Parmi les albums qui font du bien durant cette période électorale nauséabonde, figure sans nul doute Monologue Social d’Original Tonio. Après une mixtape sortie en 2012, le rappeur originaire du 78 a décidé de sortir son premier album le 17 mars 2017. Dix-huit titres, une bonne diversité de featurings et de beatmakers, des paroles engagées et le flow d’un mec qui n’avait peut-être pas encore sorti d’album mais qui a déjà roulé sa bosse, le cocktail gagnant pour un projet qui mérite largement qu’on l’écoute et le réécoute.

Il est possible que certains aient entendu Original Tonio pour la première fois sur le projet Vice et Vertu de Swift Guad pour le titre « Flaque de sens » (également présent dans cet album) ou bien sur l’album Eloge de l’ombre de VII avec toute une ribambelle d’autres rappeurs sur « Chiens de Pavlov ». Rappeur discret n’ayant pourtant pas la langue dans sa poche lorsqu’il s’agit de prôner la révolte, Monologue social est un album engagé du premier jusqu’au dernier titre. Sans tromperie aucune, la pochette du disque en illustre à merveille les thématiques et l’esthétique. Il est certain qu’il n’y a pas de grand coup marketing, pas de belles couleurs et que cela sent davantage la grisaille de la banlieue parisienne plutôt que les plages de Pattaya. Mais cet album illustre ce qu’il y a de meilleur dans cette grisaille : les valeurs de la révolte et du peuple.

« Monologue social parce qu’on ne nous entend pas » est-il dit dans le titre « Nouvelle donne ». Il est vrai que ceux qui parlent beaucoup n’ont malheureusement pas toujours quelque chose à dire. Bien qu’il y ait dix-huit titres, ce qui en fait un album assez long par rapport à la tendance actuelle, ce n’est pas le cas ici. Cet album a la qualité de ne jamais tomber dans le pathos égocentré et plaintif. Original Tonio parle relativement peu de lui-même, il est davantage le porte-parole de cette frange silencieuse de la population qui n’est pas sur les plateaux télévisés que metteur en scène de sa propre vie. De fait, il ne mâche souvent pas ses mots avec des paroles parfois crues à l’égard des représentants de l’Etat et de l’autorité, mais cela est toujours fait sans en rajouter, de manière pertinente.

Ainsi l’album passe en revue des thèmes classiques du rap enrichis de l’expérience du militantisme : la prison, les flics, la galère et l’injustice reviennent de manière récurrente, jamais de manière abstraite et éloignée mais avec le vécu de celui qui est engagé au quotidien dans les luttes. Original Tonio dénonce, mais il le fait d’une manière réfléchie en rendant au rap sa place à part entière dans l’élaboration d’une réflexion sur la société française d’aujourd’hui. Monologue Social est un projet qui décrit une situation sociale problématique et qui devrait ainsi parler à tous ceux qui cherchent dans le rap non pas un simple divertissement mais un outil pour la réflexion.

Par ailleurs, le rappeur d’Elancourt a su trouver le compromis entre les paroles engagées et la musicalité. Car il s’agit d’un album très agréable à écouter, avec des productions classiques et mélodieuses qui raviront tous ceux qui font encore une allergie à la trap-music et qui apprécient les beats plus old-school. On retrouve principalement Many The Dog, Tideux et Art Aknid parmi les beatmakers, Blondax, Flev, R2AN et DJ Brans venant compléter la liste. En ce qui concerne les featurings, on retrouve sur cet album de nombreuses figures du rap engagé et du rap parisien. Tonio a su aller chercher des noms biens connus de l’underground qui font toujours plaisir à entendre. Citons donc : Bigmak, Swift Guad, VII, Skalpel, Spit et LAX, Wira, Sheryo et Guez. Ajoutons que les featurings ne prennent pas une place démesurée sur le projet et se marient bien entre eux. Un tout unifié qui témoigne du côté carré et bien travaillé du projet.

De fait, cet album est destiné à tous ceux qui attendent encore du rap qu’il participe à l’éveil des consciences. Monologue social est un très bon premier album qui mériterait de connaître un peu de succès dans le rap underground, mais qui sera de toute manière reconnu par ses auditeurs comme un album de qualité. Le contexte social actuel étant ce qu’il est, peut-être cet album est-il un bon remède contre la morosité ambiante. C’est ce genre de projet qui redonne quelque peu confiance dans les autres, dans la solidarité et dans le fait de se dire qu’il y a des choses que l’on n’est pas seul à penser.

Pour commander l’album « Monologue Social », vous pouvez aller directement sur le bandcamp.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager avec les petites icônes ci-dessous, et à rejoindre la page facebook  ou le compte twitter du Bon Son.