Ce mois de juin 2017 ne sera pas des plus joyeux dans l’histoire du mouvement hip-hop. Un peu moins de deux ans après Sean Price, c’est un autre P qui nous quitte. Prodigy s’est éteint le 20 juin, des suites d’une maladie génétique. Il laisse derrière lui (avec Havoc bien sûr) un des emblèmes les plus importants du rap américain. De ceux qui traverseront les frontières et inspireront, au cœur des années 90, jusque dans les cités de l’Hexagone. On parle aujourd’hui de son « mobb deepien » pour qualifier ce qui est inspiré ou ressemblant au style du duo de Queensbridge, NY. Un monument s’en est allé. La discographie de Prodigy (avec Mobb Deep ou en solo) aura évidemment accompagné notre playlist du mois dernier. Le rap évolue, mais les légendes demeurent.

Wu-Tang Clan – Don’t Stop (Prod. RZA)

Dans la liste des inattendus, le Wu-Tang et « Don’t Stop », sorti sur la BO de la série Silicon Valley, la dernière des studios HBO. Depuis un très moyen A Better Tomorrow, et des prestations scéniques plus que passables, on n’attendait plus vraiment un titre de cette facture de la part des New-Yorkais. Ceci dit, en y regardant de plus près, les seuls MC’s au générique sont Method Man, Inspectah Deck et Raekwon. Soient ceux qui, avec Ghostface, sont restés les plus en forme au sein de la clique Shaolin. Le beat rapide de RZA, lui, rappelle les bonnes heures de la deuxième partie de carrière du crew. Pas légendaire, mais très bon. Notons aussi la bonne participation d’Onyx sur cette BO, avec « Problem Child ». Maxime

2 Chainz – Saturday Night (Prod. Mike Will Made It & Duck Mcfli)

Le géant d’Atlanta n’est pas près de s’arrêter. Avec « Pretty girls like trap music », 2 Chainz, bientôt âgé de 40 ans, continue sa cure de jouvence qui semble ne jamais finir. Et l’album s’ouvre de la meilleure des manières avec « Saturday night », sur un mélange fabuleux de piano et de guitare, sur lequel Tity Boi revient sur son parcours, avec son style si particulier mélangeant nonchalance et agressivité sur les fins de phrases. Une parfaite entrée en matière pour un des très bons albums de cette année 2017. Xavier

DJ Khaled – On everything (Prod. DJ Khaled & Danja)

L’été ne pouvait pas vraiment commencer sans la traditionnelle compilation de DJ Khaled. Avec Grateful, le directeur artistique du rap convie comme à son habitude un casting sept étoiles que ce soit en rap (Jay-Z, Travis Scott, NaS, Future, Rick Ross, Young Thug…) ou en pop (Beyoncé, Justin Bieber, Rihanna, Alicia Keys…). Le mélange donne un résultat beaucoup plus hétérogène que ses précédents opus I changed a lot et Major Keys. De cet ensemble nous avons donc retenu « On everything » qui ne révolutionnera pas le rap, mais qui reste un assemblage de MC’s intéressant, avec un Rick Ross qui continue son sans faute en 2017 et un Travis Scott qui confirme une qualité de refrain déjà bien affirmée. Xavier

Young Buck – Ambert alert (feat. Boosie Badazz)

Lorsque deux survivants de l’enfer se retrouvent sur un morceau, ce n’est généralement pas pour conter fleurette. Du haut de ses trente-six ans et de sa dalle insoutenable, Young Buck continue de tout dévaster sur son passage à chaque sortie un an après 10 bodies. 10 toes down ne déroge pas à la règle, avec une nouvelle salve de 10 boucheries, toujours accompagné du fidèle DJ Whoo Kid. Et c’est avec plaisir que l’on retrouve l’immense Boosie Badazz sur « Amber Alert« , un morceau qui suinte la rue, le vécu des hommes d’Atlanta et de Bâton Rouge se ressentant pleinement et créant une très forte alchimie. Alors qu’un nouvel album est annoncé depuis longtemps, Young Buck semble particulièrement s’épanouir sur ce format sans concession qui laisse libre court à sa rage. Xavier

Young Thug – You Said (Prod. Wheezy)

Il est enfin là le premier album de Young Thug. Annoncé depuis des années, Beautiful Thugger Girls prend quelque peu son monde à contre-pied, puisqu’il adresse ce 14 titres à sa fiancée. Au programme, des douces mélodies produites par Wheezy, London on da Track, Scott Storch, Young Chop ou encore Billboard Hitmakers, sur lesquelles on peut croiser Snoop Dogg, Lil Durk ou encore Future. Assurément une des très grosses sorties de l’année dont nous avons extrait « You said« , morceau chanté (comme la plupart de l’album) où Jeffery parle d’une relation entre lui et une femme sur un petit air de guitare et où il est évidemment beaucoup question de sexe. Xavier

Action Bronson – Let Me Breathe (Prod. Party Supplies)

Action Bronson et Party Supplies nous rendent une copie en mode WTF le plus total. Mi-juin « Let Me Breathe » sort,  le son épuré laisse la place aux hi-hats et aux snares qui oscillent entre l’horripilant et le savoureux. De ces sonorités dont on ne peut se défaire sans savoir si on les aime ou non. Mais l’excentricité d’Action Bronson, de ses lyrics, de sa voix nasillarde, font pencher la balance du côté plaisir. Quelques semaines plus tard, le clip termine le boulot dans un délire dont Bronson a le secret et confirme que le MC du Queens est définitivement un personnage à part. Blue Chips 7000, dernier volet de la série de tapes Blue Chips sortira à la rentrée. Maxime

Nyck Caution feat. Kirk Knight – Off The Wall (Prod. Kirk Knight)

Nyck Caution n’est pas le plus connu au sein de l’écurie Pro Era, mais le public aurait tort de le zapper. Il fait partie de ces seconds couteaux comme A La $ole, ou Dessy Hinds dont on se demande pourquoi ils n’ont pas franchi le palier supérieur. De cette collaboration avec Kirk Knight ressort comme une envie frénétique de passer la piste en boucle. Le beat percute, envahit la cage thoracique, et les deux MC’s en profitent pour en sortir un rap qu’on qualifierait de vrai, sincère, personnel, et authentique, si les expressions n’étaient pas galvaudées. Les tripes sont au vent, l’exutoire est parfait. Maxime

Jupiter AKA – Demolition Men featuring Ruste Juxx, Rockness Monstah, Nolan The Ninja, Skanks The Rap Martyr, Mic Handz (Prod. Azaia)

Où classer ce projet ? Régulièrement Le Bon Son fait la part belle à des producteurs français dans cette rubrique quand ils sont aussi bien entourés par du MC ‘ricain de première qualité. Ce coup-ci c’est Jupiter AKA, ou le voltron composé des beatmakers parisiens Azaia, Kyo Itachi et Astronaute, qui livre un projet fracassant où s’invitent Nolan The Ninja, de Detroit, Rock (Heltah Skeltah, Boot Camp Click) ou encore Ruste Juxx. On ne sait pas bien si on se situe dans l’espace, dirigé vers le Great Red Spot, du nom du projet, ou bien aux confins des rues crasseuses de quelque grande ville de notre planète bleue. Le beat ralenti, parfois compressé, les sonorités stressantes, les flows inquiétés nous transportent dans cet univers façon film de série B, qu’on kifferait comme un trésor caché. Maxime

 

Tyler, The Creator feat. A$AP Rocky – Who Dat Boy

Accompagné d’A$AP Rocky, Tyler, The Creator sort un titre et un clip dérangeant dont il a le secret. Extrait de son prochain album T5, « Who Dat Boy » met en scène un Tyler qui aime mêler couleurs criardes et léger débordement de gore. Il en profite pour se faire greffer un visage de roux, sur sa peau ébène. Jouant des contrastes à tous les niveaux, la fin de piste est l’occasion de révéler « 911 » featuring Frank Ocean, un morceau infiniment plus doux. Artiste à tout faire, Tyler signe à la fois l’instru et la réalisation de la vidéo sous son pseudo Wolf Haley. Maxime

Dave East & Sos Mula – Home Invasion (Prod. Triple A)

Dave East devient petit à petit un habitué de nos lignes. Flanqué du méconnu New-Yorkais Sos Mula, il poursuit le lâcher de titres avant la sortie de Paranoia. Déjà le troisième extrait avant ce premier album. Dave East continue ainsi de prouver qu’il faut compter avec lui sur la longueur. À peine remis de Kairi Channel, qui n’avait de mixtape que le nom tellement le projet était abouti, le MC de Harlem ne nous laisse aucun répit. Maxime

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager avec les petites icônes ci-dessous, et à rejoindre la page facebook ou le compte twitter du Bon Son.