Autant vous le dire tout de suite, cette chronique n’est pas celle de quelqu’un qui sera objectif. Déjà, parce que son créateur est l’un de mes amis les plus proches, mais aussi parce que je suis un fan convaincu de sa musique. Fils Unique est le premier E.P de Kalimix. Cela ne veut pas dire que le beatmaker en est à son coup d’essai. Officiellement, c’est le troisième projet qu’il concrétise depuis la création de la NSP, sans compter ses nombreuses collaborations, dont les apparitions sur les vinyles de Bonkar (Tha meiji era vol.2) et Abraxxxas (Sirènes). Pour ceux qui le connaissent intimement, ce sont des années de musique et de pratique de divers instruments, d’exploration de différents styles qui se croisent et s’entremêlent.

Car la musique de Kalimix ne s’arrête pas à l’impression laissée par la première apparence. Sa finesse et sa profondeur nécessitent une approche différente, un apprentissage récurrent et une redécouverte permanente. Elle nous emmène là où l’on ne pensait pas arriver et nous ouvre d’autres perspectives une fois que l’on pense en avoir terminé. À l’instar des arts martiaux, chaque moment de pratique de Fils Unique est un instant de savoir partagé tant sur le ressenti que sur le technique. Soit, Kalimix n’est pas le plus connu des beatmakers, ni le plus prolifique. Il ne totalise pas un nombre record de buzz cette année et ses selfies sont rares.

Pourtant, la qualité technique de cet EP est à la hauteur de l’investissement du beatmaker. Passé par les studios de Milsources pour un perfectionnement au mix, Kalimix s’est aussi entouré d’une équipe sûre pour ce projet. Dj Spleen de la Storm a réalisé le master et l’artwork a été confié à Nicloas Sauge. Quant aux MC’s, on retrouve le beau linge du rap indé : Cozo et Bonkar et Dj Spleen de La Storm, Projay, Kilab, Atmostfear et même la participation d’un MCespagnol Eloi du groupe Herida Abierta. Kalimix a également fait participer son père à titre posthume dans un morceau hommage.

Je ne vais pas vous mentir. Cette tribune est pour moi l’occasion de vous montrer Ô combien le talent et la technicité sont au rendez-vous de ce premier EP très prometteur. Son efficacité musicale et son artwork sont dignes des plus grandes compositions de cette année. Alors je me dis que si j’arrive à convaincre ne serais-ce que 2% de la fan base du Bon Son de se procurer ce projet alors j’aurai réussi ma mission. Car au-delà de la conviction d’avoir trouvé un frère, je suis avant tout convaincu de la grandeur de Fils Unique.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager avec les petites icônes ci-dessous, et à rejoindre la page facebook  ou le compte twitter du Bon Son.