10 Bons Sons en mars 2019

Les mois se succèdent et ne se ressemblent pas, le rap francophone continue de se réinventer, en haut de la Tour Eiffel comme en bas des bâtiments, en studio… ou à bord d’un vieux voilier. Morceaux choisis.

Le 29 mars : Loud – Médailles (Prod. Ajust, Realmind & Ruffsound)

Fin 2017, le public découvrait Loud avec son premier album L’année record, qui avait bénéficié d’un beau succès commercial et critique, lui permettant de dépasser les frontières du Québec. Le 29 mars est sorti « Médailles », premier extrait de son nouvel album Tout ça pour ça. Dans ce morceau, Loud décrit les conséquences du succès sur sa vie, les changements qu’il découvre, thème assez classique pour lancer un deuxième album, mais le morceau fonctionne. Les mélodies, le flow, les références (à Biggie, à 50 cent, à lui-même !) nous emportent. Et comme la musique se regarde de nos jours et que Loud a toujours soigné ses visuels, le clip est une nouvelle fois léché. Pas de plan-séquence cette fois, mais un vrai prolongement imagé du texte, avec une multitude de très gros plans et une mise en scène qui n’est pas téléphonée. La suite, c’est une tournée en avril en France, Belgique et Suisse en avril avant la sortie de l’album le 24 mai. – Chafik

Le 25 mars : Ockney feat. Ron Brice & Freez – Propagande (Prod. Spezial Beats)

Deux ans après le premier volet, Ockney nous a gratifiés d’un second Stand de tir, avec peu ou prou les mêmes ingrédients que pour le précédent volet : des featurings et des productions de choix assurés par les copains du SOGP, des punchlines soignées et des rimes techniques. Parmi les combinaisons gagnantes, on retrouve le très bon « Propagande » avec Freez et Ron Brice, sur une instru aux petits soins signée Spezial Beats, qui a produit une petite moitié du projet dont le très bon « Maudits billets« . – Olivier

> Propagande

Le 7 mars : RK feat. Sofiane – C’est mon sang 

RK cartonne en ce moment auprès des jeunes auditeurs et on comprend pourquoi : grâce un flow technique qui est parfaitement adapté aux codes du rap actuel. Alors, lorsqu’il invite Sofiane pour un featuring sur son deuxième album Rêves de gosse, on peut attendre un feat bouillant. Pourtant, c’est un message relativement apaisé que les deux rappeurs se plaisent à faire passer : au cœur de celui-ci une relation fraternelle et un clip sous la forme d’un petit court-métrage pour l’illustrer. Un titre touchant sur un thème classique bien revisité. – Costa

Le 22 mars : PNL – Au DD

Comme souvent avec les frangins terribles du 91, le titre commence en douceur. Vues aériennes sur un lever de soleil assis sur la dame de fer tandis qu’une guitare amoureuse aux accents andalous fait gentiment descendre notre pression artérielle. La voix d’Ademo tombe seulement après une minute d’instru mais rappelle en une seconde pourquoi nous sommes là. C’est fou à quel point on se laisse encore surprendre par la personnalité incroyable du flow de l’Essonien. Le temps d’un couplet dense et lourd, on se dit que c’est certain, « Au DD » sera au prochain album ce que « DA » a été à Dans la légende, le tube fédérateur qui rassemble tout le monde autour d’une certitude : ces gars là en ont sous la pédale. Leur rap détonne, il est fort et il arrache tout sur son passage, même tout en douceur. Quand le refrain est posé, on se rend compte à quel point on a eu raison, et quand Nabil se lance à son tour, on est assommé, vaincu, conquis. La rage au ventre on se sent prêts à violenter le bouton repeat jusqu’au 5 avril. – Sarah

Le 4 mars 2019 : Mani Deïz – Thébaïde

Aucunement besoin de présenter Mani Deïz, tant vous avez du scruter son nom dans nos colonnes maintes et maintes fois (pour ne pas dire tout le temps). Le beatmaker et rappeur profite du début du mois de mars pour nous emmener du coté de Thèbes (ou Louxor si ça vous parle plus), dans la continuité de ce qu’il nous avait proposé en 2016 sur son EP solo Comme les autres. Une instrumentale mélancolique, quelques notes fuyantes de piano, une petite ballade guitare et un texte puissant et enivrant. Que dire de plus ? Merci, monsieur. « Déjà il rêvait à une thébaïde raffinée, à un désert confortable. » Joris-Karl Huysmans – Clément

Le 12 mars 2019 : Greenfinch feat Various Artists – La mémoire des jours

La boucle sempiternelle de guitare, quelques élans de violon et un casting quatre étoiles : le producteur Greenfinch a choisi d’inviter pas moins de treize emcees sur le morceau « La mémoire des jours » qui conclut (en beauté) son album From soul to souls sorti le 28 mars dernier. Un featuring sauce « various artists » qui rappelle avec nostalgie des morceaux comme « Générique 2 Fin » du Gouffre, « Insolents » de Tekilla, « Freestyle All Shart II » de Senamo et Seyté ou encore l’orgie de 2Fingz sur « La fête est finie » pour les plus anciens. – Clément

Le 18 mars – Veust – Des squads et des gangs (Prod. Dojo The Plug)

C’est le retour de Veust qui avait annoncé fin 2018 qu’il sortirait 4 EPs, un par saison, pour mettre sur orbite son album solo qui devrait arriver fin 2019. Hiver, deuxième volet de sa quadrilogie, comporte 7 titres, avec aucun fil rouge, pas de morceau à thème, mais du découpage d’instrus, de la rime au kilomètre, sans aucun featuring. Veu Veu s’est de nouveau associé à Dojo The Flug, qui avait auparavant produit une bonne partie de l’EP NSMLM d’Infinit’. « Des squads et des gangs » représente assez bien le nouveau projet du rappeur du 06 : le morceau est court, propre, comporte deux couplets, un refrain chantonné et une succession de phases salaces, techniques, egotrip, de références à la weed et de punchlines qui font mouche (« la nuit est claire mais c’est le brouillard dans l’automobile, si j’ouvre le toit ouvrant les negros vont croire que je roule en automobile »). Avec Veust, on a des claques et des grandes, on a des raps et des chants, on a des vannes et un manstre, c’est comme ça qu’il s’occupe le zin. – Chafik

Le 29 mars : Guizmo – GPG 5 

Plutôt discret depuis la sortie de son album Renard l’an passé, le rappeur de Villeneuve-la-Garenne est de retour sur le devant de la scène. En effet, le 7 juin prochain, il sortira un nouveau projet qui portera le nom de #GPG2. Comme à l’accoutumée, il sera estampillé du sceau Y&W. En ce mois de mars, Guizmo nous a offert deux nouveaux titres qui seront présents sur ce nouvel opus : « Gentleman » et « GPG5 » . Sur ce dernier, c’est un Guizmo à la voix rauque  et éraillée qui vient rappeler aux auditeurs de rap français que, presque dix ans après ses premiers pas dans le game, il y tient toujours une place de choix. Excellent sur des instrus boom bap depuis le début de sa carrière, cet extrait est une preuve de son aisance lorsqu’il s’agit de briller sur des sonorités plus modernes. Quant au clip du morceau, il a été tourné sous la lueur feutrée des néons et mis en scène par Chérif de Nocolor Films. La carrière du Guizi Ouzou ne semble pas être prête de s’arrêter de si tôt. – Jordi

Le 26 mars : Fefe et Leeroy – Bla bla bla

Si on nous avait dit, lors de l’épopée Saïan Supa Crew, qu’un album commun entre Feniksi et Leeroy verrait le jour en 2019, cela aurait pu paraître peu probable, puisque les deux n’étaient pas issus de la même subdivision (OFX pour l’un, Explicit Samouraï pour l’autre), et que plus tard le premier se dirigera vers un rap chanté plus acoustique, quand le second ira explorer l’électro avant que ça ne devienne un phénomène de masse dans le hip-hop hexagonal. A l’écoute du premier extrait de leur album commun à venir, il ressort cependant une forte coloration « Saïan Supa », et pas seulement à cause de la couleur des tee-shirts portés dans le clip : l’énergie, les ingrédients de la production, les passe-passes et l’humour grinçant des lyrics renvoient aux grandes heures du groupe. – Olivier

Le 5 mars : Skalpel et VII – Tant de raisons (Prod. DJ Monark)

Le mois de mars a débuté avec une sortie très attendue par leurs auditeurs respectifs : l’EP Contre-courant de Skalpel et VII. Cet EP est l’aboutissement d’une relation entre deux individus rapprochés par une sensibilité politique commune et une longue présence dans le rap français. L’extrait choisi dans cette sélection, « Tant de raisons », fait partie des petits joyaux de ce projet qui met en lumière les points communs entre deux rappeurs que nous avions interviewés ensemble en 2015. Sur une instrumentale et quelques scratchs de DJ Monark, ce featuring nous rappelle à notre conscience et s’interroge sur le statu quo politique dans une société où toutes les raisons sont bonnes pour désirer tout renverser. Un thème qui est malheureusement toujours d’actualité. – Costa

Partagez:
  •  
  •  
  •  

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *