Tekilla sort son nouveau projet, Sombre Héros, le 26 novembre (disponible ici). Et pour l’occasion, le MC originaire de Montpellier et membre du Mer2Crew revient sur sa musique, son style, son parcours et ses multiples casquettes… pour Le Bon Son.

Le Bon Son : Tekilla bonjour, peux-tu te présenter aux lecteurs du Bon Son ?

Salut à tous, big up au Bon Son, on m’appelle Tekilla aka Double Cheezy, MC de 26 ans, originaire du Sud de la France, je navigue surtout entre Montpellier, Arles et Marseille. Je fais partie du Mer2Crew, avec mes acolytes MC’s Lost et Tosal et les DJ’s Salas et Ketshow. C’est un groupe au sonorités hip hop ragga, en actvité depuis… depuis 10 piges maintenant. Depuis le lycée.

Parle-nous un peu de ton parcours dans le Hip Hop…

Alors j’suis rentré dans le Hip Hop en tant qu’auditeur, au collège, j’avais 13 piges je pense. Du classique, IAM, NTM, Eminem, etc.  Je me rappelle que je matais un match de boxe à la télé et un des 2 boxeurs est rentré sur le ring sur “The Next Episode” de Dre. Le truc m’a percuté le crâne , et j’ai su direct que c’était cette musique et pas une autre.

Après, parcours classique, j’ai commencé à gratter mes textes dans mon coin, puis j’ai monté un premier groupe, le K.A.O. avec 2 potes d’enfance, Dante et Scarp. C’était un délire de gosse, rien de sérieux, puis au lycée j’ai rencontré Lost, puis Tosal & Salas et j’ai rejoint mon Mer2Crew. On a fait nos armes, petit à petit, open mic, live, on a enregistré je pense pas loin de 200 sons mais sans réels projets, sans but, juste à l’instinct, puis on a essayé de pousser le truc qu’assez récemment au final. On sort notre première netape en 2010 “Avec Nos Trips”, on continue les scènes et à se faire un p’tit nom sur Arles, notre ville natale et à Montpellier et Marseille, nos villes d’adoption. En 2012, on a sorti la deuxième netape “Avec les moyens du bar”.

Comment définirais-tu ton rap ?

C’est du rap. Aucune prétention à être révolutionnaire, j’aime le bon rap, et j’essaye de faire le rap que j’aime. Donc si tu aimes le bon rap, tu devrais aimer le mien ! Non plus sérieusement, je dirais que ma musique est sincère, que ça se ressente ou pas, je mets une grande partie de moi-même dans mes sons. Instinctif aussi, je ne me limite pas au niveau des thèmes abordés, des prods choisies… Je ne m’interdis rien et j’essaye d’aborder vraiment toutes les émotions qui me constituent.

J’accorde aussi une grande importance à l’image, surtout à notre époque où pour se démarquer, faut proposer un visuel qui détonne. Je réalise tous mes clips via ma boite, Deal2Com, et j’essaie d’apporter un délire graphique à chaque fois. C’est devenu un réflexe, pendant que je gratte un texte, j’ai les images qui viennent toutes seules en même temps… Le hip hop c’est mon style musical, ma philosophie et en partie mon métier aussi, vu que je réalise des clips de rap, entre autres.

Pour finir, grâce à mes partenaires du Mer2Crew je me suis ouvert à des musicalités plus ragga, des trucs plus chantés et c’est tripant, même s’il reste quand même du boulot de ce côté-là !

D’ailleurs ces références au Mexique (“Tekilla”, “Sombre héros”) c’est pour quelle raison ?

Cet univers s’est plutôt présenté à moi dans un deuxième temps. A mes débuts, j’ai choisi le blase de “Tek-Killah”, pour technique et killer, ainsi que pour mon amour sans limite pour cette boisson exotique ! Avec le temps, j’ai modifié l’orthographe en quelque chose qui me semblait plus intéressant. J’ai aussi changé de boisson de prédilection par la même occasion, mais je me voyais pas trop m’appeler “Rhum” ah ah ! Du coup, c’était pas vraiment voulu, mais par ce blase, il y a une connotation latino inévitable et ça me va très bien, étant d’origine espagnole et attiré par cette culture…

L’actualité c’est Sombre Héros, peux-tu nous parler de ce projet ?

Alors Sombre Héros c’est parti du fait qu’on était dans une phase transitoire avec le crew. On était entre 2 projets, les occupations de chacun faisaient qu’à cette époque on se voyait un poil moins (dans un délire de création musicale en tout cas), mais par contre mon rendement niveau écriture, idées, concepts était toujours le même, peut être même plus élevé encore. La finalité de tout ça, c’est donc Sombre Héros, la mixtape qui sort le 26 novembre. 12 morceaux, juste ce qu’il faut. Je pense vraiment avoir réussi à résumer mon univers, et les divers aspects de ma musique dans cette galette.

Dessus on retrouve mon Mer2Crew évidemment, sur 3 sons, et DJ Salas et Ketshow (qui forment à eux 2 le collectif Second Hand) ont scratché sur plusieurs tracks. Y a également un morceau avec les potos du Vice V3rs4, un bon p’tit groupe de Montpellier qui en a sous le capot, et un feat avec Arel, un mec de chez moi, avec une plume solide. J’avais enregistré pas mal d’autres feats mais beaucoup se sont retrouvés sur “Tekilla & Friends”, ça collait plus au truc. Pour Sombre Héros, je voulais faire simple et efficace.

J’ai conçu tous les éléments de ce projet, textes, pochette, clips, mix, master… Sauf les instrus, c’est de la face B ou des free prods pour ce projet, à part une lourde instru du poto de LaReplic Prod. C’est le seul truc que je touche pas les instrus, j’ai essayé et pour le bien de tous, je laisse ça à d’autres beaucoup plus doués.

Il sort en téléchargement gratuit et en physique à 5 euros. C’était important pour toi de sortir le CD ?

Avec le Mer2Crew, on a toujours diffusé nos projets gratuitement, on ne voit pas la musique autrement que par le partage. Par contre, nous avons toujours proposé une version CD de chaque mixtape, que nous vendons à la sauvette et pendant les lives. Pour les amateurs de l’objet déjà. Ca se perd, mais le plaisir d’avoir un CD, une pochette, ça surpasse tous les dossiers mp3 sur ton disque dur, y a pas photo.

Ensuite, on va pas le nier, le soutien des gens qui achètent le CD est indispensable, surtout dans la démarche dans laquelle nous sommes. Tous les revenus de nos ventes de CD et Tshirt repartent illico dans du matos, studio ou live, et c’est grâce à ça que la qualité des projets va crescendo…

Pour revenir à Sombre Héros, ça me tenait à coeur de proposer un habillage de qualité à un prix raisonnable. Y en a donc pour tous les goûts, ceux qui veulent juste prendre du plaisir avec le son, le trouveront en téléchargement gratuit, ceux qui veulent un format physique, un visuel et impacter sur les projets futurs pourront chopper le skeud. Faut pas hésiter à me contacter sur ma page facebook ou mon mail d’ailleurs (mer2crew@hotmail.fr) pour commander, y en aura vraiment pas pour tout le monde.

Y’a-t-il un autre projet en préparation ?

Là on part sur l’album du Mer2Crew maintenant. On commence à réunir des instrus, à chercher des thèmes, on est en phase d’observation quoi ! Il devrait y avoir un projet de mon frère de son Lost d’ici peu aussi, “Entre 2”. Et le but maintenant c’est de multiplier les scènes, l’aboutissement de tout pour nous.

Quelques mots sur la scène montpelieraine ?

Elle est bouillonnante, et à part 1 ou 2 groupes exposés, assez peu mise en valeur au final. Mais quand t’arrives dans un open mic, y a des MC’s à la pelle qui attendent leur tour. Y a vraiment un gros niveau et tous les styles de rap sont représentés. Je pense que c’est une des zones à surveiller dans les mois qui arrivent.

Le mot de la fin :

Cuniculiculture.

Facebook Tekilla / SoundCloud / Bandcamp / YouTube

Sombre Héros : sortie le 26 novembre, et disponible ici.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager avec les petites icônes ci-dessous, et à rejoindre la page facebook ou le compte twitter du Bon Son…