Alors que la rédaction prévoyait de sortir ses tops US et FR de 2014, l’idée est venue d’ouvrir un peu les horizons en élaborant une sélection worldwide d’une dizaine de sons ayant pour seul but de rappeler que le Hip-Hop n’a pas de frontières. Cette sélection ne représente donc en aucun un top, il s’agit simplement des coups de cœur que les différents rédacteurs ont eu durant cette année concernant divers sons qui n’entrent pas dans nos catégories habituelles. Un voyage autour de la vaste planète Hip-Hop dans lequel beaucoup plus de sons mériteraient de figurer, mais pour un premier périple, voici de quoi satisfaire la curiosité des touristes.

SENEGAL // Keur Gui feat. Kokayi Nothing – Nothing To Prove

C’est du côté du Sénégal que j’ai fait ma découverte 2014. J’étais habitué au rap africain aux sonorités traditionnelles, en faisant presque un cliché, et j’ai découvert les survéners rappeurs de Keur Gui. Ils ont sorti cette année Encyclopédie, un livre audio qui englobe toutes les disciplines du Hip Hop. Entre égotrip, technique et contestation artistique, cet album est le fruit de cinq mois de travail acharné. Et tenez-le vous pour dit, ils n’ont rien à prouver au rap du vieux continent ou Outre Atlantique, frôlant même la perfection avec des techniques qui font penser à celles du Drunken Master Ol Dirty Bastard. [Rédacteur : Blaise]

PORTUGAL // Bob Da Rage Sense – Sem Escolha Possivel

Bob Da Rage Sense est un rappeur d’origine angolaise vivant au Portugal. Figure importante du rap underground « tuga » (c’est ainsi qu’on désigne le rap portugais) depuis son album Bobinagem en 2002, il a sorti en mai 2014 son cinquième album Ordem depois do caos (« L’ordre après le chaos »). Il s’agit d’un album aux multiples sonorités, aux beats variés, dans lequel les textes ont une part importante. Rappeur conscient, Bob Da Rage Sense manie la langue portugaise de manière engagée. En témoigne un magnifique son comme « Reflecte » feat. Maura Magarinhos, sorti en 2013 dans le cadre des extraits de l’album, qui n’entrait donc pas dans ce classement. [Rédacteur : Costa]

GHANA – USA // Blitz The Ambassador feat. Seun Kuti – Make You No Forget

Certes, certains clameront que Blitz a un passeport américain à côté de ses papiers ghanéens et qu’il a étudié chez l’Oncle Sam. Mais s’il se fait appeler The Ambassador, ce n’est sans doute pas pour rien, car sa musique met le plus souvent son Ghana natal et l’Afrique à l’honneur. « Make You No Forget », l’un des singles de son troisième album studio Afropolitan Dream va clairement en ce sens. 
Blitz se charge lui-même de l’instru, mélangeant à merveille guitares, cuivres et drums pour produire un Afrobeat digne des plus grands du genre. Il pose aussi sur le beat, comme à son habitude, et fait intervenir Seun Kuti, le fils de Fela, sur le refrain. Le clip, tourné à Accra, est superbe. The Ambassador nous donne un regard nostalgique sur son Afrique, critiquant la corruption, les élections truquées, mais évoquant ses souvenirs de jeunesse à Accra, tels des madeleines de Proust. Si vous dodelinez sur ce son, on vous recommande vivement d’aller voir Blitz en concert, lui qui visite régulièrement notre pays. Avec son band de musiciens, ils maîtrisent à la perfection l’art de vous faire danser en mixant traditions Hip Hop et influences africaines. [Rédacteur : Maxime]

ANGLETERRE // Jehst & Strange U – Dolph Lundgren

Ce n’est pas une surprise : la scène hip-hop de l’autre côté du channel est extrêmement riche. On y trouve des labels reconnus mondialement, Big Dada en tête (Ninja Tune), et des artistes phares comme Ty, Roots Manuva, Rodney P, Mark B and Blade, DJ Vadim… et la liste est longue. Les influences de la scène britannique sont nombreuses : hip-hop américain, européen cultures jamaïcaine et africaine, voire indienne, musiques électroniques, trip-hop de Bristol… Il a été compliqué de choisir des sons de chaque mouvance pour 2014, alors on a choisi au feeling Jehst et Strange U et cet excellent «Dolph Lundgren» (en référence à un acteur suédois, spécialiste des sports de combat).

