10 bonnes connexions franco-allemandes

A l’occasion du soixante-quinzième anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe, voici un article pour les curieux de la culture rap français et de la culture rap allemand. L’été dernier, Davodka nous surprenait en rappant aux côtés du MC allemand Ulysse. En février dernier, le rappeur franco-russe Tovaritch apparaissait dans le clip du rappeur allemand Samra… tourné à Paris. Deux nouvelles connexions franco-allemandes qui en rappellent d’autres, notamment deux compilations et quelques grandes rencontres de MC’s qui méritent d’être dépoussiérées. Petit tour d’horizon de 10 combinaisons deutschrap / rap français connues des fans du genre, mais méconnues du grand public.

Illustration spécialement réalisée par Stéphanie Macaigne ©

1999 – Bushido, Fler, Vador & Fabrice Morphis – La force 

C’est sur le tout premier projet (uniquement disponible en cassette !) de Bushido que figure l’une des premières connexions franco-allemandes de l’histoire du rap. Fabrice Morphis alias Morpheu, parfait inconnu dans l’Hexagone même 20 ans après, pose sur ce titre ainsi que sur le titre “Illusion” de celui qui deviendra le BOSS du rap allemand pour les deux prochaines décennies ! Une belle ligne pour le CV de Morpheu, originaire du Congo, qui posera encore sur le son “Berlin-Paris” en 2003 avec son frère Demerci. 

Bushido invitera la même année un certain “Le Tyran de Paris” sur l’introduction de son classique “Berlin”, impossible à identifier plus précisément à ce jour. Il pourrait s’agir de Gilles K, auteur de deux titres forts à l’époque: un featuring avec Sido qui a pour titre “Hände hoch” et un trio avec B-Tight et Tony D…. intitulé aussi “Berlin-Paris”.

1999 – Massive Töne & IAM – Zeit 

Près de six minutes de rap, une instru longiligne et un thème bien respecté : welcome back to the nineties ! Sur une prod de Chill, les Stuttgartois et les Marseillais se répondent couplet après couplet à propos du temps qui file. Pas forcément un classiqie mais une rencontre prestigieuse pour les Allemands qui reçoivent le groupe de rap numéro 1 en Europe à ce moment-là. Freeman, K-Rhyme Le Roi et Taïro figureront parmi les invités du très bon troisième album sorti en 2002, considéré comme le classique du groupe. Shurik’n posera la même année sur l’album de Freundeskreis, un titre intitulé “Letter exchange Briefwechsel” non sans rappeler son titre solo le plus connu ; AKH, lui, posera une décennie plus tard avec Curse.

2001 – Sages Poètes de la Rue & Curse – Quoi d’neuf ?

Habitués à jouer dans les gros festivals de rap en Allemagne dans les années 2000, les Sages Poètes de la Rue ont su se constituer une petite fanbase Outre-Rhin. Mais comment et pourquoi les Sages Po et Curse ont-il collaboré à cette même époque ? Melopheelo nous raconte : “Pour ce titre c’est un contact qui préparait une compile avec des artistes européens qui nous a proposé de collaborer avec les artistes Max & Curse. On est partis enregistrer en Allemagne, c’est Curse qui a finalement posé avec nous sur ce morceau. Je me souviens surtout quand il est passé en cabine le débit incroyable ! On se parlait en anglais pour se comprendre, on est partis sur “Quoi de neuf” pour exprimer notre rencontre. Dans le refrain, on a mélangé nos langues pour exprimer l’universalité du hip-hop.” Aussi simple qu’efficace !

2003 – MC Jean Gab’1, Def Kev & Eldin – Keine Politik

Le plus franchouillard du rap français est peut-être aussi le rappeur français le plus germanophone du game. MC Jean Gab’1, incarcéré pendant cinq piges à Berlin au début des années 90, en ressort transformé en ayant notamment acquis de vraies notions d’allemand. P’tit Charles se démerdant pas trop mal dans la langue de Goethe, il place pas mal de références dans son album autobiographique “Ma vie” paru en 2003, notamment sur le classique “Donjon”. Il apparaît la même année sur la compilation “French Connection”, où plusieurs noms reconnus de l’Hexagone comme Shurik’n, Pit Baccardi ou Pyroman côtoient quelques valeurs sûres Outre-Rhin comme AfroB ou Creutzfeld & Jakob. Et entre eux pas de politique, tatatain !

2007 – Alkpote & Emely – Bonnie & Clyde

Voici une inattendue rencontre entre le célèbre désanusseur du 9.1 et une parfaite inconnue originaire d’Oberhausen, prénommée Emely. Cette connexion est d’autant plus étonnante qu’elle figure sur le tout premier projet solo d’AL-K, savamment intitulé “Sucez-moi avant l’album”, comme si l’on pouvait s’y attendre ou qu’elle relevait d’une importance particulière. 

La même année, le même duo pose également sur la compilation “Paroles d’escrocs” sur le morceau “Touche pas la famille”. Jointe par Facebook, elle nous a raconté que ce sont des amis et cousins en commun qui ont fait le lien entre eux, et qu’elle passait beaucoup de temps en région parisienne à l’époque. Les deux acolytes étant originaires de Tunisie, les échanges se faisaient en dialecte. En creusant un peu, on s’aperçoit qu’Emely a tout de même posé sur des projets estampillés Die Sekte dans les années 2000. Elle a envoyé pas mal de nouveautés sur sa chaine Youtube ces derniers temps.

2009 – Savant Des Rimes & Tone – Musique libre

Impossible de faire l’impasse sur Savant Des Rimes lorsque l’on évoque le rap franco-allemand. Le MC du 91 a régulièrement proposé des ponts entre les deux cultures, que ce soit sur ses projets solo ou sur des compilations. Ce titre avec Tone, rappeur originaire de Francfort, en est une belle illustration. Savant, qui avait disparu du monde de la musique avant de récemment revenir sous une nouvelle identité, nous a confié avoir appris la langue allemande à l’école et via sa famille qui habite là-bas.

2009 – Jonesmann & Bakar – Briefwechsel

Six ans ont passés et voici une deuxième initiative de compilation rassemblant des MCs des deux pays, avec un casting cette fois-ci très clinquant : Akhenaton, Tunisiano, Rim’K, Sat, Rocca ou Leeroy notamment pour représenter la langue de Molière ; Curse, Saad, Kool Savas ou Massiv pour honorer la langue de Goethe. Imaginés et produits par Bodensee Records (également producteurs de Savant Des Rimes), ces 18 featurings ambitieux contiennent de vraies pépites comme cet échange entre Bakar et Jonesmann, ou cet improbable duo Mr Kayz & Haftbefehl.

2011 – Bushido & Booba – Die Art, wie wir leben

Des t-shirts “Lunatic – Civilisé” portés sur ses pochettes au clip tourné au Pont-de-Sèvres en 2010 avec Fler, Bushido n’a jamais raté un hommage à son pareil français. Prophète du rap en son pays depuis une vingtaine d’années, Bushido a toujours défrayé la chronique, sorti des hits, battu des records de vente et développé des artistes… avant de les clasher. En 2011, la tant attendue rencontre des deux titans a bien eu lieu sur le dixième album solo du Berlinois. Une chanson finalement assez décevante au regard de l’impact qu’elle était censée avoir. En 2017, agacé, Bushido retournera sa veste sur un rap français devenu omniprésent sur son territoire en dénonçant “Fick dein’n Möchtegern-Franzosen-Videoclip!

2011 – Kollegah & Ol’Kainry – Business Paris

Là encore, impossible de deviner quelle est l’origine de ce duo entre Ol’Kainry et Kollegah. C’est donc Dyf lui-même qui s’est remémoré pour nous : “La collab avec Kollegah s’est faite via le beatmaker Shuko, un producteur allemand que j’ai connu à l’époque via Myspace ou Skyblog et qui a produit énormément de titres sur les albums “Demolition Man” et “Iron Mic”. Il m’a sollicité sur une collab franco-allemande en m’envoyant des titres et clips de Kollegah. J’ai validé un beat produit par lui et j’ai roulé direct. J’aimais bien l’artiste et je n’étais même pas conscient de sa popularité locale !” Pari gagnant car c’est aujourd’hui largement le titre le plus streamé de notre boug préféré du 91.

2012 – Haftbefehl & Rim’K – Von Frankfurt bis nach Paris

Présent en 2009 sur le titre avec Azad “La vie nous a balafrés”, Rim-K du 113 remet le couvert en répondant positivement à l’invitation du rappeur allemand Haftbefehl. Le kickeur d’Offenbach est à ce moment précis le nom qui monte sur la scène allemande, Rim’K déjà un ancien avec une grosse décennie d’activité, de hits et de récompenses en groupe ou en solo. Le Tonton revient en détails sur la connexion dans cette interview au site allemand hip-hop.de Jamais deux sans trois ?

Bonus bilingues franco-allemands… par le même artiste, groupe ou solo : 

2005 – K.I.Z – Tanz

2015 – Yano2d – 3,50 tortellini

Buds Penseur (la majeure partie de ses titres)
Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager avec les petites icônes ci-dessous, et à rejoindre Le Bon Son sur Facebook, Twitter et Instagram.

Partagez:
  •  
  •  
  •  

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *