Le mois d’avril outre-Atlantique, c’est l’occasion de se vautrer dans notre canapé et de mater les playoffs NBA. Seize équipes, du basket de haut niveau, des rebondissements, des actions de folie : les playoffs sont la meilleure série à suivre en cette fin d’année scolaire. Alors quoi de mieux que d’allier le spectacle visuel à des sensations sonores ?

Aminé – Campfire feat. Injury Reserve (Prod. Jay Tauzin)

Direction Portland dans l’Oregon. Le jeune rappeur Adam Aminé Daniel aka Aminé revient à la charge, un peu moins d’un an après son premier album Good For You. Sur une instrumentale très groovy (qui me fait irrémédiablement penser au morceau légendaire des Ying Yang Twins intitulé Wait sorti en 2009) aux influences totalement west coast et accompagné du groupe Injury Reserve, Aminé continue à développer son univers très particulier, à base de magnifiques perruques, d’un soupçon d’absurde et de quelques plans plutôt ésotériques… Clément

SZA – Doves In The Wind feat. Kendrick Lamar (Prod.

« Doves in the wind » est le premier extrait du premier album (enfin !) de l’auteure-compositrice-interprète SZA. Après trois très bon EPs, la rappeuse du Missouri a décidé de frapper fort avec Ctrl, à venir en juin 2018. Pour le morceau ci-dessous, elle invite l’inévitable Kendrick Lamar à jouer les ninjas dans un clip qui aurait pu être tout droit sorti d’un des albums du Wu-Tang Clan. Un extrait plus que prometteur donc, qui en plus de mettre l’eau à la bouche, nous berce tranquillement avec son instrumentale un brin lo-fi, et forcement très chill.
Clément

Chuck Strangers – Style Wars feat. Joey Bada$$ (Prod. Chuck Strangers & Shepard Sounds)

Chuck Strangers est tout d’abord un beatmaker. Et pas des moindres, vu qu’il officie dans le collectif new yorkais PRO ERA. C’est lui qui se cache derrière des morceaux comme « Summer Knights » de Joey Bada$$, « Lazarus » de Mick Jenkins ou encore le « Selector Fresstyle » des Flatbush Zombies. Pour faire court, si Joey Bada$$ est le boss de PRO ERA, Chuck en est le lieutenant. Début de semaine dernière, Chuck Strangers sort tranquillement son premier album studio, intitulé Consumers Park dont le morceau « Style Wars » est extrait. Le projet évolue dans un style boom-bap, avec son soupçon de nostalgie et son groove tellement east coast. Et cela va parfaitement bien au timbre et au flow lancinant du MC/producteur. Clément

J.Cole – Kevin’s Heart (Prod. T-Minus & Mark Pelli)

Je dois avouer que je ne suis pas très sensible à la musique de J.Cole, je la trouve un peu trop « pop ». Mais avec l’effervescence autour de son album KOD sorti le 20 avril dernier, je me suis intéressé un peu plus au rappeur, et à l’homme. Puis je suis tombé sur le clip de “Kevin’s Heart”, starring Kevin Hart. Le jeu de mots était beaucoup trop gros, il fallait que j’en sache un peu plus. Sur la planète des stars que seul les Etats-Unis arrivent à faire tourner, Kevin Hart a fait beaucoup parler de lui l’an dernier : non il ne s’agit pas d’un de ses sketchs ou un de ses rôles mais du domaine privée. Quand on est une personnalité, tout ce qu’on fait se sait ou doit se savoir. L’ami Kevin en a fait les frais, en avouant publiquement avoir trompé sa femme.
Un peu d’eau est passé sous les ponts depuis, et voilà que le rappeur J.Cole (lui aussi un fidèle de l’adultère) propose à Kevin Hart de narrer son histoire à travers une mise en abyme que, encore une fois, seul les américains aiment faire. Ça donne donc le morceau « Kevin’s Heart », ou J.Cole parle du fait de la tromperie amoureuse mais pas que, on peut y voir aussi un autre sens, surtout quand on connait le discours anti-drogue du rappeur…  Clément

Russ – Sore Losers 

Le rookie de l’année 2017, sophomore accompli actuel et probablement futur all-star Russ a sorti le 21 avril 2018 un petit inédit, tout feu tout flammes. « Sore Losers », qu’on peut traduire par « Mauvais Perdants », et, comme son nom l’indique, une courte mise en garde pour tous les nouveaux rappeurs-produits sous Xanax, Codeine et autres drogues médicamenteuses. Sur une très douce instrumentale faite par ses soins, Russ critique également l’usage des réseaux sociaux et l’abrutissement général des générations futures… Pour un mec de 26 ans de plus en plus célèbre, Russ a la tète sur les épaules.

“[…] A lot of kids are poppin’ Xans and sippin’ lean now / A lot of rappers using Instagram to teach how […] Rappers with your get-rich-quick scheme gimmicks / Instead of hating you should focus on your 16th minute […]”. Clément

Benny The Butcher feat. El Camino – India (Prod. Chup the Producer)

Le troisième larron de Griselda continue de monter en puissance. Alors qu’il avait sorti Stabbed & Shot en février en compagnie de 38 Spesh, Benny The Butcher ne lève pas le pied. Preuve en est cet excellent morceau publié au milieu du mois d’avril sur Soundcloud, où il est accompagné de El Camino, autre rappeur de Buffalo porté par la structure Griselda, qui est en charge du refrain. Morceau fleuve très personnel, « India » permet à Benny de revenir sur son parcours dans les rues de la « Ville de lumière » en étant porté par la sublime production de Chup the Producer, mêlant un sample vocal de teneur très nostalgique à une ligne de batterie plutôt lente, du plus bel effet. Xavier

A$AP Rocky feat. Moby – A$AP Forever (Prod. Hector Delgado & A$AP Rocky)

On l’avait déjà senti depuis quelques semaines et ça s’est confirmé en ce mois d’avril, le troisième album solo d’A$AP Rocky est bel et bien en route, déjà trois ans après At.Long.Last.A$AP et devraits s’intituler modestement TESTING. Cet excellent « A$AP Forever », accompagné de son incroyable clip conceptuel, semble en être le premier extrait, puisque « Bad Company » sorti le mois dernier ne devrait pas être sur l’album. Après un couplet tonitruant, dans lequel Flacko rappelle son extrême loyauté au crew dont il est issu, nous avons droit à un extrait du morceau « Porcelain » de Moby, qui semble nous indiquer la tonalité que devrait prendre l’album. Xavier

$ha Hef – 3rd Grade

Il y avait belle lurette que l’on n’avait plus entendu le MC du Bronx. $ha Hef s’était montré plutôt discret depuis l’été dernier et son album Out the mud. Il a récemment repris du service, avec le morceau « 3rd Grade » qui de toute évidence semble être le premier extrait de son prochain opus Kommunity Service. Et il n’y a pas de révolution dans l’atmosphère sonore que le MC véhicule depuis ses débuts. La teinte extrêmement grave des notes étouffe pratiquement toute la ligne de batterie et accompagne parfaitement la voix atypique de Hef et on a réellement l’impression d’être dans les profondeurs les plus obscurs des recoins les plus sombres de la grande pomme. Un excellent morceau qui augure de belles choses pour la suite. Xavier

Smoke DZA feat. Vado – The Soul (Prod. BobGnarly)

Plutôt discret ces derniers mois, Smoke DZA a profité du mois d’avril pour sortir son sixième album et son premier opus depuis plus de deux ans et George Kush Da Button. Avec Not For Sale, le rappeur d’Harlem est de retour avec des batteries douces et de mélodieux samples de soul qui raviront les amateurs du genre. Ambiance un peu plus solennelle sur « The Soul », où DZA est accompagné d’un autre représentant de Harlem avec Vado, qui s’est montré plutôt actif ces dernières semaines avec des apparitions aux côté de Dave East notamment. L’alchimie entre les deux MC’s est automatique, ce qui paraît plutôt normal pour des hommes issus du même quartier et de la même génération. Xavier

The Alchemist – Lunch Meat EP

Petite incartade ici puisqu’on ne parle pas d’un son mais d’un EP. En effet le mois d’avril a permis au génial producteur californien The Alchemist de publier dans la discrétion la plus totale sa première livraison de l’année. Avec cet EP de seulement quatre titres (auxquels s’ajoutent les quatre versions instrumentales), ALC nous montre qu’il possède l’un des répertoires les plus glaçants du rap classique new yorkais. En effet tout au long des 11 minutes du projet défilent des personnages aussi sombres que Styles P, Roc Marciano, Action Bronson ainsi que l’équipage Griselda composé de Conway, Benny et Westside Gunn, dans une ambiance très cinématique rappelant les gangs du milieu de siècle, avec une mention spéciale pour « Massacre », le quatrième titre qui réunit Benny et Styles P. Xavier