Dony S (Rap Contenders), l’interview « 10 Bons Battles »

Dans l’imaginaire collectif, le battle rap, c’était 8 Mile. De nos jours, c’est les Rap Contenders. Depuis 2010, chaque édition des RC comporte son lot de classiques, de déceptions, de punchlines marquantes, de MC talentueux. Les vues YouTube se comptent par dizaines de millions et nombreux ont été les rappeurs à lancer leur carrière aux RC : au hasard, Nekfeu, Alpha Wann, Big Flo & Oli, Dinos. Nous avons voulu revenir sur près de 10 ans de battles, 15 éditions, avec le fondateur des Rap Contenders, Dony S. Nous l’avons rencontré à Montréal, où il vit depuis une demi-douzaine d’années. L’interview s’est rapidement transformée en une ride by night dans les rues de MTL. En plus d’avoir retracé l’histoire des RC via 10 battles, nous sommes revenus sur son parcours, l’évolution du rap, des concerts, le rôle d’internet, le Word Up, le public RC, la série Seinfeld, Alkpote, XXX Tentacion. C’est du genre historique, genre historique.

Avant de rentrer de plein pied dans les RC, j’aimerais savoir comment tu es tombé dans le rap, comment tu as découvert ce mouvement ?

Le rap je l’ai découvert entre 89 et 91, lors d’une émission de Michel Denisot, sur Canal Plus. J’étais tout petit, j’avais genre 6 ans, je me rappelle ce jour-là il pleuvait, personne n’était descendu jouer au foot donc j’étais devant la télé. Et j’ai vu NTM pour la première fois. J’étais choqué parce que c’était des gars qui ressemblaient aux gens de chez moi et qui étaient à la télé, qui faisaient de la musique. Et c’est là que j’ai commencé à m’y intéresser. Dans le même temps, mon oncle, qui vivait chez moi, avait une K7 justement de NTM. C’est donc à cette époque que j’ai découvert le rap.

Et après le stade d’auditeur, tu t’y es mis…

Je me suis mis à rapper à 13 ou 14 ans, au quartier, avec des amis, dont Badsam, que je connais depuis l’époque… Rien de sérieux au début. Et ce n’était pas aussi facile que maintenant, il n’y avait pas internet, tu n’avais pas accès aux studios, tu ne savais pas comment ça se passait. Il a fallu qu’on sorte, qu’on fasse des freestyles ailleurs. On a rencontré des gens qui nous ont ramené en studio, qui nous ont expliqué comment ça marchait… De fil en aiguille je me suis mis à freestyler à Gare du Nord, Pigalle, Châtelet et dans n’importe quelle soirée ou open mic, même au fond du 78. Puis je suis allé vivre dans le 18ème avec ma sœur et là j’ai rencontré beaucoup plus de monde. Tu vois le bahut où on était il y avait la Sexion d’Assaut, l’Skadrille, donc ça kickait. Puis j’ai fait ça plus sérieusement, j’ai gagné quelques concours à Paris. Après je me suis plus mis dans le rap US. Je partais une partie de l’année à New York, quasiment tous les ans, j’enregistrais des morceaux avec des gars de Non Phixion, plein d’artistes underground, surtout d’Harlem et de Brooklyn. Et dans le même temps je me suis mis à découvrir les ligues de battle rap par Grind Time à l’époque, URL, etc. Et au fur et à mesure, le battle a cappella m’a vraiment plu. Et c’est comme ça que je me suis mis à penser à faire le RC.

Transition parfaite. On va commencer par le RC1 et le battle entre Nekfeu et Logik Konstantine.

Nekfeu, quand on l’a recruté, avait une vidéo sur YouTube qui avait environ 3000 vues. Dès que je l’ai vue, je me suis dit que ce gars allait réussir à faire quelque chose. Et ça s’est vu aussi sur ce battle. Même si c’est notre battle le plus vu, c’est loin d’être le meilleur. Il a bénéficié d’une hype, on en a bénéficié aussi, tout le monde en a bénéficié. C’était quelque chose de nouveau, avec de nouveaux gars que personne ne connaissait. Ça a créé une émulation à laquelle on ne s’attendait pas. Les deux gars les plus connus du RC1 étaient Blackapar et Gaiden, et ils n’étaient même pas connus. (sourire) Mais on a bénéficié de l’ère Internet, dans le sens où personne n’avait encore « blow » sur YouTube, on était les premiers à le faire. Petite anecdote, j’ai un ami qui était un rappeur assez connu à l’époque, qui a été dans une radio que je ne citerai pas, et quand le RC est sorti, les gars de la radio lui ont dit : « C’est qui ces gars-là ? Comment ils font pour marcher sans nous ? ». Ils n’avaient pas encore compris la puissance de YouTube, des réseaux sociaux, qui a tout changé après, avec des gars comme Jul… Il y a un million de rappeurs qui sont sortis grâce aux réseaux sociaux, mais nous, je pense vraiment qu’on a été les premiers à jouer là-dessus. On arrivait de nulle part. A l’époque le rap, c’était comme un club fermé, où il y avait un videur à l’entrée et tous les ans, il laissait entrer deux ou trois personnes, qui étaient ses cousins, ses amis. Ce n’est pas de moi, mais de Murder, un rappeur de Gare de Nord qui avait dit ça. Et internet a cassé tout ça !

Pour en revenir au battle Nekfeu/Logik, ce n’était vraiment pas le meilleur. La phase « C’est le bruit de mes couilles contre tes fesses… », c’est la phase la plus gay de la terre (sourire), en Amérique du Nord où on est gay friendly, personne ne va réagir. En fait, lors de ce battle, il s’est passé quelque chose, un étincelle et aujourd’hui, tout le monde connaît la magnifique carrière qu’a eue Nekfeu derrière et félicitations à lui, parce que c’est aussi un gros travailleur.

Et sur l’organisation de cette première édition, comment vous vous y êtes pris ?

A la base j’ai commencé tout seul. Et je ne devais même pas faire ça parce que j’attendais mon visa pour aller au Canada et un gars de Montréal, Maybe Watson, m’a dit « Pourquoi tu ne ferais pas de battles en France ? ça marcherait bien ». Moi je n’avais pas trop le temps et si je le faisais dans mon quartier, je savais que ça risquait de partir en couilles, ce n’est pas la même mentalité qu’ici. Au bout d’un moment, je me suis dit qu’en attendant mon visa, ça m’occuperait. Donc je me suis lancé là-dedans et j’ai contacté un million de gars. Pour dire, on est 10 ans plus tard, et il y a un mec que j’ai contacté à l’édition 1 qui va participer à la prochaine pour la première fois. Les premiers à m’avoir répondu, à m’avoir dit oui, c’était Gaiden et Blackapar. Ensuite, ça a mis du temps… J’ai recroisé Stunner, que je n’avais plus vu depuis un bout de temps alors qu’on habite le même quartier et il m’a dit : « Je connais du monde, je peux t’aider, etc. ». Et en fait Stunner a ramené Alpha Wann et Alpha Wann a ramené tout le reste de L’Entourage, Lunik, TZN… Donc Alpha Wann a fait un gros travail, je ne le remercierai jamais assez pour ça, il nous a ramené beaucoup de monde. C’était un gars qui tournait dans tous les open mics. Stunner a tout de suite pris une place dans l’animation de la soirée, moi j’étais plus derrière et Badsam est rentré à partir du RC2. Aujourd’hui c’est Badsam le président de l’assoc’. Maintenant je suis vraiment extérieur au RC, c’est eux qui font tout le travail, moi je suis plus un consultant.

On va rebondir justement sur le RC2. J’ai hésité entre deux battles, j’ai mis de côté le Jazzy Bazz / Wojtek, au profit du battle entre Filigrann et Eff Gee, parce que c’est le premier battle international…

C’était un battle particulier et ce n’était pas super cool de le donner à Eff Gee mais ce qu’il faut savoir c’est que tous les battles étaient bookés et il m’en restait un à mettre. J’ai proposé à Filigrann de venir et il se trouve que Eff Gee n’avait pas de battle à ce moment-là. Eff Gee est arrivé à la soirée, ses yeux étaient déjà dans le vide, on voyait qu’il n’était pas prêt. Et tu ne peux pas arriver pas prêt dans une soirée comme la nôtre et encore moins face à Filigrann, qui faisait ça depuis longtemps. En plus, dès que ça a commencé, il a vu qu’Eff Gee n’était pas dedans, donc ça lui a mis un boost. A partir de ce moment-là, Eff Gee ne pouvait plus rien faire et c’est devenu une boucherie. Sur cette soirée-là, ce n’est clairement pas le meilleur battle, Fili a fait une excellente prestation, mais en battle il faut que les deux soient bons. Cette soirée-là, Wojtek et Jazzy Bazz ont été excellents, Alpha et Blackapar ç’a été très bon aussi et malheureusement Nekfeu et Lunik c’était vraiment bien aussi mais le fil qui reliait le micro à la caméra a sauté et le réalisateur de l’époque ne l’a pas vu…

Est-ce que ce n’était pas un mal pour un bien, en amenant un côté légendaire à ce battle qui n’est jamais sorti…

Oui c’est vrai, ça a créé de la légende, comme l’annulation du RC 4 et deux ou trois petits trucs… On a joué un petit peu là-dessus aussi… J’ai essayé de dire à Nekfeu « Viens on le refait ! » Un coup il est chaud, un coup Lunik est chaud, un coup l’autre n’est pas chaud… Et au final ça ne s’est jamais fait, et ce n’est pas plus mal que ça ne se soit pas fait, c’est un truc que tu dois vivre dans l’instant et si on l’avait réenregistré ça aurait été pourri, mais c’est vrai que tout le monde voulait le voir…

On va enchaîner avec le RC 3 et un autre battle international, entre Lunik et SuspekT, de gros niveau…


Ouais, sur place, on se disait que c’était vraiment un gros battle ! A la vidéo, c’est beaucoup moins évident que Lunik l’emporte, mais faut que les gens comprennent qu’à la vidéo, on perd 50% de l’intérêt d’un battle, parce que ça se vit live. Lunik avait tellement de charisme, d’énergie, qu’on ne voie pas devant son écran, même si ce n’est pas le plus grand technicien, contrairement à SuspekT. Mais au final, c’est un battle qu’on peut donner à l’un ou à l’autre et c’était vraiment un excellent battle. On s’est « professionnalisé » lors de ce RC 3 : les deux premiers RC, c’était sur invitation, il n’y avait que des gens qu’on connaissait, des amis des MC, etc. Le numéro 3, c’est la première fois qu’il y a eu du public, dans une salle de 400 personnes. On avait franchi un palier même si on n’avait pas de billetterie ! On vendait les tickets dans la rue, en prenant des rdv par mail, je donnais rendez-vous Porte de St Ouen ou Porte de Clignancourt, là où j’habitais, et on se retrouvait à la sortie du métro. On faisait encore la sécurité nous-mêmes…

Est-ce qu’on pourrait revenir sur le recrutement des juges, qui ont un rôle important en fin de compte ? Quels critères avez-vous pris en compte pour les recruter ?

Je prends déjà des gens qui sont dans le rap et le hip-hop. Je ne prendrai peut-être pas de MC de la nouvelle génération car je ne suis pas sûr qu’ils aient les codes du RC mais je peux me tromper. Kamnouze qui est d’une époque de kickeurs est légitime. Un gars comme James BKS, qui est un excellent producteur, qui est signé avec Idriss Elba, c’est un de mes meilleurs juges, parce qu’il connaît le battle. D’ailleurs, à la fin du RC 1, il est venu me voir et il m’a dit : « Tu ne te rends pas compte de ce que tu viens de faire, mais tu viens de créer un truc de fou qui va marcher » et c’était la première fois que quelqu’un me disait ça et il avait raison. C’est un peu comme ça qu’on recrute les juges. C’est aussi au feeling. Là dernièrement, on a essayé de recruter de nouvelles personnes, des journalistes et le problème c’est que ce n’est pas forcément des gens qui connaissent le battle rap. Ils sont choqués de choses qui ne devraient pas les choquer…

A partir du RC 3, les MC ne viennent plus que de Paris mais aussi d’ailleurs, pour ne pas dire de province…

Au début, c’est sûr qu’on recrutait des gars proches de nous et après on a commencé à avoir des gens qui nous contactaient, Taipan, Vincenz, etc. qui pouvaient venir de n’importe où. Je dis souvent si demain je peux faire un RC avec 16 filles qui viennent d’Afrique, ben je vais faire un RC avec 16 filles qui viennent d’Afrique, si elles sont fortes. Je m’en fous d’où tu viens, je m’en fous de qui tu es, de ton sexe, de ta sexualité, sois un bon MC et c’est bon. Tu peux venir d’où tu veux. C’est aussi ça qu’internet a permis : avant le rap était très clivé entre Paris et Marseille et si tu ne venais pas de là, c’était chaud, même si t’avais NAP qui venaient de Strasbourg, KDD de Toulouse, alors qu’aujourd’hui, les rappeurs viennent de partout en France.

On va sauter le RC 4 parce qu’il y avait trop de battles de qualité.

Le RC 4 est pour moi la meilleure édition avec le RC 10.

Au RC 5 je voulais aborder le première battle double, entre Dinos / Lawid d’un côté et Mic Orny / Lunik de l’autre. Pourquoi vous avez fait ce choix ?

Il me semble que Mic Orny et Lunik voulaient battle en double et on l’a proposé à Dinos et Lawid qui venaient juste de s’affronter au RC 4. Après il y a eu un petit peu de tension de sur scène, mais c’était pas très grave… Le RC 5 a été une bonne édition, avec Jazzy Bazz / Gaiden, Wojtek / Kard, on a juste loupé un battle, dont je parlerai dans le livre que je suis en train d’écrire, mais c’était avec une grosse star de l’époque, un gros vendeur, qui était disque d’or, mais ça a foiré au dernier moment…

C’est une édition où il y a Kard, St Saoul, ça y est vous vous ouvrez plus largement vers le Québec et les Word Up.

St Saoul a participé parce qu’il était venu vivre en France. Sinon je ne l’aurais pas fait venir, parce qu’il y avait Kard, Obia, à faire venir avant, même si St Saoul est aussi un très bon MC. Mais oui on a prolongé notre relation avec le Word Up. Kard était vraiment excellent, c’était un peu un gars comme Lunik, c’est vraiment une bête mais avec un peu plus de technique.

Passons au RC 6, qui est loin d’être une grande édition, mais qui est paradoxale. (il coupe)

(Il coupe) Parce qu’elle a un des meilleurs battles.

C’est ça, oui, le Blackap’ / Obia.

Pour moi Obia est le meilleur battle MC francophone. Tu vois Wojtek est un monstre mais Obia est meilleur. Il a certes un peu moins de charisme que Wojtek, il sait moins jouer avec le public que lui, mais Obia est meilleur si on compte le battle rap pur, mais aujourd’hui en France, ça va plus loin que ça. J’aimerais faire Obia contre Wojtek. Honnêtement, je pense que Wojtek battrait Obia, parce que Wojtek a ce truc en plus, parce qu’il contrôle la foule et qu’en plus c’est un mec qui s’en fout. Mais Obia a toujours été mon battle MC préféré. Quand on a recruté Wojtek, ce n’était pas un rappeur, c’était un slammeur et aujourd’hui il est plus attiré par l’humour que par le rap. Obia est quelqu’un qui mérite beaucoup plus que ce qu’il n’a, mais ça tu ne peux pas le décider. C’est comme l’album d’Alpha Wann qui est excellent et en terme de ventes c’est pas ça… A la fin c’est le public qui décide.

Y en a en pagaille des rois sans couronne…

Les Salif, Nessbeal… Tu sais Salif c’est un de mes rappeurs préférés et ça n’a jamais marché. Pour moi c’est le meilleur rappeur de Boulogne.

Est-ce après cette édition mitigée que vous vous dites qu’il fallait développer les Draft, les RC Espoir…

Le RC Espoir, ouais, on le lance à partir de là, pour faire un truc au-dessus de la Draft justement, et c’est aussi là qu’on se dit qu’on va retourner aux sources. On avait vu peut-être un peu trop grand, on s’était vu trop beau, donc on est retournés dans des plus petites salles. C’est ce qu’on a fait au RC 7 avec une salle plus petite et pas mal de nouveaux, qui vont être ce qu’on a appelé la 2ème génération, qui va prendre la place de la 1ère et qui va la prendre brillamment. La 2ème génération est meilleure que la 1ère aujourd’hui, si on enlève Wojtek bien sûr.

Après ce RC 7 où on a Hermano Salvator, Cheef, Louvar, Lamanif, au RC 8, vous bookez justement Lamanif face à Jeune Chilly Chill. Est-ce que ce n’était pas un peu risqué dans le sens où JCC était un gros poisson au Word Up…

(Il coupe) Non parce que Lamanif gagne. Lamanif a perdu mais les juges se sont trompés. Même JCC à la fin du battle dit à Lamanif « C’est toi qui as gagné ». Donc les juges se sont plantés et c’est à partir de ce moment que j’ai décidé que les battles internationaux ne seraient plus jugés. Soit tu vas en avoir qui ne vont pas comprendre le québécois et qui vont juger pour le français, soit certains vont dire qu’il a fait des recherches sur la France, etc. Quand t’habites au Québec tu n’as pas besoin de faire des recherches sur la France, ils en parlent tout le temps, à la télé, il y a Paris Match… C’est plus dur pour un Français de faire des recherches sur le Québec que l’inverse. Et puis il n’y avait pas d’intérêt à juger ces battles-là. Et ce n’était pas aller trop vite de mettre Lamanif face à JCC, à la limite on est allé trop vite quand on a mis Lamanif face à Yoshi, parce que Yoshi faisait des battles depuis super longtemps et ça n’a pas empêché Lamanif de le battre. Et pour en revenir au battle international, en général pour les Québécois, ce n’est pas compliqué de les faire venir, ils en ont envie et JCC avait validé ce qu’avait fait Lamanif face à Yoshi, en plus c’est un bon gars, pas une diva, donc on l’a fait.

Sur ce RC 8, t’es en piste aussi, contre RES.

Ouais, c’est mon plus mauvais battle.

Et ton dernier au RC.

Ouais, parce que c’est trop compliqué d’organiser et d’écrire en même temps, ça demande énormément de travail. Surtout, je suis parti vendredi soir à 20h d’ici (de Montréal, ndlr), je suis arrivé en France, je n’ai pas dormi, je vais directement au RC, j’organise toute la journée et le soir je dois battle… Personne ne le voit mais je fais un malaise pendant le battle, je n’y arrive plus, je ne tiens plus debout et je repars le lendemain matin à 7h directement au Québec. Ce qui fait 3 jours sans dormir. C’est à partir de ce moment-là que je me suis dit que je n’allais plus jamais battle au RC, c’est trop casse-gueule pour moi, même au niveau de la santé. Pendant tout le battle, je le sentais me filer entre les doigts alors que ce que j’avais écrit était dope mais je n’arrivais pas à le performer. En perdant le pied, et ça faisait un peu comme avec Eff Gee et Filli, il l’a vu et ça l’a reboosté. C’est juste au 3ème round où je me suis repris et où je le prends aisément. Les deux autres étaient aussi bons c’est juste que je ne les ai pas performés.

Tu peux écrire le meilleur texte du monde, et Wojtek ou Freddy te le diraient, si tu ne le performes pas, ça ne passera pas. Tu peux écrire de la merde et le performer et puis ça va passer. C’est ce qui est incroyable avec le battle. Wojtek va se permettre des trucs en rappant en polonais et les gens vont kiffer alors qu’ils ne comprennent rien… Et lui ça le fait rire ! Parce qu’il sait très bien que c’est son contrôle de la foule qui va faire passer le truc. Donc c’était mon dernier battle au RC, après j’en ai refait un au Word Up, mon dernier, parce que je suis trop vieux pour ça et que j’ai d’autres priorités aujourd’hui dans la vie. Mon dernier est probablement mon meilleur battle, comme ça je suis parti sur une bonne note.

Sur ce battle, RES représente plus End Of The Week que le RC, j’aimerais qu’on aborde la relation du RC avec les autres ligues, parce que l’axe RC / Word Up est très fort et les autres ligues ont « alimenté » aussi le vivier RC…

Exactement. Les autres ligues font ou ont fait de l’excellent travail. La Punch Air Lines nous a sortis beaucoup de MC, BPZ travaillait très bien aussi. La Punch Ligue a sorti pas mal de MC, on leur en envoyait aussi pas mal, des MC que moi je ne pouvais pas prendre et à qui je disais de contacter Godié, pour qu’ils battlent là-bas. Donc Godié dira qu’ils ont commencé à la Punch Ligue mais ce qu’il oublie de dire  c’est qu’on lui a envoyé des gars. Et je suis en super bon terme avec End Of The Week Québec ! End Of The Week France, je n’ai pas de termes pour eux. (sourire) Je ne connais pas ces gens-là.

Il y a aussi le Red Bull Dernier Mot qui cherche à se développer ces dernières années. Tu as vu ça comme une concurrence, comme une autre structure qui allait stimuler le game ?

Je ne veux pas en parler, je ne regarde pas cet évènement, ça ne m’intéresse pas.

On pourrait revenir sur ton projet de livre?

Je l’ai déjà écrit mais la dernière fois que j’ai été à New York, j’ai acheté un livre, le Rap Year Book, sur le rap US avec l’analyse d’un morceau par an depuis 1979. Je l’ai lu et je me suis dit que mon livre puait la merde ! (rires) Je racontais l’histoire du RC mais ce n’était pas ça… Le bouquin de Shea Serrano se lit intuitivement, c’est marrant… Tu vois j’aime bien écrire parce qu’à l’époque j’écrivais sur Bounce2Dis. Dans ma première version, j’avais raconté l’histoire du RC comme si c’était un roman mais ce n’est pas comme ça qu’il faut le faire. Ça doit être fun à lire pour les gens, avec des anecdotes… ça va pas être chronologique même si le premier chapitre va s’appeler « Avant le RC », un autre va s’appeler « New York /Montréal ». Là je travaille l’artwork avec Freddy parce qu’il est cartooniste, il y aura des illustrations de tous les MC…

Sur le public RC, les concerts de rap.

A mon époque, le rap c’était une culture de gens de cité. C’est con, mais le RC dans les années 90 ça n’aurait pas été la même chose. Ça n’aurait pas pu se passer comme ça, on aurait eu des embrouilles et puis les participants n’auraient pas osé entrer… Tu vois je ne suis pas une caillera, mais j’ai été dans tous les plans galère, toutes les soirées rap qui tournaient mal. Aladoum, pareil, on est de la même génération. Tu ne pouvais pas aller dans une soirée rap sans avoir un truc sur toi. Et les jeunes ne savent pas ce que c’est. Souvent je vois des commentaires « dans le public RC il n’y a que des blancs ». Mais dans tous les concerts de rap, il n’y a que des blancs ! Il n’y a que des gens de classe moyenne qui y vont. Le public du RC, je l’adore, mais ce n’est pas le public avec lequel j’ai grandi à l’époque. C’est très bien que ce soit démocratisé. A l’époque on faisait ça dans des salles communales, des MJC. J’ai le souvenir d’une soirée à Gisors où Dj Enuff venait, il y avait des mecs de Cergy, Vernon, Mantes-La-Jolie, St-Ouen-L’Aumône et Enuff est arrivé à 2 heures du matin sauf qu’on nous a laissés dehors, les gars de la salle n’ont pas voulu nous laisser rentrer. C’était en plein hiver, avec des mecs de cité qui ne s’aimaient pas, bien sûr que c’est parti en couilles ! Toutes les soirées c’était de la merde comme ça et on vient me dire « c’était mieux avant ». Non c’était pas mieux avant, c’était relou frère…

Passons au RC 9 avec le battle entre Hermano contre Freddy, Freddy qui arrive enfin au RC…

Au 8 il devait être là, mais il n’a pas passé les douanes parce qu’il avait un dossier criminel. Au 9, tout est rentré dans l’ordre et il a pu venir. Le Hermano / Freddy est un battle classique, Freddy a fait ce qu’il savait faire, Hermano aussi et ça a donné quelque chose de très très lourd. Le RC 7 c’était Star Wars, il était un nouvel espoir, le 8 ça a été la consécration et le 9 c’était le retour du Jedi.

Après coup, Hermano sortait d’un RC 7 face à Cheef et du RC 8 face à Fleyo, et un peu comme pour Lamanif face à JCC, c’était presque étonnant que vous l’ayez programmé face à Freddy qui est une très grosse tête du Word Up…

Ouai mais on ne pouvait pas faire autrement. Freddy avait déjà perdu face à Wojtek au Québec et il ne restait plus grand monde qui aurait voulu affronter Freddy dans les anciens et Hermano était celui qui se sentait le mieux. C’était aussi un vrai clash de style. Parce qu’Hermano est le gars qui va écrire sérieusement et Freddy c’est celui qui a une écriture monstrueuse mais c’est un gogol. (sourire) C’est mon gars mais c’est un gogol, il va te parler de Bambi dans ses battles.

Avant d’enchainer sur d’autres battles, j’ai l’impression qu’à partir de ce moment-là, l’élève a dépassé le maitre, que c’est au RC que ça se passe et un peu moins au Word Up…

C’est deux écoles complètement différentes et je ne pense pas qu’il y en ait une qui ait dépassé l’autre. Moi et Fili on est de très bons amis mais on a des visions très différentes. Lui, quand il y a eu une baisse de régime, il a voulu repartir avec les Word Up X dans des petites salles de 100 personnes, moi aujourd’hui, je n’ai pas le temps de faire ça. Si ça ne marche pas, j’arrête.

Tu as souvent dit ça…

Ouais. Après le 6 je me suis dit si le 7 ne marche pas, j’arrête. Après le 11 pareil. Et au 14 j’ai vraiment failli arrêter parce que j’avais des problèmes de santé et que tout me cassait les couilles. Mais de toute façon ça reste en suspens, depuis le début, chaque édition peut être la dernière. Depuis qu’on a commencé, mon modèle c’est la série Seinfeld, qui est ma série préférée : ils se sont arrêtés quand ils étaient au top, ils n’ont pas voulu faire la saison de trop comme moi je ne ferai pas l’édition de trop, même si leur final était pourri au passage. Vu qu’il n’y a pas d’oseille à se faire ou très peu, le moment où on ne prendra plus de plaisir, c’est sûr qu’on arrêtera. Comment on prend du plaisir ? C’est en trouvant de nouveaux MC qui vont amener de la fraîcheur. Là j’ai des gars comme Doc Brrown, comme Andra, qui me donnent une envie de continuer parce qu’ils me donnent quelque chose d’autre et je suis super content ! Mais si c’est pour refaire toujours les mêmes blagues, que ce soit redondant, etc, j’arrête, ça ne sert à rien. Mais ce qui est merveilleux avec le battle rap c’est que ça peut se renouveler. J’essaie de leur parler et les MC le comprennent de plus en plus.

Je voulais savoir justement est-ce qu’il y a une sorte de « management » des gars, est-ce que t’es en contact avec eux ?

C’est sûr que certains, je n’ai rien à leur dire, Wojtek je ne vais pas lui expliquer comment faire. Quelqu’un comme Doc Brrown, avant de le faire monter, je lui ai beaucoup parlé, je lui ai envoyé des battles américains… Il n’a pas la même recette que les autres, il progresse régulièrement parce qu’il corrige plein de petits trucs, c’est un des préférés du public et puis c’est un monstre ! Et ça je l’ai fait avec plein de MC, je leur donne des conseils. Moi je suis un gars URL, New York, j’aime quand ça frappe, ça doit pas être juste des vannes. Je ne regarde pas du battle juste pour rire. Alors qu’en France, le public veut rire, se détendre, profiter. Je suis un fan ultime de Lamanif, il me tue, mais dans le même temps, il essaie d’autres choses que je trouve géniale : face à Cheef, tout son truc sur le cinéma, Jack Nicholson, c’était super ça ! Et pourtant, ça ne prend pas en France ce genre de délire, mais c’est comme ça. Pour en revenir à ce qu’on disait, c’est plus aux jeunes que je parle et je leur dis : « N’essaie pas d’être le nouveau Deen, le prochain Nekfeu, j’en ai pas besoin, je les ai déjà eus. Moi j’ai besoin du prochain toi, de savoir ce que t’es et ce que tu vaux ». Je ne veux pas donner de noms, mais que ce soit en France ou en Belgique, il y a beaucoup de rappeurs qui marchent et qui sont des copies de Nekfeu. Ça dans les années 1990, ça n’aurait pas pu marcher ! Dans le battle rap, on a eu beaucoup de nouveaux L’Entourage, on a eu quelques Lunik, mais c’est pas du tout ce qu’on recherche.

Tu disais que tu ne voulais pas faire l’édition de trop et qu’il faut savoir se réinventer, à un moment il y a eu l’idée d’arrêter l’a capella et de mettre des instrus ?

C’est toujours faisable en fait. Le seul truc c’est que ce n’est pas du tout la même dynamique. Le public est très bordélique au RC, avec un beat, ça va vite être n’importe quoi… Faudrait que je le teste dans une petite salle de 50 personnes. Et je ne sais même pas si notre public va aimer ça.

Vous aviez fait un tournoi audio non ?

Ouais, on en a fait un. Le problème, c’est que c’était des rappeurs et que les gars abandonnent au milieu du tournoi… Si tu n’amènes pas les gars sur un évènement, ça part en couilles. Cette expérience a failli me faire tout arrêter parce que je m’y suis investi de ouf dedans et ça n’a pas pris… Dommage, j’aurais aimé que ça marche mais il n’y a pas eu le sérieux derrière et le public n’en voulait pas forcément en plus… Mais je pense que sur scène, ça passerait mieux qu’en studio. Mais ce n’est pas mort. Ce qui est mort, c’est la Draft et le RC Espoir.

Parce qu’il n’y a plus besoin ?

Si, il y a besoin, mais on est en train d’aider une nouvelle ligue qui est en train de se créer à Paris et qui va fonctionner comme le RC. Ça va être une sorte de « Ligue 2 », où je vais envoyer des gars qui ne peuvent plus revenir au RC, soit parce qu’ils ont enchainé trop de défaites, soit le public ne les veut pas, mais qui sont quand même bons et qui pourraient revenir un jour. Donc des gars iront travailler les fondamentaux dans cette ligue et revenir après, parce qu’il y a des gars que j’ai fait monter trop vite. Un gars comme Nelson Barros qui aurait pu être le meilleur battle MC français, je l’ai peut être brûlé un peu trop vite et je sais qu’il aimerait revenir, il n’ose pas le faire, c’est tout.

On arrive au RC 10 et le battle entre Wojtek et Louvar. Et Louvar est peut-être celui qui a le plus bousculé Wojtek…

Alors moi j’étais ici, je n’ai pas assisté au RC 10 mais j’ai reçu beaucoup de textos qui me disaient : « Louvar va gagner ». Mais il y a l’effet Wojtek, tu penses que tu vas le battre et il te sort une pirouette, avec la phase sur la Malaysia Airlines… Au RC 10, on a voulu marquer le coup, avec une édition où les nouveaux ont affronté les anciens. Et c’était la meilleure édition je pense… Le générique était excellent ; il y en a qui ont vu qu’on s’était inspiré de la série True Detective de HBO… On voulait que ce soit une édition à part et ça l’a été. Et ça aurait pu être encore différent. Pareil, j’en parlerai dans le livre, mais des MC devaient participer, Alkpote notamment…

Même si maintenant il a une « seconde carrière », à l’époque il était dans un registre plus obscur…

J’ai toujours été un grand fan d’Alkpote, la majorité des MC de la première génération du RC aussi… Quand Alkpote dit : « Tous ces pédés de rappeurs sont mes fils » ou « Je rappe mieux que les gars des Rap Contenders », il le dit à sa manière et ça me fait rire, je le rappe dans ma voiture. Donc ça a failli se faire mais c’était au moment où Alk commençait à lancer « Les Marches de l’Empereur » et ça prenait. Je pense qu’il s’est dit « Si je me plante, c’est fini ». Il aurait dû battle Maadou. Alkpote est un rappeur que j’adore mais contre Maadou il se serait fait découper je pense… Mais c’est toujours un rêve ! Je me dis qu’un jour je ferai venir Alkpote. Et si je le fais venir, je ne le ferai pas affronter un battle MC. Y a un double aussi avec deux humoristes qui a failli se faire… On a loupé Jamaï aussi pour le RC 10. Jam devait déjà affronter Wojtek au RC 4, il ne vient pas donc c’est moi qui le remplace au dernier moment, comme c’est souvent le cas, comme avec RES. Jam je ne le bookerai pas parce qu’il m’a déjà annulé deux fois et jamais deux sans trois, il ne viendra pas. Et Jam au Québec c’est le numéro 2, à égalité avec Freddy. Voilà, ç’a été dommage, mais c’est la vie.

J’en reviens à cette histoire de jeunes contre les anciens : que ce soit ceux de la 2ème voire de la 1ère génération, tu ne les vois pas revenir ? Parce que Gaiden continue de jouer le jeu par exemple…

Gaiden a, je pense, tiré un trait dessus, mais il reviendra peut-être. Je pense qu’on pourrait revoir la première génération au dernier RC. Le jour où ce sera notre dernier RC, on le fera à L’Olympia et ce sera un gros truc. Je ne te dis pas que je vais faire venir Nekfeu parce qu’il ne reviendra pas mais je me battrai pour essayer de faire revenir 2 ou 3 mecs de la première génération. Même si ce n’est pas jugé, même si ce n’est qu’un round, peu importe… Bon de la première génération, il reste tout de même Wojtek. Lunik pourrait faire un retour, les gars de L’Entourage, je ne vois personne à part peut-être Eff Gee… La 2ème génération elle est toujours là, il y en a d’ailleurs qui sont déjà bookés pour la prochaine édition. Malheureusement la 2ème génération n’a pas eu la chance de la 1ère dans la réussite musicale. Mais je te dirai la 1ère génération avait (il réfléchit)… soit très bien travaillé, pour certains, soit était très bien entourée. Big Flo et Oli étaient très bien entourés, parce que je les compte dans la 1ère génération, et je suis super heureux de ce qui leur arrive même si je n’écoute pas du tout ce qu’ils font. Et dans la 2ère génération, il y a pas mal de gars, ce ne sont pas des rappeurs. Cheef n’a pas besoin du rap pour vivre, Maadou ce n’est pas un rappeur, Marti non plus, même s’il va gueuler parce qu’il fait du rap, mais il le sait lui-même, il n’a pas de plan de carrière. Alors que la 1ère génération en avait. Il n’y en a pas un qui ne te disait pas : « Je veux devenir rappeur ! ». Et il y a encore moins de rappeurs dans la 3ème génération que dans la 2ème. Aujourd’hui, les gars veulent faire du battle rap, mais pas faire du battle rap pour réussir dans le rap.

Je devrais peut-être relancer une génération avec des vrais rappeurs mais le problème aujourd’hui pour recruter des rappeurs, c’est qu’il faudrait que les rappeurs de maintenant soient des vrais kickeurs. La génération de Koba LaD, tu la mets au RC, ils ne peuvent pas tenir. Ce n’est pas des rappeurs, c’est des musiciens. Les jeunes de 17, 18, 19, 20 ans, soit ils vont aimer le battle et ils en ont les codes, soit il va falloir que ce soit des gars qui fassent du rap un peu plus à l’ancienne. Donc c’est dur pour nous de trouver des rappeurs et d’arriver à les lancer. Mais la roue va surement tourner, quand on est arrivé, ce n’était pas l’époque des kickeurs du tout.

Passons au dernier battle et à la dernière génération, avec K5 et Parano qui se sont affrontés au RC, qui ne sont pas des rappeurs, mais ont ramené un truc.

C’est ce que je te disais, eux, ont les codes du battle et ça s’est vu lors de leur affrontement qui était un excellent battle, comme la 13ème édition d’ailleurs. Les RC 11 / RC 12 ont été comme le RC 7 et le RC 13, comme le RC 8… Les gars sont amis mais ont su mettre ça de côté, K5 a changé en étant plus intéressant, alors que tout le monde le voyait comme un sous-Lamanif. Ils ont pris les rênes de la 3ème génération, même si elle est moins fournie que la 2ème. La 4ème génération va être plus fournie je pense…

Une des dernières questions, et histoire de mettre en lumière les hommes de l’ombre, les RC ça se vit live, tu pourrais présenter l’équipe technique et son travail ?

Il y a eu depuis le début plusieurs équipes. Aux RC 1 et 2, on avait un gars qui était le pote d’un mec du quartier, au RC 3, c’était Aro, qui est un réalisateur de clips, RC 4, 5 et 6, c’est Zef, qui est venu du Word Up, du 7 au 10, on a eu Steve Lejeune, depuis le 11, le groupe Cyra. Donc on a pas mal tourné ! Il nous faut toujours une qualité d’image, de son, excellente, ça me tient à cœur. Ce qui m’embête, c’est qu’on n’a pas de contenus additionnels, à chaque qu’on essaie de le faire, avec des interviews d’MC par exemple, il y a toujours un problème, ils sont en retard, et ce n’est pas gérable. Comme ils viennent de toute la France, on ne peut pas faire d’interview la semaine d’avant… C’est dommage ! J’avais même pensé à une émission du genre « On refait le match », mais même ça c’est compliqué, on n’aurait pas tous les MC… Mais il y a plein de choses pour l’expérience client, pour le public, qu’on pourrait travailler.

Je rebondis sur la vidéo à la demande, mise en place lors des dernières éditions. Il me semble que les délais ont été raccourcis entre l’évènement et la sortie des vidéos, sous la pression du public, en tout cas du public qui est prêt à payer ?

C’est pas par rapport au public, la première fois, on ne savait pas faire. Donc il nous a fallu du temps. Idéalement, je voudrais que ça sorte deux jours après, c’est le but. Donc non ce n’est pas par rapport au public qui mettait la pression, celui-là, il ne va pas acheter la vidéo et il attend que ça soit gratuit sur YouTube. Le public qui achète, il attend, c’est un public niche et c’est grâce à lui que le RC existe et non pas le public qui regarde sur YouTube malgré ce qu’ils disent : « C’est grâce à nous que vous existez »… Les vues You Tube ne rapportent rien, ne servent à rien, je m’en fous, je n’ai pas 16 ans… Les vues ce n’est pas une vente d’album, ça ne quantifie rien. Tu peux faire 1 million de vues YouTube et faire ton concert devant 30 personnes. Donc la vidéo à la demande ça sert à avoir plus de thunes pour financer les évènements, rétribuer les MC, parce que YouTube ne nous en donne plus. Quand les gens achètent des packs vidéos du RC, ils aident le RC, mais aussi les MC et le groupe Cyra.

Dernière question, plus générale, c’est quoi le bon son que tu écoutes en ce moment ?

Oh putain… Tu tombes pas sur le meilleur moment de ma vie. En ce moment j’écoute vraiment de la merde. En ce moment, j’écoute beaucoup Polo G, ne me demande pas pourquoi (sourire). Une hollandaise aussi qui a fait un remix avec Rick Ross, Nicole Bus je crois… Attends faut que je voie (il regarde son téléphone)… J’écoute toujours beaucoup XXXTentacion, qui est mon dernier gros coup de cœur. Pas pour le personnage. Je l’avais fait écouter à un de mes amis d’ici, le plus grand fan de 2Pac qui existe. Et j’avais déjà dit sur internet que ce gars-là serait le futur 2Pac et je lui ai fait écouter à ce gars-là, qui n’écoute pas de rap actuel et il m’a dit : « Fuck ! ça me fait la même chose que lorsque j’écoutais 2Pac ». 2Pac n’étais pas le meilleur rappeur mais il arrivait à toucher toute une génération, ce que XXXTentacion a réussi à faire avec les jeunes. Musicalement, il a une diversité que pas grand monde a et pour moi c’est la marque d’un grand artiste. (Il réfléchit) Je pense que j’ai eu Nas dans les années 90 où j’étais comme un fou, et entre Nas et XXXTentacion, j’ai rien eu. Y a eu plein de gars super forts mais eux deux j’étais comme « Whooaa !! ».

J’écoute Gino Vannelli, un artiste soul, des années 70 / 80, de Montréal qui est un des premiers blancs à avoir fait le Soul Train aux Etats-Unis. J’écoute beaucoup (il rit) de musique country mexicaine gangsta, genre Gerard Doherty. J’écoute toujours les classiques, Donny Hathaway, George Benson, etc. Cette semaine j’ai eu une grosse phase Fletwood Mac… Je n’écoute pas que du rap. En rap français, j’écoute beaucoup Alkpote en ce moment, parce que… parce que j’ai besoin de rire. Quoi d’autre ? J’écoute vraiment de tout. Mais ce qui revient toujours c’est la soul, la funk, beaucoup de R’n’B des années 90, j’en suis vraiment nostalgique… Sinon le gros son que j’écoute en ce moment c’est Swae Lee avec Post Malone, parce que c’est une chanson très urbaine, qui me fait penser à ici ou à New York, c’est ma chanson de l’été.

Partagez:
  •  
  •  
  •  

Chafik

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *