Lors du concert organisé le 13 septembre dernier par Street-Addict qui réunissait la MacWeesky Compagnie, L’Hexaler et la Bastard Prod, nous avons rencontré 10vers. L’occasion de revenir avec l’un des piliers de la scène rap de Toulouse post-2005 sur une carrière bien remplie qui dure depuis quelques années déjà.

Clan d’instinct –  Ambiance électrique (prod. Teknik) – Incipit, 2008

C’était un morceau de l’album « Incipit » avec Clan d’instinct, le groupe que j’avais avec Zitoune et Esskahipé, sur une prod de Tekniko. Il avait aussi été sur la compilation « Donne ta voix » de MIT Record. Le morceau traite du racisme. C’est 2008 ça, tu me ramènes loin (rires). J’aime pas utiliser le mot carrière, disons que c’était le début d’une aventure. Qui continue aujourd’hui, même sans mes comparses de l’époque.

Peux-tu nous donner de leurs nouvelles ?

Esskahipé il s’occupe des clips maintenant. Par contre Zitoune Paccini il a complétement arrêté. Il a une vie assez remplie donc il a plus beaucoup de temps. C’est d’ailleurs ce qui a un peu poussé notre séparation, Tekniko c’est pareil. Ils sont quasiment tous mariés et ont des enfants sauf moi. Mais c’était une belle séparation puisqu’on s’est arrêté à la fête de la musique en 2010 place du Capitole, donc c’était une belle fin.

10vers – Tous à vos droits (prod. Toxine & Scratchs: DJ Oper) – En attendant, 2009

Alors ça c’est la première prod de Toxine que j’ai kickée. Ça vient de la première net tape sous Bim Bam Prod. Au départ c’était juste un blaze pour moi tout seul, histoire de pas dire « 10vers présente » tu vois. C’était une pseudo-structure que j’avais montée avec Tekniko et mon ancien DJ, DJ Vice. Et puis c’est devenu ce que c’est aujourd’hui à savoir une boîte de production et un label de booking. Cette net-tape je l’ai sortie avant la fin du Clan d’Instinct, mais après l’album du Clan d’Instinct. Donc c’est la première prod de Toxine que j’ai kickée, ça marquait le début de la collaboration avec « Toxard le bâtard » (rire). Et y avait Oper aussi. Mon premier DJ qui me suivait depuis mon premier album « Esprit en béton », qui vient de Dunkerque. Bon maintenant il y est retourné mais on est toujours en connexion. C’était le début de mon truc solo.

10vers – Tracer ma route (prod. Tekniko) – Zone de transit 1.0, 2011

Donc là on est en 2011. Zone de transit 1.0 c’est le plus gros truc que j’ai pu faire en terme de travail. Ce morceau il définit bien l’état d’esprit du projet. C’est-à-dire que je me suis cassé à un moment de ma ville pour aller taper d’autres connections ailleurs. Et cette connexion avec Barcelone ça a été grâce à un certain Djé qui est le cousin d’Abrazif et qui vivait à Barcelone. Donc Abrazif m’a présenté Djé qui lui-même m’a présenté à des rappeurs catalans. Au départ j’avais l’idée de faire d’abord une connexion avec l’Algérie vu que je revenais du bled. Ensuite quand j’ai eu la connexion avec l’Espagne j’ai préféré faire un ordre chronologique, parce que pour aller au bled il faut passer par l’Espagne. Donc on est descendu avec Abrazif, Sendo, DJ Vice et Tekniko avec du matos à Barcelone, plus précisément à Sitges, dans la maison des grands-parents d’un des rappeurs barcelonais, on s’est calé là-dedans et on a kické. Abrazif et Sendo sont restés quatre jours et moi j’suis resté un peu plus longtemps. On a pas tout fait là-bas. On a fait toute la partie des espagnols et celle d’Abrazif. Après à Toulouse on a peaufiné, j’ai rajouté des morceaux et j’en ai enlevés. Ça a été un gros travail quand même, sur deux ans. Donc « Tracer ma route » c’est exactement ça. J’ai voulu voir le hip-hop sans frontière.

10vers – La brique rouge (prod. Tekniko & Scratchs: DJ Vice) – Bim Bam, 2011

C’est extrait de la net-tape Bim Bam, sortie en 2010. Ce projet a été fait à Paris, chez Tekniko. Donc ce morceau c’est exactement l’idée du projet. On était chez lui, il claquait des boucles et moi des textes. C’est un morceau que j’ai écrit à l’arrache, sur le tas. J’ai reçu beaucoup de retours positifs alors que je m’y attendais pas. J’ai même hésité à le mettre sur le projet. « La brique rouge » c’est un hymne à Toulouse, sans en être un directement. C’est plus une référence. La brique rouge on le sait, c’est la ville rose. Ce morceau c’est pour dire que je fais partie de cette ville, que je suis une brique parmi tant d’autres. Au lieu de faire un morceau « Je viens de.. » j’ai préféré faire la brique rouge. Les Toulousains captent quand on dit « La brique rouge ». Ce projet (net tape bim bam) c’est un de mes préférés. Il était même pas prévu, on l’a claqué en deux semaines. C’était ma plus belle période en terme d’inspiration.

10vers – Que m’restera t’il ? (feat. Polychrome 7 et Clan d’instinct) (Prod. Toxine) – Bim Bam, 2011

Alors ce morceau il me rappelle le Sénégal, je vais t’expliquer pourquoi. Trois mois avant la fin de Clan d’instinct, on a joué au Sénégal avec Oxmo Puccino pour le festival Rapandar à St-Louis. Donc on devait prendre trois personnes, donc on a pris Toxine, Furax et un ancien membre de Polychrome 7. J’étais en train de bosser sur mon projet, et j’ai dit à Furax qu’en rentrant on devait se faire un morceau ensemble pour boucler le projet. J’avais déjà choisi une prod à Toxine. En rentrant, Furax m’appelle et me dit de venir à L’abattoir chez Toxine, j’arrive et il me dit : « On prend plutôt cette prod, le titre du morceau c’est ça ». Donc ça veut dire que je les avais invités mais c’est eux qui ont pris l’initiative, ils se sont beaucoup investis. C’est un très beau morceau sur une très belle prod de Toxine, une de ses plus belles en terme de sample.

10vers & Op’n Mic – Boule de nerfs (prod. Fonka) – A 10 ans près, 2011

J’ai rencontré Vasco et L’oncle Tom en 2009 et je les avais invités sur Zone de transit. Ensuite on a décidé de faire un projet ensemble. C’est pas le morceau qui a tourné le plus, pourtant mon texte je l’ai écrit en 20 minutes. J’avais la rage, je l’ai écrit lors d’une période sombre pour ma part. On avait fait ce projet à trois pour sceller l’entrée d’Op’n Mic dans Bim Bam Prod, et je crois qu’ils ont largement prouvé leur talent sur ce projet. J’ai beaucoup travaillé avec Fonka sur ce projet aussi. J’suis assez fier de ce projet aussi parce qu’on a été très productif en terme de clips.

10vers, Konic & Neka – Demain j’commence (prod. Lyrikal Record) – Une semaine de taf, 2011

Donc « Une semaine de taf » ça a commencé sur facebook. Neka m’avait contacté pour venir me faire jouer à Genève. J’ai accepté, et je lui ai dit que je venais avec Fu’ et que je pouvais lui amener Swift parce que je travaillais avec lui à ce moment-là. Donc on s’est retrouvé en octobre 2011 à Genève pour ce concert, mais moi je lui avais demandé si je pouvais venir un peu avant parce que je voulais voir leur studio. Donc je suis parti quinze jours avant le concert avec Konic, un membre de la Bim Bam et ancien de KMK. On est resté une semaine et on a plié ces sept titres. Ensuite on a fait le concert, et par la suite on a kické « Libérez la bête » avec Swift et Fu’, et de là est venue l’idée d’IBZ. Donc ce projet ça a été la première pierre posée en Suisse, qui continue aujourd’hui comme on est à Neuchâtel.

Inglourious Bastardz – Ma thérapie (prod. Toxine) – Inglourious Bastardz, 2012

Alors Inglourious Bastardz c’est le projet qui est venu après « Une semaine de taf ». C’est un projet qui s’est fait sans prendre de recul. La prod venait, on kickait, on clippait et on passait à autre chose. On l’a fait en quatre semaines, étalées sur quatre mois. « Ma thérapie » parce que le rap c’est une thérapie. Pour un peintre c’est la peinture, pour Hesa c’est le scratch, pour nous c’est rapper, être sur scène. Malgré tous les côtés malsains que certains peuvent voir dans le rap c’est ça. Avant de parler de carrière ou quoique ce soit on parle de thérapie. Ce morceau c’est ça. En plus c’est un honneur de kicker avec Jeff, Swift et mon fréro Fu’, c’est le genre de morceau qui fait plaisir. C’est la touche mélancolique d’IBZ.

Ce morceau fait partie de ceux qui ont le plus tourné. Est-ce que c’était prévu ?

On avait préparé des morceaux qui « frappent ». De toute façon quand on fait un morceau on connait pas l’effet qu’il va avoir. Après c’est vrai que dans l’album y a beaucoup de sons patate, et ce son il apporte de la douceur, c’est la touche mélancolique. C’est le moment où on se livre. Un titre posé, calme, ce morceau ci a était fait au feeling (comme tous les autres), on etait en mode chill et puis voila vint ce morçeau. Comme je t’ai dit ça a été fait sans recul. Quand on écrit on a le pilon à la main donc c’est ce qui vient. Après l’album on pensait pas qu’il aurait eu ce succès. On s’attendait à vendre à peine 1000 exemplaires et au final y a eu 3000 en digital et 4000 en physique. C’est autre chose.

10vers – A l’origine (prod. Toxine & Cuts: DJ Vice) – Zone de transit 2.0, 2013

Ce morceau j’ai mis du temps à le faire. C’est très personnel. Pour ceux qui n’auraient pas compris, dans le premier couplet j’aborde l’histoire de ma mère, celle qui m’a élevé. En fait je suis un enfant adopté par ma demi-soeur, la fille de mon père. C’est grâce à elle que j’ai pu venir en France. Dans le deuxième couplet je parle de moi et du fait d’avoir le cul entre deux pays, deux cultures. C’est un morceau très personnel et ces derniers temps j’ai eu pas mal de pertes dans ma famille, c’est celui qui me chamboule le plus quand je le joue. J’ai tellement à dire sur ce morceau mais en même temps j’y arrive pas. C’est mon morceau le plus personnel, je parle aussi de ma petite soeur qui a été adoptée, à mon père qui est décédé. Je crois que pour l’écrire, le structurer etc. il m’a fallu une bonne année et demie. Je l’ai réécrit 20 à 25 fois. En plus Toxine m’a pondu une perle. C’est le beatmaker qui arrive exactement à te pondre la prod qu’il faut pour ton thème. Le pire c’est que c’est un morceau que j’ai écrit sans instru à la base, donc quand je suis tombé dessus j’ai su que c’était la bonne.

10vers – Harraga (prod. Toxine) – Zone de transit 2.0, 2013

Là c’est l’histoire de mon petit frère. Il est resté en Algérie contrairement à moi, et il a tenté deux fois de s’échapper. La première fois par un passeur par les voies de la mer et par chance il s’est fait serrer par les garde-côtes espagnols. Je dis bien par chance parce que la deuxième fois il y avait un cousin à nous avec lui, et on a jamais retrouvé son corps. Donc quand t’y arrives t’es vraiment très chanceux mais quand tu te fais serrer c’est déjà de la chance. Parce que y en a énormément dont on retrouve jamais les corps. Le détroit de Gibraltar c’est le couloir de la mort. Je vais souvent me ressourcer en Algérie parce que j’ai ma famille là-bas. Et dans le rap on parle souvent de nos problèmes personnels ou de problèmes sociaux. Personnellement je suis jamais tombé dans le rap actuel, sur un morceau qui parle de ces “harragas”. Y a toujours eu des allusions mais je suis jamais tombé sur un morceau entier. Après peut-être que je me trompe, je sais pas. Je me mets dans la peau d’un Algérien parce que c’est mon pays et celui de mon frère, mais le morceau il est dédicacé à tout le monde. Y a tellement de monde qui prend ces risques, et personne n’en parle. Quand je dis “je” c’est vraiment pour tout le monde. Et je trouvais important de faire un morceau pour ces harraga.

Si je faisais pas de rap c’est le genre de morceau que j’aimerais écouter. J’ai du mettre six mois à le faire et j’ai kické tellement de prods pour trouver la bonne. Il a fallu que je tombe sur une vieille prod de Toxine, au placard depuis 10 ans pour trouver la bonne. J’avais même eu des prods sur mesure mais j’arrivais toujours pas avant de tomber sur celle-là. Ce morceau c’est sûrement celui que je kiffe le plus jouer sur scène. Zone de transit 2.0 c’est un projet dans lequel j’ai mis beaucoup de coeur. D’ailleurs je passe une dédicace à Diky the kid, Skip, Op’n Mic, Flev, Tekniko et tous mes Algériens donc Banis, Abrazax, Cheick Malik qui font partie du groupe Theory of Existence et Xenos aussi. Et mon équipe Bim Bam bien sûr surtout Diky qui a mixé la plupart des morceaux.

 

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager avec les petites icônes ci-dessous, et à rejoindre la page facebook ou le compte twitter du Bon Son.