C’est un album attendu que le duo Phénomène Bizness a sorti le mois dernier. Un premier nouveau-né longtemps couvé, teasé à coups de morceaux bouillants comme “Les nuits parisiennes” ou “TIO”, et surtout présenté en avant première de la tournée d’un certain Nekfeu. Analyse d’un premier bébé qui lance la carrière et la discographie d’une promesse rapologique.

Très (trop ?) discret sur les réseaux sociaux le dernier semestre, John Hash & Saïga ont en fait consacré leur temps et leur énergie à peaufiner ce qui serait leur premier projet abouti, disponible sur les plateformes… et finalement sur CD. Un bel accomplissement pour un jeune groupe encore peu connu, mais qui devrait gagner à se faire connaître. La paternité discographique du Phéno Biz a commencé en 2013 avec le EP Préviens les autres, un 5 titres où l’on retrouvait notamment 2Zer & Doum’s en invités. Une première salve qui captait l’attention des meilleurs diggers du web, avant la divulgation de l’enivrant clip des “Nuits parisiennes”, promenade nocturne énervée, renforcée par l’une des meilleures prod d’Hologram Lo à ce jour. Ce premier clip abouti intervenait juste après la signature du duo chez… Seine Zoo, le label de Nekfeu. Une promesse de plus qu’il faudrait compter avec eux, et une pression supplémentaire sur leurs épaules. Encore quelques sons envoyés ça et là, comme le bouillant “TIO”, équilibre parfait d’un titre entre rap et chant, et les deux compères commençaient à évoquer le projet, sans donner de titre. Les faire-part envoyés au compte-gouttes faisaient monter l’attente, et le son “Ah ouais ouais ouais”, dans cette même lignée de rap énergique et positif, continuait d’alimenter les esgourdes des auditeurs curieux.

Le tandem de Vitry sortirait donc “Pharaon” le 10 mars 2017. L’accouchement d’un premier enfant désiré révélait une ambition pleinement assumée. Dix titres agréables, entre grosses frappes “De mes 2 mains” et morceaux plus posés “Rush”, entre prods à l’ancienne “Plateau d’or” et instrus modernes “Ivresse”, tous bien produits et écrits de mains appliquées pour donner du fond à une forme plutôt novatrice. L’architecture sonore a elle été confiée à six beatmakers évoluant dans des registres bien distincts, qui ne se marchent pas dessus et permettent au projet de ne pas tourner en rond musicalement parlant. C’est donc Yasser Beats, Loop Snatchers, Baxter, Sheldon, Vesti et Hugz Hefner qui ont répondu présents à l’appel du “Pharaon”. Nous ne sommes pas en reste sur le texte non plus, et l’on se prend des rimes bien amenées “On n’est pas les hommes que les femmes pensent / Elles se font des films pendant nos vacances”, du flow (!), des images “Quel groupe tourne plus ? Dites à Rosa Parks qu’elle est la bienvenue dans notre tour bus !”, de la réflexion “Les négros sont toujours les méchants même dans Le Roi Lion !”, de l’egotrip et du divertissement, c’est un ensemble cohérent et sans faute de goût qui confère une atmosphère chill et bien rappée. C’est d’autant plus amusant que le Phéno Bizi doit être à l’heure actuelle l’un des seuls groupes habitués à rapper devant des Zénith complets… avant même de sortir son premier opus ! Une performance rare qu’ils doivent à la tournée en première partie de Nekfeu lors du “Feu tour” en 2015-2016, puis la tournée du S-Crew en 2017. D’où la phase sur Rosa Parks et le tour bus, ou celle-ci : “J‘ai eu ma loge pour les Zéniths, j’aurai ma loge pour l’Enfer”.

Pharaon, c’est un duo qui se trouve les yeux fermés, qui se complète parfaitement, deux timbres de voix qui fusionnent et nous rappellent L’Skadrille en son temps, et c’est pour cette raison qu’opèrent -pour l’heure- en binôme John Hash & Saïga. Si l’objectif est de traverser les siècles tels Khéops et Ramsès II, il reste des étapes à franchir et notamment un ou deux titres hyper forts, des “bangers” qui leur permettraient de mettre tout le monde d’accord et de franchir un cap pour s’installer et s’imposer sur le devant de la scène rap. Misons que nous ne serons pas les derniers à parler d’eux, eux qui viennent de mettre au monde un bon et beau CD, et espérons que les oreilles soient réceptives pour leur donner envie d‘accoucher d’autres projets de ce calibre.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager avec les petites icônes ci-dessous, et à rejoindre la page facebook  ou le compte twitter du Bon Son.