Jehst est un MC installé et reconnu à Londres depuis la fin des années 90. Outre ses nombreux projets solos et son label YNR Productions, on l’a vu poser aux côtés de Task Force ou Klashnekoff, éminences de la scène indé. Strange U est un duo un peu barré, qui produit du Hip Hop gras, aux ambiances post-indus’. Ces mecs se sont forcément écoutés du Company Flow ou du Cannibal Ox au fond d’un hangar désaffecté avant de concocter leurs instrus et de poser dessus. Ce bon son retranscrit cette atmosphère, et Jehst y est comme souvent parfait. [Rédacteur : Maxime]

CHILI // King Kong Click feat. Lean One Dread – Siempre De Pie

Originaire de Quilpue au Chili (non loin de Valparaíso), la King Kong Click occupe la scène rap chilienne depuis déjà quelques années, avec une fréquence de sorties assez impressionnante si on comptabilise les solos de Bubaseta, que nous avons déjà mentionné dans nos colonnes. Les auditeurs avertis de rap français auront vite fait de repérer quelques ressemblances avec le Saïan Supa Crew, notamment grâce aux flows multiples et variés de Bubaseta, et à la voix grave à la Vicelow de Subwoffer, l’autre MC du groupe. Sur ce track, Lean One Dread vient épauler le groupe au refrain, rajoutant une touche caribéenne au groove qui caractérise la musique de la KKC. Et pour ceux qui aimeraient en écouter plus, leur double album Inmortal Masek est sorti cet été… Et il est gratuit. A noter que le dernier freestyle en date du groupe Parisien Phases Cachées a été enregistré sur l’instru de 4 Rillaz, issu de l’album Asunto de simios sorti en 2011. [Rédacteur : Olivier]

ANGLETERRE // The Four Owls – The Lost Relic

Le Hip Hop en Angleterre, voila un sujet limité (Dizzee Rascal, Dirty Dike….) voire inconnu pour moi, jusqu’à ce qu’un petit malin (Pedro, j’te vois) me fasse decouvrir The Four Owls. Une gifle, tant le groupe assure un travail de qualité, et un esprit Hip Hop qui est proche de la pureté absolue. « The Lost Relic » le titre que j’ai choisi aujourd’hui, est pour moi l’échantillon 2014 de leur travail, une relique rare qui permettra à l’auditeur d’apprécier leurs compétences, et de constater que les terres d’Albion recèlent des trésors cachés en termes de MCing. [Rédacteur : Adrien]

ESPAGNE // Foyone – Preguntas

Foyone demeure actuellement un des fers de lance de la scène rap underground en Espagne. Il s’est d’abord fait connaitre par ses multiples vidéos-freestyles portant le nom de « Rap sin corte », avant de sortir les projets « PVTA » et « Dolares mentales » qui lui ont permis de se faire définitivement une place dans le panorama national. L’été dernier, il a donné naissance à un nouvel EP, « El Patio », en téléchargement gratuit. « Preguntas » est extrait de ce projet qui a mis tout le monde d’accord et s’avère être selon moi l’une des meilleures sorties 2014 de l’autre côté des Pyrénées. Sur celui-ci, on peut se délecter de productions de son beatmaker habituel Sceno, mais aussi d’instrumentales de l’incontournable Manu Beats. Ces trois artistes sont originaires de Málaga, au même titre que Gharuda, le réalisateur de ce clip qui illustre à merveille les charmes tant spécifiques de l’Andalousie. A noter la sortie de Mesias il y a tout juste trois semaines, un nouvel album que Foyone devrait défendre sur scène courant 2015. Deux dates européennes sont d’ ailleurs prévues à Londres et Berlin les 15 et 17 janvier prochain. Fait relativement rare en Espagne pour être souligné. [Rédacteur : Jordi]

ALLEMAGNE // Fler – Hipster Hass

« Je prends les Hipsters en gangbang dans toute l’Allemagne, ce style de clochards n’est pas celui de Kreuzberg » Les paroles sont crues, le titre est explicite « La haine des hipsters » et comme dirait Sefyu, la prod va avec. Fler défonce les fashion victim du milieu berlinois, ceux habitués à boire de la Club Maté, faire parler d’eux dans les médias et donner une image cool du quartier de Kreuzberg. Originaire de ce même coin, l’ex-membre du label Aggro Berlin prend un plaisir non dissimulé à jouer des clichés et à se mettre en opposition en vantant son mode de vie très « hiphop » et aux antipodes de cette cool attitude. « Tu n’es pas devenu un artiste juste en utilisant Instagram » [Rédacteur : Antoine]

FRANCE – MEXIQUE – USA // Loco Rodriguez & Piloophaz feat. Addic & Boldie – No Hay Tregua

« No Hay Tregua. » « Il n’y a pas de trêve. » Le titre résume la volonté des trois MC’s de ne pas baisser les bras, aussi bien dans leur style musical que dans leurs idées. Sur un beat de Piloophaz, Loco Rodriguez (Toulouse, France) invite sur son album L’appel du souterrain Addic (Santa Ana, Etats Unis) et Boldie (Monterrey, Mexique). Représentant de la Casa del Phonky, Loco revient avec énergie, et fidèle à la tradition du « Sick Side », et transmet cet esprit d’universalité propre au mouvement à travers ce morceau,  réunissant le français, l’espagnol et l’anglais. J’ai tenu à présenter ce morceau pour sa volonté de ne pas se limiter à l’enclavement que certains pourraient reprocher au rap en France, il est la preuve que le Hip Hop est bel et bien devenu une notion qui dépasse les frontières, les nations et les langues. [Rédacteur : Adrien]

ITALIE // Rocco Hunt – Nu juorno buono

Le MC napolitain nous entraine sur une instru vraiment chill, pour nous narrer le bien-être italien et la chaleur humaine des autochtones, le temps d’une journée ensoleillée, où tout se passe(rait) bien et sans accroc. Des images qui font du bien – surtout en plein hiver – et un élan d’espoir encourageant, salué par les auditeurs locaux qui représentent plus de 20 millions de vues pour ce seul son. [Rédacteur : Antoine]

BONUS : USA – HOLLANDE – ANGLETERRE // Bonus track : Lord Lhus & PSL – Ground You Walk Upon (prod. By Dirty Dike)

A la toute fin de l’année 2013 sortait le son « Ground you walk upon » de Lord Lhus et Persoonlijk (PSL) qui annonçait l’album Ïntërnätïönal Rhÿmz Könnëct pour 2014. Un album sur lequel les deux compères invitaient des emcees membres de Empty Handed Warriors, un collectif international et underground de rappeurs et beatmakers. Sur une instrumentale somptueuse de l’anglais Dirty Dike, Lord Lhus et Persoonlijk (PSL) nous parlent de leur rapport au hip-hop de manière désabusée en déplorant la disparition des valeurs d’authenticité véhiculées par cette culture. L’album lui-même est une défense du caractère international de la culture hip-hop qui transcende toutes les différences linguistiques et se nourrit de toutes les traditions musicales. Quoi de mieux pour clore cette sélection internationale, en guise de bonus, qu’un son qui met en avant l’esprit de partage et l’absence de frontières dans le rap. Puis, comme dirait Nas, « The world is yours ! » [Rédacteur : Costa]

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager avec les petites icônes ci-dessous, et à rejoindre la page facebook  ou le compte twitter du Bon Son.