Voilà bientôt cinq ans que le site existe, cinq ans que nous proposons nos sélections mensuelles de dix morceaux, cinq ans que nous laissons chaque mois des titres de côté à contrecœur. C’est signe que le rap français se porte bien. Loin de reposer en paix, il continue de nous surprendre, de nous enthousiasmer, et de nous donner envie d’en parler autour d’un bon verre de Sprite.

Le 12 janvier : Scylla – Qui suis-je ? (Prod. Lionel Soulchildren & Sofiane Pamart)

C’est avec dans ses bagages un subtile mélange de musique, de poésie et de rap que Scylla a choisi de faire son retour. Premier extrait de son futur album, ce titre étrange : « Qui suis-je ? » a de quoi surprendre l’auditeur non-initié à l’œuvre de l’ogre belge. On y trouve ce vernis de mysticisme et de spiritualité qui caractérise la plume de celui qui, après un dernier album Abysses résolument introspectif, cherche encore sa place dans le grand chaos du monde. « Qui suis-je ? » s’inscrit dans la lignée de sons comme « Répondez-moi » ou « Douleurs muettes » où, en dépit de l’utilisation du « moi » et du « je » dans le texte, résonne toujours un « nous ». Le titre du morceau est donc trompeur : il n’est jamais question d’identité, mais plutôt de cette histoire que nous partageons, de ce qui fait que nous sommes, chacun de nous, l’humanité tout simplement. Ce questionnement n’est pas seulement magnifié par la musique de Lionel Soulchildren et Sofiane Pamart, il est prolongé quasiment deux minutes durant lesquelles la voix de Scylla disparaît pour laisser place à des chants et une musique envoûtante. Le clip de Nicolas Caboche vient parachever le tout : une réalisation surprenante pour un son dont la mise en image était audacieuse. Un titre qui devra donc être écouté les yeux ouverts et les yeux fermés. – Costa

Le 27 janvier : Escobar Macson feat. Lalcko, Despo Rutti & Nakk Mendosa – Ghetto guet-apens (remix)

Si la scoumoune semble s’acharner sur Escobar Macson et ses sorties d’album comme le raconte Genono, nous avons finalement pu entendre le projet du “spécialiste du 100 mètres en claquettes” libéré gratuitement à la fin du mois… alors qu’il était annoncé payant et disponible sur toutes les plateformes dans les premiers jours de l’année ! Il est de retour un peu plus de trois ans après son album Red Business (nous l’avions interviewé ici) en s’autoproclamant Mr Punchlines. Une mixtape aux sonorités mises à jour malgré cette abstinence, et avec des têtes bien connues qui occupent régulièrement le devant de la scène comme Seth Gueko ou Gradur. Dans notre entretien, Escobar évoquait notamment son morceau référence “Ghetto guet-apens”, qu’il considérait alors comme son “classique”. Il lui est venu l’idée d’un remix, en version équipe, et pas n’importe laquelle : trois proches qui ont honoré l’invitation sur l’instru originale actualisée qui nous offre, soulignons-le, le plaisir de réentendre Lalcko. – Antoine

Le 27 janvier : Sofiane – Tout le monde s’en fout

L’heure de Sofiane est (enfin) arrivée. Aller prendre un bain de foule en sweat Mickey aux Mureaux, se déguiser en flic et clamer « C’est nous les condés », fédérer son public autour de nouveaux gimmicks… Tout ce qu’il entreprend semble lui réussir, comme s’il possédait un totem d’immunité, en témoigne le nombre d’auditeurs en augmentation constante acquis à sa cause. Les freestyles coup de poing « JeSuisPasséChezSo » auront permis au rappeur du Blanc Mesnil d’exposer son talent au grand public (nous vous en parlions en novembre dernier), autour d’un concept simple et percutant. Mais il ne s’agit pas que d’une bonne stratégie de communication, et résumer les qualités du MC à sa street credibility ou son énergie communicative serait réducteur puisqu’il manie les flows, placements, assonances et images fortes avec une dextérité que peu de ses confrères possèdent, surtout dans son registre. #JeSuisPasséChezSo est également le nom du disque qui regroupe les freestyles mentionnés plus haut, paru le 27 janvier, et agrémenté de sept inédits dans la même veine que les extraits, à l’exception de l’outro, « Tout l’monde s’en fout ». Un titre qui porte mal son nom au vu du million de vues atteint en 24 heures, et de son entrée en playlist sur Skyrock. Dans un registre plus personnel et moins dur que le reste du projet, Sofiane démontre à ceux qui l’auraient découvert il y a peu qu’il peut briller dans d’autres registres, sans pour autant perdre de sa substance. Il y a fort à parier qu’il continuera à faire parler de lui à grande échelle dans les mois et années à venir… – Olivier

Le 25 janvier : Rezinksy – Bartabas

L’alliance de Pepso Stavinsky et RezO est de retour pour un inédit, leur « nouveau single de boîte de nuit » comme ils le décrivent eux-mêmes. Mais on devine évidemment le sarcasme derrière ces mots. Bien sûr, l’ambiance electroclash façon Fisherspooner chatouille les synapses, mais Pepso, décalé, maillot d’Angers SCO sur les épaules, déambule dans cette orgie d’appartement, erre sur cette image au grain années 80, aux excès très 2010, débite des mots, décrit des maux. Ceux de la décadence, la vie des « losers de classe moy’ », les exutoires trop communs, trop accessibles, trop faciles, ou trop difficiles à éviter en dehors du 9h-18h, du lundi au vendredi ? La mauvaise bière, le cul, les culs, la coke, les kebabs, les soirées déguisées, les romans SAS, la clope… L’échappatoire, la gerbe. Autodestruction ou obsolescence conditionnée par la société ? Un peu des deux, sans doute. – Maxime

Le 1er janvier : Nefaste – Vieux démons (Prod. Itam)

Après la sortie fin 2016 du projet Martyrs Modernes aux côtés d’Ol Zico, Pejmaxx et Mani Deïz, Nefaste semble être prêt à marquer les esprits en cette nouvelle année.  Preuve en est,  la publication de « Vieux démons »,  premier extrait de son futur album,  diffusé sur la toile le jour de la Saint-Sylvestre. Pour celui-ci, Nefaste a sollicité les services d’Itam, talentueux beatmaker membre des Kids of Crackling. Forts de leurs précédentes collaborations, le binôme prouve une nouvelle fois qu’il fonctionne à la perfection. Le rappeur du Val d’Oise apparaît empreint de morosité et débite le spleen qui le caractérise depuis son EP Premier pas. Enfin, dans le but d’apporter une plus grande émotion à ce titre, le membre du groupe RSKP a sollicité Nevada Club pour mettre en images ses tourments dans un clip de qualité. – Jordi

Le 19 janvier : Alkpote & Jones Cruipy – Les marches de l’empereur Saison#2 Episode #9 (Prod. DJ Weedim)

Alkpote continue de marcher à un rythme infernal depuis le début de l’année 2016. En plus des deux albums sortis l’année dernière, l’aigle royal de Carthage en est déjà au neuvième épisode de la meilleure série des années 2010, n’en déplaise aux fanatiques d’heroic fantasy, Les marches de l’empereur. Et si cet épisode n’est pas le plus réussi niveau couplet (la puissance d' »Ultrapute » et « CandyMan est difficile à atteindre), la production est une véritable pépite, faisant certainement partie des plus grosses réussites de DJ Weedim, parvenant à allier plusieurs ambiances en variant les samples. Quant à Jones Cruipy, il fait probablement partie des victimes les plus solides de ces marches. – Xavier

Le 20 janvier : Demi Portion feat. Furax Barbarossa – Un jour viendra

Paru le 20 janvier dernier, 2 chez moi, le nouvel album de Demi Portion, se situe dans la continuité directe de Planète Rash : samples mélodieux, message positif et invités de prestige. Les amateurs du genre y trouveront leur compte, et nul doute que le projet fonctionnera sur scène. Peu de surprises donc, mais des moments forts, comme « Un jour viendra », qui peut finalement paraître inattendu, puisqu’on y retrouve en invité Furax Barbarossa dans un registre positif, chose suffisamment rare pour être soulignée. S’adaptant à l’univers de Rachid, il se permet même un refrain chantonné du meilleur effet, contrastant avec les ambiances plus sombres de ses morceaux solos. En outre, « Un jour viendra » constitue le premier morceau en duo des deux MC’s, qui ont eu l’occasion de se croiser à de nombreuses reprises sur des plateaux partagés. – Olivier

► Un jour viendra

Le 27 janvier : Sneazzy – N17 (Prod. Hugz Hefner)

« On recommence à m’sucer, l’impression d’être un genre de rookie. » Une sentence qui fait écho à une autre phase sur « Skurt Cobain » : « Je suis de retour comme Zinedine en 2005 » et qui sonne particulièrement juste au vu de la qualité des dernières apparitions de Sneazzy. Il est vrai que les projets solos qui ont fait suite à l’épopée 1995 n’ont pas réussi à convaincre, mais force est de constater que ces déconvenues semblent avoir conféré une envie d’en découdre et une énergie nouvelle au MC parisien. « Skurt Cobain », « Saturne », « N17 » … Autant de prestations réussies et remarquablement produites par Hugz Hefner, beatmaker au sein du label Seine Zoo connu pour son travail sur les deux albums de Nekfeu. « J’ai des mesures en stock donc j’arrive avec des projets tis-gra. » De notre côté on verrait bien un EP commun S.N.Z / Hugz. Mention spéciale à la mise en image sobre et soignée de Syrine Boulanouar, proche de Sneazzy et de son équipe depuis déjà quelques années. – Olivier

Le 2 janvier : Fadah – Marque-page (Prod. Zenghi Zen)

D’accord, c’est la troisième fois en quatre mois que nous avons choisi de sélectionner Fadah dans nos 10 Bons Sons. Mais que voulez-vous, on trépigne d’impatience et il faut dire que le Toulousain sait nous faire saliver en dévoilant ses morceaux au compte-goutte. « Marque-page » est donc le troisième extrait de Cet art, second album à venir du membre de Kilotone, Fadah. Sur une prod hypnotique de Zenghi Zen, le rappeur délivre une nouvelle fois une chronique envoûtante, mêlant son côté animal et brut de décoffrage à des choses plus touchantes et poétiques. Le clip, une fois de plus réalisé par Chaz Sandora, met en scène l’errance d’une jeune noctambule en proposant deux points de vues très immersifs, pour un rendu diablement efficace. – Clément

Le 23 janvier : Scoop & J.Keuz – Histoire de

C’est relativement rare, alors autant le signaler d’emblée : à Nantes, ce que l’on nomme schématiquement la forme et le fond se sont véritablement rencontrés. La fusion est signée Scoop & J.Keuz, capables de fournir un discours politique réfléchi, une technique de rime atypique et un sens de l’image prenant, sans que l’on en vienne à se dire qu’une dimension prime sur les autres. A l’ancienne dans la démarche mais ouvert à toutes époques et zones géographiques au niveau des influences, le duo beatmaker-MC en est à son troisième album commun, Maestria, à paraître le 6 février prochain. Histoire, semble nous dire l’extrait, de marquer le passage d’un prisme autocentré et désabusé à une approche plus globale ? – Manu