On a pu écouter en exclusivité Appelle-moi MC 2, la compilation 100% inédite de DJ Blaiz, le DJ de 90% des soirées rap français en Ile-de-France. Et c’est une sacrée chance, car le projet est à la hauteur de l’événement. Impressions avant la sortie prévue le 23 février.

L’attente se fait sentir. Non pas que le projet soit annoncé depuis plusieurs années, mais bien parce que -mis à part l’OVNI « Marche Arrière » sorti en 2013- le format se fait rare. Surtout en rap, car en variet’ française, on a régulièrement droit à une compile des Enfoirés, pas forcément de bon goût. Là, DJ Blaiz, infatigable et passionné, revient cinq ans après le premier volume d’Appelle-moi MC qui avait déjà fait sensation chez les amateurs de bons mots et de vibes hip-hop traditionnelles. Quelques gros titres sont restés en mémoire, notamment le solo de Dino et le duo Flynt/Nasme. Mais de ce premier volume, seuls Flynt, Gino, Aki, les Zakariens, Bazané, C.Sen et JP Manova ont été reconviés. Et déjà, rien que sur la tracklist, on comprend que l’on change de dimension : plus de têtes d’affiches, et surtout des invités venus d’ailleurs, de Belgique aux Etats-Unis, en passant par Sète et Marseille.

La pochette du volume 1, sorti en 2010Si la pochette est jolie (artefact de l’omniprésent Slob Design), on s’autorise un léger regret sur l’absence de continuité ou du moins de clin d’œil à celle de 2010, véritable coup gagnant qui attirait l’œil naturellement. Cette fois, Blaiz n’a pas souhaité charger son projet d’une deuxième galette, se concentrant sur un seul CD, probablement pour maitriser la qualité, et sûrement pour laisser la place au futur. Et de ces 19 pistes, après une écoute, le verdict est très positif : mission accomplie. On n’est pas déçu, les invités sont au rendez-vous, qu’il s’agisse de ceux qui jouent de la MPC ou de ceux qui grattent la feuille, on peut compter sur eux. Aucun morceau ne « fait tâche», c’est déjà un bon point quand on compte pas moins de 36 rappeurs et 14 beatmakers.

Des combinaisons inédites et bien trouvées, voilà un des buts premiers fixés par le chef de projet. Là aussi, on ne peut pas dire que le plat soit raté. Saké/Jeff le Nerf, Wira/Furax semblent évidents, plus surprenants les Deen Burbigo/JP Manova ou, Lino/Flynt. Mais dès la deuxième écoute, plus approfondie, on constate avec satisfaction que la compétition a été honorée, et que les plus beaux Waterman étaient de sortie : Flynt rivalise avec Mr Bors dans un morceau de haute voltige, Swift nous emmène du « côté obscur de la France » avec entrain, et les Triplés ajoutent une pépite de plus à leur discographie (« Sache que je ne prends pas les feat pour des matchs amicaux »). Mention spéciale à Blaiz, qui aura eu la bonne idée d’altérer tracks en groupe et solos pour aérer l’ensemble, sachant que les MC’s en solo ont sorti de belles cartouches : Sëar Lui-Même, le C.Sen, Demi Portion, Swift Guad et Gueule d’Ange n’ont pas lâché des inédits de fond de tiroir, mais se sont au contraire appliqués à confirmer que le talent qu’on leur reconnait est le fruit de leur travail. Et en parlant de combinaison, appréciez plus bas le clip (le seul issu de la compilation pour l’instant) réunissant le Monteuillois Paco, le Toulousain 10Vers et le Bisontin Ritzo.

Côté texte, Loko arrive à placer le mot « mammoplastie », Yoshi à nous parler de Tony Vairelles, l’Hexaler s’amuse techniquement, quant à JP Manova, on le sent encore tellement à l’aise dans son flow, qu’il nous oblige à écrire qu’on attend son premier projet impatiemment.

D’aucuns diront que les producteurs ne sont pas étrangers au rendu réussi, et c’est vrai. Des boucles mélodieuses de Toxine, Nizi et Mani aux prods énergiques de Flev ou Nodey, la palette est large. Nodey, dont le mérite aura d’ailleurs été de trouver LA prod qui aura mis d’accord Flynt et Lino, quand on connait leurs goûts difficiles à satisfaire. Impossible de ne pas citer I.N.C.H et Lartizan, les deux coups de cœur qui produisent peut-être les deux meilleurs morceaux de la compile. Le duo de Gaïden et Yoshi est d’un niveau « Lavilleniesque », usant de passe-passe et d’une fluidité parfois sous-estimée… Infamie réparée, tant l’egotrip est ici écrit et rappé de mains de maîtres.

Hostile Hip-Hop, Première Classe Mission Suicide… Oui, on peut sans trop se mouiller dire qu’Appelle-moi MC 2 aura sa place dans les vitrines des collectionneurs. Ce produit fini pue le rap français, bourré de références scratchées, de bon sens, truffé de bonnes images et rempli de prods intemporelles. Pour ceux qui auront noté l’absence surprenante de maître Char, le beatmaker du Gouffre, on partagera ce dernier espoir : l’opportunité d’un 3ème épisode.

AAMC2

Appelle-Moi MC 2 : sortie le 23 février

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager avec les petites icônes ci-dessous, et à rejoindre la page facebook  ou le compte twitter du Bon Son.