Août est déjà là, l’heure est donc au bilan du mois dernier, alors que juillettistes et aoûtiens se font actuellement face dans un chassé-croisé routier redouté (et dans les halls d’aéroport).

Le 13 juillet : Fanny Polly – J’rentre dans l’Cypher (Prod : Aksil beats)

Première artiste produite par le groupe emblématique qu’est la Scred Connexion, Fanny Polly vient d’envoyer non pas un mais deux titres inédits en ce mois caniculaire, et le moins que l’on puisse dire c’est que le contenu n’est pas léger. Sur « J’rentre dans l’Cypher », elle annonce la couleur en kickant une prod d’Aksil Beats avec sérénité. Alliant rap et danse, elle se met en scène dans une ambiance résolument hip-hop, décidée à porter fièrement les valeurs musicales qui animent le crew de Barbès depuis toujours. Découverte intéressante, à suivre dès la rentrée car le premier album est annoncé. – Antoine

Le 6 juillet : Dosseh – La rue c’est rasoir (Prod : BBP)

Les liens entre Dosseh et le cinéma ne sont pas nouveaux (cf. son film Karma paru en 2013). Capable de planter un décor en une mesure, rapper des scènes de vie ou amener des images parlantes à point nommé, il a su encore une fois sur son dernier album nous divertir à la façon d’un film, en variant les tableaux au fur et à mesure que s’égrènent les titres. « La rue c’est rasoir » et son concept de dîner au restaurant entre amis de longue date en est l’illustration parfaite, Dosseh relatant au gré de la discussion évènements, anecdotes et considérations plus légères, tout en résumant la mentalité qui unit ce petit groupe en l’espace de quelques minutes. Un petit bijou d’écriture sublimé par la boucle de piano signée BBP (décidément partout), qui vient rappeler que le MC orléanais a depuis longtemps fait ses preuves dans le rap, même s’il ne commence à récolter les fruits de son travail que depuis quelques mois. Il était temps. – Olivier

Le 28 juillet : TonyToxik – Au début (Prod : TonyToxik)

En exil dans sa tour d’ivoire, TonyToxik contemple ses presque 30 berges. Un œil sur ses débuts (quand « c’était michto »), un autre sur les soucis du présent  :  l’heure est au bilan d’étape. Le membre de L’uZine crache un morceau intense et dense, entre nostalgie et remise en question, fidélité et évolution. Par son format, ce premier extrait de l’album 88 (probable référence à l’année de naissance du MC plutôt qu’un trouble salut en allemand)  lui ralliera peut-être la partie orthodoxe de son public, disparue ces derniers temps sur la route des expériences artistiques. Parution fin 2018. – Manu

Le 16 juillet : Josman – L’occasion (Prod : Eazy Dew)

Un an après la sortie du très réussi 000$, et alors qu’il annonce un nouveau projet pour la rentrée, Josman revient cet été avec un nouveau morceau au cordeau. Techniquement impeccable, il saigne soigneusement la prod dense et dark de l’éternel Eazy Dew, qu’on retrouve par ailleurs avec délectation sur cette nouvelle collaboration, pour nous offrir encore un son de très haute facture. Le refrain entêtant, martelé entre des couplets aussi bien posés que bien écrits, nous rappelle que Jos sait livrer des sons léchés qui savent nous plaire et nous intéresser. Du rookie à suivre de près, il a su définitivement se faire une place parmi les artistes qui comptent et on attend J.O.$ de pied ferme. – Sarah

Le 24 juillet : Tekilla – Insolents II (feat. Various Artists) (Prod : Axiom)

Deux ans après le premier volet de « Insolents », le rappeur Tekilla, moitié de Emtooci, revient nous présenter une nouvelle brochette de emcees et de doigts d’honneur. Coté machine on retrouve le même duo que pour l’épisode 1, à savoir Axiom à la prod’ et Metronom au mixage. Et coté plume, c’est pas moins de douze rappeurs (en comptant Tekilla) qui se succèdent : Starline, Convok, Le Bon Nob, Poupa Lost, Paco, Davodka, L’Hexaler, Namko, Sado MC, Vensti et enfin Chinese. Le résultat est à la hauteur du premier opus : c’est sombre et efficace. Mention spéciale, encore, à Axiom et son piano minimaliste, mais au combien onirique. De quoi annoncer tranquillement le prochain album de Tekilla, à venir en décembre prochain et qui s’intitulera L’age Adulte. Clément

Le 18 juillet : Alpha Wann – Stupéfiant et noir (Prod : Hologram Lo’)

La fraicheur du mois de juillet vient de Paris et d’Alpha Wann qui annonce son prochain album d’une fort belle manière. Sur une instrumentale aérienne signée Hologram Lo’, Alpha démontre une fois de plus qu’en matière d’écriture et de flow il est au sommet du rap français. L’album devrait arriver en 2018, puisqu’à en croire le refrain il serait déjà prêt, et s’il est dans cette veine là on est en droit de s’attendre à du très bon ! Pour aller jusqu’à « l’acheter en deux exemplaires » ? On vous laissera juger ! – Costa

Le 3 juillet : VII feat. Euphonik – Les années-lumière (Prod : DJ Monark)

Déjà présent dans la sélection du mois dernier, VII retrouve notre sélection pour ce titre avec Euphonik en featuring. Les deux rappeurs ne sont pas à leur premier essai ensemble et il faut avouer que l’alchimie fonctionne à merveille. S’il s’agit d’un son qui n’est pas facile à décrypter à la première écoute, VII écrivant de l’année 2131 dans un futur utopique et Euphonik lui répondant de notre époque, la science-fiction laisse place à un espace de réflexion politique sur nos sociétés et leurs dérives. Dans un contexte où l’avenir est de plus en plus difficile à imaginer, le contraste saisissant de ce « 2131 » avec le futur qui nous est pour l’instant promis est remarquable : si loin, et pourtant si proche… – Costa

Le 23 juillet : Maxwell – Hors Pistes 3 (Prod : Itam)

Ceux qui parcourent nos colonnes depuis 2012 ont déjà entendu parler de Maxwell. MC originaire d’Eure-et-Loir et membre du collectif Nostar, il distille ses projets solos sans relâche depuis déjà quelques années. Avec Itam, beatmaker du collectif Kids Of Crackling et fournisseur émérite de productions forgées à la MPC, ils prévoient de sortir un album commun prochainement, Pistes Noires, en l’annonçant au travers d’une série de freestyles sobrement intitulée « Hors Pistes ». La numéro 3 a particulièrement retenu notre attention, autant pour l’instru percutante et impérieuse, que pour le découpage en règle de cette dernière par Maxwell, entre rimes riches et égotrip de haute volée. – Olivier

Le 16 juillet : Stelio, SK Micaz, Karib – A la dérive

Extrait de la compilation Press Play sorti sur les plateformes numériques ce mois-ci, cette combinaison inédite et surprenante rassemble trois profils vraiment différents : le Dijonnais Stelio, activiste reconnu que nous avions interviewé l’année dernière, le rimeur du 91 SK Micaz dont le best of Artefacts est sorti l’été dernier avec le travail de Char du Gouffre, ainsi que Karib, le Bruxellois qui avait sorti son album Aspirations l’année dernière. Revue de presse de ce qui ne tourne pas rond selon les trois MCs, qui se donnent la réplique sur des sujets comme l’injustice, les inégalités persistantes ou l’éloignement humain paradoxal à l’avènement des réseaux sociaux. Entièrement produite par Misere Record Beatz, cette compilation regroupe pas mal de valeurs sûres du rap indé (Tony Toxik, Sear Lui-Même, Aki, Templar etc.) et mérite l’écoute, pour ceux qui partent, et ceux qui partent pas. Mais surtout pour ceux qui partent pas. – Antoine

Le 8 juillet : Salem Le Chat – Poignée d’punchlines (Prod : Barz)

Fidèle à son concept, l’équipe de Give Me 5 a donné ce mois ci sa liste de 20 mots imposés au Rouennais Salem Le Chat, lui offrant, comme à de nombreux autres avant lui, l’occasion de s’illustrer. Pari réussi pour le membre du collectif 3e Secteur, qui pose calmement mais sûrement, un texte plutôt bien ficelé sur une prod qui, sans être révolutionnaire, fait le job sans pression. Efficace, le son coule sans faire de grosses vagues dans nos oreilles, mais finit par s’installer discrètement dans nos playlists. Parce que sans être un missile, c’est un morceau plaisant, intelligent, accrocheur, bref, réussi. Et ça nous plaît. – Sarah