10 Bons Sons US en décembre 2019

Une fois n’est pas coutume, la quantité de rap qualitatif était inversement proportionnelle à la nourriture engloutie en ce mois de décembre, qui est généralement l’un des meilleurs crus de l’année. Nous vous avons néanmoins déniché quelques pépites pour que vous puissiez rentabiliser votre abonnement à l’infâme plateforme de streaming à laquelle vous payez des mensualités, quelle qu’elle soit, parce que c’est bien la mission qu’on nous a confiée en nous envoyant parmi les mortels.

YOD – BDE feat. Mach-Hommy & MF Doom (Prod. Preservation)

Alerte boucherie. Même les végétariens vont apprécier ce morceau, son instrumentale et SURTOUT son sample incroyable, les flows succulents des trois protagonistes et son atmosphère tellement Madvillain.
Il faut dire que le rappeur YOD aka Your Old Droog a fourni une année assez incroyable avec trois projets sortis en numérique et sur tous les supports physiques (k7, CDs et Vinyls). It Wasn’T Even Close en avril, Transportation en août et enfin pour noël, Jewelry. Et que dire de ce dernier, rempli de cartouches intenses, avec une forte présence de Mach-Hommy et un morceau de nouveau incroyable avec Tha God Fahim.
Les productions sont assurées par Quelle Chris, Cohen Beats, Edan, Tha God Fahim et ici, Preservation.
Après ça je ne sais pas trop quoi vous dire de plus si ce n’est de vous jeter à corps perdu et à bras ouvert dans cet opus. – Clément

Flatbush Zombies – Monica feat. Tech N9ne (Prod. Erick The Architect)

Les gros tarés de Flatbush signent ici un nouveau single, plusieurs mois après leur dernière participation en date au projet Beast Coast, intitulé Escape From New York. Sur une instrumentale assez drill de Erick The Architect (encore et toujours derrière les productions du posse) et avec en featuring le vétéran Tech N9ne, les Flatbush Zombies délivrent un titre énergétique au gimmick assez simple; « my nigga » qui est un homophone de « Monica ». Genius nous apprend même que le « n word » est répété pas moins de 78 fois dans le morceau. Une track qu’on retrouvera peut être dans le prochain opus de FBZ, annoncé pour cette année. – Clément

A-F-R-O – Grandmaster FRO (Prod. Buckwild)

Les plus vifs auront reconnu l’instrumentale de « I Don’t Need Em » (et son sample de qualité), la track vingt et un sur le plutôt mythique album The Massacre de 50 cent, sorti en 2005 (ça ne nous rajeunit pas). Alors forcement quand un rappeur spécialisé dans la verve et les mots purs et durs s’attaque à un tel monument, c’est pour illustrer sa technique, ses placements et son écriture. Enfin, la plupart du temps. Ici le californien A-F-R-O (qui signifie All Flows Reach Out) réussit carrément l’exercice avec deux couplets très pointus qui expriment tout son potentiel. Rappelons que le gamin est assez précoce et vient d’atteindre la majorité chez lui, ce qui lui laisse pas mal de temps pour s’imposer comme une des futures plumes majeures du rap west coast underground. – Clément

Cam’ron – The Right One (Prod. The Bedroom Wizard)

La crainte était grande. Deux ans après The Program, un dernier disque qui, loin d’être de n’être bon qu’à servir de cible pour le tir au pigeon, n’est pas resté dans les annales pour autant, Cam’ron était de retour pour donner suite à l’un de ses grands classiques datant de la période bénie où le roi d’Harlem officiait sous les couleurs de Roc-a-fella, Purple Haze. Eh bien même si cette suite n’est pas à ranger dans la catégorie du Parrain 2, elle n’en reste pas moins tout à fait (et de manière surprenante) qualitative, et Killa prouve qu’il en a encore sous le capot. Un des gros points forts de l’album se trouve au niveau des instrumentales, véritables remises au goût du jour du son Diplomats, dont « The Right One », produit par The Bedroom Wizard, est une excellente illustration. – Xavier

HDBeenDope – 20k

On attends encore et encore que HDBeenDope nous sorte un véritable album. Pas une mixtape, pas un EP, mais un album studio de plus de dix morceaux, est ce que c’est fantasmer? Mine de rien, le temps file à toute vitesse et on est loin de l’époque ou HDBeenDope pouvait encore prétendre au titre de Rookie Of The Year. Maintenant âgé de 25 ans, le rappeur n’en fini plus de délivrer d’excellents morceaux, hélas trop éphémères et trop esseulés. Aussi à l’aise sur du traditionnel boom-bap que sur des sonorités plus modernes, le rappeur de Brooklyn nous offre ici un morceau plutôt énergique, à la dualité certaine entre réussite financière et estime de soi. Un morceau une nouvelle fois beaucoup trop court, mais qui accompagné de son clip et de sa mise en scène sauce boucle temporelle infini, nous aidera (un peu) à patienter avant 2020, année qui on l’espère, sera enfin la sienne. – Clément

OTF – Gang Forever (Prod. ChopSquad)

Si Chiraq se fait moins entendre sur la scène grand public que dans les premières années de la décennie, la faute notamment à un Chief Keef qui semble plus intéressé à poster des memes que d’obscurs individus font sur sa personne que par le rap, la scène underground se fait toujours entendre. A commencer par OTF (pour Only The Family), toujours mené par l’inénarrable Lil Durk et ses affreuses locks blondes, qui a sorti la mixtape au titre original Family over everythin en ce mois de décembre. Si le groupe semble toujours autant tentaculaire (littéralement si l’on en croit la pochette), Durk est présent sur la plupart des titres, et même si l’on n’est pas toujours amateurs de la versatilité dont il est capable, cette récurrence s’avère souvent salvatrice. Ce n’est pas le cas sur l’introduction « Gang Forever », morceau brutal dont le titre parle de lui-même, les prestations de Jusblow600, inconnu au bataillon, et King Von étant plutôt honnêtes.  – Xavier

G Herbo – Sessions (Prod. DJ Victoriouz)

On vous l’annonçait le mois passé, G Herbo s’apprête à sortir PTSD, un album qu’il concocte depuis déjà de longs mois. Le souvenir de Humble Beast nous rappelle d’ailleurs que c’est un bon signe. Mais, pour l’heure, il se débarrasse de quelques chutes de studio tirées de la confection de ce prochain opus, des morceaux qui, à en croire l’intéressé, ne représentent en rien ce qu’il y aura sur le disque. Le titre étant assez éloquent et les thèmes plutôt lié à celui-ci et inhérent à sa musique, c’est sans doute dans la forme qu’il faut éventuellement s’attendre à de changement. – Wilhelm

Uncle Murda – Rap Up 2019 (Prod. Great John)

Nouvelle fin d’année, nouveaux bilans et nouveaux tops… dispensables. Largement inspiré par le modèle revendiqué du Bon Son, Uncle Murda trouve toujours, années après années, le moyen de ne pas être de cette dernière catégorie. Brassant le micro-macrocosme du rap et tout ce qui peut s’y rapprocher dans la culture populaire, il en ressort un gloubiboulga qui, à défaut de marquer son époque, se laisse apprécier. S’enchaînent alors les provocations et les passages simplement bêtes. Entre autres choses. Mais, plus intéressant, le tonton de Brooklyn donne aussi du crédit à ceux qui l’ont mérité et accorde une pensée aux trop nombreux défunts que 2019 a emportés dans son sillage. – Wilhelm

Roc Marciano feat. Ka – Ephesians

Rappeur essentiel d’une Grosse Pomme qui peine à charmer le grand public, Roc Marciano continue son petit bonhomme de chemin et jonche sa discographie, aussi longue que parfaite, d’une nouvelle oeuvre : Marcielago. De son influence sonique sur toute une vague de rappeurs à ses qualités propres, il n’y a pas grand chose à reprocher au jeune quarantenaire. Pourtant, un morceau nous taraude : « Ephesians ». Dès son entrée, Ka habille de son charisme l’instrumentale et nous rappelle la frustration que l’on éprouve depuis que les deux bougres ont déclaré (et maintiennent) qu’un album commun verrait le jour le moment venu. – Wilhelm

V Don x Dark Lo – Feelin’ Alive

Récemment incarcéré, Dark Lo peut compter sur le soutien de ses proches. Ceux-ci s’annoncent publiquement confiants quant à la poursuite des événements. En outre, ils ne manquent pas de pointer du doigt l’ironie de l’arrestation puisqu’elle intervient, étonnement, tout juste quelques semaines après la sortie d’un disque largement dénonciateur. Mais ce ne sont pas quelques barreaux qui empêcheront le pennsylvanien de renouveler sa collaboration avec le producteur élu, le prophétique V Don. Annoncée comme une série de singles, on suppose que les différents volumes de The Prophecy sont censés tâter le terrain avant de passer, comme prévu, à Timeless II. – Wilhelm

Partagez:
  •  
  •  
  •  

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *