10 Bons Sons à (ne pas) mettre (non plus) sous le sapin

Ah, Noël ! Ses décorations lumineuses, ses chants enjoués, son parfum de fête et cette bienveillance doucereuse qui s’empare du plus teigneux des voyous… A moins que ce ne soit la pression des faux semblants, le froid polaire qui nous glace le sang, les dîners de famille ratés où tout le monde se force, les cadeaux dont on se serait bien passé… Quand on est assez chanceux pour en avoir… Chacun met vraiment dans les fêtes de fin d’année ce qu’il lui plaît de voir dans l’humanité. Mais qu’on soit positif ou non, on aime tous une bonne bande-son pour nous aider à passer le cap. Pas sûr que vous vouliez mettre cette nouvelle sélection (lire la première du nom) de perles rapologiques de Noël sous votre sapin, mais hey, ça change un peu de Mariah Carey… Faites vous plaisir, c’est cadeau.

 Anton Serra, Eddy & Lucio Bukowski – Noël (Lapwass RMX)

« Noël c’est un peu inventer un jour pour être gentil » lance Eddy au début de son couplet central, comme pour résumer l’ambiance franchement désabusée de ce morceau un brin déprimant… Car un peu trop réaliste ! Chacun pourra sans doute y reconnaître un aspect de son propre réveillon, et le regarder avec nostalgie, bienveillance ou cynisme, selon qu’on penche côté Anton, côté Eddy ou finalement côté Lucio… – Sarah

Abdallah – Freestyle Attentat 4

Répéter « Attentat 4 » dans un centre commercial en pleine période de Noël et démystifier en direct le personnage du Père-Noël devant enfants et parents, Abdallah l’a fait, avant de se faire vider par les agents de sécurité du lieu, avec les ingrédients qui caractérisent son rap : provocation, punchlines et sarcasme. – Olivier

Scylla – Lettre d’excuse au Père Noël

Un peu embarrassé de la pierre qu’il avait lancée en pleine face du gros bonhomme rouge il y a dix ans, L’Ogre tente ici une réconciliation avec un mea culpa un peu cash, aidé par ses « 24 petites pilules » et une prod bien sentie de Soulchildren pour entrer sans détour dans « la saison de l’éternel espoir… » – Sarah

Unité 2 Feu feat. Zekwé Ramos – Père Noël

Lorsqu’Alkpote, Katana et Zekwé, némésis véritable du Père Noël, règlent leurs comptes avec le barbus obèse préféré des enfants, le résultat est évidemment légendaire. Tout comme le clip. Sans tomber dans un misérabilisme cliché, il est question des difficultés financières ou familiales que les fêtes de fin d’année font ressortir. Il est aussi question de sodomie. – Wilhelm

Swift Guad –  Pere Fouettard

Avec le flow hargneux et les effets vocaux chelou qui vont bien, Swift se glisse ici, et plutôt aisément, dans la peau du méchant alter ego du Père Noël et de son nuisible acolyte verdâtre, visiblement blasés à l’avance d’une tâche qu’ils considèrent dénuée de sens et surfaite, mais dont ils vont bien devoir s’acquitter quand même… « Vas-y, vas préparer le traîneau, va… » – Sarah

Virus – Sale défaite

Sorti sur l’EP 31 décembre le 14 février 2011, « Sale défaite » est un « égotrip de dépressif » qui fait la nique aux chants de Noël. Il est bien connu que cette période est assez propice à la dépression (le Syndrome de Dépression Saisonnière à l’Approche de Noël (SDSAN) est une maladie médicalement reconnue) et ce titre de Vîrus n’est pas là pour remonter le moral. Bouffe de cantine au menu et « Fuck the world » en playlist, le Noël parfait pour ceux qui n’ont pas « la tête à faire la fête ». Ils sont malheureusement trop nombreux. –  Costa

Gérard Baste – Nuit de Noël

Une extrême douceur et beaucoup d’amour pour une nuit de Noël mémorable concoctée par un Baste en grande forme, prêt à tout pour donner un peu de bonheur et de répit au père Noël lors de sa tournée. – Sarah

Freddy Gruesum – Chanson de Noël pour autistes

Le chouchou du public des battles a sorti un EP cette année d’où est extraite cette « Chanson de Noël pour autistes ». Freddy Grues’ se met dans la peau du père Noel pour en faire un pervers qui pénètre votre intérieur pour vous molester. Egoïste, vénal, sans cœur (« T’auras pas de cadeau, parce que ta famille est pauvre »), ce Père Noël est vraiment une ordure. – Chafik

Moha la squale – Papa Noël

Dans un style maîtrisé, devenu sa marque de fabrique, Moha rappe d’une traite et sur un morceau court ses rancœurs d’enfant, et balance avec ses tripes ce sentiment d’abandon, ce moment où le plus gros mensonge de l’enfance vient s’écraser contre le mur de l’inégalité sociale. Quelques notes de piano sur la prod pour adoucir le souffle surpuissant du MC, ajoutent à l’émotion et donnent le sentiment d’en avoir pris plein la face, gratos. Idéal pour relativiser avant de se mettre à table. – Sarah

Evil Venom – Noël (32S) 

Et une bonne soirée en famille avec Sowil et Jazefa tour à tour dans le rôle d’un père Noël plutôt sanguinaire que gentillet. Sur une belle prod de Noxious Apo K Lips, les deux compères posent habilement et donnent l’impression d’une jolie complicité en nous entraînant dans les méandres d’un réveillon un chouil flippant. – Sarah

Partagez:
  •  
  •  
  •  

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *