10 Bons Sons turcs en 2020

Cette année, la scène turque se montre créative et surprenante, avec de nouvelles têtes et de jolis clips. De nouvelles sonorités, plus chantées ou flirtant avec le R&B ont rejoint la nouvelle tendance trap qui a pris possession du game turc. Que les amateurs de rap old school se rassurent, il y en a pour tous les goûts dans cette seconde sélection dédiée à la Turquie.

Une playlist à retrouver aussi sur Spotify.

Texte : Vincent Jaouen

XiR – Sallan

Tourné lors d’un mariage dans le quartir rom de Yenisahra à Istanbul, le clip réalisé par Melih Kun grandit encore « Sallan », titre produit par California avec lequel le rappeur turc XiR prend la tête de notre sélection annuelle. Originaire d’Ankara, où il se rappelle avoir monté son premier studio en 2003, XiR est connu depuis 2010, et a sorti trois albums solos, ainsi que deux projets avec le groupe Istanbul Trip qu’il forme avec No1, Maestro, Heja, Sam, Ashoo et DJ Sonat.

 Kendine Gel – Emir Taha

Chants suaves, influences turques et orientales, quelques couplets rappés en anglais… Emir Taha débarque de Turquie avec son R&B et s’adresse à un potentiel public mondial. Le nouvel OVNI de la scène turque, rappeur et chanteur, a sorti cette année son premier EP, Hoppa Pt. 1, une pépite de six titres. Il a déclaré vouloir faire pour la Turquie avec le R&B ce que Rosalia a fait pour l’Espagne avec le flamenco. Un des six titres a été joliment clipé par la londonienne Olivia Rose.

Lil Zey – Zor & Zor

C’est avec le titre « Ötede Dur » que la chanteuse de 26 ans s’est fait connaître l’année dernière, après avoir collaboré avoir Khontkar sur « Youmuz Yol Degil ». Zeynep Tanyalçin, vingt-six ans, a signé cette année de bons titres, dont « Zor », accompagné de ce très beau clip tourné dans la vieille ville d’Urfa (sud de la Turquie), mais aussi « Meditasyon » avec GRKM et « Eskisi Gibi » avec Kozmos. La jeune artiste a notamment étudié la musique à Berklee et fait partie de l’écurie RedKeys Music.

Yesillendir – Ceg, Anil Piyanci

« YESILLENDIR », ou « se verdir », en référence à la couleur des dollars, évoque le désir de sortir de la pauvreté. « L’année dernière, je galérais, cette année j’ai payé un an de loyer en avance », place le rappeur Ceg, âgé de vingt-sept ans. Avec DMT, Ceg, originaire d’Eskisehir, signe cette année son sixième album studio.

Yeni Mesaj – Ceza

Le retour du papa de tous ces rappeurs… Né en 1976 à Istanbul, Ceza a fondé le groupe pionnier du rap turc, Nefret (La Haine), qui sort l’album succès Anahtar en 2001. En août 2002, Ceza sortait l’album Med Cezir. C’est avec cet album et son premier clip, « Med Cezir », un son boom bap qui sonnait comme un son d’ATK, qu’il est réellement médiatisé. De 2004 à 2015, Ceza a sorti cinq albums dont Yerli Plaka en 2007, sur lequel se trouve le fameux titre « Gelsin Hayat Bildigi Gibi ».

Saian – Ay Sarkisi

Né à Mersin en 1983, Necati South Erkurt est un rappeur actif depuis 1994. Dans ce titre, il entonne un poème amoureux, mais c’est un rappeur engagé, qui avait participé aux manifestations de Gezi Park en 2013. L’étoile rouge figure sur certaines pochettes des nombreux albums qu’il a sortis et dont les titres évoquent presque toujours le combat : « Siki dur geliyorum! » (Tiens bon j’arrive) en 2007, « Battle Royal » en 2009,  « Basibozuk » (en référence aux cavaliers mercenaires de l’Empire ottoman) ou encore « Otonom Piyade » en 2019 (Infanterie Autonome). Il est le frère aîné de Patron, figure majeure du game turc qu’on avait inscrit dans notre sélection turque 2019.

Duman – Murda, Ezhel

On avait déjà apprécié le morceau raggaeton de Murda et Ezhel, « Aya ». Les deux rappeurs ont renouvelé leur combinaison dansante pour apporter un style festif plutôt rare dans le hip-hop turc. Rappeur hollando-turc âgé de 36 ans, Önder Dogan alias Murda commence à être connu, après plusieurs singles à succès récents. Cette année, il a cosigné l’album « Made in Turkey », avec Ezhel également, qui contient aussi le très bon « Anadolu Flex », tout en lenteur, ainsi que « Duman ».

Eypio – Urgan

Issu d’une famille immigrée turkmène, Abdurrahim Akça alias Eypio, 37 ans, est actif dans la musique depuis 2002. Cette année, il a signé un neuvième album studio, magnifique et très acoustique, « Urgan », sur lequel on recommande aussi « Bu » et « Disarida yagmur Var » (Il pleut dehors).

Keisan – Düserken

Avec ce titre aux paroles sombres, Keisan semble mal en point, un peu trop défoncé « quand il tombe » (« duserken »). Bref, quelques soucis à régler. Le rappeur né en 1991 est très actif depuis 2018, avec de nombreux singles et deux albums, Aranan Adam 2 (homme recherché) en 2019 et KARANTINA, un EP conçu en quarantaine, sorti en 2020.

Diyar Pala – Uzak Ol

Après une longue absence, Diyar Pala confirme son retour dans la musique. Après deux albums en 2007 et 2010, une longue pause puis un EP en 2018, le chanteur et compositeur turc Diyar Pala, âgé de 39 ans, a sorti cette année « Far Ol », (« être un phare »), un magnifique titre chanté aux reflets d’Orient.

Titre bonus : Khontkar, Bixi Blake, Metth, KOKSVK & Young Bego – Sence Neden

Banger ! Avec « Sence Neden » (« Pourquoi à ton avis ? »), on parle à nouveau de Khonktar en cette fin d’année, le petit prince de la trap turque aux cheveux multicolores. On tient à mentionner la sortie de RedKeyImmortalGang, un sept titres qu’il a cosigné avec Young Bego en 2020, intitulé en référence à leur label Red Key, et sur lequel on recommande « Kayip Oglan » et « Imkansiz ».

Partagez:
  •  
  •  
  •  

la rédac'

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *