Le mois de février était l’occasion outre atlantique du “Black History Month”, la célébration annuelle de la diaspora africaine… ou encore dans une note plus légère, le mois du All-Star Game, qui réunit les meilleurs joueurs de basket NBA. Et d’une façon plus universelle, février était également pour les rappeurs/rappeuses l’occasion de festoyer leur amour à grands coups de diamants et bling bling en tous genres, Saint Valentin oblige. Bref, le mois de plus court de l’année a eu son lot d’excellents morceaux, dont voici notre sélection.

Young Dolph – Kush On The Yacht

Après une année 2017 mouvementée durant laquelle il a échappé à une tentative d’assassinat entre les multiples projets qu’il a sortis, le géant de Memphis entame 2018 de la même manière. Ainsi, Young Dolph lâchait à la mi-février l’EP surprise N****s Get Shot Everyday, probablement inspiré de la fusillade dont il a été victime. Pas vraiment de nouveauté révolutionnaire sur l’opus, c’est principalement le premier morceau, « Kush on the Yacht » qui nous a particulièrement plu, de par l’alchimie entre la production et la nonchalance naturelle du MC. – Xavier

G Herbo – Sins (Prod. Streetrunner & Tarik Azzouz)

Quelques mois après la sortie de son premier véritable album, Humble Beast, le jeune MC de Chicago nous largue la version deluxe de l’opus, accompagnée de 11 morceaux inédits, où apparaissent notamment Lil Durk, Lil Uzi Vert ou encore Chance The Rapper. Et c’est le premier de ces 11 morceaux, « Sins », long plaidoyer sans refrain sur son authenticité, que nous avons choisir d’extraire. La production, signée de l’inévitable Streetrunner et du français Tarik Azzouz, est un parfait terrain de jeu pour le rappeur de Chiraq, entre ses batteries puissantes et sa mélodie épique. – Xavier

Moneybagg Yo – Walker Holmes (Prod. Track Gordy)

Il y a les artistes qui prennent le temps entre deux albums, cherchant constamment à se réinventer ou à s’adapter aux nouvelles tendances, et ceux qui trouvent une formule efficace qui fonctionne, et qui ne laissent pas à leur public le temps de respirer. Vous l’aurez compris, Moneybagg Yo fait partie de cette seconde catégorie. Après avoir laissé trois projets sur sa route en 2017 (Heartless, Federal 3X et Fed baby’s avec Youngboy NBA), le MC de Memphis commence 2018 pied au plancher avec 2 Heartless. Et sa formule est la suivante : une majorité de trap bête et méchante et quelques morceaux plus personnels, sur des samples de piano ou de guitare, comme cet excellent « Walker Holmes », produit par Track Gordy, en plus aux manettes de « Thoutghts », un autre très bon morceau de la mixtape. Un morceau où Sac d’argent revient sur le beef qui l’a opposé à son ancien compère Finesse 2Tymes, avec regret et rancœur. – Xavier

Kodak Black – Hate Being Alone (Prod. Scott Styles & Scott Supreme)

Un autre infatigable de ce rap jeu est sans conteste Kodak Black. Le jeune haïtien d’à peine 20 ans livre avec Heart Break Kodak son cinquième opus depuis Lil Big Pac sorti à l’été 2016. Et forcément, l’idée de passer la Saint-Valentin derrière les barreaux n’a pas fait de bien à son âme déjà naturellement torturée, en témoigne « Hate Being Alone », morceau choisi de l’album. Sur un piano mélancolique, les complaintes de la voix brisée de Kodak à propos l’éloignement avec sa partenaire ne raisonnent pas aussi fort que l’adlib « Don’t leave by myself » beaucoup plus révélateur de la personnalité du jeune rappeur. – Xavier

Flatbush Zombies – Headstone

Nos zombies préférés de Brooklyn sont bien de retour, avec leur second LP. Deux ans après leur premier véritable album 3001, A Laced Oddyssey (D.R.U.G.S et BetterOfDead n’étaient que des mixtapes) qui rendait  un hommage appuyé au film de Stanley Kubrick (on peut même superposer le projet au film, en guise de BO), le trio remet le couvert avec  le morceau “Headsone”, premier extrait de Vacations In Hell qui sortira le six avril prochain. Sur une instrumentale plutôt énergique aux arpèges frénétiques et sublimé par un clip d’un noir et blanc très élégant, les trois lascars de Flatbush nous prévienne : ils sont plus que jamais des zombies, et la thématique de la mort reste un exutoire pour chacun des emcees. La mort comme exutoire, quoi de plus naturel après tout ? On retrouve également les clin d’œil et références multiples chères au trio de croque-morts, qui rendent hommages aux grands de leur profession, qu’ils soient vivants ou non… Ils commémorent leur mémoire, honorent leur mort et annoncent donc une résurrection dès le mois prochain. – Clément

Bishop Nehru – Rooftops (Prod. MF Doom & Kaytranada)

“Rooftops” est le premier extrait du nouvel album de Bishop Nehru, intitulé Elevators : Act I & II, qui sortira le seize mars prochain. Bishop Nehru est bien décidé à passer la seconde et a choisi MF Doom et Kaytranada pour produire son projet en intégralité. En s’entourant de tels cadors, le emcee new-yorkais sera forcement attendu au tournant. Il faut dire que nous étions un peu restés sur notre faim à l’époque de NehruvianDOOM… Il n’empêche que ce premier extrait est efficace : le flow onctueux de Bishop, une boucle entêtante de cuivre et un clip très esthétique : ça laisse espérer à des morceaux d’une rare qualité. – Clément

Ocean Wisdom – Revvin’ feat. Dizzee Rascal (Prod. Jack Whitelock-Hobbs)

Alors que nous passons notre temps à regarder de l’autre coté de l’atlantique, on devrait de temps en temps lever les yeux plus au nord, de l’autre coté de la manche. Oui, encore une fois, les anglais ont leur place dans notre petite sélection. Si vous n’aviez jamais entendu parler d’Ocean Wisdom, je vous laisse écouter son Chaos 93′, premier album qui a mis pas mal de monde d’accord. Sous la tutelle du label HighFocus et d’un de ses représentants Dirty Dike, le rookie a explosé il y a deux ans, quand le grime londonien avait déjà commencé à tout ravager sur son passage (Skepta, Stormzy pour ne citer qu’eux). Puis, plus grand chose. Excepté un titre de “rappeur le plus rapide du monde” (qui ne veut pas dire grand chose) pris à Eminem et son “Rap God”.  Bref, tout ça pour dire que le rappeur a sorti le vingt trois février dernier son second album, nommé Wizville. L’ensemble est homogène et certains morceaux valent plus que le détour. Exemple avec “Revvin”, en featuring avec un des parrains et précurseurs du grime, Dizzee Rascal. La boucle est bouclé. – Clément

Chima Anya & Slone – Coffee

Nouvelle collaboration entre le beatmaker français Slone et le rappeur anglais Chima Anya, il faut dire que le british est très apprécié chez nous. On peut citer des beatmakers comme Clem Beatz, Degiheugi et bien sur Slone, qui ont fait appel à l’afro et la plume du emcee. Mais plus qu’un titre, c’est carrément sur tout un projet commun qu’on retrouve Chima et Slone. Intitulé People Forget et sorti il y a à peine 10 jours (le vingt trois février pour être plus précis), l’album regorge de petites perles smoothie et jazz. Mention spéciale pour les tracks “Geronimo”, “Traffic” et bien évidement “Coffee” et son arôme intense, son parfum capiteux et sa douce acidité (dans le jargon on dit “violette”). Garçon, l’addition ! – Clément

Nipsey Hussle – Hussle & Motivate

Il était temps. A 33 ans et après bientôt quinze ans de présence dans le milieu et un bon nombre de mixtapes publiées, Nipsey Hussle a enfin livré son premier véritable album, intitulé Victory Lap. Et en guise d’accompagnement, le MC de Los Angeles nous a concocté le clip de « Hussle & Motivate », en forme de court métrage d’un peu moins de huit minutes, dans lequel il est question d’un braquage de fourgon blindé puis d’une course poursuite que l’on qualifiera de particulière. Le morceau est quant à lui à l’image de l’album, triomphant et gangsta et finalement très angelin. – Xavier

Mozzy Feat. Jay Rock & DCMBR – Nobody Knows (Prod. Dave-O & Daniel Cruz)

La carrière de Mozzy commence à prendre une tournure vraiment intéressante, depuis l’année dernière et son album 1 Up To Ahk. Le rappeur de Sacramento, déjà titulaire d’une discographie longue comme le bras, a en effet été l’objet d’une dédicace de la part de Kendrick Lamar lors de la prestation de ce dernier aux Grammys, en plus d’une apparition sur la très médiatique bande originale du film Black Panther. Le 1er mars est sorti son premier opus de l’année. Un EP de six titres intitulé Spiritual Conversations, dont le premier extrait était sorti à la mi-février. Dernier morceau du EP, le court « Nobody Knows » rentre très bien dans le concept du projet, la production mélancolique de Dave-O et Daniel Cruz permettant à Mozzy et Jay Rock de revenir avec le recul acquis sur des moments de leur passé ayant eu une implication sur d’autres actions. – Xavier