Malgré un mois plus court, nous avons trouvé de la matière en février. Vous retrouverez, comme lors des éditions précédentes les sensibilités des différents rédacteurs. Entre du rap sudiste, de la pépite new-yorkaise, ou de l’indé californien. On a été tenu de laisser certaines belles sorties de côté, comme l’album d’Oddisee, dont nous parlions déjà le mois passé avec « Like Really » qui reste le meilleur morceau de l’album. Dans le même temps, Kirk Knight, ou Don Q s’affichent pour la seconde fois d’affilée dans notre sélection, tant leurs sons ont marqué la rédaction.

Future – Mask Off (Prod. Metro Boomin & Southside)

La superstar d’Atlanta a frappé fort à la mi-février. Alors qu’il n’avait plus rien sorti depuis près d’un an et son album EVOL, le fondateur de Freebandz a livré deux albums en seulement une semaine. D’abord, Future, un album où l’auteur fait du Future comme on pouvait le deviner. De la trap symphonique comme il sait faire, efficace et puissante. Quelques jours plus tard sortait Hendrixx, un disque plus doux avec une visée vers un public plus large. « Mask Off » est, évidemment, présent sur Future. Rien de bien nouveau, Future nous parlant une fois de plus de ses différentes addictions mais c’est bien la production de Metro Boomin et Southside qui est à souligner ici, avec ce fantastique sample de flûte extrait d’un morceau de Tommy Butler. Xavier

Don Q – Chosen One (Prod. DLO & Nick Fresh)

Issu du quartier du Bronx, le jeune Don Q nous a livré ce mois-ci une mixtape dans le plus pur style traditionnel New-Yorkais. Sur Corner Stories, on peut croiser notamment Styles P, Jadakiss, A Boogie Wit a Hoodie ou encore Dave East. Mais c’est un morceau solo que nous avons décidé de mettre en avant. Sur « Chosen One », le gamin de la grosse pomme revient sur son parcours et sur la difficulté de se faire une place sur la carte du rap quand on décide de laisser un héritage plutôt que de soulever les charts. Xavier

King Lil G – G’s and Hustlers (feat. Young Drummer Boy & J.Bless)

Dans un certain anonymat pour ceux qui ne sont pas des suiveurs assidus de l’actualité de Datpiff, est sortie à la fin du mois une mixtape de King Lil G, Blessed by God. Et c’est bien dommage puisque le projet est soigné, agréable à écouter et très bien produit (aucun beatmaker n’est pourtant crédité). On alterne entre boom-bap à l’ancienne, douceur californienne et g-funk plus classique. Avec « G’s and Hustlers » par exemple, on a droit à une production très aérée qui fleure bon la côte californienne où le trentenaire d’origine mexicaine a grandi pour un morceau positif qui nous rapproche un petit peu plus de jours à la météo plus clémente. Xavier

Kirk Knight – Magic Mirror (Prod. Kirk Knight)

Contrairement aux Knicks qui défient les lois du je-m’en-foutisme en NBA, le collectif new-yorkais PRO ERA continue de nous régaler tous les mois. Quand ce n’est pas Joey Bada$$, c’est son acolyte de l’ombre Kirk Knight qui distille de gros highlights. Sorti au début du mois de février, Black Noise est le premier projet instrumental du producteur et rappeur. Onze morceaux qui confirment le talent du natif de Brooklyn derrière les machines, mais pas seulement. A l’écoute du bonus track du projet, Kirk Knight prouve qu’il n’a besoin de personne pour réaliser un bon morceau de rap. Miroir, miroir, dis-moi, qui est le plus fort ? Clément

Planet Asia – Iceberg (Prod. Nicholas Craven)

Oddisee n’a pas l’exclusivité de l’iceberg ce mois-ci. On triche quelque peu car ce son est en fait sorti il y a plusieurs semaines, mais c’est le clip qui nous a alerté sur cette délicatesse de Nicholas Craven. Le beatmaker ne vous est peut-être pas inconnu : adepte des boucles entêtantes et froides, originaire de la banlieue d’Ottawa et aujourd’hui basé à Montréal, Craven produit à foison. Son Soundcloud est une mine d’or pour rappeurs en quête de bandes enivrantes ascendant crade. Le genre de son qu’on écoute le soir tard, lors des longs trajets en métro. Déjà passé par la case Westside Gunn et Conway, c’est cette fois avec le vétéran californien Planet Asia qu’il s’associe. Dommage que ça ne dure qu’une minute et quarante-sept secondes. Green

Saga & Thelonious Martin  feat. Freddie Gibbs – Karma

Soyons clairs, il a été difficile de sélectionner un morceau au sein de cet opus. Le MC new-yorkais Saga, déjà vu au Petit Bain pour les plus chanceux, s’est acoquiné avec un des jeunes producteurs les plus talentueux du moment en la personne de Thelonious Martin. À peine la vingtaine, et les plus grands rappeurs kiffeurs de boom bap accrochés à son book. Saga a trouvé du répondant. L’album est d’une grande homogénéité, mais le soupçon de kiff en plus sur ce track n’est certainement pas étranger à la présence du gangsta Gibbs. On dirait que le morceau a été construit pour lui. Le premier couplet de Saga, les choeurs et l’instru tantôt saturée au compresseur, tantôt libérée façon fracas grandiloquent… Tout ceci fournit l’introduction rêvée pour le timbre du MC de l’Indiana. Green

Milano Constantine – That Feeling (Prod. Marco Polo)

En voilà un qui mériterait d’être plus connu. Avec l’EP The Way We Here, le rappeur de NYC rappelle qu’on peut-être talentueux sans avoir eu la chance d’exploser les charts. Pourtant affilié DITC et connu pour avoir posé avec feu Big Pun ou encore OC, le bonhomme de Manhattan reste aux portes du succès. Noyé par le grand public dans l’abondance de rap new-yorkais sans doute. Reste que les producteurs et rappeurs de renom sont autour du garçon : Marco Polo produit la moitié des pistes, aux côtés de DJ Skizz, et on compte Lil’ Fame, Big Twins et Conway dans les featurings. À écouter d’urgence. Green

Roc Marciano – Rosebudd’s Revenge (Prod. Don C)

On ne se rappelle plus la dernière fois que Roc Marciano nous a déçus. L’éphémère membre du Flipmode Squad est d’une consistance et d’une constance à toute épreuve. La recette est peu ou prou la même que sur nombre de ses précédentes sorties. Un son sombre, des dialogues introductifs façon vieille série B, quelques vieux samples, du storytelling pas toujours bien fun et une voix à mi-chemin entre mélancolie, douceur, peur, et violence froide. Clairement, ce n’est pas avec le rappeur de Long Island que l’on se marre, mais il  excelle dans ces ambiances. Et son quatrième album, Rosebudd’s Revenge, fait clairement partie de ces projets que l’on met en lecture pour une écoute d’une traite jusqu’à la dernière piste. La vidéo ci-dessus présente le morceau éponyme que nous avons sélectionné, mais aussi les tracks « Move Dope » et  « Here I Am ». Une sorte de mise en appétit avant le reste de l’album sorti le 21 févirer dernier. Green

Delinquent Habits – California (Prod. Ruck P & DJ Invicible)

Les tres delinquentes sont de retour. Une claque qui vous imprime la gueule comme un coup de soleil du brûlant de Californie. Avec ce banger, les Delinquent Habits annoncent la sortie de leur septième album studio, 8 ans après leur dernière galette, et 21 ans après l’explosion de cuivres de « Tres Delinquentes » sur leur premier album. Sans surprise, « California » joue des codes déjà exploités par le passé : soleil , plage, lowriders chromés, accents chicanos, un putain de groove à réveiller les défunts pour la fête des morts. La présence de Sen Dog, connaissance de longue date et producteur du premier album des Angelenos, nous rappelle aux plus belles heures du rap latino de la côte Ouest. Si vous voulez en reprendre une ration, l’album It Could Be Round Two, est écoutable depuis le 3 mars. Green

Jonwayne  feat. Shango – Papers (Prod. Jonwayne)

« When I die i want to grow into a tree / I want them to bury me (…) And your son cuts me down / I wanna be the book your grandchildren read aloud ». Ainsi s’ouvre « Papers », de Jonwayne. Une dépression a écarté le Californien des machines et du micro pendant de longs mois. Le voilà de retour avec du verbe toujours aussi puissant avec ce titre issu de Rap Album Number Two, son nouvel opus paru le 17 février. Aux côtés de Shango au refrain, sa voix caverneuse et ses tempos ralentis renforcent la gravité des paroles, et la sensation que ces mots viennent du coeur. Green

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager avec les petites icônes ci-dessous, et à rejoindre la page facebook ou le compte twitter du Bon Son.