Un titre original qui aura beaucoup tourné, une intro polémique, un casting à la fois soigné et déroutant… De l’encre aura coulé à propos du remix de « C’est nous les reustas », et c’est avec enthousiasme et amusement que Zoxea aborde tous ces thèmes, ainsi que plein d’autres dans cette interview, qui ne devait au départ contenir que quelques lignes.

Le Bon Son : Peux-tu nous parler du morceau ?

Le morceau c’est « C’est nous les reustas remix ». L’idée du remix est venue quand j’étais au Brésil (lire l’interview Zox’ do Brazil) avec Sages Po et James BKS qui est un compositeur avec qui on travaille. Il a bossé sur l’album [Tout dans la tête ndlr] pour certains titres, à la composition et à la réalisation. L’idée c’était de faire un remix dans la tradition « à l’ancienne » : à l’époque dans les remix, la musique aussi changeait. C’est un semi-remix parce qu’on a quand même gardé la base du sample, trouvée par le compositeur original du titre, à savoir Juliano. On voulait donc faire un remix autant musical que lyrical. C’est pour ça qu’au Brésil j’ai dit à James : « Tiens ça serait bien de taper un remix du son », c’est ce qu’il a fait.

Et ensuite on a réfléchi un peu aux invités. L’idée étant de mettre en priorité les gens qui étaient dans le clip [du titre original ndlr], puisqu’il y a différentes apparitions. On voit Guizmo, Mokless, les Sages Po… Normalement il devait y avoir Kool Shen mais il était à Las Vegas, Seth Gueko qui était en Thaïlande, donc on a dû remplacer.

On en vient donc au choix des feats…

Oui et pour remplacer j’ai pensé à Fuzati parce que c’est quelqu’un qu’on suit depuis longtemps de loin. Il n’a pas l’habitude de s’exprimer avec les rappeurs entre guillemets du mouvement Hip Hop comme on dit car il est un peu en marge. Étant donné que j’aime bien les gens qui sont différents, qui ont leur propre style, qui n’essaient pas de ressembler à une tendance ou à une mouvance, directement j’ai pensé à lui. Je l’ai invité, il a été honoré et donc il est venu.

Ensuite y’a Nakk aussi parce qu’on le voyait trop sur ce son. On avait besoin de sa petite touche technique. (lire aussi : Lundi 19 mars : Zox’ ou Nakk ?)

On retrouve les Sages Po au complet, c’était important. À l’époque on avait fait un remix de « King de Boulogne », avec Salif, Lino, etc. Et il n’y avait que Dany et moi qui posions. Donc là on s’est dit : c’est dommage de pas avoir les trois Sages Po. En plus on commence à revenir sur le devant de la scène gentiment, on prépare des projets. Et puis les Sages Poètes de la Rue au complet c’est toujours un plaisir pour nos supporters qui nous suivent depuis le début comme dirait Melo P !

Y’a Tiwony parce qu’on voulait LA touche ragga !!

« On a réfléchi un peu aux invités, l’idée étant de mettre en priorité les gens qui étaient dans le clip du titre original »

À l’ancienne un peu…

Voilà exactement. Dans les remix, comme tu dis, « à l’ancienne », y’avait souvent des ragga qui venaient, comme Mad Lion, ou dans les remix de Craig Mack par exemple si mes souvenirs sont bons. Le raggaman qui venait et qui déchirait tout, en gros c’est ce qui s’est passé : Tiwony a mis la barre super super haute. C’est un artiste avec qui j’avais envie de collaborer depuis longtemps et lui aussi. Donc c’est la première combinaison, mais pas la dernière…

Pour Youssoupha et Disiz, ils avaient beaucoup apprécié le morceau, ils avaient dit à Busta : « Franchement on adore le morceau, si vous faites un remix, on est là. » Ils sont venus et ont littéralement déchiré sur le titre.

Pour Mokless, c’était la même démarche ?

Il avait répondu présent pour le clip, il avait trouvé que le morceau déchirait, donc c’était une suite logique. C’est aussi quelqu’un avec qui on a toujours plaisir à partager le micro ! Y’a des gens comme ça : on se croise, on a jamais fait de morceaux ensemble, mais on sait qu’il y a un respect mutuel et que la collaboration est proche ! Pourquoi pas un Scred Connexion / Sages Po bientôt ?

Parle-nous de la fameuse intro…

Pour booster l’intro, j’avais pensé à deux personnes : Joey, en jouant en plus sur le parallèle Joey Starr / C’est nous les reustas (stars), mais il était pas mal occupé, donc j’ai pas réussi à le joindre. Et pour la symbolique, j’ai pensé aussi à Morsay, parce que dans le refrain je dis « T’as beau avoir un million de vues sur internet… » et quand on pense à internet, automatiquement on pense à Morsay. Donc j’ai voulu faire un petit clin d’oeil. Et justement, quand les gens pensent Morsay, ils l’attendent sur un terrain où ça va beaucoup insulter donc moi j’avais dit : « On va faire autrement, on va prendre les gens à contre-pied. Tu vas introduire le morceau et tu vas le faire soft. » (rires) Il s’avère que dans l’euphorie du truc il s’est lâché à la fin. C’est pour ça qu’on l’a trafiqué musicalement pour que ça sonne toujours bien, et son « C’est nous les reustas » revient souvent dans les refrains. Ça fait parler : y’en a qui aiment, ça les fait délirer, y’en a d’autres qui sont outrés. Et c’est le but : que ça fasse réagir.

On a eu des super retours sur la prestation de tout le monde et on est vraiment contents…

Guizmo c’était pour rajouter une touche « newschool » un peu ?

Ben déjà il était dans le clip, il représente la nouvelle génération et c’est un gars qu’on apprécie musicalement depuis le début ! Quand tu regardes bien dans le morceau, t’as la nouvelle génération, t’as du conscient, t’as les anciens, t’as un mec comme Fuzati qu’on a pas l’habitude d’entendre dans ce cadre, tu as du ragga… Donc ouais l’idée c’était d’avoir un panel, y’a pas du rap, mais des raps on va dire avec plusieurs esprits, plusieurs styles. C’était intéressant.

Comme je suis attaché au nombre 11, on voulait être 11 sur le titre. Sinon j’aurais invité encore plein d’autres MC’s que j’apprécie et qui avaient apprécié le morceau original, considéré comme un titre fort de ces derniers temps.

Busta on l’entend un peu sur les refrains, mais il n’a pas de couplet…

Non, c’est une volonté de sa part de rester sur sa prestation avec moi, il voulait pas rekicker un nouveau lyrics. Donc je l’ai mis sur le refrain pour le clin d’oeil, parce que c’est un morceau à lui aussi à la base.

Est-ce que tu vas cliper le remix ?

C’est prévu bien sûr. On est en train de voir avec les plannings de chacun.

L’enregistrement s’est fait le même jour pour tout le monde ?

Oui, on avait dit de telle heure à telle heure au studio, et chacun passe selon ses disponibilités. C’est pour ça qu’il y a eu beaucoup de croisements, plus vers 16-17h. Évidemment à 10h, y’avait seulement l’ingé son, James BKS et moi (rires), et puis au fil de la journée tout le monde est venu, tout le monde s’est check, vraiment une bonne ambiance.

Tout a été fait le même jour excepté pour Mokless qui pouvait pas être là ce jour-là, qu’on a fait après. Et il a pas posé tout seul, puisque moi du coup, j’ai posé ce jour-là aussi.

Pas trop compliqué de réunir tout le monde le même jour ?

Ben tout le monde était chaud. Quand y’a un engouement autour d’un morceau, que le titre tourne en télé, sur les ondes, sur le net, des bons retours, tout le monde s’approprie un peu le titre. Et ça faisait plaisir de voir comment tous les autres gars étaient super réactifs. Donc c’est vraiment un truc à réitérer je pense.

Je te pose la question parce que Nakk nous avait dit en interview que pour le remix d’Invincible, entre le couplet du premier et du dernier invité, 10 mois s’étaient écoulés…

Pour nous non, à partir du moment où on a pris la décision, en une semaine c’était réglé.

Zoxea – Tout dans la Tête toujours disponible: liens Fnac et iTunes

Facebook Zoxea

Twitter Zoxea

Lire aussi : Zoxea : l’interview “Tout dans la tête”

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager avec les petites icônes ci-dessous, et à rejoindre la page facebook ou le compte twitter du Bon Son…