10 Bons Sons US en août 2019

Le mois d’Août rime souvent avec désert dans le paysage musical, que ce soit outre atlantique ou ici. Evidemment il y a toujours des exceptions qui confirment la règle. Entre projets massifs et artistes beaucoup plus discrets, on a donc du fouiner un peu partout, histoire de dénicher quelques jolies pépites en cette fin d’été, ou de rappeler à l’ordre nos petits préférés. Mais honnêtement, vivement la rentrée et ses 1568 nouveaux morceaux incroyables.

Villain Park – Visions (Prod. Smoke Dawg)

La dernière fois que nous vous en parlions dans nos colonnes, c’était il y a deux ans, à l’occasion de leur très bon morceau Regretz. Un peu plus de 24 mois plus tard, on retrouve l’ancien duo, anciennement quartet et dorénavant trio avec une track inédite, mise en images et extraite de leur premier album, intitulé The Recipe. Les californiens vont vite en besogne puisque 10 jours plus tard, l’album sus-nommé sort dans les bacs, pour le plus grand bonheur de nos esgourdes. Après nous avoir habitué à kicker sur du boom-bap plutôt moderne, les angelinos s’essayent à des instrumentales beaucoup plus « banger » et clairement dans l’air du temps ; gros kick, un snare un poil cheap, une basse 808 omniprésente et un lead très cote ouest, forcément.
Un morceau qui vous aidera grandement à déglinguer la rentrée, et pour ceux qui souhaitent du rab’, jetez vous sur leur album disponible sur toutes les plateformes.
Et comme le dit si bien le sieur Freeze Corleone : « Chef étoilé, j’ai la recette ». Villain Park aussi.
– Clément

Bishop Nehru & Brady Watt – Made For This (Prod. Brady Watt)

48789ème fois que nous évoquons l’ami Bishop dans nos 10 BS US, mais que voulez-vous, quand on aime on ne compte pas.
Le new-yorkais a visiblement passé un été productif puisque le bonhomme a délivré pas moins de 4 morceaux chaque mardi du moins d’août. Et comme ci cela ne suffisait pas, Nehru a sorti un EP surprise le 30 août, intitulé The Real Book Vol.1, ou on peut retrouver Brady Watt derrière les machines et sur la plupart des featurings. « Made For This » est un très bon rappel concernant la capacité de Bishop à nous transporter, peut importe le style du morceau ou encore de l’instrumentale. – Clément

SiR – Hair Down feat. Kendrick Lamar (Prod. Michael Uzowuru, Jeff Kleinman & Mike Hector)

Une fois n’est pas coutume, évoquons SiR, chanteur et compositeur branché plutôt R&B qui a sorti le 30 août son troisième album, justement nommé « Chasing Summer ». Fort de deux premiers opus assez remarqués, le natif d’Inglewood (coucou Jules Winnfield) nous livre ici le morceau phare du projet, en featuring avec Kendrick Lamar. Au menu ; une prod’ des plus aériennes et son sample en reverse, quelques punchlines bien senties, une jolie métaphore capillaire/confiance en soi et une ride en voiture volante. – Clément

Young M.A – Big (Prod. Mike Zombie)

On ne l’avait pas entendu depuis deux ans avec son EP « Herstyle » mais la rappeuse Young M.A est bel et bien de retour avec le morceau Big, premier extrait de son premier album studio à paraître le 27 septembre prochain. Après avoir cassé internet en 2016 avec son titre OOOUUU, l’artiste d’origine portoricaine remet cette fois ci le couvert, accompagnée derrière les machines par Mike Zombie, producteur bien connue du label de Drake, OVO Sound. Petit banger à la sauce G’s et au refrain très entêtant, Young M.A en profite pour distribuer quelques punchlines assez corrosives, manière de dire qu’elle n’a rien perdu de son bagou.
Clément
« […] All this drip, I could fuck around and wash him up,
Hellcat sound like Mufasa when I start it up.
[…]I like tatted bitches, hey Kehlani ».

Rick Ross – Fascinated (Prod. Sam Sneak & Dollarz)

Point d’orgue de l’excellent Port of Miami 2 (dont vous pouvez toujours lire notre brillante critique), « Fascinated » est une nouvelle invitation à revêtir votre plus belle chemise partiellement boutonnée avant d’embarquer dans une virée en voiture de luxe. Loin des tentatives d’auto-copies de succès passés, la Cigare Music de Rozay semble inlassable, elle a le superbe avantage de bien vieillir. Alors que les arrangement denses de Sam Sneak & Dollarz nous envoutent, l’auteur repense au destins tragiques de certains de ses amis et des conséquences directes qu’ils auront sur leurs jeunes enfants et, plus généralement, des tentations dangereuses auxquelles la jeunesse doit faire face. – Wilhelm

Young Thug feat. Gunna – Hot (prod. Wheezy)

Il y a quelques mois, Jeffery Lamar Williams revenait en grande pompe pour annoncer l’imminent So Much Fun, son premier véritable album – en tout cas estampillé comme tel. En substance, le  disque, n’a pas grand chose à dire mais il aspire à nous faire passer un bon moment. D’aucun choisiront de dénoncer un manque d’ambition quand d’autres y verront une démarche artistique et tous n’ont pas forcément tort. Mais si le XIXème siècle appartenait à Flaubert et le XXème était celui de Céline, Young Thug serait-il, finalement, le styliste du notre ? – Wilhelm

$ha Hef & Revenxnt – Krossed Out

Fidèle à la tradition, $ha Hef accompagne l’été d’un long format lugubre et violent. Le rappeur ne semble pas avoir vu la lumière du jour depuis des lustres mais, plus encore, le temps n’a pas l’air d’avoir le moindre impact sur The Wolf of Black Wall Street. Des synthés électroniques, des boucles poussiéreuses, des vieux breakbeats rejoués dans des rythmiques ni actuelles ni passées ni futuristes (principalement parce que ça ne voudrait rien dire) constituent la colonne vertébrale du dernier bijou du New-Yorkais. Krossed Out s’y installe en rouleau compresseur qui déroutera autant les nostalgiques que ceux qui vantent habituellement les mix léchés de notre époque parfois même à tort et à travers. – Wilhelm

Jeezy feat. Meek Mill – MLK BLVD (Prod. Lex Luger)

Dernier tour de piste pour l’un des pères fondateurs du rap actuel. Avec le dernier volet de sa tétralogie Thug Motivation, le MC d’Atlanta, qui fêtera bientôt son 42ème anniversaire, signe ce qui semble vraisemblablement être son dernier album tout court et le 11ème d’un total débuté en 2001 avec Thuggin’ under the influence. Il aurait peut-être été plus symbolique d’en extraire le dernier morceau, The Real MVP, qui plus est, accompagné d’un refrain plein de solennité du toujours très solennel John Legend, mais c’était sans compter sur la présence du banger de l’année avec « MLK BLVD ». Si ce n’est pas la première collaboration entre l’Atlantéen et le Philadelphien, ils ont rarement atteint un tel niveau d’alchimie. C’est évidemment plus facile avec un thème cher aux deux, à savoir, la fidélité à la rue malgré la richesse. Et c’est peut-être plus représentatif de la carrière de l’inventeur de la « Motivation Music ». – Xavier

G Perico – Day of our lives (Prod. Polyester the Saint & WebbMadeThis)

En tant que rare survivant de la mob music californienne, G Perico nous avait quelque peu manqué depuis Guess What? sa (très) courte dernière sortie musicale datant de 2018. Avec Ten-Eight, le MC de South Central a gardé une formule très classique, entre nervosité et morceaux crachés dans l’urgence (la plupart durent moins de 3 minutes). Et G Perico n’a pas encore décidé de nous décevoir, quand bien même l’on retrouve moins de morceaux marquants que sur ses dernières sorties. Retenons néanmoins « Day of our Lives », morceau plus teinté G-Funk sonnant comme une fin d’été, venant clore un nouvel opus solide pour le rappeur aux bigoudis. – Xavier

Dame D.O.L.L.A. – Ricky Bobby (Prod. CuBeatz & Nonstop Da Hitman)

Les aficionados de NBA qui nous suivent ne seront peut-être pas surpris d’apprendre que la bandiera de Portland, Damian Lillard, à la manière de Yannick Noah, mène une carrière musicale à côté de son emploi sportif, sous le pseudonyme de Dame D.O.L.L.A. Déjà auteur de deux albums studio sortis en 2016 et en 2017, le voilà qui récidive avec la mixtape Big D.O.L.L.A. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ses couplets sont plus tranchants que ceux d’un autre sportif (francophone celui-ci) dont on taira le nom. Preuve en est cet excellent « Ricky Bobby », égotrip classique où le MC/basketteur fait une analogie entre lui et Ricky Bobby, personnage central de la série qui porte le même nom. Jusque-là rien de bien révolutionnaire me direz-vous. En réalité, c’est surtout dans l’excellente production de CuBeatz et Nonstop Da Hitman que l’on trouve l’intérêt principal du morceau. Et dans le sample de cuivres étouffés, mélangé à une ligne de batterie plutôt douce pour un résultat du plus bel effet. – Xavier

Partagez:
  •  
  •  
  •  

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *