L’apparition du hip-hop au Chili vers 1988 coïncide avec la « transition démocratique » (la sortie de la dictature qui durait depuis 1973). Si d’autres formes de musique contestataire existaient déjà, la fin du régime militaire marque le retour d’exil pour de nombreux chiliens, avec parmi eux quelques jeunes activistes ayant découvert le hip-hop dans leurs pays d’accueil respectifs. L’histoire du rap chilien possède quelques points communs avec celle du rap français : il émerge à la fin des années 80, explose commercialement après 1995, et se révèle particulièrement influencé par le son new-yorkais de la deuxième moitié de la décennie 90. Cependant, il trouvera rapidement sa propre identité au travers de références historiques, culturelles et sociales spécifiques au pays, mais également grâce à un accent et un argot uniques en Amérique du Sud, ainsi qu’un sens de la musicalité prégnant depuis ses débuts. Voici ici un petit aperçu de ce qu’a pu livrer le rap chilien entre 1993 et aujourd’hui, une liste de dix morceaux classiques ou valant le détour. Une sélection forcément non-exhaustive, puisque le rap possède désormais un ancrage profond au Chili, et une scène parmi les plus prolifiques du sud de l’Amérique en termes de sorties rap.

Pozze Latina – Con el color de mi aliento (Pozzeidos Por La Ilusion, 1993)

Pozze Latina fait partie des pionniers du hip-hop au Chili, bien avant les succès de Makiza et Tiro De Gracia. De retour de son exil au Panama puis en Italie, Jimmy Fernandez, leader du groupe, ramène à la fin des années 80 le rap dans les radios locales et la danse dans les rues du centre ville de la capitale, Santiago. Actifs de 1991 à 2000 et auteurs de trois albums, Jimmy Jefs, MC Rody et Chato X (également exilé en Europe jusqu’en 1993) connaissent un succès fulgurant avec leur premier album en 1993, grâce au hit « Chica electrica » : un des clips chiliens les plus populaires de la décennie 90, toutes musiques confondues, et le premier morceau de rap sud américain à être diffusé sur MTV Latino. Moins commercial, « Con el color de mi aliento » est leur autre titre phare, encore aujourd’hui dans les mémoires. Les sonorités peuvent sembler avoir vieilli, mais elles sont à l’image de la tendance US et internationale du début des années 90, bien avant l’arrivée du son de New York de la fin de la même décennie, qui représentera une influence majeure pour tout le rap chilien.

Tiro De Gracia – El juego verdadero (Ser humano!, 1997)

Formé en 1993, le groupe santiaguino Tiro de Gracia est, à l’instar de Makiza, une des grandes références du rap chilien des années 90. Après deux EP cassettes autoproduits en 1994, Juan Sativo, Lenwa Dura et Zaturno signent un contrat exclusif chez EMI et sortent Ser humano!, un disque qui s’imposera rapidement comme une sortie majeure de l’année 1997 au Chili, avec 80 000 copies vendues, sans avoir bénéficié d’une promotion de grande envergure. Le style percutant, la maîtrise des flows, et les instrumentales innovantes pour l’époque font l’unanimité dans le milieu. Ser humano!, aidé par l’excellent single « El juego verdadero », terminera de placer le Chili sur la carte du rap, faisant découvrir le genre au-delà du seul cercle des initiés.

Makiza – La rosa de los vientos (Aerolíneas, 1999)

Makiza fait partie des tout premiers groupes de rap à avoir connu le succès au Chili, et représente pour la mémoire collective l’équivalent de références telles qu’IAM ou NTM, s’il fallait comparer avec la France. Avec un discours engagé politiquement et très critique à l’égard des personnalités ayant collaboré avec le régime militaire, ils font partie des têtes d’affiche de la scène underground à la fin des années 90, et sortent un premier album en autoproduction en 1998, Vida Salvaje. Leur deuxième opus, baptisé Aerolíneas, paru chez Sony en 1999, deviendra rapidement leur classique, notamment grâce au morceau « La rosa de los vientos », traitant du thème de l’exil, sujet à la fois tabou et encore omniprésent dans le Chili des années 90. Le sample de la phrase « Je viens d’une autre latitude » d’Akhenaton (issu de la version sauvage de « Bad Boys de Marseille ») évoque d’ailleurs subtilement les années d’exil de la famille d’Anita Tijoux (dont il est également question plus bas) en France. A la fin de l’année 2000, le départ pour Paris de cette dernière et du DJ, Squat, marquera la fin du groupe dans sa formation initiale, même si Anita rejoindra Seo2 et Cenzi en 2004 le temps de quelques morceaux dédiés à la réédition de leur premier album.

Hordatoj & SQB – Viejos habitantes (Pr1mer Mandamiento, 2005)

Connu pour ses qualités de grand rimeur, Hordatoj sort son premier album solo en 2007, Entre lo habitual y lo desconocido, et balance à la face du monde son rap teinté d’influences funk, jazz et R&B. Cet opus, véritable classique du rap chilien, comporte de nombreux invités prestigieux (CHR, Panthy, Anita Tijoux…) et marque le début la carrière du MC en tant que rappeur solo, mais aussi beatmaker puisqu’il sortira plus tard des beat tapes, et participera en 2009 à la partie instrumentale de l’album d’Anita Tijoux, 1977, récompensé par un Grammy et d’autres prix prestigieux. Si son premier album fut un succès, au point d’être l’occasion d’un concert anniversaire cette année pour ses dix ans d’existence, son plus grand classique, « Viejos habitantes » est antérieur à cette sortie (2005), et figure sur l’album de Pr1mer Mandamiento, le groupe de ses débuts. Paru à une époque où le rap se durcissait et semblait oublier les valeurs originelles de la culture hip-hop, le morceau sonne comme une ode aux ambiances des débuts du mouvement, un hommage aux autres disciplines telles que le breakdance, le beatbox, et le DJing, un rappel bienvenu au vu de l’accueil enthousiaste et unanime qui lui a été réservé.

Movimiento Original – Grandes pasos (Soldados Del Ghetto, 2008)

Groupe majeur de la scène rap latino-américaine, Movimiento Original, se fait connaître en 2008 avec son premier album Soldados del ghetto, porté par quelques morceaux majeurs tels que « Grandes pasos » ou « M.O. ». Le mélange de rap et de reggae de Stailok, MC Piri, Aerstame et DJ Acres se fait rapidement connaître, et le quatuor, reconnu pour ses prestations scéniques, enchaîne les concerts un peu partout en Amérique du Sud et au Mexique, dont quelques premières parties pour des artistes de renom tels que Rahzel, Linkin Park ou The Black Eyed Peas. Movimiento Original devient en 2008 le groupe chilien le plus écouté sur MySpace, tous styles confondus, et acquiert en quelques années seulement le statut d’incontournable du rap latino. Le départ de MC Piri du crew en 2015 n’a pas empêché le groupe de sortir cette année son quatrième album, MovRapAndReggae, et de continuer à donner des coups de main aux jeunes MC’s prometteurs de la scène chilienne.

Bubaseta – Tu mundo (El Juego Sucio, 2008)

Originaire de Quilpue, non loin de Valparaiso, Bubaseta évolue en groupe avec la King Kong Click, mais également en solo, avec six albums à son actif depuis 2008. Doté d’une maîtrise technique hors pair au service du rap et du chant, il joue également avec sa voix et son flow dans des registres variés, donnant l’impression d’être parfois plusieurs MC’s à la fois. Le ton est parfois léger, parfois plus grave ou conscient, mais l’humour n’est jamais loin dans ses textes. Amateur de samples à base de vinyles grésillants (et de riddims efficaces), de scratchs percutants, et de fresques murales dans ses clips (la proximité avec Valparaiso et ses « musées à ciel ouvert » ne doit pas y être pour rien), Bubaseta est un fervent supporter de la cause hip-hop, en témoigne le clip de « Tu mundo », son plus grand classique à ce jour paru en 2009 sur El juego sucio, son premier album solo. Son talent et sa popularité lui ont permis de tourner un peu partout en Amérique du Sud, ainsi qu’en Europe plus récemment.

Liricistas – Estilo libre (Libre Estilo, 2011)

Benjamic et Armestyle sont deux potes qui se sont rencontrés au lycée et qui commencent à rapper en 2003 sous le nom de « Liricistas », terme qui faisait autrefois référence aux troubadours, qui jouaient pour le peuple plutôt que pour la cour du roi. Amateurs d’un rap authentique et spontané, les deux rappeurs possèdent des flows élastiques, ainsi qu’un goût prononcé pour le freestyle (ce n’est pas pour rien si « Estilo libre » est un de leurs morceaux les plus populaires, et que leur premier EP s’intitule « Libre estilo »). Proches de leur public, ils participent chaque année à de nombreux concerts, activité à laquelle il faut désormais ajouter depuis 2013 la gestion d’un magazine papier et radio : Represento Magazine. Ces passionnés se sont même permis de rendre disponibles en libre téléchargement leurs quatre opus sur leur page Facebook. Cette démarche de partage semble s’avérer efficace, au vu des millions de vues qu’affichent les compteurs Youtube sous chacune de leurs vidéos.

Portavoz – Escribo RAP con R de Revolución (Escribo RAP con R de Revolución, 2011)

C’est avec un rap conscient, revendicateur et fortement influencé par le son east coast des années 90, que le rappeur / beatmaker Portavoz, originaire d’une población de la capitale, s’est fait connaître en groupe avec son groupe Salvaje Decibel, puis en solo, au point de devenir un des rappeurs les plus en vue de la scène actuelle, programmé aux quatre coins du monde hispanophone (il a même joué à Paris ce mois-ci). Le cirque politique, les rappeurs pleins de clichés, la défense du peuple Mapuche, la manipulation des médias… « Escribo RAP con R de Revolución » sonne comme une profession de foi de l’auto-proclamé « porte-parole » du peuple, et constitue une bonne carte de visite pour ceux qui ne connaîtraient pas encore Portavoz.

Bronko Yotte feat. Jonas Sanche – Para olvidar el dolor (Con eso te digo todo, 2013)

Bronko Yotte est de ces artistes pouvant rassembler des publics d’horizons différents, de par ses expérimentations et ses multiples influences. Mélodique et maîtrisé, souvent teinté de soul, parfois de trip hop ou de reggae, le rap acoustique de Bronko Yotte est unique en son genre. A la fois feutré et personnel, sa musique casse l’image du rappeur sourcils froncés et bras croisés, mais n’allez pas croire qu’il ne s’agit pas de rap : quelques mesures seulement suffisent à constater les qualités de rimeur et la dextérité au microphone de Felipe Berríos.

Anita Tijoux feat. Shadia Mansour – Somos sur (Vengo, 2014)

Membre du groupe emblématique Makiza, Anita Tijoux démarre une carrière solo dans les années 2000. Cette fille d’exilés née à Lille, et débarquée au Chili en 1993 en pleine « transition démocratique », fait ses premiers pas dans le hip-hop à Paris en 1988 en tant que danseuse, avant d’intégrer Makiza à Santiago, et de sortir trois album en groupe à la fin des années 90. S’ensuivra un nouveau séjour à Paris entre 2001 et 2003, puis une carrière solo couronnée de succès qui perdure encore aujourd’hui, lui permettant de jouer aux quatre coins du globe, et de collaborer avec des artistes de renom. « Somos sur » est un bon condensé de tout ce dont Anita Tijoux est capable en solo : un large mélange d’influences, une ouverture au monde, une énergie brute, et un rap qui malmène les codes et les barrières. En effet, l’ex-Makiza ne s’interdit rien et laisse libre court à son inspiration, faisant la part belle aux instruments et aux parties chantées. Une évolution logique quand on connait son goût pour le voyage, qui tranche avec le côté hip-hop plus classique dans la forme de Makiza. Plusieurs choses n’ont cependant pas changé depuis ses débuts : l’énergie dégagée, le soin porté à l’écriture, et le propos : dénonciateur d’injustices, revendicateur, résolument féministe, et empreint de poésie.