10 Bons Sons US en août 2021

Contrairement à la scène francophone, la saison estivale reste une valeur sûre, outre atlantique, avec encore pas mal de beaux projets et bien entendu une hype très palpable concernant les albums de la rentrée. En attendant DONDA (non) et Certified Lover Boy (encore non), voici ce que le mois d’août nous a réservé.

G Perico – Sin Again (Prod. Sorry Jaynari & Jaywavy)

Voix nasillarde, G-Funk et atmosphère grisâtre, c’est bien G Perico qui continue sur la lancée de ses précédentes sorties, avec un Play 2 Win ma foi bien plus consistant que ses prédécesseurs. Si l’on retrouve par moment l’agressivité et la nervosité dont il avait fait sa marque de fabrique sur ses premiers opus (un plaisir que l’on ne boude pas, au demeurant), le tout est nettement plus nuancé et synthétisé, et le MC de South Central semble avoir définitivement opéré sa mue. Pour l’illustrer, ce solennel « Sin again » nous semblait de bon aloi. – Xavier

Retch & VDon – Really in it

Annoncé depuis de nombreuses semaines, l’EP commun de Retch et V Don n’a pas déçu. S’il n’excède que difficilement les 18 minutes, cette durée ne nous semble pas illogique au vu de l’atmosphère morbide et irrespirable qui y règne, celle-ci n’étant pas sans rappeler l’ambiance des live instagram dont le rappeur du New Jersey nous gratifiait lors de la première vague de covid. En effet, la patte « Vdonienne », à savoir, la qualité de ses batteries, et le caractère court de ses boucles, se marie parfaitement au flow saccadé de Retchy P, comme l’illustre magistralement l’outro du EP. – Xavier

Rio Da Yung OG & RMC Mike – Haw Thorne (prod. Southside Rich & YungWayne616)

La série des Step Brothers (référence au film d’Adam McKay) de Starlito et Don Trip a marqué son temps. Celle qui prend son relai pourrait être la série des Dum N Dumbber de RMC Mike et Rio Da Yung OG. Haw Thorne en est l’illustration. L’alchimie entre les voix des deux rappeurs, plutôt nasillarde pour Rio, profonde et brisée pour RMC Mike, est presque archétypale mais très efficace. Ce long couplet final en passe-passe qui bouffe la moitié du morceau en est un beau témoignage, comme s’ils avaient été incapables de s’arrêter dans l’exercice. Les deux hommes savent mêler humour (l’attitude de gorille de RMC Mike fait souvent mouche) et le sérieux avec brio. Bref, il se passe toujours quelque chose quand ces deux-là croisent le micro. – Jérémy

Boldy James & The Alchemist – Illegal search & Seizure (prod. The Alchemist)

Quatrième projet commun pour Boldy James & The Alchemist ! Il fait peu dire que l’association est rodée. Avec sa voix pitchée et son rythme lent, la production du californien offre un parfait écrin à storytelling à son compère. Boldy conte l’histoire d’une trahison en jonglant entre passé et présent dans une atmosphère mélancolique de fin de cycle. Formellement, le morceau est très libre puisqu’il se compose d’une intro et d’une outro au cœur desquelles se niche un long couplet. Le rappeur de Detroit a tout le loisir d’y dérouler l’ambiance qu’il désire, et ce sont ces prises de position qui font tout le charme de cette musique néo boom-bap toujours difficile à qualifier. – Jérémy

Lee Scott & Hyroglifics – Don’t Watch This in The Morning Show

Une fois n’est pas coutume nous traversons la manche pour aller prendre des nouvelles des gars de Blah Records et plus particulièrement de son co-fondateur et membre du posse Cult of the Damned, j’ai nommé Lee Scott. Aux côtés du producteur Hyroglifics, Lee Scott nous offre un 3 titres condensés, 7 minutes de rap avec un fort accent sur des prods typiques du emcee et de son entourage, à savoir une sorte de boom-bap lo-fi aux effluves downtempo. Oui rien que ça. – Clément

Wiki – Roof (prod. Navy Blue)

L’ancien rappeur du trio Ratking a sorti un projet un peu plus tôt cette année, intitulé Telephonebooth et en étroite collaboration avec le producteur Nah. Cette fois ci il remet le couvert avec Half God, entièrement produit par le très talentueux New yorkais Navy Blue. Le projet sortira en physique et digital le 1er octobre et en attendant, le rappeur nous dévoile un single : Roof.
Ode sympathique à un de ses spots préférés, Wiki nous livre un jolie morceau sur une intrumentale sans drums (ça devient recurrent), entre introspection et réflexion, le tout soutenu par une mise en images des plus soignées. « Poetry » comme disent les ricains. – Clément

Ka – I Notice

« I Notice » est le premier single du sixième album studio de Ka, artiste très prolifique mais hélas trop peu dans la lumière. Le rappeur et beatmaker originaire de Brooklyn est actif depuis les années 2000 en solo et depuis belle lurette avec le mythique groupe Natural Elements, dont il est un ancien membre. Chroniqueur du quotidien, son sujet préféré reste après toutes ces années la vie de quartier (Brownsville ) et l’éducation difficile qu’il a eue étant jeune et qui hélas se répète encore aujourd’hui… Intitulé A Martyr’s Reward, le projet est sorti en toute discrétion au début du mois d’août et contient plus d’une douzaine de morceaux très qualitatifs. Ici, le morceau « I Notice » et son instrumentale fantomatique sans drums, pour laisser le plus de place aux propos et au phrasé hypnotisant de Ka. Comme quoi on peut rapper encore très sérieusement à bientôt 50 piges. – Clément

Rick Hyde feat. Benny & G Herbo – Alone (prod. DJ L)

C’est toujours un peu cocasse d’entendre des rappeurs parler de solitude à plusieurs. Pourtant, sur « Alone » Rick Hyde a eu la plutôt bonne idée de convier son boss, Benny, et G Herbo. Chacun y aborde le thème avec une approche assez différente des autres pour que les couplets se complètent. Alors que les jolies voix de la prod pourrait parfaitement appeler à un refrain, les MCs choisissent plutôt d’enchaîner leurs couplets directement et d’envoyer le morceau. – Wilhelm

Flee Lord & Roc Marciano – Breeze in a Porsche

En 2021, il est difficile de faire un portrait du rap new-yorkais sans mentionner Roc Marciano et Flee Lord. Si le premier en est déjà une figure emblématique depuis une paire d’années, il semble prendre de plus en plus de plaisir à produire des disques entiers d’autres rappeurs et on ne peut que s’en réjouir. Cet été, il s’est donc entouré d’un Flee Lord qui rappe toujours aussi bien mais, on l’en remercie, qui a ralenti son rythme de sortie cette année. Et c’est assez logiquement que nous vous proposons de faire un premier pas dans Delgado via le seul morceau où Roc Marciano passe derrière le micro. – Wilhelm

Westside Gunn feat. Lil Wayne – Bash Money (prod. Denny Laflare)

L’iconique saga Hitler Wears Hermès touche(rait ?) à sa fin avec le huitième volet, découpé en deux parties. Pour l’heure, nous n’avons eu droit qu’à la première partie, la Side A, sur laquelle le Flygod convie notamment Lil Wayne sur une instrumentale typiquement Griselda-esque, et celui-ci répond avec un couplet monstrueux. Un de plus dans son run actuel, finalement. Et plutôt que de tirer des conclusions hâtives, on vous donne rendez-vous le mois prochain pour une comparaison fumeuse entre Westside Gunn et J.K. Rowling. – Wilhelm

Partagez:
  •  
  •  
  •  

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *