10 Bons Sons US en janvier 2019

Le fameux premier mois de l’année, le mois qui rime avec les bonnes résolutions, les projets surprises, les annonces des futurs collaborations, les premières dates de festivals estivaux ou encore le Martin Luther King Day. Voici donc les 10 sons US que nous avons retenus pour la première édition 2019.

Logic – Keanu Reeves (Prod. A.G & 6ix)

Si je vous dit Point Break, Les Liaisons Dangereuses et Speed vous me dites ? Alors si je vous dit L’Associé du Diable, Constantine, Dracula ? Toujours pas ? Bon beh, Matrix et limite John Wick… Oui je vous parle de Keanu Reeves, mais pas l’acteur, la chanson. Vous me direz, ça valait bien le coup de faire des devinettes… Voila donc que l’infatigable Logic, qui a bouclé 2018 avec son très bon opus YSIV et qui attaque dare-dare la nouvelle année avec un nouveau banger : le morceau « Keanu Reeves ». Le rappeur signé chez Visionary Music Group profite de cette track pour se moquer de lui-même, et prendre un peu de recul afin de nous partager les plaisanteries et les critiques formulées à son sujet (le succès de 1-800-273-8255 ou moins drôle, l’origine ethnique de ses parents). Un vidage de poche en somme.  Clément

Pharoahe Monch – Yayo (Prod. Lee Stone)

Second single sorti en quelques mois pour tonton Monch, qui ne nous avait pas habitué à livrer des morceaux « stand alone ». Après le track « 24 Hours » sorti il y a deux mois, le rappeur originaire du Queens revient donc en 2019 avec Yayo et sa « géante métaphore » sur les drogues et plus particulièrement la cocaïne. Le morceau est appuyé par un clip aux multiples extraits cinématographiques parlant de drogues (de Pulp Fiction au Loup De Wall Street en passant par Las Vegas Parano, Scarface ou encore Blow), le tout saupoudré par les scratchs de DJ Boogie Blind (de The X-Ecutioners)… Bref, un régal pour le nez (haha) et les oreilles. Clément

« I had digital dope before Smack DVD’s
Original Coke before it was Less Than Zero
High like Pacino, Fly like De Niro
Benicio del Toro etc
Maria Full Of Grace on a flight to Kill The Messenger
Cocaine Cowboy […] »

J. Cole – Middle Child (Prod. J.Cole & T-Minus)

En psychologie, le syndrome de « l’enfant du milieu » est un état dans lequel les enfants du milieu (entre le benjamin et l’aîné par exemple) se sentent parfois négligés par leur famille en raison de l’attention portés aux plus jeunex et plus âgés. Chez J. Cole, c’est une jolie métaphore pour se situer au milieu des générations hip-hop, entre les old timers et la nouvelle vague…
« Middle Child » est donc le premier morceau sorti en 2019 par le fondateur de Dreamville Records, l’occasion pour lui de retrouver le producteur T-Minus à qui on doit également le morceau « Kevin’s Heart ». Instrumentale aux petits oignons donc, avec une mention spéciale pour le jolie sample du groupe The First ChoiceClément

G Herbo – Up it (Prod. Southside)

Depuis sa sortie de prison (et peut-être dans la crainte d’y retourner prochainement, sait-on jamais), G Herbo est dans une course contre la montre. Après la sortie de Swervo à la mi-2018, le voilà qui récidive avec ce qui en est vraisemblablement la suite, intitulée Still Swervin, encore produit intégralement par Southside. Alors certes, on triche un peu puisque l’opus a vu le jour le 1er février, mais l’extrait que nous avons mis en lumière est sorti en janvier. Et le Chicagoan semble plus affamé que jamais, dans sa manière de massacrer la production agressive du membre la 808 Mafia. En somme, un morceau qui devrait ravir les amateurs du genre. Xavier

Smoke DZA & 183rda – Rosetta Stone (feat. Vado & Nyemiah Supreme)

Compagnons de longue date, Smoke DZA et le producteur 183rda n’ont pas tardé à démarrer leur année 2019, en sortant dès le mois de janvier une petite mixtape qui ne paie pas de mine, mais où les deux compères se sont fait plaisir en ramenant la famille de Harlem, comme Vado, présent sur pas moins de quatre morceaux, ou encore Bodega Bamz. Vado est d’ailleurs présent sur cet hommage à la Pierre de Rosette, la fameuse stèle ayant permis au Français Champollion d’être le premier Européen à déchiffrer les hiéroglyphes. Ceci dit, le morceau se situe plutôt dans des sonorités purement newyorkaises plutôt que dans une vibe égyptienne, malgré l’habile reprise du très exotique « Hips don’t lie » de Shakira. Xavier

Payroll Gioanni – Keep Count

Petite sucrerie que ce 8 titres lâché par Payroll Giovanni à la toute fin du mois de janvier, auquel il a simplement donné le nom de la date de sortie (le 30 janvier). Et autant dire que le MC de Detroit n’a rien perdu de sa verve ni de son énergie. La production (non créditée) de « Keep Count » est un excellent terrain de jeu pour lui, et lui donne l’occasion de déployer son panel habituel, et notamment l’importance pour lui d’amasser de l’argent sans passer par la célébrité, sans omettre évidemment le passage obligatoire sur son authenticité par rapport au reste du game. Xavier

Future – Stick to the models (Prod. Jambo & ATL Jacob)

Le premier raz-de-marée de 2019 de la scène rap outre-Atlantique n’a pas spécialement pris son temps, et nous est venu tout droit d’Atlanta. Le sobrement intitulé Future Hndrxx Presents : the WZRD est le septième album de Future. Un véritable concentré de bangers, loin des sonorités douces de HNDRX, son prédécesseur. Et force est de constater que le MC géorgien de 35 ans n’a rien perdu de sa verve, de son énergie ni de son timbre vocal si particulier, comme en atteste « Stick to the models », morceau choisi pour illustrer l’ensemble, produit par Jambo et ATL Jacob, mais sur lequel plane évidemment l’ombre de Metro Boomin. Xavier

Young Thug – Shooters (feat. Jeremih)

La communication de Young Thug est toujours assez chaotique. C’est donc très naturellement qu’un soir le jeune voyou sortait The Leak 10 sur son SoundCloud, assortiment de chutes de studio dont on peut deviner les différentes époques de création. Les mix ne sont pas forcément finis et, petit bémol, les producteurs ne sont pas crédités mais on retrouve des noms tels que Jeremih, Gucci Mane, Gunna ou Fetty Wap sur la tracklist. Et pour situer le personnage, sachez que la tape était, le lendemain, raccourcie à seulement 2 titres avant de disparaître définitivement de la plateforme. Heureusement, DatPiff ne nous trahira jamais. Wilhelm

https://www.youtube.com/watch?v=YGjqoAHZhIs

Tree & Vic Spencer – Spotify Playlist

Voilà plusieurs années qu’on n’avait plus de nouvelles de Tree. Après un EP en décembre, l’inventeur de la « Soul Trap » remet le couvert aux côtés d’un autre rappeur de Chicago, Vic Spencer, avec l’album Nothing IS Something. Si les crédits ne le précisent pas, on devine, pour peu que l’on soit familier, dès le premier morceaux que MC Tree G est aussi derrière les machines. Sur « Spotify Playlist », l’univers est vraiment explicit. Sans les habituelles sub 808, la batterie reste complètement actuelle et vient se marier à une boucle de soul (vous l’aurez deviné) pour former un ensemble finalement ni anachronique ni vraiment contemporain avec lequel les voix singulières des deux compères se marient parfaitement. Wilhelm

Boogie – Skydive (prod. Keyel & Dart) & Skydive II (feat. Black)

Depuis sa signature chez Shady Records fin 2017, Boogie a pris son temps pour confectionner son premier et très réussi album Everythings For Sale. Sans surprise, il y a beaucoup de guitares mélancoliques dans le disque et les deux volets de Skydive ne dérogent pas à la règle. Le titre est assez éloquent, il est question de faire des choix importants, des « grands sauts » donc, mais si les deux morceaux ont cette base commune, le fond reste assez différent. Le premier volet est centré sur les relations – notamment amoureuses, alors que le deuxième est un échange entre le rappeur de Bompton, 6lack et Mère Nature avec le temps pris à témoin. Wilhelm

Partagez:
  •  
  •  
  •  

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *