10 Bons Sons italiens en 2019

Quatrième édition consécutive pour les 10 bons sons annuels Made In Italy. Petit tour d’horizon d’une scène où les femmes ont une place importante et où la trap se porte à merveille, ne laissant que peu de place dans les médias et playlists au rap dit “à l’ancienne”. Malgré leurs albums qui font partie des meilleurs de l’année, nous n’avons pas sélectionné Enzo Dong et Priestess pour respecter cette exigence que l’on s’est fixé de vous faire toujours découvrir de nouvelles têtes. En espérant qu’elles vous satisferont autant que nous !

1 – Clementino – Ghandi

L’emblématique rappeur de Naples a sorti en 2019 son sixième album solo (neuvième projet tout confondu) intitulé Tarantelle. 14 titres très variés, allant de l’egotrip technique à la chanson d’amour romantique, en passant par des sons très festifs et d’autres plus introspectifs. Une large palette parmi laquelle on retrouve “Ghandi”, introduction où Clementino envoie des punchlines à volonté, savoureux mélange d’humour et d’egotrip sur un flow bien à lui. Connu et reconnu dans tout le pays depuis une bonne décennie, son charisme naturel opère à chaque coup. Le MC trentenaire, qui compte un million de fans sur Instagram, peut compter sur le soutien de ses compatriotes à travers toute l’Europe, en témoigne sa tournée sur le continent l’été dernier.

2 – Beba & Lazza – Male o bene

Nous en parlions déjà en 2017 avec Comagatte et Priestess : la scène rap féminine est très développée de l’autre côté des Alpes, beaucoup plus qu’en France par exemple. L’une des figures montantes se nomme Beba, signature Universal qui rayonne depuis trois-quatre ans sur le Piémont et ses alentours. La native de Turin n’envoie pour le moment que des singles qui font de jolis scores à chaque sortie, sans parler encore de projet. Sulfureuse, elle opère clairement dans l’entertainment, fondant son rap sur l’egotrip, la brutalité (parfois clairement vulgarité) de ses mots et une attitude très provocante dans ses clips. Beba joue avec l’attente des fans pour faire monter la pression et devrait sortir son premier opus en 2020. 

3 – Ensi & Patrick Benifei – Deng Deng 

C’est probablement le meilleur clip de l’année en Italie ! Réalisé par le duo Marco Proserpio et Guido Borso, “DENG DENG”, filmé en noir et blanc, a des allures de court-métrage et un goût de banger. Prod électrique saturée, refrain en anglais, références US multiples, Ensi a sorti l’un des titres les plus marquants de 2019. Originaire de la périphérie de Turin, il en est déjà à son cinquième album solo après une belle aventure avec son groupe Onemic. Son nouveau projet Clash, réédité en Octobre Clash again, se compose de nombreux titres percutants comme “Fratello mio”, “Rapper” ou “Rocker”.

4 – Madame – 17

C’est sur une prod minimaliste d’Antonio Zappadu que la très jeune Madame, 17 ans, a retenu notre attention dès la première écoute. Dénotant dès le début de sa carrière, avec une écriture pleine de caractère, entre références littéraires et affirmation de soi, la rappeuse de Creazzo (région de Vicence) a déjà répondu à tous les médias musicaux d’Italie (Rebelmag, Vice, Deejay, Blitzquotidiano, Esse, Insidemusic, Canale di Venti, Freeda, 1977magazine etc.) alors même qu’elle étudie encore au lycée ! Loin des clichés sexys et aguicheurs de nombre de ses comparses, le décalage est encore plus saisissant tant elle est à l’aise et mature en interview. Seulement quatre titres sortis en deux ans, et une des plus belles côtes du rap transalpin : Madame n’est déjà plus une adolescente.    

5 – Skioffi – Ballare

Originaire de Casalvieri, dans la région Lazio, Skioffi, 27 ans, a sorti l’été dernier son premier album. Intitulé “Benjamin”, ses 13 titres reflètent la personnalité d’un artiste multi-casquettes, lui qui écrit, interprète, produit et joue tous types de musique (rap, reggae, chansons d’amour etc.) et s’auto définit comme “Jolly”. Il a produit tous les morceaux, son exigence extrême et permanente ne lui permettant pas de confier son jouet à d’autres mains. Ce titre, “Ballare”, est l’hymne parfait pour les vacances d’été et vous fera replonger dans vos belles journées ensoleillées d’il y a quelques mois…

6 – L’Elfo Pazzo

C’est depuis Catane que l’Elfo porte l’étendard du rap sicilien. Après une dizaine d’années dans l’ombre, il s’est révélé via des freestyles dans son dialecte qui ont attiré de nombreux curieux. Vinrent ensuite un album en 2014 et un autre l’année dernière, puis 2019 a été l’occasion d’essayer des trucs, de tenter des sonorités via un EP six titres qui a pour titre Black Summer. C’est bien Funkyman, son beatmaker préféré, qui s’est chargé de produire les instrus parmi lesquelles “Pazzo”, single clippé qui met en oeuvre les incompréhensions de l’artiste dans son environnement. 

7 – Stokka & MadBuddy feat. Frank Siciliano – La volta buona 

Dignes représentants de la scène old school italienne, Stokka & MadBuddy, le duo de rappeurs de Palerme a derrière lui une carrière très riche, dont l’album considéré comme classic Block Notes paru en 2005. Tout proches de la retraite, puisqu’ils sont actuellement sur les routes de leur ultime tournée, ils ont décidé d’inviter les partenaires de toujours, Frank Siciliano pour le refrain et DJ Shocca pour la prod, histoire de combler les fans en bouclant la boucle en famille. 

8 – Ntò & Nicola Siciliano – Famoso

Ancien membre du groupe Co’Sang qu’il formait avec Luchè, Ntò, déjà très connu et identifié à Naples et en Italie, a vu sa côte de popularité croître avec l’internationalisation du succès de la série Gomorra, laquelle inclut sur sa bande originale des titres de ses albums précédents. Il a livré un quatrième album solo cette année, mais ce titre ne figure pas sur Rinascimento. En featuring avec Nicola Siciliano, ils reviennent avec du recul sur leur célébrité actuelle et leurs vies luxueuses, repensant aux longues années de misère qui leur semblent désormais tellement loin. C’est MadReal, l’un des producteurs les plus cotés, qui est à la manœuvre. 

9 – MamboLoscoArte

Très attendu depuis son hit de 2017 “Piano piano way”, le rappeur de Vicence rappe son art sans forcer sur un délice de prod signé Nardi. Titre éponyme du projet Arte, il dresse son plus beau majeur aux critiques sceptiques sur son avenir dans la musique, lui qui comptabilise des millions de streams rien que sur la première semaine d’exploitation… de son premier album ! Eminent membre du collectif trap SUGO GANG, MamboLosco est un véritable phénomène rap de l’année 2019 dans son pays où l’emballement médiatique (Esse Magazine, Hano, Billboard, Il giornale di Vicenza etc.) reflète une cote de popularité à son sommet.

10 – Peppe Soks – Na na na

Trois ans après l’album en commun avec Capo Plaza, le Napolitain Peppe Soks a sorti son premier album solo Riparto da me en avril cette année. Entièrement produit par Janax, avec des invités uniquement originaires de sa région (à l’exception de Junior Cally) et 7 titres sur 16 en dialect napolitain, le jeune MC de 22 ans avait à coeur d’ancrer son art dans son quotidien. “Na na na” est l’un des reflets de la Cité de Gomorra, où les scugnizzi, ces gamins livrés à eux-mêmes vivent leur vie sans se préoccuper du futur, entre virées en scooter/Vespa et parties de foot de rues acharnées. On notera ce tacle glissé à Capo Plaza au pré-refrain, son ex-meilleur ami qui a déserté la région pour aller vivre (et bien vivre !) de sa musique à Milan.

Bonus : 

Joe Sannino – Koulibaly 

Pour les fans de foot, et en particulier les tiffosi du SSC Napoli, Joe Sannino a écrit un hymne remuant au défenseur sénégalais Kalidou Koulibaly, véritable symbole de la ville comme le montre ce reportage de RMC. Solide défenseur de l’équipe, les jeunes supporters s‘identifient fortement au joueur dont les qualités de loyauté, de solidarité et d’abnégation sont reconnues de tous. 

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager avec les petites icônes ci-dessous, et à rejoindre Le Bon Son sur Facebook, Twitter et Instagram.

Partagez:
  •  
  •  
  •  

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *