La profusion de sons de qualité ces derniers mois nous a parfois amenés à modifier nos 10 morceaux mensuels en 20 Bon Sons. Le retour aux 10 Bons Sons aujourd’hui n’est pas le signe d’un mois de novembre moins fourni, mais d’un choix rédactionnel. Les 20 Bons Sons ont fait disparaître le sens originel de cette sélection : trancher et sélectionner dans la diversité, pour ne retenir que ce qui correspond vraiment au goût du mois dans la rédaction. Véritable vitrine du site et révélateur de son identité, le retour aux 10 Bons Sons pour les mois à venir marque une renaissance des fondamentaux, ceux qui ont fait de cette sélection un petit événement mensuel du rap français.

Le 27 octobre : Jazzy Bazz – Rouler La Nuit

Le 1er novembre, Jazzy Bazz jouait à La Cigale, à Paris. Pour fêter ça, il balançait un morceau inédit : « Rouler la nuit ». Sur une prod’ jazzy/smoothy du 3.14 Band (composé de Loubensky, Monomite & Benamou), Jazzy Bazz excelle. Comme à son habitude direz-vous, mais il faut le souligner, le Jazzy Bazz reste lui-même. Cette ambiance douce et un poil spleenétique, ces lyrics sombres mais clairvoyant, ce flow « mielancolique »… On se croirait dans P-Town, et ce n’est pas pour nous déplaire. Démarre la Ford Fiesta, on a du bon son pour rouler la nuit. Clément

Le 6 octobre : Sneazzy – Skurt Cobain feat. Nekfeu (Prod. Hugz Hefner)

Si la tâche eut été plus complexe à réaliser sans une énième saveur du producteur Hugz Hefner en cette cuvée 2016, la prestation de Sneazzy sur « Skurt Cobain » n’en reste pas moins de haute volée. Alors qu’on l’avait laissé en 2012 sur un projet sans grand relief, le membre d’« udnc » semble avoir définitivement trouvé son créneau, via une forte identité sonore autant que visuelle – merci Syrine Boulanouar sur ce coup. La posture insolente n’a, elle, pas bougé, au point de toujours bloquer nombre de détracteurs de la première heure. Cela n’est pas notre cas, et si l’intéressé jugerait surement que « les vestes se retournent », nous évoquerions plutôt un glissement progressif du bouton stop au mode repeat, en parallèle d’une montée en puissance entamée il y a un bon moment déjà. Lâché isolément en début de mois, le morceau n’est autre que la piste n°4 de l’EP Dieu bénisse Supersound, disponible en libre écoute sur à peu près toutes les plateformes existantes – celle-ci, par exemple. Manu

Le 4 octobre : Saknes – La valise ou l’insulte (Prod. Mehsah)

En ce début octobre, Saknes a pris la bonne résolution de sortir un morceau par mois pendant qu’il prépare parallèlement son premier album solo. « La valise ou l’insulte » est le premier extrait de cette série qui permet au membre du groupe La Jonction de se replacer sur le devant de la scène.  Sur ce morceau, des thèmes qui font écho avec l’actualité : histoire de l’immigration, devoir de mémoire et sentiment de rejet expérimenté par les binationaux ayant grandi en France. Sur une instrumentale mélancolique du lillois Mehsah, Saknes dresse un constat amer et désabusé. Le morceau est sublimé par un clip de qualité réalisé par Tarmack Film. Celui-ci est tourné au Maroc dans les villes côtières de Rabat, Salé et Kénitra. Pour conclure, il est indéniable que « La valise ou l’insulte » aurait eu sa place dans notre dossier intitulé Mémoire historique et rap français. Nous vous invitons d’ailleurs à vous (re)plonger dans la lecture de cet article. Jordi

Le 1er octobre : Dosseh – Abel & Caïn (Prod. Therapy Music/Redrumusic)

Après plusieurs projets parfois décevants depuis le début des années 2010, Dosseh est de retour cette année avec son premier véritable album, les projets précédents n’étant qualifiés que de mixtapes, street-cd ou compilations. Alors que les premiers extraits de Yuri ne nous ont pas spécialement marqué, il en est tout autre de cet « Abel et Caïn ». Se référant aux personnages de la Bible et du Coran, le MC orléanais raconte dans un story-telling haletant l’histoire de deux amis associés qui gravissent ensemble les échelons d’un empire de drogue, avant que le cadet ne finisse par trahir son aîné, lequel lui adresse la sentence capitale. Le thème de base étant un cadre déjà traité maintes fois dans le rap français, Dosseh réussit le pari de ne pas tomber dans la redite, de par la forme très brutale du morceau et en « spoilant » la fin des événements dès le (très bon) refrain en début de morceau. Xav

Le 31 octobre : Prince Waly X Myth Syzer – Zéro feat Ichon

Il y a quelques semaines, nous interviewions Prince Waly. Le membre de Big Budha Cheez évoquait la sortie de son projet commun avec Myth Syzer, intitulé Junior. Après l’extrait éponyme de cet EP et l’excellent « Soudoyer le maire », c’est au tour du clip de « Zéro » d’éblouir la toile. La production de Myth Syzer est, comme à chaque fois, de haute volée, et conforte l’idée que le vendéen demeure un beatmaker hors pair.  Sur ce morceau, les deux compères ont convié Ichon, du crew Bon Gamin, à nous  livrer un couplet de feu. Enfin, il convient d’ajouter que les montreuillois ont particulièrement soigné l’imagerie de leur clip. Belles cylindrées, univers bétonné et code vestimentaire des 90’s se côtoient, faisant de « Zéro » un cocktail explosif et terriblement efficace. Jordi

Le 16 octobre : Ron Brice – Le Score (Prod. Just Music Beats)

Chaque morceau de Ron Brice est en soi une sorte d’évènement.  Peu exposé, le parisien n’en demeure pas moins l’un des artistes les plus doués et sous-cotés de la scène actuelle. Véritable perfectionniste, il attache une grande importance aux textes mais également au flow et à l’interprétation. Pour ce morceau, il a de nouveau fait appel aux talentueux producteurs marseillais de Just Music Beats avec qui il avait déjà collaboré sur son très bon projet #2028. « Score » demeure une véritable ode au dépassement de soi, à la ténacité, à l’entreprenariat et se veut destiné à toute une génération. Jordi

Le 18 octobre : Bastard Prod – Introduction (Prod. Crown)

Annoncé depuis quelques temps, l’album de la Bastard Prod (Furax, Sendo, Abrazif, 10vers et Toxine) s’annonce comme une véritable boucherie, et ce n’est pas cette « Introduction » dévoilée en ce mois de novembre qui nous fera penser le contraire. On retrouve l’équipe habituelle qui, avec Chaz à la caméra, nous sert un clip superbe dans la lignée du « Poids du mal » qui avait vraiment annoncé Testa Nera, le dernier album de Furax. Contrairement à ce à quoi on pouvait s’attendre, c’est sur une instrumentale de Crown que les toulousains ont décidé d’ouvrir l’album, mais aucun doute sur le fait que Toxine ne sera pas loin pour la suite. Quant aux textes, ils sont de ceux dont on se demande comment ils ont pu être trouvés, riches de multi-syllabiques et porteurs de sens dont l’interprétation est toujours à refaire : impossible d’en avoir fait le tour même après plusieurs écoutes. Encore une fois, la Bastard confirme son statut de poids lourd, non seulement du rap toulousain mais aussi du rap français. Vivement la suite ! Costa

Le 7 octobre : Seth Gueko – Maître de cérémonie

Lors de notre interview en janvier dernier, Seth Gueko nous avait confié, à propos de la prod de « Titi parisien » signée Hits Alive : « J’en ai gardé une deuxième pour le prochain album. » C’est donc sans surprise que nous assistons au retour du « Titi parisien », dans une version New Yorkaise cette fois-ci, présentant néanmoins quelques points communs avec l’hommage à la capitale française : les déambulations dans les rues loin des clichés carte postale, les références à la ville, et bien sûr cet instru boom bap d’une efficacité redoutable. Un clip hommage au berceau du hip-hop, pour un titre superbement produit, sur lequel le MC de Saint Ouen L’Aumône est venu apposer les grosses lignes et schémas de rimes qui le caractérisent. Olivier

Le 12 octobre : Haroun – L’antidote

Un inédit d’Haroun, c’est forcément une bonne nouvelle, une surprise bien venue. Alors que la Scred se fait silencieuse sur disque depuis quelques années (hors concerts), le Front Kick nous livre sans avertissement une nouvelle démonstration de force et de précision via cet « antidote », énervé et mordant, qui distribue des tartes dans tous les sens. Le Zonard s’en prend aux « couvs de magazines », aux « promesses » et « plans sur la comète », ainsi qu’aux radios, car « rares sont celles qui jouent le jeu », au cours d’un kung-fu furieux et libérateur. « Plus on prend d’coups, plus on apprend à les rendre », nous sommes prévenus. A noter la production énergique, tout aussi fine et percutante, composée par Haroun lui-même et entrecoupée d’une référence incontournable du cinéma de Michel Audiard. Antoine

Le 22 octobre : Gérard Baste – Shoobeedoowap (Prod. Ill Heaven)

La rengaine des vieux rappeurs qui déboîtent encore les plus jeunes générations n’est pas nouvelle. Mais peu savent le signifier avec autant d’humour et de style que Gérard Baste aka Le Prince de La Vigne qui vient (enfin) de sortir son album le 28 octobre. Sur « Shoobeedoowap » le vétéran assène des vérités, balance quelques exagérations à pouffer de rire sur une production du nordiste Ill Heaven. À consommer sans modération. Avec un verre de pif, forcément. Green

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager avec les petites icônes ci-dessous, et à rejoindre la page facebook  ou le compte twitter du Bon Son.