Notre rédacteur Xavier a profité de la canicule pour partir là ou il fait bon vivre, dans une contrée où l’air frais subsiste. C’est donc le jeune Wilhelm (oui, comme le cri) qui le remplace au pied levé avec une première titularisation dans ce 2 majeur. Mais rassurez vous, la qualité et l’éclectisme de notre sélection n’en n’a rien perdu pour autant. Direction les US donc.

Starlito – Ain’t gonna ride for me (prod. Trakksounds)

L’ex ghostwriter de Birdman sortait en milieu de mois son deuxième projet de l’année, le très bon album At War With Myslef Too. Le morceau que nous avons retenu est à l’image d’un 11 titres plutôt sombre alternant notamment entre introspection et problèmes relationnels. Dans “Ain’t Gonna Ride For Me”, c’est de ce dernier thème dont il est question. Starlito explique qu’il a pu accorder son pardon et essaye de tirer du positif de son histoire, mais qu’il n’est pas capable d’oublier et garde stigmates et amertume sans jamais lever le voile sur l’histoire en question à tel point que, finalement, nous ne saurons même pas s’il s’agissait d’une relation amoureuse ou amicale. C’est donc la possibilité pour tout un chacun de se retrouver dans le morceau. – Wilhelm

Dave East feat. Kiing Shooter – Traumatized (prod. LeekLeek)

Comme à chacune de ses sorties, Dave East récupère sa place dans notre classement. Après un an et demi, et une promotion hasardeuse (une publication sur Instagram quelques jours avant et du retard malgré l’absence de date précise), le protégé de Nas nous présente le deuxième volet de ses mixtapes Karma. Il est peu probable qu’il s’attire les faveurs du grand public avec ces 19 titres dans la plus pure tradition new-yorkaise, sans se tromper d’époque pour autant. En revanche, il assoit encore un peu plus sa place dans le gratin des rappeurs de la grosse pomme et nous n’en bouderons pas notre plaisir. David et son compère atlante rendent hommage à leurs défunts avec ce banger d’une efficacité impressionnante et rappellent l’empreinte de la rue sur eux, leur vie et leur musique. Idéal pour une danse des tractions ou un accès de violence. – Wilhelm

G Herbo & Southside feat. Young Thug – 100 Sticks 

La première sortie de G Herbo depuis sa libération de prison était la réédition de l’album Humble Beast qui ajoutait quelques 11 nouveaux titres aux 15 premiers. Le revoilà avec un nouvel album entièrement produite par Southside, le boss de la 808 Mafia. Et c’est un G Herbo en grande forme qu’on retrouve sur des basses saturées à outrance qui lui sont si particulières. Il n’aura à rougir devant aucun de ses prestigieux invités que sont 21 Savage, le légendaire Chief Keef, Juice WRLD et Young Thug. Si le côté kicker de ce dernier vous manque et que “Pick up The Phone est toujours le morceau préféré de vos amis qui n’aiment pas particulièrement le rap, le rappeur de Chicago et le producteur Atlante nous l’ont ramené dans un égotrip bête et méchant, pour notre plus grand plaisir. Wilhelm

Meek Mill – Millidelphia feat. Swizz Beatz (prod. Pliznaya)

Après son séjour (abusif) en prison, Meek Mill nous livre 4 titres rappelant sa large palette musicale et textuelle. Contexte oblige, les propos se veulent notamment revendicatifs et engagés, presque politiques. Mais avant d’entrer au cœur du sujet, Meek a ressorti son quad pour rouler sur la production énergique de Pliznaya et nous offrir un banger dont il a le secret. Comme l’indique son titre, Millidelphia célèbre la gloire de sa ville et de… lui-même. S’il est dans la veine d’”Ima Boss” ou “Lord Knows”, il est probable qu’on le retienne moins que ceux-ci mais peu importe. Meek Mill est libre, en grande forme et nous abreuve de bonne musique. Les mauvaises langues noteront également qu’il réussit, une fois de plus, à laisser la parole à Swizz Beatz sans que celui-ci ne gâche le morceau. C’est peut-être ça, aussi, le génie. Wilhelm

Mozzy & Cuddy- Ballin feat. Missippi

Instru toujours très Mob Music, peut-être un peu plus G-Funk cette fois-ci, signée Cuddy et refrain chanté par Missippi – non, il ne manque pas une syllabe – accompagnent ce morceau estival du génial Mozzy. Retour sur la vie de gang dans la capitale californienne, Sacramento, et l’envers du décor. Si le thème peut paraître classique chez Mozzy, il est cette fois-ci plutôt question de l’attention qu’il peut porter au sien, en assurant notamment leur confort financier puisqu’il a maintenant ball (comprenez « gravit l’échelle sociale »). Le couplet de Missippi n’apporte pas grand-chose au morceau mais ne dérange pas mais on lui pardonne dès lors qu’il entonne son refrain. Wilhelm

Redman – Ya! (prod. Mike& Keys Futuristikz)

Encore un vieux de la vieille qui ne veut pas disparaître. Et on en serait bien dégoûté d’ailleurs, tellement Redman est une figure à part entière du mouvement… Le voici donc de nouveau avec une actualité, comme son compère Method Man. Récapitulons un peu : en mars dernier il annoncé son prochain album (le fameux Muddy Water Too), en juin il publié un extrait intitulé “I Love Hip-Hop” et enfin ce mois ci, il publie “Ya!”. Pas de doute, Redman est toujours virulent, ses jeux de mots sont toujours aussi délicieux et son énergie encore intacte. A croire que certains piliers ont trouvé le secret de la jeunesse éternelle… Clément

Mac Miller – Self Care (prod. Nostxglic, ID Labs & DJ Dahi)

On s’en doutait le mois dernier avec la sortie de deux inédits, mais quand même, enfonçons des portes ouvertes : Mac Miller est bel et bien de retour. Il a d’ailleurs annoncé avec la publication du morceau “Self Care”, la sortie de son album Swimming prévu pour le 3 août. Et c’est donc un Mac Miller poussant la chansonnette qu’on retrouve dans un clip référence ou plagiat à Kill Bill vol.2. Rassurez vous, il rappe encore un peu, bien que le tout dernier extrait “What’s The Use ?” laisse penser à un virage encore plus pop qu’avant. Qu’importe, ce morceau roule tout seul. Clément

Ocean Wisdom – Ting Dun feat. Method Man (prod. Basquiat)

Ces derniers temps, les connexions UK/US se multiplient. Le grime n’a plus de frontière et s’exporte de plus en plus outre atlantique. Et récemment, c’est l’éternel rookie Ocean Wisdom qui a invité un des membres du Wu Tang, à savoir ce bon vieux Method Man. Sous la houlette High Focus, le morceau “Ting Dun” est un extrait de l’album Wizville sorti en février dernier. Beaucoup moins taillé grime que le reste du projet avec son instrumentale très “Necro”, le morceau n’est pas loin de passer pour un bangerz boom-bap. Method Man est toujours aussi à l’aise (il vieillit comme le bon vin) et le rappeur de Brighton Ocean Wisdom continue de tout écraser sur son passage. Clément

Aaron Cohen – Gang, Gang (prod. Kemal)

Le rappeur roux le plus connu de Seattle (je ne sais pas vraiment si c’est un compliment) a sorti il y a quelques semaines le morceau “Gang, Gang”, extrait de son prochain projet intitulé Red New York. Et ce qu’on peut clairement remarquer, c’est que plus les années passent, plus Aaron Cohen propose un rap très attirant, avec une réelle patte originale. Avec le morceau ci-dessous, Aaron Cohen partage avec simplicité quelques brides de ses séjours dans la grosse pomme. Toujours en étroite collaboration avec le producteur Kemal, qui fourni ici une instrumentale assez boom-bap “moderne”, Aaron Cohen vise juste et le prouve une nouvelle fois ici, mais également avec un autre extrait sorti plus tôt en juin et morceau éponyme de son album (à venir) : Red New York. Clément

A$ap Rocky & Tyler, The Creator – Potato Salad (prod. Kanye West)

Quand deux mastodontes pareils s’associent pour un morceau, c’est rarement un échec. Les deux trublions Tyler The Creator et A$ap Rocky ont profité d’un séjour à Paris pour clipper le morceau inédit “Potato Salad”. Sur une instrumentale plutôt smoothie de Kanye West (originalement pour le morceau “Knock Knock” de la chanteuse Monica) les deux rappeurs (si on peut encore les nommer comme cela) jouent la carte de l’égotrip léger et quelques fois incisifs. Ça fait du bien d’entendre Tyler rapper “à l’ancienne”, époque Odd Future et ça laisse présager une connexion assez folle : WANG$AP. Clément