10 Bons Sons en mai 2020

Comme chaque début de mois, l’heure est au bilan du précédent autour de dix morceaux de rap français qui ont retenu notre attention.

Le 7 mai : K.Oni feat. SAS – Désaccordés (Prod. K.Oni)

Le confinement a entraîné quelques aventures créatives pertinentes, à l’image de l’EP Maison de K.Oni, duquel est issu ce morceau avec SAS. La formule est minimale : deux rappeurs, deux couplets, très denses, qui cherchent le sens avant tout, entraînant presque malgré eux de jolies punchlines, puis une outro jazzy pour respirer, et pour mieux encaisser les performances. En découle une ambiance tragique, dans laquelle K.Oni et SAS s’épanouissent parfaitement, se permettant même quelques coups de coude au destin. Une belle mise en bouche avant la sortie de l’album 1984, à paraître le 26 juin. – Jérémy

Le 15 mai : Aketo : NSN (Prod. FGVNTracks)

Durant ce confinement, Aketo a fait parler de lui de deux façons. Il a d’abord célébré l’héritage Sniper, accompagné de Tunisiano, via le Paname All Starz Challenge, ainsi qu’un battle de classiques sur Instagram avec Sat de la Fonky Family. D’un autre côté, il a sorti un EP produit en grande partie par Madizm et intitulé Confiseries, résolument tourné vers l’avenir, dans le discours comme dans les sonorités. Fait intéressant, et alors que la décennie a vu les albums de Sniper couronnés de succès, il clame haut et fort sur cet EP son goût pour les rois sans couronne du rap, et multiplie les références de fin connaisseur de la discipline. C’est particulièrement vrai sur « NSN » (comprendre « Nessbeal Salif Nubi »), seul morceau produit par FGVNTracks, sur lequel on retrouve un Aketo méconnaissable à la voix rauque, en dehors d’un pont judicieusement placé en fin de morceau. Vous l’aurez compris, ce projet semble être les prémices du premier véritable album d’Aketo, attendu depuis plus d’une décennie. – Olivier

Le 7 mai : Aksen – GAMEBOY (Prod. Pantone Prod)

Alors que l’album Le Meilleur des Mondes de Kobay est disponible depuis de le mois de janvier, Aksen, le rappeur du groupe, revient à une formule de rap plus classique dans un clip claustrophobique. On y fait le tour de son home-studio sous toutes ses coutures. Et, tant dans l’image qu’à l’audio, les références à la culture populaire sont légion : cinéma, sport, comics et, bien sûr, les jeux-vidéo. Nul doute que chacun y trouvera sa madeleine de Proust. – Wilhelm

Le 8 mai : Nefaste – Tempête (Prod. Ben Maker)

En 2019 Nefaste sortait certainement l’un des meilleurs projets de l’année avec Partir Loin. L’une des forces de cet album réside dans le choix des productions, vecteur d’une musicalité encore plus prononcée que sur ses disques précédents. Toujours en quête d’harmonie, le rappeur de Cergy vient de publier un nouveau morceau, «Tempête», dans lequel  il exprime son spleen avec douceur et transmet une sensibilité émouvante. L’instrumentale captivante de Ben Maker est produite dans un registre peu habituel pour le beatmaker parisien. Elle vient renforcer la collaboration entre les deux artistes, initiée il y a de longues années. En espérant que celle-ci continue à perdurer dans le temps. – Jordi

Le 3 mai : Euteïka – Waow (Prod. Kaya Production)

On vous avait parlé d’Euteïka en décembre dernier. Entre temps, quelques freestyles sont sortis et début mai, il a refait parler de lui en reprenant un de ses gimmicks pour en faire un morceau. « Waouw » a été décliné en deux versions. Une première, courte, en mode Colors, avec un petit clip toujours original assuré par le Sheper Crew et une seconde version, plus longue. Technique, avec des placements sûrs, variant sa scansion, Euteïka nous rappelle à quel point l’enfer c’est les autres. Si l’homme est un loup pour l’homme, il est surtout un mouton de Panurge et le Niçois se marre de voir le troupeau aller à sa perte. Ganté et masqué depuis longtemps, Euteïka pratique les gestes barrière sa manière : « j’suis ni des leurs ni des vôtres, que la peste soit de vos deux maisons ». – Chafik

Le 29 mai : Karlito – Fame (Prod. Pone)

Le secret le mieux gardé de la Mafia K’1 Fry est décidément très actif ces temps-ci. Outre plusieurs singles, un deux titres réalisé par le duo Tcho / Odweeyne, et un album annoncé pour la rentrée, Karlito a pris le temps d’écrire et préparer un EP 7 titres entièrement produit par le légendaire beatmaker de la F.F., Pone. Deux extraits de « Vision » sont sortis ce mois-ci, dont le délicieux « Fame » qui relie parfaitement les deux entités, les mots précis du boxeur percutant légèrement la mélodie lunaire du compositeur, particulièrement inspiré. Les potos de longue date nous ont concocté une musique généreuse, un véritable cadeau pour les auditeurs aguerris de rap français. – Antoine

Le 8 mai : Lesram – G-31

Alors voici enfin le premier petit projet tout solo de ce bon vieux Marsou du pré St Gervais. Bien globalement, le contrat est rempli et on est très satisfait. On retrouve les rimes riches et les références recherchées qui caractérisent le jeune prodige du Paname Bende qu’on attendait au tournant, et depuis un moment. L’introduction du petit projet, « G-31 », agit comme prévu, comme une patate bien chaude qui passe d’une oreille à l’autre en semant la panique. Avec un flow qui sait passer d’un débit d’ultra fluide et technique à ce qui ressemble à la performance d’un gamin de CM2 répétant sa poésie dans le RER avant l’interro, Lesram nous régale en brouillant la piste de danse sous un beat pop à souhait taillé pour les soirées insouciantes d’été. Dans la veine de ce rap bien taillé posé avec simplicité sur une prod moderne, G-31 fait un bon job et débride un appétit pour les petits sons qui détonnent, qui s’étaient parfois un peu endormis sous huit semaines de confinement. – Sarah

Le 28 mai : Just Music Beats & Akhenaton feat. Infinit’ et Veust : O’Straniere

Akhenaton, amoureux du sampling (« toujours à la recherche du sample juste »), s’est fait plaisir sur son nouvel album, Astéroïde, réalisé en collaboration avec le duo de beatmakers Just Music Beats. Ce qui ne devait être qu’un EP réalisé à l’occasion du confinement s’est avéré être un long format cohérent, supportant plus qu’aisément la comparaison avec les albums précédents de la légende marseillaise. Buddah Kriss et Oliver de JMB bénéficient par la même d’une mise en lumière méritée au vu de leurs placements réguliers d’instrus pour Akhenaton et IAM, mais également parce qu’ils sont pour beaucoup dans la cohérence globale du projet. Parmi les temps forts du projet, la combinaison inter-générationnelle avec Veust et Infinit’, voisins du 0.6., n’a pas déçu, tant par le florilège de punchlines qu’elle contient, la fluide combinaison des flows, que l’instrumentale nerveuse choisie pour l’occasion et sa belle intro. « Si tu plantes ailleurs que dans le dos t’es disqualifié, on est ennemis depuis si longtemps qu’ça frise l’amitié. » – Olivier

Le 15 mai : Ockney, Freez, Templar et Joe Lucazz – Millions de vues (Prod. Spezial Beats)

Sur une boucle mi-angoissante mi-mortuaire de Spezial Beats, un casting de haut vol à la Ocean’s Eleven s’est donné rendez-vous pour braquer le game, puis se répartir tranquillement les millions de vues. Quatre gentlemen qu’on ne présente plus sur Le Bon Son, qui ont tous la particularité d’aligner les rimes et les images dans un style bien à eux, précis et identifiable. Pas de fake MC, pas d’achat de stream, que du love et du neck-breaking pour ces talentueux conteurs des temps modernes. – Antoine

> Millions de vues

Le 9 mai : Poz – Soyez vivants (Prod. Poz)

Depuis que les membres du groupe Tous Salopards tracent leur sillon en solo, ils font preuve d’une activité impressionnante. Ce mois-ci, Poz vient de sortir un nouvel EP intitulé Chaos. Ce 5 titres s’ouvre sur le morceau « Soyez vivants ». Sur une boucle de piano qu’il a lui-même concoctée, Poz expose son rap mélodieux. L’écriture soignée permet de découvrir son côté désabusé qui ne se laisse pas abattre. Torturé qui se soigne, Poz est un salopard qui lutte contre l’enfoiré qu’il y a dans son miroir. Assumant qui il est, ce qu’il fait (« rap de gentil, rap de iencli, rap de blanc oui et alors ?! »), l’auteur de Chaos semble sur la route de l’harmonie. Si le refrain est entêtant, il faut surtout souligner la qualité du clip. Poz y joue le ou plutôt les premiers rôles, exposant ses différentes facettes de crooner, de kickeur, de beautiful losers, qui porte assez bien la couleur pourpre… – Chafik

Partagez:
  •  
  •  
  •  

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *