au niveau du flow, que des intonations et de l’utilisation de sa voix… Dire que son album Feu est attendu relève de l’euphémisme, verdict et fin du marathon le 8 juin.

Le 28 mai : L’Oncle Tom – …Tant qu’le jour se lève (Prod : Tiwaan)

C’est avec un clip de saison réalisé par Liltone Morris que L’Oncle Tom aborde les fins de soirées qui se terminent au petit matin. Un morceau qui sent bon les vacances d’été, sur lequel la moitié du groupe Toulousain Op’N Mic lâche un texte technique comme à son habitude, sur une instru de Tiwaan avec qui il sortira un EP commun le 26 juin prochain : Phoenix.

Le 26 mai : Paco feat. Tragik – On se laisse aller (Prod : Greenfinch)

Après PacMan sorti fin 2013, puis Paco-Errant une petite année plus tard Paco s’apprête à sortir un nouvel projet, un EP intitulé O.V.N.I, à paraître le 6 juillet prochain. C’est Greenfinch que l’on retrouve à la prod de cet inédit en featuring avec le Gouffrier Tragik, Mani Deïz se chargeant de la réalisation du clip. Une combinaison réussie pour un morceau qui porte bien son nom, sur l’oisiveté et l’appréciation du moment présent.

Le 18 mai : Espiiem – 777 (Prod : High Klassified)

18 mai. On prend l’avion direction Montréal pour le clip de « 777 ». Comme Lomepal un peu plus tôt (clip de Solo, sorti le 13 mai), Espiiem affectionne les décors enneigés de la Belle Province. Il y distille son flow assuré et ses jeux de mots intelligents pour nous expliquer son combat du bien contre le mal. La production, léchée, est signée High Klassified, originaire de la banlieue Montréalaise. En annonçant son futur album de la sorte (Noblesse Oblige), le MC parisien frappe fort.

Le 3 mai : Balusk – B.A.L.U.S.K (Prod : DJ Baz)

Les deux membres du collectif Rennois L’Asile « Lucio & Skid », font une échappée en solo sur un nouveau projet commun  Balusk. Leur premier maxi est prévu pour le printemps 2015 – bientôt donc – et sera entièrement produit par DJ Baz. Pour ce premier clip sans fioritures, on retrouve la qualité à laquelle nous à habituer L’Asile, prod efficace, flow, musicalité. En attendant la sortie du maxi de Balusk, et de les découvrir sur scène cet été (quelques dates en Bretagne), on peut toujours écouter le très bon album de L’Asile Oulan Bator sorti il y a tout juste un an, ou le maxi de Lucio et Ledaw PL sorti en 2012. Par contre si vous voulez savoir ce que veut dire Balusk, on n’en sait rien.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager avec les petites icônes ci-dessous, et à rejoindre la page facebook  ou le compte twitter du Bon Son.