Ah, le mois d’août… Son insouciance, ses longues soirées tièdes, son tempo piano piano… Si le pays semble avancer au ralenti sous la chaleur estivale et ne réagir qu’au rythme des vagues sur ses quatre côtes, rien ne semble arrêter la création sur la scène du rap jeu francophone. Entre ceux qui se risquent à avoir une actualité pariant sur une audience détendue plus ouverte à la découverte et ceux qui annoncent à gros coups d’extraits phares, leurs projets prévus pour la rentrée, restent ceux qui sortent leur travail sans se préoccuper de la date, profitant simplement d’avoir le champs libre. Vous retrouverez un peu de chacun d’eux dans notre sélection du mois d’août.

Le 11 août : Seyté – La vie est belle (Face B. Papooz – Ulysses And The Sea)

L’été est plutôt chaud du coté du plat pays. Après plusieurs perles -et/ou clips- de Roméo Elvis, L’Or Du Commun ou encore Senamo, c’est au tour de Seyté de donner un peu de ses nouvelles. Une petite boucle guitare, pas de beat et un joli texte du belge Seyté. Le membre de La Smala évoque en trente-deux mesures et quelques les derniers pas de son parcours, avec un poil de nostalgie, un brin de nihilisme et la petite touche de pessimisme qu’on lui connait. Certains diront que c’est simple, mais peu importe : c’est gouleyant. Maintenant il ne nous reste plus qu’à patienter jusqu’à son premier solo, qui tarde. – Clément

Le 25 août : Jarod – Libre (Prod. BBP)

« J’ai voulu être le meilleur dans le son. » Si les critères pour juger ce phénomène sont forcément subjectifs, on peut aisément affirmer que Jarod, autoproclamé « Caméléon », est de ces kickeurs capables de plier tous types d’instrus, tout en variant les registres. Les trois premiers extraits d’Attitude, son deuxième album, parus ce mois-ci, viennent confirmer une fois de plus cet état de fait, avec des ambiances distinctes, des concepts et une aisance flagrante au microphone. Sur « Libre », le représentant du 75 ne nous laisse savourer qu’un couplet et un refrain, mais allie débit et musicalité à la perfection. En samplant Far Fowls du célèbre beatmaker japonais Nujabes malheureusement décédé en 2010, BBP (Vald, PNL, Sexion d’Assaut…) délivre à l’ancien membre du Wati B une instru magnifique, planante et mélodieuse. Reste à savoir si le nouvel opus programmé pour la rentrée lui permettra de sortir de son seul cercle de convaincus. – Olivier

Le 18 août : Ninho – Chino 

Histoire de surfer sur la vague du succès de son album M.I.L.S. sorti l’année dernière, le jeune Ninho remet le bleu de chauffe et a déjà booké le 8 septembre pour sortir Comme prévu, annoncé récemment par le gros single Mamacita. En août, le MC du 91 a enchaîné avec « Chino » qui correspond beaucoup plus aux influences très « rap français des années 2000 » que Ninho revendique. Que ce soit dans l’imagerie, les schémas de rimes ou le flow, on ressent en effet beaucoup plus l’importance qu’ont pu avoir Salif ou Neochrome, plutôt que Lil Uzi Vert et Migos sur sa carrière de rappeur, et c’est assez rafraîchissant. – Xavier

Le 16 août : DF & Cerk – Ici

« Ici » fait partie de nos morceaux préférés de Chorus, le nouvel EP commun de DF et Cerk. Nous vous en parlions dans notre chronique publiée il y a peu : « Jolie manière de nous embarquer dans le vif du sujet et nous montrer qu’on ne s’est pas trompé d’endroit si on veut se dégourdir les oreilles, « Ici » est un petit bijou qui rappelle avec simplicité toute l’étendue du savoir-faire de DF : une plume fluide et réfléchie, des rimes aussi jolies que cinglantes, et toujours cette voix qui épouse les pleins et les déliés des instrus, sans monotonie. » – Sarah

Le 11 août : Mehdi Mitchell – Rony

Découvert sur notre compilation gratuite Du Bon Son #3 l’année dernière, Mehdi Mitchell continue d’envoyer du sale sur Youtube. Sur une instru trouvée sur le Net, le jeune kickeur nantais établit un parallèle audacieux entre la défonce sur le terrain de sport et celle sur le ter-ter. En intitulant son morceau « Rony » en clin au Ballon d’Or 2005, il s’imposait lui-même le défi de se montrer technique : son flow vif et sa voix d’acharné ont découpé la prod, tandis que ses lyrics lucides transpirent un vécu qu’il assume entièrement : « J’plaide coupable, j’suis pas Cahuzac ». Ce passionné de la première heure nous l’a récemment confié : un premier EP est en préparation. – Antoine

Le 7 août : Chairman feat. Ol’Kainry – #Osica : épisode 3

Ça kicke sévère entre Chairman et Ol’Kainry ! « Osica » est un inédit surprenant de qualité pour un « épisode 3 », street clip envoyé au début du mois d’août. Démonstration d’egotrip efficace par le bougzer du 9.1 et le jeune rappeur de Sarcelles, qui rivalisent de phases techniques en flow tendu sur une face B récente. « Le boug est là depuis le préau comme le type Wenger ! » mais, au contraire de l’entraîneur des Gunners d’Arsenal désormais détesté Outre-Manche, on redemande toujours du Mister Ol’, surtout lorsqu’il est au top de sa forme comme cet été. Et ça tombe bien puisqu’il y a « ‘Enculer des daronnes’ écrit sur le post-it » ! – Antoine

Le 4 août : Guizmo – Grand final

Si l’on est en droit de penser que L’album estampillé Y&W contient une bonne proportion de chutes de studio datant parfois de plusieurs années, ce n’est clairement pas le cas du morceau « Grand final » de Guizmo, artiste phare du label. Et si le sample d’Ennio Morricone renvoie certes directement à L’original de Rocca paru en 1997, l’ex membre de L’Entourage livre ici un de ces morceaux fleuves dont il a le secret, qu’il s’applique à distiller sur chacun de ses albums. Dans la lignée d' »André » ou « Ma haine est viscérale », les mesures s’enchaînent au fur et à mesure que le MC se confie, avec l’interprétation et la fluidité qui le caractérisent. Il s’agit également du premier extrait de son nouvel album programmé pour 2017 dont on ne sait pas grand chose, mais que l’on souhaite sous le signe du renouvellement et de la pleine exploitation de son potentiel. – Olivier

 Le 23 août : Du mal – PLK (Prod. AsotOne)

Du haut de sa petite vingtaine, PLK est de ces jeunes rappeurs hyper productifs qui inonde la scène parisienne sans tabou, balançant à tous vents ici un son plutôt technique, là un joli flow tranquille, le tout usant d’une plume assez habile et rarement vide de sens. Travaillant sans relâche, le garçon se mouille et en sort toujours grandi, tâtonnant et jonglant avec les styles sans toujours tomber dans la facilité. Si entre deux sons, on peut avoir tendance à l’oublier, il prend un malin plaisir à se rappeler à notre bon souvenir en concoctant ce genre de petite pépite, lâchée intelligemment en période creuse. Introspectif, le Parisien fait avec « Du mal » rappel d’une maturité qu’il ne cesse de démontrer, que ce soit au sein du Panama Bende ou en solo, et le choix de la prod inspirante d’AsotOne, qui apporte profondeur et subtilité au texte, laisse augurer que qualité et recherche musicale devraient être au rendez-vous sur le projet annoncé pour la rentrée… – Sarah

Le 28 août : Le Bon Nob – Poignée De Punchlines 2.0 (Prod. GooMar)

Six mois après la sortie de son -bon- album P’tit con et huit mois après son premier passage pour Give Me 5 Prod, le Bon Nob remet le couvert pour une poignée de punchlines 2.0. Une nouvelle fois sur une prod de l’inévitable GooMar, le emcee parisien découpe, entaille, cisaille, dissèque. Les mots imposés ne semblent pas poser problème, c’est précis et chirurgical. On connaissait l’aisance de sa plume et son amour pour les jeux de mots (parfois trop) capillotractés, mais ici Le Bon Nob se montre encore plus percutant et incisif. Et on ne demande que ça. – Clément

Le 4 août : LaCraps – Rayonner

Lors de la sortie de son album Les Preuves du Temps fin 2016, Lacraps avait clairement affiché son intention de s’ouvrir à de nouvelles sonorités, dans le but d’expérimenter et surtout de prendre du plaisir lors de la conception de sa musique. Neuf mois plus tard, le montpelliérain propose à son public un nouveau projet gratuit intitulé Bootleg V.1  qui apparaît dans la lignée du CD 2 de son opus précédent. Dans celui-ci, on peut retrouver de nombreux featurings dont notamment l’excellent « A la craie » en collaboration  avec Limsa et Nizi. Nous avons cependant choisi de mettre en lumière le morceau solo « Rayonner ». En effet,  le membre de LaClassic a pris le pari risqué d’opter pour l’utilisation du vocoder sur l’ensemble du titre et ce dans le but d’y apporter un maximum de musicalité. Pari qui s’avère gagnant puisqu’il est parvenu à réaliser un morceau entraînant et parfaitement harmonieux. – Jordi