C’est un mois d’octobre chargé que nous ont fourni nos amis du nouveau monde. Le sprint final s’amorce, et les retardataires qui veulent encore une place sous le sapin sortent du bois. Comme annoncé dans la sélection de septembre, Big K.R.I.T. a fêté son retour dans les bacs, trois ans après son dernier album, mais le mois a surtout été animé par Atlanta, avec Offset et 21 Savage (et Metro Boomin) qui ont imité Future et Young Thug en sortant une mixtape surprise quelques jours après ces derniers, pendant que Gucci Mane célébrait la sortie de son 11ème album solo. Retour sur ce joyeux bordel en 10 morceaux.

Young Dolph – While U here (Prod. Drumma Boy)

Rien ne peut arrêter Young Dolph en 2017. Un mois seulement après avoir échappé à une tentative de meurtre qui lui a valu une sévère hospitalisation, le MC de Memphis a publié son quatrième projet de l’année 2017 avec Thinking Out Loud. Un projet annoncé à peine quelques jours après la fusillade par « While U Here », pas vraiment dans le ton auquel il nous avait habitué avec ses projets précédents. Sur une instrumentale assez mélancolique de Drumma Boy, le trentenaire revient sur l’amour qu’il porte à ses proches et combien le fait de frôler la mort fait prendre du recul sur ce qui est réellement important. – Xavier

Gucci Mane – Money make ya handsome (Prod. Ben Billion$)

Depuis sa sortie de prison, Gucci Mane est inarrêtable. Avec Mr. Davis, Radric en est à son troisième album depuis juillet 2016. Et si l’album n’est pas aussi réussi dans l’ensemble qu’ont pu l’être certains de ses derniers opus, comme Everybody looking ou Droptopwop, il contient tout de même quelques excellents morceaux comme ce « Money make ya handsome », dont le titre dit à peu près tout sur le contenu, et où Guwop fait montre de son excellente musicalité vocale, qualité rarement évoquée quand il s’agit de parler de son rap. Ben Billion$ à la production, offre comme à son habitude une plateforme très mélodique au boss d’Atlanta et continue à s’imposer comme un des beatmakers les plus réputés de la Grande Pomme. – Xavier

21 Savage & Offset – Rap saved me feat. Quavo (Prod. Metro Boomin)

Le bonbon de l’Halloween 2017 nous vient directement d’Atlanta. Comme si tous trois n’avaient pas déjà fourni une année très productive, Metro Boomin, 21 Savage et Offset ont sorti le bien nommé Without Warning. Mais si les deux MC’s semblent faire valoir une alchimie intéressante, et enveloppée de fort belle manière par le génial producteur du Missouri, 21 Savage se montre souvent déclassé par le tiers de Migos. C’est le cas sur « Rap saved me », où le refrain en passe-passe fait montre des limites techniques de l’homme à la croix tatouée sur le front. Et comme si cela ne suffisait pas, c’est Quavo qui a été invité pour un dernier couplet savoureusement bourré d’autotune dont il a le secret. – Xavier

Future & Young Thug – Group home (Prod. Fuse & TM88)

Un autre duo d’Atlanta a réchauffé quelques cœurs en ces temps de grand froid. Si chacun a connu des succès différents avec ses albums solos respectifs, Young Thug et Future se montrent sous leur meilleur jour sur Super Slimey. Treize titres sans invité extérieur, avec une gamme de producteurs comprenant entre autres Southside, London on da Track, Mike Will Made It, Fuse ou encore TM88 qui parviennent à fusionner l’univers et l’atmosphère sonore de chacun des deux MC’s de manière très réussie. Sur « Group Home » qui sert d’outro au projet, la voix particulièrement rauque de Future nous fait revenir sur ses débuts et l’importance de l’argent dans son ascension, tandis que Jeffery nous parle à nouveau de sa chimère ultime personnifiée par son ex petite amie Jerrika. – Xavier

Boosie Badazz – Dirty Diary (Prod. Jit the Beast)

Annoncé depuis belle lurette, le septième album de Boosie Badazz ne devrait désormais plus tarder et pourrait même voir le jour en cette fin d’année sous le nom de BooPac. L’écorché vif de Bâton Rouge s’est en effet montré plutôt discret cette année. Avec « Dirty Diary », il revient en toute transparence sur les terribles épreuves qu’il a affrontées et qui ont fait de lui ce qu’il est aujourd’hui. La production au piano mélancolique de Jit the Beast transforme le morceau en une introspection complète, qui n’est pas sans donner quelques frissons. – Xavier

Conway – Bucket (Prod. Alchemist)

Après Reject on steroids sorti en mai dernier, Conway enchaîne en octobre avec More steroids. Un projet froid et réaliste, sur lequel les productions de Daringer, The Alchemist, Statik Selektah ou encore DJ Green Lantern apportent au rappeur de Buffalo l’ambiance musicale parfaite pour ses obscures histoires de vendeur de drogue. La mixtape nous offre quelques grands moments de rap, notamment « Bucket », où la production d’ALC, très lente et présentant un sample de guitare électrique se marie parfaitement avec la voix rocailleuse du bison. – Xavier

Rich The Kid – New Freezer feat. Kendrick Lamar (Prod. By Ben Jayne)

Pour le second extrait de ce qui devrait être son premier album, également appelé New Freezer, Rich The Kid n’a pas fait dans la demi mesure. Le rappeur d’Atlanta qu’on a pu voir cette année sur deux mixtapes (Rich Forever 3 et The Rich Forever Way) a invité Kendrick Lamar pour l’accompagner dans son délire « Dat way, yuh, yuh, yeah dat way ». Après Future, Vince Staples, Rapsody ou encore U2, Kendrick Lamar confirme une fois de plus que l’année 2017 est à lui. – Clément

CyHi The Prynce – Dat Side Feat. Kanye West (Prod. Edsclusive)

CyHi The Prynce est un rappeur également originaire de la capitale de la Georgie : Atlanta.
« Dat Side » est un nouvel extrait de son premier album, intitulé No Dope On Sundays, avec en producteur exécutif (comprenez celui qui injecte l’argent, pas les samples) : Kanye West. On retrouve d’ailleurs Yeezus en featuring sur ce morceau, saluant amicalement ses détracteurs…
No Dope On Sundays devrait donc sortir avant la fin de l’année, et en attendant, vous pouvez toujours écouter les quatre extraits déjà sortis. – Clément

L’Orange feat. Chuuwee & Solemn Brigham – Plastic Flame 

L’hyperactif producteur L’Orange est de retour avec son neuvième projet (et sixième album !) depuis 2013, excusez du peu. Intitulé The Ordinary Man, l’album est, comme son créateur l’indique : « Une chronique racontant l’histoire d’un magicien qui avec le temps et l’âge, se rend compte de l’imposture de son art. Abattu et désillusionné, il creuse au plus profond de sa magie pour la pousser vers des terrains inconnus. » L’Orange continue donc son odyssée sonore, à travers des samples de jazz obscurs, et des atmosphères oniriques dont lui seul à le secret. L’album est rempli de pépites (les collaborations avec Blu et Oddisee sont de très bonne facture), mais pour une fois on a choisi de mettre en lumière un morceau avec un rappeur trop peu connu et dont la plume m’a toujours plu : Chuuwee. Jugez plutôt. – Clément

Skepta – Ghost Ride Feat. A$ap Rocky & A$ap Nast (Prod. Skepta)

Skepta n’est jamais apparu dans nos 10 Bons Sons US, et c’est un peu normal vu que le emcee est natif de Tottenham, dans la banlieue de Londres. Mais quand l’héritier de la grime traverse (une fois de plus) l’Atlantique pour poser avec deux lascars d’A$ap Worldwide, ça justifie son apparition dans notre papier mensuel. Sans prévenir, Skepta a donc sorti Vicious, un EP six titres pour fêter Halloween comme il se doit. Six morceaux avec un fort accent américain, vu qu’en plus de A$ap Rocky et A$ap Nast, l’anglais a fait appel au rappeur californien Lil’B. Sur le morceau « Ghost Ride », les trois acolytes se métamorphosent en « killers », armés de fusil à pompe et laissant parler le vice qui est en eux… « Like Freddy Kreuger, man I get down with the stripes […] ». – Clément