10 Bons Sons en mars 2023

Le mois de mars a vu ses giboulées annuelles s’accompagner de plusieurs gros mouvements de grève, normal avec les guignols (pour rester poli) à la tête du pays. Et oui, ça dénonce de fou ici, après tout, qui peut prétendre faire du rap sans prendre position ? Bah tout le monde. Allez, les 10 Bons Sons (selon nous) du mois, c’est parti.

Le 10 mars : Kéroué feat. NeS- « Osef » (prod. Lil Chick)

Il l’avait annoncé lors de son précédent opus Eckmühl, Kéroué comptait mettre les bouchées doubles en 2023 et c’est chose faite puisque l’ancienne moitié de Fixpen Sill a sorti ce mois ci un nouvel EP. Le projet s’intitule Candela (s/o Vincent ?), il est composé de huit titres dont deux excellents featurings (Limsa et celui qui nous intéresse ici, NeS) et il est produit par des pointures comme Vidji, JeanJass, Lil Chick (qui a produit plusieurs titres sur La Course de NeS) ou encore Delho qui était déjà aux manettes principales d’Eckmühl. Maintenant que le casting cinq étoiles est dévoilé, penchons nous sur « Osef » en featuring avec la jeune pépite parisienne NeS. S’il y a bien un featuring auquel je ne m’attendais pas c’est celui là. Mais force est de reconnaitre que l’alchimie entre les deux MC’s est plus que palpable et remplit toutes les cases d’un bon petit banger des familles. Les flows sont milimétrés, les mots incisifs et la prod’ tonitruante. Et vous savez quoi ? Le reste de l’EP est de cette qualité-là et place logiquement Candela comme un des projets phares de ce premier trimestre 2023. – Clément

Le 9 mars : Ritzo feat. Fizzi Pizzi & L’Hexaler – « Thérapie de groupe » (prod. ManyTheDogg)

Comme le titre le suggère, « Thérapie de groupe », présent sur le deuxième album de Ritzo, met en scène un groupe de parole autour de différentes types d’addictions (« l’argent, la boisson, la fumée… » comme disait Don Choa en 1995). À cette occasion le membre de Pur East a convié Fizzi Pizzi et L’Hexaler à attraper le bâton de parole et à jouer chacun à leur manière la partition d’un ex-addict luttant pour maintenir le cap de la sobriété. L’exercice s’avère une franche réussite, entre l’interprétation de Fizzi Pizzi (et ses « checks » façon Texas Holdem qui viennent rythmer tout son texte), le ton poignant et la technique de Ritzo, et un de ces couplets de haute volée dont L’Hexaler a le secret. Il s’agit d’un featuring, mais ne vous y trompez pas, les morceaux en solo de Ritzo présents sur l’album Ailleurs, paru neuf ans après Point Zéro, valent le détour, que ce soit pour du découpage à base de rimes sophistiquées, ou pour de l’émotion sur boucle mélancolique, plaçant le rappeur bisontin au-dessus de la mêlée du rap boom bap indé de ces dernières années. – Olivier

Le 10 mars : TIF – « Shadow boxing » (prod. Khalil Cherradi)

TIF figurait dans notre bilan rap francophone de 2022 dans la catégorie « oubli » de l’auteur de ces lignes, notamment pour son morceau « Hinata », premier extrait de son EP 1.6 paru ce mois-ci. Entre temps son audience semble s’être élargie, au vu de l’accueil réservé au projet, et plus particulièrement à « Shadow boxing » et son clip. Comme sur « Hinata », son identité algéroise se ressent surtout dans la partie instrumentale, notamment le beat et les percussions qui le composent, ainsi que sur quelques vocalises. L’alternance mélos / parties rappées fonctionne à merveille, et l’ensemble forme une proposition singulière, habillée par une mise en image qui l’est tout autant. De fait, il est fort probable que TIF ne finisse pas dans les oubliés des bilans de fin d’année en 2023. – Olivier

Le 24 mars : Varnish La Piscine feat. Snubdog Frankenstein – « Quartz Freestyle »

La claque de ce début d’année c’est Varnish La Piscine. Pour ceux qui auraient loupé le wagon-lit en provenance de Genève, Varnish La Piscine aka Pink Flamingo est un rappeur et producteur suisse. Si vous suivez nos colonnes vous avez souvent vu passer le nom de Makala, et bien sachez que Varnish n’est jamais très loin de son compère. Un peu plus habitué à être derrière les manettes que devant le micro , l’artiste de 29 piges a sorti trois albums depuis 2016 avant This Lake Is Successfull sorti au début du mois. Teasé avec l’incroyable titre « Nubian Farlow » et une série de petits courts métrages, This Lake Is Successfull est un EP de sept titres, entièrement autoproduit. Et quelle qualité de production ! Tout y passe : effluves funky, riffs groovys, touches pop, refrains entrainants et entêtants, des grosses barz… Enfin bref, la claque est disponible, et le tout juste signé chez Ed Bangerz Records semble promis à un avenir plus que radieux– Clément

Le 3 mars : Double Zulu – « Lil Durk Nowitski » (prod. Just Music Beats)

Voilà le genre de projet qu’on aime ! Avec Hustlemania, Double Zulu nous envoie du rap sévèrement burné, référencé, bien rappé, produit à merveille par le duo maléfique Buddah Kriss & Oliver, de Just Music Beats. On ne zappe aucun morceau, les featurings sont cohérents (Tedax max, Cham Rapper ; mention spéciale à Perso !) et les productions mettraient K.O. nombre de rappeurs, mais DBZ tient le choc. Difficile de distinguer un titre plutôt qu’un autre mais on retient particulièrement « Lil Durk Nowitski ». Le komodo crache les flammes et alterne name dropping, humour, egotrip, aussi facilement qu’un Dany Dan (oui, on voulait en placer une pour la Spéciale vol.4). Pour le dire directement, on tient là, à coup sûr, l’un des meilleurs projets de ce premier trimestre de 2023. – Chafik

Le 15 mars : Euteïka – « Waow 5 » (prod. Skywalkers Beats)

Euteïka est un rappeur qu’on suit depuis quelques années et dont on guette chaque sortie avec intérêt. En ce mois de mars, le bougre nous a gâtés avec pas moins de trois titres, lui qui s’était fait rare depuis juin dernier. Entre le morceau « La fête » et le freestyle « Waow 4 », nous avons opté pour le cinquième volet de cette saga dont on vous a déjà parlé par le passé. Le rappeur masqué se distingue encore par sa signature vocale, ses multi et ses jeux de mots dans ce « Waouw 5 ». Toujours beaucoup d’attitude au programme, des placements redoutables, des phases qui laissent deviner la gamberge du lascar, dont quelques-unes savoureuses (Joe Pesci, les tibias, la C4). Par contre, ne lui souhaitez pas bonne année… – Chafik

Le 17 mars : Achim – « Chambre 214 » (prod. U-Mile Beats)

Un an qu’on attendait de ses nouvelles et voilà qu’Achim est de retour avec un trois titres intitulé Stratus Joyeux. Sur « Chambre 214 », le rappeur de La Castellane explore sa mélancolie, conforme aux normes marseillaises (se faisant héritier d’AKH et compère de Zamdane) tout en optant pour une rythmique dynamique. Si les couplets sont posés, la prod démarre vraiment au refrain, qui se veut entrainant, et le flow du Marseillais suit la cadence de bien belle manière. Son introspection épouse l’instru de U-Mile Beats, lui permettant de se questionner sur son statut de rappeur. Les clips d’Achim sont toujours soignés et celui-ci en est la démonstration. Allez jeter deux oreilles sur ce petit EP d’Achim, (d’ailleurs, le gars n’a même pas – pas encore – mis en avant son feat avec Soprano, choix qui mérite le respect). – Chafik

Le 17 mars : Ockney – « GDC » (prod. Krimophonik)

Deux ans et demi après l’album BKS « Best Kept Secret », Ockney revient cette-fois ci avec un nouvel EP portant le nom de Lazare, entièrement produit par Krimophonik. Comme à son habitude, le Parisien a décidé de créer et produire en famille. Il a donc convié Cham Rapper et Ron Brice de 12 Monkeys Records, Hemo, The Free et Dr. Kimble sur ce projet enregistré aux AK Studios. Il partage avec tous ses artistes un univers similaire, des influences et surtout des valeurs communes. Sur le morceau « GDC », mis en images par L’Indis, Ockney régale avec son flow posé, livre images et punchlines inspirées et démontre une nouvelle fois qu’il demeure « toujours frais, toujours vrai » et qu’il n’a « jamais trahi la base ». Une loyauté constante dans la longévité. – Jordi

Le 23 mars : Ben PLG feat. Limsa d’Aulnay  – « Trucs sentimentaux » (prod. Lucci & Le Caméléon)

Sur la lancée de la trilogie Réalité Rap Musique, Ben PLG continue peu à peu son ascension et aspire à un futur prometteur. Le nom évocateur de son récent opus, J’rêve mieux qu’avant, en est la preuve tangible. Si l’extrait « Victor Osimhen » est celui qui comptabilise le plus d’écoutes sur les plateformes, c’est le titre « Trucs sentimentaux » qui nous a davantage marqués. Le rappeur lillois se livre à cœur ouvert sur une co-production aux ambiances variées signée Le Caméléon et Lucci. Ce dernier ayant collaboré il y a peu avec Limsa sur Logique, Pt. 3. a su parfaitement s’adapter à l’univers des deux rappeurs. L’artiste d’Aulnay, fort de ses placements et de sa verve toujours teintée d’humour, s’autorise même quelques phases un peu plus introspectives. Une première collaboration plus que réussie. – Jordi

Le 17 mars : Rocca & DJ Duke – « La pirogue »

Entre les albums de groupe en français avec La Cliqua ou en espagnol avec Tres Coronas, les solos parus tantôt dans une langue, tantôt dans l’autre, et parfois dans les deux, la discographie de Rocca (lire notre interview 10 Bons Sons, la deuxième du nom) est un casse-tête, autant pour le novice que pour le connaisseur qui aurait raté quelques épisodes. Le rappeur a vécu à Paris, New York, puis Bogota, et a traversé les décennies 90, 2000, 2010 et le début des années 20. Ces expériences forment forcément un cocktail d’influences multiples, qu’il s’est efforcé de synthétiser sur Cimarron, pour offrir une direction claire à ce nouvel album, notamment grâce à une étroite collaboration avec le regretté DJ Duke. Le choix des samples et les arrangements, mêlés aux sonorités du centre et du sud du continent américain donnent un groove particulier à l’ensemble, mais avant tout une forte identité hip-hop. Plutôt que de se hasarder à vouloir mettre davantage de mots sur ce cocktail aussi complexe que savant, contentons-nous de hocher la tête, comme sur la magnifique outro « La pirogue ». – Olivier

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager avec les petites icônes ci-dessous, et à rejoindre Le Bon Son sur Facebook, Twitter et Instagram.

Partagez:

Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.