10 Bons Sons en mai 2021

En ce mois de mai, notre cœur bat au rythme des réouvertures de terrasses et des sorties, toujours plus nombreuses, de projets intéressants venus des quatre coins du pays. Parmi les sons qui nous ont fait vibrer ce mois-ci, voici la sélection de nos dix préf’, comme chaque mois. 

Le 19 mai : Gaïden – Les Gens feat. Hugo Délire & Godié (Prod. GooMar)

Le boss des Rap Contenders fête son retour en grande pompe avec un nouvel album intitulé Apophis, entièrement produit par GooMar et qui sortira le 4 juin prochain. « Les Gens » est le premier extrait de l’album, en featuring avec Godié mais surtout avec Hugo Délire (ou HD), qu’on n’avait pas vu depuis belle lurette et qui prépare un nouveau projet pour la fin du mois de juin. Pour revenir à nos moutons ou plutôt au morceau qui nous intéresse ici, force est de constater que l’alchimie est palpable entre les trois emcees sur une petite boucle de violon très menaçante, le tout sauce boom-bap sinistre, bien évidemment. Les punchlines font mouche et croyez moi, c’est le cas sur l’intégralité du projet. Reste une question à laquelle il faudra répondre un jour : « Est-ce que tu penses que pour les gens je fais partie des gens quand ils disent « les gens » ?  » – Clément

Le 17 mai : Dabaaz – En toute fausse modestie

Dabaaz a remis le couvert, et la sauce est douce. Avec DJ Sek à la console, un montage photo qui peut paraitre simplement joli mais qui agrémente sobrement le titre, l’ex-membre du groupe Triptik est de retour en solo. « J’ai quelques titres qui m’honorent ici, mais bon ce business m’horrifie » chante Dabaaz, sans prétention d’un retour en fanfare mais avec le cœur d’un passionné perpétuel. « En toute fausse modestie » est extrait de son nouvel EP éponyme; si vous aimez vraiment le rap allez tendre une oreille au risque de regretter plus tard de ne pas l’avoir écouté à sa sortie. – Antoine

Le 13 mai : Moise the Dude – Point break (prod. Monkey Green)

Le rappeur le plus laid-back du jeu est de retour avec Cette shit #2. Sur Point Break, son acolyte Monkey Green envoie une production à la fois groovy et planante qui sied parfaitement à sa nouvelle forme. Moïse assume plus que jamais son côté contemplatif, comme en témoigne la phase qui ouvre ce morceau. Les textes sont délivrés lentement tout en conférant une attention particulière à chacune des intonations. Les images s’installent tranquillement dans un décor intimiste qui convie à la fois des éléments du quotidien et des références culturelles et culinaires diverses, bien que souvent dans des « bails des States », à l’instar de la seconde partie du deuxième couplet. Un EP à écouter d’urgence pour les amateurs du genre. – Jérémy


Le 16 mai 2021 : 667 feat. Lyonzon – 669 Part. 2 (Prod. Flem, Congo Bill & Amine Farsi)

Trois ans après le premier « 669 », les collectifs 667 et Lyonzon ont réaffirmé les liens forts qui les unissaient en livrant une suite au morceau et en réunissant la quasi-intégralité des deux équipes, jusqu’aux beatmakers Congo Bill et Flem (accompagnés du talentueux Amine Farsi). Par ailleurs, les lignes ont bougé dans le rap depuis 2018, entre la montée en puissance de la drill, devenant un véritable phénomène de mode (avec ce que cela peut comporter de calculé et générique), l’avènement de Freeze Corleone, les mises en lumière de Norsacce, Osirus Jack ou Ashe 22, et la signature de Lyonzon chez AWA. Rajoutez à cela que les posse cuts de plus de 8 minutes ne rebutent plus l’auditeur moyen (s/o 13 Organisé) et que chacun des seize participants semble avoir pris la mesure de ce que représentait cette réunion en 2021 (mention spéciale à Norsacce), et vous obtenez une nouvelle référence du genre. – Olivier

Le 21 mai : Ratu$ feat. KSA, Alpha Wann & Infinit – Réunion (prod. JayJay)

Premier projet pour Ratu$, déjà entrevu sur la Don dada mixtape. Le rappeur du 93 s’offre un long couplet avant de refiler le micro à ses invités, et il fait peu dire que pour un premier projet, il est bien entouré ! En résulte un joli esprit freestyle avec des artistes rodés à la compétition et dont la diversité des styles apparaît comme toujours aussi complémentaire, d’autant que la production épurée s’agrémente de quelques cuts bien sentis qui soulignent la science des placements. Un adoubement réussi pour Ratu$. – Jérémy

Le 14 mai : Sam’s – Pour quelques poignées de dollars de plus (Prod. Céhashi)

Le nom de Sam’s a pas mal tourné ces derniers mois, avec le film La Vie Scolaire, la série Validé, sa B.O. et le titre « Mec de mon bâtiment ». Mais on n’avait pas anticipé l’effet que son nouveau son allait provoquer. Aucune légèreté dans « Pour quelques dollars de plus » qui se veut être un morceau engagé, digne de ce nom. Première bonne idée, mettre Céhashi à la prod qui reprend le sample légendaire d’Ideal J « Pour une poignée de dollars ». Afin de dénoncer les violences policières, tristement courantes, Sam’s a fait un pas de côté en se mettant dans la peau non pas de la victime mais d’un CRS, donnant ainsi un angle rarement abordé ; deuxième bonne idée. L’interprétation et surtout l’écriture du track font plaisir à entendre, en ces temps où les morceaux à thème, les story telling deviennent rarissimes. Nakk ne serait d’ailleurs pas étranger à cela, lui qui fait un caméo à la fin clip, clip qui constitue une autre bonne idée pour accompagner le propos de Sam’s (quelques formules choc : « On est les forces de l’ordre, tu vas obéir aux ordres de force » ; « L’individu est à deux coups de matraque d’avoir son zebla inscrit sur un tee shirt » ; « Demain y aura des noirs au 20 heures ce sera pas pour ramener une coupe »). Le visuel réalisé en noir et blanc par Black Anouar est assez remarquable, avec son plan séquence filmé caméra à l’épaule et son finish qui lorgne du côté de La Haine et de son descendant Les Misérables. L’affrontement final est accompagné d’extraits audio, d’interviews aussi poignants que révoltants. On signe tout de suite pour quelques bastos de plus de ce type dans le projet à venir de Sam’s. – Chafik

Le 27 mai : Brav – Merci (Prod. Neomastro)

Tout vient à point à qui sait attendre. Brav est enfin de retour. Depuis 2018 et la publication de Nous sommes, le Havrais planchait avec Universal sur un nouveau projet qui finalement ne verra pas le jour. Après une remise en question personnelle et artistique dévoilée avec sincérité et sensibilité dans le documentaire Parachute, l’ex-membre de Bouchées Doubles a pris la décision de se relancer en indépendant à travers un EP participatif. « Merci » en est le premier extrait. Toujours axés sur la transmission d’images et d’émotions, l’univers et la plume de Brav devraient lui permettre de s’imposer comme une figure légitime de la chanson française actuelle et dépasser ainsi le cadre du rap. En espérant que son nouvel opus lui permettra d’accéder (enfin) à ce statut qui lui tend les bras. – Jordi

Le 20 mai : Souffrance – Simba (Prod. Permafrost)

En 2021, Souffrance (lire notre interview) n’est pas le seul à délivrer un rap introspectif sur fond de boom bap. De fait, ils sont assez nombreux sur ce créneau-là, proposant souvent un discours générique et interchangeable, tournant autour du triptyque galère / pillave / apitoiement sur son sort. Peu sont capables de transmettre des émotions et se livrer à un niveau équivalent à celui du membre de L’Uzine, qui se permet d’y ajouter ci et là quelques notes d’égotrip, comme quelques illustres MC’s avant lui. Dans ce genre, « Simba » constitue un des sommets de l’album, et dénote un peu avec le reste de Tranche de vie, notamment par le sample utilisé, dans un registre rock mélancolique plutôt actuel. Chaque ligne fait mouche, les images s’enchaînent, et pour ne rien gâcher, le clip tout en végétation qui l’accompagne illustre de manière originale la débrouille et la solitude qui surgissent entre les lignes. – Olivier

Le 7 mai  – Jewel Usain – Le double (Prod. Madka & Antoine Bodson)

En début du mois le rappeur d’Argenteuil a sorti un petit 10 titres très plaisant ou Jewel fait… du Jewel. Subtil, agressif, efficace, les aficionados ne seront pas déçus par cette demi heure d’un rap franc et bien calibré, cette fois teinté ici et là d’un sentimentalisme pas dénué d’intérêt entre deux egotrips bien pesés dont JU a le secret. Parmi les dix morceaux plutôt réussis de l’opus, on a retenu « Le double » sur lequel Jewel nous offre avec simplicité un condensé de tout ce qui nous plaît habituellement chez lui : punchlines surfant sur un second degré nourri de rimes accrocheuses, refrains intenses qui s’impriment à la première écoute, placements réfléchis et impactants, flow rebondissant et clairement tout-terrain, phases chantées savamment distillées … bref, un bon échantillon de son savoir faire; et un bon moment de rap. – Sarah

Le 14 mai – Sale&Clean feat. Kyu 999 & Taipan – Chez nous (Prod. Gizzle)

Une prod pleine de soleil et de références, taillée pour l’été naissant, dans la veine de ce que les Bordelais de Sale&Clean nous servent depuis les deux dernières années. Réunissant Taipan et Kyu, avec lesquels ils ont déjà collaboré (mais pas ensemble) sur leur projets passés, Fealdean et Richie Cunning rallument définitivement la lumière sur la scène « underground » girondine en nous invitant chez eux. Rien de très nouveau, certes, mais juste un vrai bon kif, bien fait, bien rappé, bien produit, bien mixé, servi avec des couplets bien écrits. On voit pas vraiment ce qu’on pourrait demander de plus en fait. – Sarah

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager avec les petites icônes ci-dessous, et à rejoindre Le Bon Son sur Facebook, Twitter et Instagram.

Partagez:
  •  
  •  
  •  

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *