10 Bons Sons en juin 2019

Comme chaque début de mois, l’heure est au bilan du précédent autour de dix morceaux de rap français qui ont retenu notre attention.

Le 12 juin : Absolut Street – Course de fond

Incontestablement l’une des sorties les plus undergrounds de l’année. Puisque cette scène-là décide de ne pas jouer dans la même cour que les autres, le projet est d’ailleurs sorti… un mercredi ! Huit ans après leur première sortie, et trois ans après avoir dévoilé le premier extrait featuring Hugo TSR & Swift Guad, le groupe francilien vient de balancer « A qui profite la rime ? ». 16 pistes de rap aux sonorités clairement old school, mais qui font du bien lorsque le thème est respecté, les rimes recherchées et l’énergie décapante. Les sons sont bons, pas besoin d’en dire beaucoup plus. – Antoine

Le 12 juin : Tetris Sysif – Nombril (Prod. Nef)

Tetris Sysif, membre du collectif marseillais Tous Salopards a sorti ce mois-ci son premier album solo, Nombril. Fruit d’une collaboration entre le MC et le Beatmaker Nef, ce projet très personnel, dense, présente les différentes facettes du rappeur, de l’homme ainsi que de son producteur, qui lui a proposé une large palette d’ambiances. L’introduction de l’album plante le décor : une envie de croquer le monde, une technique sûre à base de multisyllabiques, des phases bien vues (#épinards…), un flow qui colle parfaitement à l’instru et un clip tourné en Colombie, à l’esthétique soignée, à base de plans filmés au drone. Tetris fait son job à plein temps, sérieusement, sans se prendre au sérieux. « Un MC du dimanche, de celui-ci à celui d’après ». – Chafik

Le 3 juin : Guezess – Cœur noirci  (Prod. Homage)

Le 21 juin est sortie la mixtape #Face B du rappeur Guezess. Nous avons sélectionné la première piste de cet opus  intitulée « Cœur noirci ». Entre constat amer et  inlassable routine, le membre du label Neochrome Hall Stars distille son spleen par le biais d’une écriture  maitrisée et d’une voix posée. L’instrumentale du beatmaker Homage s’allie à merveille avec l’univers du bordelais. Au vu de son travail toujours gage de qualité, Guezess mériterait de jouir d’une plus grande visibilité. En espérant que #Face B lui permette enfin d’obtenir une exposition majeure sur la scène nationale. – Jordi

Le 26 juin : Lefa – Fame (Prod. MKL & Lefa)

Lefa annonçait il y a quelques semaines que son prochain album était déjà dans son téléphone : le premier extrait devait donc sortir sous peu. C’est chose faite avec « Fame » qui est accompagné d’un clip hautement symbolique (avec une surprise finale que l’on vous laisse découvrir). Sur une instrumentale composée en compagnie de MKL, Lefa continue d’écrire juste et bien : il déplore dans ce titre la recherche de la célébrité comme unique projet de vie. Le projet est donc lancé sur de bonnes bases et Lefa semble, après 3h du mat, avoir définitivement trouvé son chemin en solo. – Costa

Le 5 juin 2019 : Sheldon – 4/4 de Lune

On entend beaucoup parler de Sheldon et de la 75e session ces temps-ci. Le gourou du Dojo Klan a lâché ces derniers mois les 3 derniers quart de lune qu’il manquait à sa « saga », destinée à teaser son premier album, intitulé Lune Noire et annoncé pour la rentrée scolaire. Lors de la sortie du second quart de lune, on avait fait mention de la BD disponible sur son instagram et de l’animation fortement présente dans ses clips. Aujourd’hui on ne rigole absolument plus du tout parce qu’en plus d’un nouveau clip superbement illustré par ManX et mis en animation par Cyrille Hervert, Sheldon a sorti le 27 juin le jeu vidéo Lune Noire. Oui vous avez bien lu, un jeu vidéo basé sur l’univers du emcee/producteur. Final Fantasy, mais de la 75e session, en somme. Et pour les plus curieux, Radio Nova a consacré un web documentaire à cette fameuse 75e session et ce Dojo Klan, que nous citons dans nos lignes depuis le tout début. – Clément

Le 21 juin : Fanny Polly – Contradictions (Prod. Marion Napoli)

Nous vous avions parlé de Fanny Polly à la rentrée avec son titre « Introduction » qui annonçait la sortie de son album pour octobre 2018, mais il faut croire que l’indé a ses raisons que le rap game ignore. Toute une histoire, son premier LP, vient donc d’être livré et donner encore plus de poids à cette saison faste pour le rap féminin avec les sorties d’Antidote de Shay et de Mun de Chilla. La rappeuse du 06 produite par la Scred a pris son temps pour réaliser 16 titres qui présentent le style très personnel de son auteure. Comme pour beaucoup (quoique), le rap est un exutoire pour Fanny Polly, qui a la rage de dire, comme le prouvent ses morceaux à trois couplets, ce besoin de panser des plaies. Sur la piste 7, Fanny Polly cohabite avec ses contradictions, comme d’autres avant elle recherchaient l’équilibre, assumaient leur haine de l’amour, voire faisaient du hors-piste. Elle constate que la vie « n’est jamais si bonne ni si mauvaise qu’on croit », qu’elle est faite de paradoxes, le tout sur une prod au service d’un flow énergique. Fanny Polly, une rappeuse qui rappe. – Chafik

Le 28 juin : Scylla – Madame X

Décidément habitué de ces colonnes, l’ogre bruxellois a encore tapé dans le mille ce mois-ci. Livrant, au beau milieu des sorties parmi les plus excitantes de l’année, une heure de son à la hauteur de ce qui sait nous faire vibrer, il s’offre un carton plein pour BX Vice. Si l’équipe ici plébiscite l’outro éponyme, c’est l’intro « Madame X » qui figurera finalement dans ces lignes. Petit Boom Bap et vibe R&B distillée du bout des lèvres, on a bien affaire à une entrée en matière taillée pour faire monter le mercure. Pour jouer avec la sensuelle frustration du Belge, la prod tendue de Lionel Soulchildren jongle avec la pression, entre crispations et envolées voluptueuses. Peu importe qui se cache derrière le X, la dépendance et la fascination qu’elle exerce sur Scylla résonne à merveille en repeat dans nos basses. – Sarah

Le 7 juin : Tito Prince – Ça brille fort

Pas forcément une des sorties les plus attendues d’un mois de juin très chargé, l’éternel rookie Tito Prince a sorti une merveille d’album intitulé Un roi dans un HLM. 5ème projet déjà, mais Tito n’est pas devenu ce que beaucoup pensaient qu’il deviendrait : une mega-star du rap, et au-delà. Et pourtant, si l’on prête ne serait-ce qu’une écoute à son nouvel opus, le rappeur-chanteur-kickeur réussit encore une fois à brutaliser et réconforter les tympans plus d’une fois. Plein d’images défilent, d’émotions se ressentent, et le flow magique du roi du 9.1 maintient notre attention tout du long. Ce titre, petite bombe atomique pour refermer le projet, brisera des nuques tout l’été ! – Antoine

Le 21 juin 2019 : Kekra – OSMS (Prod. Boumidjal WWD)

Après une promotion presque inexistante, Vréalité est venu orner les bacs le vendredi 21 juin dernier. Seulement 364 jours après son grand frère, le résultat est pourtant très différent. Là où Land proposait un Kekra meilleur que jamais dans à peu près tout ce qu’il faisait, le disque pouvait être déroutant et a eu besoin de s’affiner avec le temps. Si la maîtrise s’est encore accentuée, Vréalité reprend un univers sonore et une efficacité immédiate héritée des Vréel. Pour autant, Vréalité se distingue suffisamment de ceux-ci pour être plus qu’un numéro 4 ; le compromis parfait en somme. Difficile de classer cet album dans la discographie bien chargée du Courbevoisien si tôt, mais nul doute qu’il en sera un membre éminent. – Wilhelm

Le 21 juin : Furax Barbarossa – Mona Lisa (Prod. Toxine)

En octobre 2016, le beatmaker Guilty du Katrina Squad parlait de sa découverte de SCH à Yérim Sar pour le site de Mouv’ : « Je le découvre via le net, en tombant sur un freestyle, explique Guilty. Je lui ai dit qu’il me rappelait un peu Furax Barbarossa, or SCH l’avait beaucoup écouté, j’ai capté qu’il était vraiment passionné de rap. » C’est que les toulousains Furax et Guilty se connaissent depuis les années 2000, à cette époque ils font même de la musique ensemble. Pas étonnant donc de retrouver Furax à l’écriture des interludes sur le dernier album de SCH, JVLIVS, ni que ce dernier l’invite à son Planète Rap en octobre dernier. A cette occasion, la Barbe a présenté un inédit en direct, le premier extrait d’un nouvel album solo à venir, « Mona Lisa ». Avec des multisyllabiques à foison, un texte sombre à souhait, et une production au sample menaçant, le morceau n’a pas manqué d’affoler ses supporters, d’autant que Barbe Rousse avait déclaré à plusieurs reprises que Testa Nera serait son dernier album. Il lui aura fallu huit mois encore pour balancer le son sur les plateformes, accompagné d’une mise en image léchée et réussie (signée Chaz de Visual Light, qui avait également réalisé, entre autres, le fameux clip de « Le poids du mal »), à l’esthétique qui rappelle la série Peaky Blinders. Aucune date n’a été dévoilée quant à la sortie de ce nouvel album solo, ce n’est pas le genre de la maison (« Ça sort quand ça sort »), mais il semblerait qu’on tienne le bon bout – Olivier

Le 13 juin : Veerus – Moonwalk (Prod. Mingo)

Après plusieurs EP et albums, et plus particulièrement Iceberg Slim l’an passé et Mercure en 2017, V2E continue de nous délecter de projets de qualité. En ce mois de juin, c’est Marché Noir qui vient compléter la série. Extrêmement bien entouré tant pour les featurings (Freeze Corleone, Tengo John) que pour la production des beats (Mingo, Chapo & Heizenberg, Just Music Beats) le rappeur de Dunkerque prouve une nouvelle fois qu’il est un artiste hors pair. Références à outrance, rimes travaillées, attitude et technique sans faille font de lui un artiste incontournable. Le morceau « Moonwalk » est un parfait condensé de toutes les qualités dont fait preuve le fondateur du label Maison Noire. À écouter d’urgence. – Jordi

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager avec les petites icônes ci-dessous, et à rejoindre Le Bon Son sur Facebook, Twitter et Instagram.

Partagez:
  •  
  •  
  •  

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *