10 Bons Sons US en mars 2019

C’est à un joli mois de mars musical que l’on va s’intéresser même s’il s’est conclu d’une terrible manière. En effet, le monument Nipsey Hussle, père fondateur du rap West Coast moderne et modèle de réussite – tant musicale qu’entrepreneuriale, s’est tragiquement éteint des suites de plusieurs coups de feu. RIP.

Logic – Confessions Of A Dangerous Mind

Encore et toujours Logic, on va finir par croire que c’est une obsession, tant il apparaît dans nos colonnes chaque mois. Mais que voulez-vous, le bonhomme est sacrément productif et enchaîne les projets, albums et morceaux « volants » (on disait « single » jadis). Extrait de ce qui sera son sixième album, « Confessions Of A Dangerous Mind » traite des sujets récurrents dans les textes de Logic : le doute, le sentiment d’insécurité ou encore plus globalement la santé mentale des artistes (et la sienne bien évidemment). Un morceau à l’instru plutôt smooth, porté par un sample ou quelques notes de clavier et violons viennent se confondre avec un beat aux sonorités old school. On attend donc la suite, toujours avec impatience… Et en attendant on peut toujours parcourir son premier roman Supermarket sorti également au mois de mars et qui possède en plus de ça une BO absolument pas rap.Clément

2 Chainz – NCAA (Prod. Da Honorable C.N.O.T.E.)

Deux ans après l’excellent Pretty Girls Like Trap Music, le vétéran d’Atlanta a ressorti le bleu de chauffe avec Rap or Go to the league, son quatrième album solo (cinquième en comptant ColleGrove avec Lil Wayne). Si l’opus n’est pas aussi réussi que son prédécesseur, il contient néanmoins son lot de morceaux qui tourneront encore longtemps dans l’outil de circulation privé à quatre roues. Produit par le toujours impeccable Honorable C.N.O.T.E., (les petites notes de guitare en fin de morceau ne laissent pas indifférent) « NCAA » en fait évidemment partie. Et cet hommage au championnat universitaire de basket n’est pas anodin, puisque LeBron James a activement travaillé sur l’album si on en croit ses stories Instagram. Probablement une des raisons pour lesquelles ce dernier manquera les play-offs de NBA pour la première fois depuis 2005. Xavier

El Camino feat. Meyhem Lauren – Too Grimey for the radio (Prod. Chris Ruben)

Gravitant autour de la structure Griselda sans réellement en faire partie depuis un bout de temps maintenant, El Camino a profité de ce mois de mars pour délivrer sa troisième sortie depuis l’année dernière. Nous pouvons considérer Don’t eat the Fruit comme un second véritable album, après l’excellent Walking on Water. L’ambiance est toujours la même, oscillant entre des éclaircissements, et le pesant, comme sur « Too Grimey for the radio », que nous avons choisi d’extraire. La production de Chris Ruben, un habitué de la maison, offre tout l’aspect inquiétant et « Grimey » dont avaient besoin El Camino et Meyhem Lauren pour décupler leur verve. Effectivement, vous ne risquez pas d’entendre ceci sur les ondes. Xavier

Don Trip – Weighting

S’il n’est pas le MC le plus connu de sa ville, le Chicagoan Don Trip continue de sustenter les amateurs de drill et de violence de manière assez régulière. En ce mois de mars, il a sorti Don’t Feed The Guerillas, un 11 titres qui ne paie pas de mine mais qui fait efficacement le boulot. Nous avons choisi de l’illustrer avec « Weighting », habile jeu de mot entre la prise de poids et l’attente. La voix criarde et brisée de Don Trip se marie parfaitement à la production entêtante d’un beatmaker malheureusement non-crédité. Xavier

A$AP TyY – Rather be alone (Prod. ZoneOut Worldwide)

Nous vous parlions le mois dernier, avec A$AP Ant, de la difficulté pour les membres de la structure de se faire une place derrière les monstres que sont Ferg et Rocky (et Twelvyy dans une très moindre mesure). Et bien l’histoire est encore plus tragique pour TyY, strictement inconnu au bataillon, qui a sorti ce mois-ci son Project Rockstar. L’affiliation à Rocky est plus visible, en termes d’ambiance saturée et alternative, et celle à Ferg se remarque notamment au niveau de la voix. Avec Project Rockstar, il en est à sa troisième sortie après Troubles of the World sorti l’année dernière, et Best Kept Secret qui fête cette année son troisième anniversaire. L’album a le mérite de transporter une véritable atmosphère, entre les guitares grinçantes et la lenteur générale, même si c’est difficile d’y pénétrer. A ce titre, « Rather be alone » est peut-être le morceau le plus conventionnel, avec cette production quelque peu mélancolique et lancinante dont on ne se lasse pas. Xavier

Jose Guapo – STFU

Passant relativement inaperçu à travers la richissime scène de sa ville d’Atlanta, Jose Guapo nourrit pourtant son public de manière assez régulière depuis quelques années avec un rap brut et énergique, interprété avec ce style de voix nasillard, popularisé notamment par Kodak Black ou encore Youngboy Never Broke Again. Il s’écarte ainsi du style trap prépondérant dans la capitale géorgienne, avec un style plutôt aux couleurs de la Louisiane. C’est ainsi qu’il a sorti, en ce mois de mars, sa nouvelle mixtape, à l’intitulé très éloquent, Graduated from the Streets 2, qui illustre plutôt bien sa palette artistique. Le titre STFU (qui signifie Straight The Fuck Up, contrairement à ce que l’on pourrait penser), met bien en évidence cette synthèse entre rap énergique et lyrics très streets. Xavier

Dark Lo – El Chapo cried (Prod. The Olympians)

Alors que le mois de mars, très doux, laissait présager un printemps savoureux, ce diable de Dark Lo, armé de ses cris soutenus par une production sombre et énigmatique, signée The Olympians, nous plonge dans une ambiance glaciale. S’il a bénéficié d’une greffe rénale réussie, es amis, morts ou en prison, lui manque toujours et les larmes de Suge Knight et El Chapo sont de bien sombres symboles. Et puisque le rappeur de Philadelphie n’a pas une grande aura en France, on vous recommande vivement de jeter une oreille sur (au moins) ses trois derniers projets, tous excellents. Wilhelm

Flee Lord feat. Fast Life – Million Dollar House (Prod. Chup)

Après l’excellent Loyalty or Death: Lord Talk, vol. 2 paru en septembre dernier, Flee Lord n’entend pas se reposer sur ses lauriers et nous livre un nouvel album toujours dans les mêmes sonorités soul d’un autre siècle. Cette fois, plusieurs producteurs sont aux machines et pas des moindres : on retrouve notamment le légendaire Pete Rock, le génie de Vdon ou même l’efficace DJ Muggs… Pourtant, c’est « Million Dollar House » qui nous a tapé dans l’oeil. Est-ce pour la délicieuse boucle très épurée, les immersif ou même la référence au meilleur couplet de la décennie (Conway sur « The Cow ») ? Sûrement un peu de tout ça. Wilhelm

DJ Muggs & Mach-Hommy – Lajan Jwif

DJ Muggs, encore lui, sait faire ressortir le meilleur des rappeurs avec qui il travaille. Il s’associe cette fois à Mach-Hommy autour du bien nommé Tuez-Les Tous. On entendra d’ailleurs, ci et là, des mots en français tout au long du disque et on notera un délicat « NTM » ou « Lajant Jwif » (L’Argent Juif, donc) dans la tracklist. On avait pu le découvrir aux côtés de Westside Gunn et Conway il y a quelques années mais, aujourd’hui, c’est dé-personnifé qu’il arpente les rues pour conter des histoires anonymement et nourrir les traditions, en héritier perfectionné d’Homère et Walt Disney. Wilhelm

Dave – Psycho (Prod. Kyle Evans)

Une fois de plus dans cette rubrique, cette section est infestée par un de nos ennemis historiques : un anglais. Avec « Psycho », Dave fait d’une pierre deux coups. Il ouvre un album personnel et surprenant par des sonorités sombres en même temps qu’il entame une thérapie de 11 morceaux. L’accent du sud de Londres est prononcé mais c’est la peine qui nous prend par la main pour nous baladé d’un coin à l’autre de la vie du jeune rappeur, entre biographie et catharsis. Wilhelm

Partagez:
  •  
  •  
  •  

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *