10 Bons Sons US en avril 2019

Avril dans le pays de l’Oncle Sam. Et comme le dit l’adage, ne te découvre pas d’un fil, d’Ariane peut être, que nous allons suivre pour découvrir notre nouvelle sélection.

The Doppelgangaz – Have Cloak Will Travel

Les deux acolytes de The Doppelgangaz, Matter ov Fact et EP,  nous ont pondu tranquillement un 6 titres, intitulé G Pack, vol.1, sorti à la mi-avril. Six morceaux dont le magnifique « Have Cloak Will Travel », clippé également par les deux artistes new-yorkais. Coté instrumental, on reste sur du classique depuis leur album HARK ! sorti en 2013. Du boom-bap assez sombre, un bpm plutôt lent et des références alambiquées multiples (du jazz avec Charles Mingus comme du tennis avec Martina Hingis) pour un morceau efficace, à l’image de ce premier volume de G Pack, en attendant le second qui devrait pointer le bout de son nez très prochainement. Clément

Curren$y, Trademark Da Skydiver, Young Roddy – No Hook

Nouveau morceau qui nous vient de la Nouvelle Orléans, sur lequel le super prolifique Curren$y nous offre une collaboration à trois, accompagné de Trademark Da Skydiver et Young Roddy. Un morceau très jazzy, où un cuivre hurle à la mort sur une rythmique plutôt trap. Les apparitions de Trademark sont assez rares, alors profitons de ces quelques bars, remercions l’éternelle plateforme DatPiff et savourons ce doux « tribute » à Nipsey Hussle. « I told my lil bro, them niggas be talking, don’t trap out the crib / I’m feeling like Mitch, I hustle like Nip, it’s all money in […] » Clément

Stormzy – Vossi Bop (Prod. Chris Andoh)

Une fois n’est pas coutume on fait un petit détour par l’Angleterre avec Stormzy.
Nous n’étions pas les seuls à se demander ce que pouvait faire le emcee anglais (qu’on avait pas vu depuis 2017) mais rassurez vous, le bonhomme est de retour avec « Vossi Bop » clippé pour l’occasion (et avec en guest l’acteur Idris Elba). La prod est assurée par Chris Andoh, un producteur qu’on avait pu entrevoir en 2015 sur le projet de Nines. En bref un bon vieux banger à la sauce UK, avec ce soupçon de nonchalance qui fait tout le charme du flegme anglais. Clément

Schoolboy Q – Die Wit Em (Prod. Cardo, Juliano & Yung Exclusive)

Avec la sortie de CrasH Talk, Schoolboy Q continue, à 32 ans, de semer derrière lui une discographie impeccable et sans fioriture. Si cet album, le plus court jusqu’ici puisqu’il ne dure que 39 minutes, n’est pas sa meilleure livraison – difficile de succéder à l’exceptionnel Blankface LP, on y retrouve quand bien même les nombreuses facettes de son univers artistique. Et c’est le côté street que nous avons choisi de mettre en avant dans cette sélection, avec l’excellent « Die Wit Em ». Sur une production très nerveuse d’un trio composé notamment de Cardo, il n’a de cesse de répéter son habilité au maniement des armes. Xavier

Smoke DZA – Rollin’

Véritablement inarrêtable depuis le début de l’année, Smoke DZA continue de livrer sortie sur sortie, avec pour ce mois d’avril, BaconEggAndTrees et Ringside 7 avec 183rd, qui ne sont pas moins que ses 4ème et 5ème mixtape depuis janvier et la sortie de Uptown (également avec 183rd). Et connaissant la qualité du MC new-yorkais, on peut bien imaginer que le travail est loin d’être bâclé. En le connaissant, on sait aussi l’amour qu’il éprouve pour les substances pas très légales, dont il fait (une fois de plus) l’éloge dans ce très soyeux « Rollin’ ». Pas de crédit pour le beatmaker malheureusement, qui fait pourtant bien le boulot, avec cette petite boucle vocale qui se marie parfaitement au reste. Xavier

38 Spesh Feat. Benny The Butcher – LMOP

Un autre MC plutôt prolifique depuis le début de l’année 2019 est sans nul doute 38 Spesh, déjà apparu dans nos colonnes lors de l’édition de février. Après 38 Strategies Of Raw, le voilà qui récidive avec The Trust Tape 3, une mixtape pétrie de featurings divers et variés. Et parmi eux, le déjà très présent dans notre rubrique Benny The Butcher, qui l’accompagne sur pas moins de 8 morceaux. Si l’on connaît la complémentarité entre les deux hommes, déjà prouvée sur l’excellent album commun Stabbed & Shot, elle continue d’impressionner au long de la tape, et plus particulièrement sur « LMOP » (Love Money Over Pussy). Xavier

Trillmatic & Conway The Machine – Comfortable (Prod. Apollo Brown)

À l’été 2018, Trillmatic, marque de streetwear bien nommée, annonçait un projet rap futur via la somptueuse boucle de Draco et le toujours irréprochable Conway, sans plus de détails. Finalement, c’est en ce doux mois d’avril qu’on a découvert l’envers du décor : Organized Crime est un EP entièrement rappé par le stakhanoviste Conway sur des production éminemment plus de l’Est que du Sud, moins Trill qu’Illmatic. Derrière les machines, donc, on retrouve Apollo Brown, Mephux, Farma et, petite fierté nationale, l’excellent Kyo Itachi. Si on peut reprocher au premier une recette unique dépeinte à toutes les sauces, on doit bien lui reconnaitre qu’elle est invariablement de bon goût et ce n’est certainement pas le flip réalisé sur Comfortable qui nous bousculera nos idées. Wilhelm

Bun B & Statik Selektah feat. Method Man, Grafh – Still Trill

Si vous n’aviez pas 11 heures 40 de libres le 17 avril, vous avez sûrement manqué la conception (toujours disponible) en live de TrillStatik, album commun de Bun B et Statik Selektah. Le disque, long d’une demi heure, est sorti trois jours plus tard pour célébrer le fameux 420 – il n’y a pas que les adolescents qui y accordent de l’importance… mais on ne juge pas. Et si la tracklist accueille énormément de monde, c’est la combinaison avec deux New Yorkais, Grafh et l’Homme Méthode, qui a retenu notre attention. Encore une alliance réussie entre le Sud et l’Est américain. Wilhelm

Erick Sermon feat. AZ & Styles P – Tha Game (Prod. Mic Cheks & Erick Sermon)

Une autre tracklist impressionnante au mois d’avril était sans aucun doute celle de Vernia d’Eric Sermon. Le pas-encore-vétéran de la grosse pomme a sorti son énième album. Épaulé par AZ et Styles P, Erick regrette l’évolution du (rap) jeu non sans un petit côté vieux con sur une instrumentation suffisamment splendide pour se passer de batterie. Si Styles P et AZ ne tombent pas vraiment dans ce versant, ils se retrouvent tous trois sur la marginalité qu’il ressent vis-à-vis de l’industrie, rendant les quelques phrases nostalgiques du business man beaucoup moins balourdes. Wilhelm

Anderson .Paak feat. André 3000 – Come Home (Prod. Anderson .Paak & J-Mo)

Moins de 6 mois après le succès commercial très timide d’Oxnard, Anderson .Paak revient aux affaires avec le très soul Ventura. Et si le rap a définitivement prouvé sa capacité à (bien) se mélanger aux autres genres jusqu’à influencer intrinsèquement les musiques pop, tout particulièrement ces dernières années, c’est toujours un peu plus particulier quand l’un de ses plus importants ancêtres se retourne vers lui. « Come Home », l’intro du disque, est intelligemment conçu dans cette veine. Mais puisqu’en plus, l’invité n’est autre qu’André 3000, c’est forcément mieux. Wilhelm


Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager avec les petites icônes ci-dessous, et à nous rejoindre sur facebook, twitter et instagram.

Partagez:
  •  
  •  
  •  

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *