10 Bons Sons en janvier 2021

Comme chaque début de mois, l’heure est au bilan du précédent autour de dix morceaux de rap français qui ont retenu notre attention.

Le 14 janvier : Rim’k x Vitry All Star – V (Prod. Automatic Beats x Cortez)

En 2005 le 113 sortait l’album 113 Degrés dans lequel apparaissait le morceau “Vitry Nocturne”. Sur celui-ci s’illustraient d’innombrables rappeurs du Val-De-Marne faisant de ce titre un temps fort de l’album. C’est avec ce même esprit rassembleur que Rim’k vient de convier trente-cinq artistes de la jeune génération de sa ville à collaborer sur le morceau “V”. Chef d’orchestre de ce posse cut plein d’entrain, le tonton de la Mafia K’1 Fry offre une occasion en or à la jeune garde d’exposer son talent. Mention spéciale pour Mutant et les deux membres de Phénomène Bizness qui brillent de mille feux grâce à l’instrumentale envoûtante d’Autmomatic Beats et Cortez. – Jordi

Le 29 janvier : Relo – Tonytruand (Prod. Skenawin)

Relo fait partie de ces rappeurs qu’on apprécie, qui incarne la scène marseillaise avec une proposition qui lui est personnelle. Ambitieux avec son rap sans prétention, le « meilleur rappeur que personne connaît » lance son année avec sa mixtape La voix du 13. Dans ce nouveau projet sorti treize mois après son album Plume 13 , le colosse du 13013 opère quelques changements dans la continuité. Que l’on se rassure, Relo demeure cohérent, a pour obsession un discours de vérité, très loin « des durs, des boss, des tueurs à gages, des bandits ». Toujours accompagné notamment par L’Adjoint, Skenawin et Nef à la réal, Relo régale comme sur « Tonytruand », intro du projet, avec son sens de la formule (« Je fais pas du rap conscient, je fais du rap qu’on ressent » ou encore « Les bastos se logent dans les corps sans quittance de loyer »), ses rappels historiques, ses références pointues et bien sur ses phases dans lesquelles tout le monde se reconnaîtra. Mais on relève quelques petites nouveautés, une mélodie dans tel refrain, des adlibs bien sentis dans tel morceau ainsi que de nombreux featurings contrairement au projet précédent. Citons bien évidemment le posse cut « Fiers » avec son beau casting : Mino (qu’on n’avait plus entendu depuis des lustres), le 3e Oeil (dont l’album arrive), Faf Larage (de moins en moins fainéant ces derniers temps) et un Shurik’n particulièrement en jambe ! Relo devient de plus en plus incontournable à Marseille. – Chafik

Le 30 janvier : Nakk Mendosa – Boite Noire

« Personne n’a oublié Dosa » mais il était davantage cité comme une référence de jeunes rappeurs que pour sa propre musique depuis, hélas, trop longtemps. Pendant les fêtes, nous avons su que ça allait changer grâce à l’annonce d’un retour imminent. C’est chose faite avec sa « Boite Noire », un morceau hors projet – oui, un projet de trame. Tout le monde n’est pas égal face aux temps et on voit bien que pour Nakk le rap c’est un peu comme le vélo. L’enchaînement d’idées pêle-mêle, de jeux de mots bien sentis et de références multiples, autant modernes que « classiques », s’accompagne d’une production très musicale dans la lignée de Darksun 2 à la sauce 2021. La fougue et l’appétit qui se dégagent du morceau ne font que renforcer notre attente. – Wilhelm

Le 27 janvier : AP feat. 13 Block (Zefor & Stavo) – Paparazzi (Prod. BAGocrazy & Morexonthetrack)

Après avoir égrainé quelques singles -assez inégaux- en fin d’année dernière, revoilà donc AP qui s’est décidé à lâcher un nouveau projet en solo, quatorze pistes quand même, ce mois-ci. Si l’ensemble passe globalement à qui l’écoutera d’une oreille distraite, entre petits plaisirs coupables qu’on se cachera un peu pour kiffer et les grosses ficelles qu’on passera sans trop s’attarder, le kickeur invétéré du 113 parvient quand même à nous avoir, en glissant au cœur de sa track list un feat parfaitement calibré qu’on est bien content de trouver là. Sur une prod incroyable, répétitive et abrutissante à souhait, qui tape et étourdit en huit temps salement tassés, les flow de Stavo et Zefor, qui représentent ici pour le clan de Sevran, s’emboîtent et répondent à leur hôte avec un harmonie impeccable. Les trois voix kickent et enchaînent les jeux de flow et les punchlines pour garder l’auditeur en haleine alors que la boucle lui a cassé la bouche. – Sarah

Le 19 janvier : Hill G – Masque à gaz haut de gamme (Prod. Ihyaem.d)

Des mois que l’ex des X distille des sons de grande qualité soutenus par des clips aux esthétismes soignés. Et comme à chaque fois depuis bien un an, quand ça tombe, on est content. Car on éprouve toujours un plaisir sincère, teinté de nostalgie et d’une saine curiosité, à se laisser bercer par le flow maîtrisé et le timbre irremplaçable, indémodable de l’un de ceux qui, il y a de cela quelques décennies, nous avait ouvert la porte de ce monde frappé à la caisse claire. Avec son groove planant sur la boucle chillante de Ihyaem en 90bpm, Ill honore tranquillement le dernier rendez vous qu’il nous a donné. On se voit au prochain. – Sarah

Le 19 janvier : LK de l’Hotel Moscou – Où j’ai grandi (Prod. Kindred Beats)

Les créateurs de la bande-dessinée Bayou Bastardise ont eu la très bonne idée d’offrir une bande-son à leur création. Parmi les titres qui la composent se trouve ce nouveau morceau de Laurent Kia, ouvert par un refrain mélodieux très efficace. « Où j’ai grandi » transpire la nostalgie, depuis les nappes de sa production jusqu’à ses deux couplets, évoquant chacun à leur manière des instants passés, d’abord dans un esprit plutôt street, avant que la mystique de la nature prenne le pas, pour finalement laisser peu à peu place à la douleur. Cette chanson est un joli voyage intérieur, alternant images marquantes et analyse postérieure, le tout performé de manière aérienne, un brin de contemplation dans la voix. – Jérémy

Le 7 janvier : Ichon – La vie (Prod. Sofiane Pamart & Dabeuil)

Plus le temps passe, plus la route suivie par Ichon devient sinueuse. Régulièrement, de très belles choses se dévoilent au détour des virages, à l’instar du funky « La vie ». Avec son rythme entraînant et sa foultitude de détails et variations, la production de Sofiane Pamart et Dabeuil instaure une délicieuse ambiance 80’s qui sied parfaitement à la balade existentielle de Ichon, qui, à l’aide d’un lexique tournant littéralement autour de la pluie et du beau temps, parvient à réaliser un vrai petit tube pop, suffisament original dans son approche pour avoir son identité propre, suffisamment générique pour toucher tout le monde. Une prouesse qui peut rappeler le désormais culte « Si l’on ride ». – Jérémy

Le 20 janvier : Faf Larage & DJ Djel – The Spin-Off

Plutôt rare ces dernières années (une apparition sur l’album en 2019, un couplet sur l’album de Muge Knight en 2020) Faf Larage a en revanche récemment multiplié les combinaisons avec son ami Sébastien Damiani. Plusieurs titres du duo ont vu le jour, mais ce nouveau, produit par DJ Djel, a particulièrement secoué les têtes les plus hip-hop de Marseille et de Navarre. Un beat Nineties bien foutu, un clip super propre et un flow impeccable, Faf nous donne l’envie de dépoussiérer sa discographie à l’écoute de ses/ces références évidentes qu’il cite ici et là. Le 3e Œil tease son retour sur disque pour cette année, qu’en sera-t-il du frère de Shu ? En tout cas, nous, après ce spin-off, sommes curieux de suivre cet inattendu come-back. – Antoine

Le 14 janvier : Sage Pee – Distant 

Si son nom ne vous dit pas grand chose, Sage Pee ne sort pas de nulle part. Plus actif ces dernières années en tant que beatmaker (notamment auprès de Luidji), il passait également régulièrement derrière le micro. Cette double casquette, alliée à une maîtrise du chant sans autotune, une plume au service du fond, et une direction artistique déja bien affirmée, donne aux douze titres qui composent Distant une cohérence globale, qui se fait de plus en plus rare dans la multitude de projets qui fleurissent chaque semaine. Ce mélange entre ambiances sombres et mélodies sophistiquées, sur fonds de chœurs savamment dosés, offrent un rendu plutôt inédit dans le paysage rap français actuel, particulièrement efficace sur le titre éponyme. – Olivier

Le 28 janvier : Josman – F*cked up 4 (Prod. Josman)

En 2018, Josman passait définitivement du statut de rookie à celui de valeur sûre de la scène rap français par le biais de son album JO$. Deux ans plus tard, il sortait Split, un projet qui regorgeait de plusieurs bons titres mais qui dans son ensemble demeurait inégal et décevant étant donné la longueur de la tracklist. En ce début d’année, J.O.S a opté pour la confection d’un opus plus court, lui permettant ainsi de concentrer son talent sur quelques chansons. Le morceau « F*cked up 4 » ouvrant le bal du EP MYSTR JO$, met en lumière tout son talent. Il y fait preuve d’un flow hors pair, de placements chirurgicaux et d’une énergie débordante. La mise en scène du clip réalisé par Helmi et produit par Division plonge pleinement l’auditeur dans l’univers sombre et urbain du rappeur de Vierzon. – Jordi

Hors sélection : Atenn x MasafiR x Gringo – SANJI

Tariq (MasafiR) avait 21 ans et est décédé le 25 janvier dans un tragique accident. Sa présence dans cette liste mensuelle a pour but de lui rendre hommage. Véritable soldat du hip-hop, il trouvait dans le rap un exutoire et avait décidé de s’y consacrer pleinement. Incarnant dans sa vie quotidienne les valeurs portées par cette culture, il fut, pour tous ceux qui le côtoyaient, quelqu’un de grand par ses mots et ses actes. Il laissera derrière lui une œuvre : une liste de sons dont celui-ci fait partie. – Costa

Lire aussi :

10 Bons Sons en décembre 2020

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager avec les petites icônes ci-dessous, et à rejoindre Le Bon Son sur Facebook, Twitter et Instagram.

Partagez:
  •  
  •  
  •  

Un commentaire

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *