Voici la première sélection étasunienne de 2015, un petit tour en musique du pays de L’Oncle Sam signé Julien du  Vrai Rap US, qui officie mensuellement sur Le Bon Son depuis bientôt deux ans pour ceux qui prendraient le train en route. En voiture :

Le 6 janvier : Tut – Corner stories 2 

Avec son premier projet Preacher’s Son, le jeune Tut vient de placer son nom sur l’énorme carte du rap étasunien. Pas de NYC, d’Atlanta, de LA ou de Chicago, mais c’est bien de Chattanooga, dans le Tennessee, que débarque le rappeur. La même petite ville où les TopDawgz sont allés dénicher Isaiah Rashad et SZA, leurs nouvelles recrues… On espère pour lui un début de carrière similaire. En attendant, on l’écoute nous conter la deuxième partie de ses « Corner Stories », à en rendre jaloux Bodie Broadus.

Le 26 janvier : Nacho Picasso & BSBD – SEX – DRUGS – & – ROCK -n- ROLL 

Quand un duo ou une association fonctionne, c’est souvent quand l’un sublime le travail de l’autre, et vice-versa. L’entente entre le MC Nacho Picasso et le duo de producteurs Blue Sky Black Death consacre vraiment cette formule, tant ils sont complémentaires et indispensables l’un à l’autre. Les productions synthétiques et astrales faisant écho à la violente froideur du rappeur, qui nous réchauffe quelque peu avec cette vidéo dans laquelle filles, armes et drogues se réunissent dans une ambiance malsaine, bien que souriante. Extrait du très bon Stoned & Dethroned, sorti en ce tout début d’année.

Le 14 janvier : Flying Lotus – Coronus, The Terminator 

FlyLo a toujours le mérite de sortir de fous visuels. Après le featuring d’avec Kendrick Lamar excellemment mis en images, il fait appel à Young Replicant (qui a déjà officié pour Bonobo, Lorde, The XX…) pour la réalisation de celle-ci. Ambiance vaudou, atmosphère inquiétante et étrange qui explore les frontières de la mort tout comme le disque dont est extrait ce morceau, You’re Dead, inspiré selon son auteur du livre des morts tibétain. Notons que Flying Lotus est toujours sur l’écriture d’un long-métrage, qui mettra peut-être en scène Captain Murphy, super alter-ego du producteur multicartes.

Le 6 janvier : Hypnotic Brass Ensemble – Straight Business 

Un peu de positivité dans ce rap de brutes épaisses avec l’Hypnotic Brass Ensemble, groupe formé par huit des enfants du trompettiste de jazz Phil Corhane. Revival des brass bands de la Nouvelle-Orléans, leurs influences vont du jazz au hip-hop en passant par la funk, et leur musicalité a déjà plu à Mos Def, Prince, De la Soul, Ghostface Killah, Gorillaz ou Erykah Badu. Du blues positif déambulant dans les rues de Chicago, mâtinant la réalité bien moins funky de la ville du vent. Du brass-hop qui donnerait le sourire aux pires personnalités de Chiraq.

Le 26 janvier : Kenn Starr – Say Goodbye

Retour après six années d’absence de l’un des meilleurs conteurs de Washington, j’ai nommé Kenn Starr. Auteur d’un disque considéré comme classique par beaucoup dans l’underground, et sorti il y a déjà neuf ans, son deuxième album est lâché début 2015 chez Mello Music Group, gage de qualité s’il en est. Pas de déception, le rappeur est toujours bien présent, lyrics au top et productions solides, à l’image de celle de ce « Say Goodbye », démoulée par Black Milk. Si vous avez apprécié, allez écouter Square One, dans la veine de ce single.

Le 28 janvier : OverdoZ – Rich White Friends 

Nos yeux peuvent être frappés par le look coloré des membres d’OverdoZ, mais ce sont nos oreilles qui finalement nous remercient. On en connait tous, des mecs qui jugent au blaze ou à la tenue, et qui passent à côté de belles saloperies pour une répulsion hâtive. Flows divers et musicaux, personnages agréables, ce groupe mérite de l’attention. Et une bonne idée de clip pour ce titre : des party crashers qui débarquent dans une « rich white » house, et la fête ne se déroulera pas forcément comme prévu… On vous laisse regarder la suite.

Le 6 janvier : Rome Fortune & OG Maco – Jungle

Dans l’avalanche de projets qu’OG Maco a balancé début 2015 (3 ou 4 en deux mois, si j’en ai pas loupé), mon viseur s’est évidemment bloqué sur celui en collaboration avec Rome Fortune, l’un de mes favorite MC’s d’Atlanta. L’alchimie est palpable entre les deux rappeurs : le calme du barbu tranche avec l’énergie de l’OG. Voici un extrait du 9 titres Yep, le très bon et intense as fuck « Jungle ».

Le 31 janvier : Cannibal Ox feat. MF Doom – Iron Rose

Depuis « The Cold Vein » en 2001, Vast Aire et Vordul Mega ne sont que très peu apparus en solo. C’est pratiquement quinze piges après leur classique qu’ils annoncent leur retour avec « Blade of the Ronin », un nouvel album prévu pour début mars. Voici le premier extrait avec Doom, et ça n’est malheureusement pas El-P aux manettes, mais Bill Cosmiq, qui signe tout de même une instrumentale de très bonne facture. Sombre et efficace, à l’image du duo new-yorkais.

Le 23 janvier : Eminem, Royce Da 5’9″, Big Sean, Danny Brown, Dej Loaf & Trick Trick – Detroit Vs. Everybody

Gros cypher présent sur la compilation Shady XV (que je n’ai toujours pas écoutée), dans lequel quelques big names de la Motor City déversent amour et haine forcée sur leur ville d’origine, racontant la difficulté d’y grandir et d’y vivre, avec en fond les images de délabrement de certains immeubles et des sites industriels fermés depuis belle lurette. Un Detroit quasi abandonné par politiques et industries depuis des années, qui aura engendré nombre de problèmes sociaux, mais aussi le plein de talents sportifs ou musicaux, l’un allant souvent (malheureusement) avec l’autre.

Le 22 janvier : Yelawolf – Till It’s Gone (Acoustic) 

Terminons avec un peu d’acoustique : une fin de concert, le backstage de la House of Blues de Los Angles, un Travis Barker, un Bones Owens, un DJ Klever et un Yelawolf, quelques percussions naturelles ou non, une guitare, un hit, une pointe country-rock, et on se croirait tout droit sorti d’un film d’Eastwood. Grosse ambiance et retour aux sources, version encore meilleure que l’originale, présente également sur la compilation Shady XV, et Love Story, l’album du MC de l’Alabama à venir. On se retrouve le mois prochain, faites pas les cons.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager avec les petites icônes ci-dessous, et à rejoindre la page facebook  ou le compte twitter du Bon Son.