Alors que l’été est parfois une période relativement calme en termes de sorties, cette fournée de Bons Sons US est double. Entre collaborations surprises (Mac Miller & Anderson .Paak), bandes originales de film (The Land), titres lâchés après des mois d’abstinences (Da$h), albums attendus (DJ Khaled), ou encore le beef Drake-Joe Budden, on ne savait plus où donner de l’oreille le mois passé. Petit retour en musique sur ces prolifiques 31 jours outre-Atlantique.

Clams Casino – Be Somebody feat. A$AP Rocky & Lil B

Clams Casino nous avait laissé en juin avec « All Nite ». Un featuring de haute tenue, avec pour invité Vince Staples, un morceau qui laissait présager le meilleur pour le nouvel LP du maître de la nappe aérienne. Toujours dans des ambiances à la croisée des chemins, le natif du New Jersey nous balance finalement 32 levels mi-juillet. Le producteur montre qu’il est un de ceux qui, aux carrefours des possibles, savent explorer toutes les voies, sans pour autant se perdre en incohérence. Si nous le connaissons pour ses productions trap avec la clique ASAP Mob par exemple, Casino est capable de passer de la trap donc, à l’eletronica à l’accent trip-hop, voire à une sorte de pop-rock (« Into The Fire ») que les chantres de la bande FM grand public ne renieraient pas. On aime ou non ce mélange, mais force est de constater que Clams Casino est un touche-à-tout qui maîtrise sur le bout des doigts sa boîte à rythmes. On a forcément choisi un des morceaux les plus hip-hop de cette magnifique sélection qu’est 32 Levels. Un bon petit downtempo avec son poto A$AP Rocky, et Lil B.

WestSide Gunn – Pissy Work feat. Benny (Prod. Daringer)

Encore un mois qui passe, encore du son de la team de Griselda Records. Petit à petit, l’écurie originaire de Buffalo, NY, et basée à Atlanta est en train de laisser son empreinte sur le rap US sans jamais lasser, loin de cette tendance trap, sans pour autant taper du boom bap rond un peu trop classique. WestSide Gunn ou encore Conway posent majoritairement sur des instrus downtempo, parfois un peu crades, froidement efficaces. Imagine un paysage urbain ravagé, à tendance apocalyptique, c’est la prod de Daringer. Rajoute deux mercenaires qui y défouraillent tout ce qui leur barre le chemin, ce sont Benny et WestSide Gunn. Le résultat c’est ce « Pissy Work », sorti sur le projet There’s God and there’s FLYGOD, Praise Both.

Conway – Cooked In Hell’s Kitchen (Prod. Daringer)

Daringer récidive en juillet. Et c’est pourtant l’auditeur qui prend la double peine. Après un EP de grande qualité avec WestSide Gunn (cf. ci-dessus) Tommy Daringer refourgue de l’instru pour Conway. Toujours à la limite des ambiances pesantes ou glauques, Conway pose un rap désinvolte mais efficace sur ces drums entêtantes. C’est comme du Temples Of Boom encore plus enfumé, plus dirty, ça te chatouille les synapses, et te file le petit frisson qui active le hochement de tête pendant trois minutes.

Da$H – Now Or Never (Prod. V’Don)

Da$h c’est un de nos poulains depuis les tribulations rapologiques de son premier opus, l’excellent mais trop court Caveman Files, sorti en 2011. Tout ça ne nous rajeunit pas… Depuis, 3 projets (V.I.C.E.S, Skrewface et 17 More Minutes) et beaucoup de featurings (A$AP Worldwide, Earl, MacMiller, RetcH) mais malheureusement, rien en 2016. Le 3 juillet dernier, le natif du New Jersey nous a donné de ses nouvelles avec un seul titre : « Now Or Never » produit par V’Don. Quelques notes de piano, une grosse basse, un beat qui percute, les ingrédients restent les même mais l’efficacité ne change pas… On aime ce chicano et il nous tarde d’écouter son prochain projet.

AFRO Polo – Sunshine And Flowers (Prod. Marco Polo)

A-F-R-O est un des rappeurs les plus talentueux à l’heure actuelle, aussi technique en studio qu’inventif en termes d’impro. Il suffit d’écouter ses projets ou de regarder son freestyle chez Jimmy Fallon pour convaincre les plus sceptiques. Sur cet EP, un des meilleurs de ces sept premiers mois de 2016, il se délecte des productions de Marco Polo. Le vétéran canadien ne déçoit jamais et fournit le parfait terrain de jeu pour le jeune MC new-yorkais (19 ans). Sur leurs 6 pistes sorti mi-juillet, les deux font un sans-faute. L’extrait « Sunshine And Flowers » détonne un peu de par ses accents west-coast, et sera l’idéale bande-son des prochaines virées estivales dans ta gova.

Young Buck – Plug Money (Prod. Cassius J)

Toujours pas de quatrième album pour le légendaire membre de G-Unit qui approche lentement mais sûrement de la quarantaine. Mais le quatrième volet de ses mixtapes « 10 » avec DJ Whoo Kid. Après 10 Bullets, 10 Bricks et 10 Pints, voilà 10 Bodies. La recette est toujours la même, rien de bien novateur mais du gros banger qui donne la pêche dès le matin.

Juicy J – Blue Bentley (Prod. TM 88)

Encore un old timer qui a su évoluer avec son temps. Alors qu’il vient de fêter ses 41 ans, le Memphisien n’a jamais semblé si jeune, la MDMA dans le lean aidant très certainement à garder cette forme olympique. Toujours est-il que le MC-producteur en est déjà à sa 5ème mixtape depuis 2015 et ne compte pas s’arrêter là puisque son 4ème album solo est prévu pour cette année. Lit In Ceylon est évidemment à télécharger gratuitement et fortement conseillé pour les amateurs du genre.

Jeremih – Stockholm (Prod. Soundz & Kevin Cubeatz)

Parce qu’il faut aussi un peu de douceur dans ce monde de brutes, surtout en ces périodes troubles, on vous conseille également la mixtape conceptuelle du chanteur de R&B Jeremih qui revisite les nuits dans différentes villes d’Europe. Et c’est ce doux et légèrement mélancolique « Stockholm », avec cette dernière note de la sublime boucle de piano qui nous a littéralement transportés qui a gagné les voix du jury. La mixtape, produite en grande partie par Soundz, est presque un sans-faute.

Lil Durk – True (Prod. Sonny Digital)

Longtemps repoussé, le deuxième album du jeune MC chicagoan a enfin vu le jour en ce mois de juillet. Comme attendu, c’est un album qui suinte le drill de la ville des vents, où chaque mesure transpire le vécu. Et c’est « True » que nous avons décidé d’extraire, premier single annonçant la sortie et vrai banger des familles produit par l’inévitable Sonny Digital.

21 Savage & Metro Boomin – No Advance (Prod. Metro Boomin)

Il est natif de Géorgie, a 23 ans, rappe, a déjà posé avec Gucci Mane et invite Future sur son premier projet studio. Lui, c’est 21 Savage, un des Freshmen de la cuvée 2016 de XXL. En ce 15 juillet, il nous lâche son nouveau projet, le premier studio donc. Entièrement produit par son pote Metro Boomin, on plussoie le choix du magazine américain de placer le jeune rappeur sur sa liste des nouveaux talents. Avec cette pépite, on ne sait pas si c’est 21 Savage qui colle aux beats lents de Metro Boomin ou l’inverse mais le résultat est détonnant. Celui qui produit pour Future, Young Thug, Kanye et bien d’autres, nous livre un 32 minutes de toute beauté sublimée par la voix erratique de Savage. Erratique ou possédée, on ne sait plus très bien.

BLu & Nottz -The Truth (Prod. Nottz)

Après un premier EP commun il y a 3 ans (Gods In The Spirit), Blu & Nottz, en forme olympique, nous refont le coup de la mythologie avec Titans In The Flesh. Nottz a probablement trafiqué l’orgue de l’église du coin de la rue pour « The Truth », et c’est un vrai bonheur. Il en profite pour inviter la chanteuse Shateish, connaissance de longue date. Ses refrains sont divins. L’angeleno Blu, qu’on kiffe particulièrement ici,  n’a plus qu’à finir le taf.

Cousin Stizz – Every Season (Prod. Cardo) 

Il y a quelques mois, Le Bon Son sortait un dossier consacré à l’histoire du rap de Boston, en passant outre l’arrivée de Cousin Stizz qui ne commençait que doucement à émerger. On entrevoyait de la qualité, pas encore assez pour nous convaincre de le placer dans la case « relève ». Bien mal nous en a pris, car depuis sont sortis deux très lourds projets : Suffolk County en juin 2015, et Monda, le 1er juillet dernier. On aurait pu vous causer de 500 Horses, single sorti de manière anticipée fin juin, tellement ce titre est envoûtant. Mais on a privilégié un son sorti en juillet, en même temps que le reste de l’opus. Voici « Every Season », mis en musique par le désormais incontournable Cardo.

Joe Budden – Wake (Prod. Araabmuzik)

Joe Budden s’amuse comme un petit fou à trasher Drake. On ne sait finalement plus très bien qui a allumé la mèche entre le Canadien et le membre de Slaughterhouse. Budden était a priori vexé suite par titre « 4PM in Calabasas », sur lequel Drake tente de tacler le new-yorkais. Les dites piques étant visiblement consécutives à la critique sévère mais juste du passable album de Drake, VIEWS. Budden y expliquait que Drizzy ne progressait plus et n’était porté que par les productions de Noah Shebib aka 40, qui lui faisait montre de son talent.

Au final, de notre côté on se fout un peu de ces chamailleries, mais on aime bien sortir le popcorn, se marrer, puis juger le matos sur la bande audio. Et si, sortant track sur track pour bouffer du Drake, Budden est accusé de vouloir se (re)faire un nom, il n’y a pas photos entre les deux supposées diss tracks de Drake (« 4PM in Calabasas » donc, et « No Shopping » avec French Montana) et celles de Budden, sur lesquelles on se rappelle que le Joe est un vétéran à la gouaille intarissable, et le boss de Ovo, l’ancien acteur du sitcom DeGrassi. Joe Budden rappe, Drake fait de la pop. Au fait, il se murmure qu’Eminem pourrait rentrer dans la danse pour tacler lui aussi le Champagne Papi.. wait and see.

The Other Guys – Fruits Of Our Labor

Quand on pense Washington DC et hip-hop, on pense à Wale ou encore Oddisee. The Other Guys ne sont pas franchement cités parmi les hip-hopeurs dans la ville du Capitole (celui des USA, pas celui de Toulouse). Et c’est bien dommage tant leur hip-hop smooth réchauffe l’atmosphère. À la manière d’un Oddisee justement, ces deux cousins, Mighty Joe et Insanate, utilisent souvent de vrais instruments pour leurs beats, aiment les cuivres enivrants, les douceurs du piano, et délivrent le rap de monsieur tout le monde. Loin des clichés d’un son gonflé à l’égo, sans pour autant tomber dans le rap conscient trop scolaire. Excellent, Life In Analog est un must-listen de l’été, sur lequel on retrouve notamment le rappeur Skyzoo.

Mac Miller – Dang! featuring Anderson .Paak (Prod. Pomo)

Le mois passé, en proposant nos 10 Bons Sons US, on conseillait d’en glisser quelques-uns dans vos summer tapes pour alimenter vos BBQ parties. S’il y a ce mois-ci un son encore plus frais et plus sucré qu’un mojito, c’est ce « Dang! » parfaitement dosé, aperçu du prochain album du rappeur de Pittsburgh exilé à LA aka Mac Miller. Une ode à l’amour et ses complications, qui s’écoute (pour les plus chanceux) au bord de la piscine. Love is in the air.

Fashawn – Cisco’s Theme (Prod. Hecktick and Jukebawks)

Voici un titre issu d’une BO qui regroupe Erikah Badu , Fashawn,  Dave East, Nas, Kanye West, French Montana, Pusha T, ou encore le prodige electro/hip-hop Nosaj Thing. Cette Original Soundtrack est issue du film The Land, sorti le 29 juillet aux USA. Narrant l’histoire de kids de Cleveland qui tentent de percer dans l’univers du skate et rencontrent des fortunes diverses, le film, comme la BO, est produit par Nas. Avec la présence de Machine Gun Kelly ou bien encore Erykah Badu à l’écran, nous jetterons certainement très prochainement un oeil à cette oeuvre. En attendant, la BO estampillée Mass Appeal (le label de Nas) fait le taf plus que bien. On y retrouve par exemple un Stalley au meilleur de son rap, et un Fashawn de retour sur le devant de la scène après un second album décevant en 2015 (The Ecology). Faisant suite à un amer « Mother Amerikkka » (notez les trois « k »…) mi-juillet en référence aux luttes raciales aux USA ces dernières semaines, le californien de Fresno revient cette fois sur The Land avec les mêmes producteurs (Hecktick & Jukebawks) pour un « Cisco’s Theme » aux beats tout en rondeurs.

Sa-Roc – World War II (Prod. Sol Messiah)

Rhymesayers, on ne le répétera jamais assez, figure au rayons des labels US favoris de notre rédaction (voir ici). On pensait d’ailleurs placer « Ringo », un des singles d’Atmopshere annonçant l’arrivée prochaine de leur onzième album. C’était sans compter sur le flow de la rappeuse Sa-Roc, qui dégage Slug et Ant de notre sélection. Le flow est raw, le beat est énervé, ça tape, mais ça ne dure que deux minutes. Heureusement, le soundcloud de Rhymesayers regorge de nouvelles tracks de cette MC, qu’on va suivre de très près à l’avenir.

Nipsey Hussle – Questions #1 (Prod. Myguymars & Mike & Keys)

Des sonorités west coast dans la droite lignée des classiques du genre, un clip tourné dans les rues de South Central, un couplet de Snoop qui ravira les fans de la première heure… Le rappeur de Los Angeles Nipsey Hussle a su frapper fort avec « Question #1 », paru le 4 juillet dernier, tout en continuant son #MarathonMondays consistant à lâcher un nouveau morceau chaque lundi sur son Soundcloud. Reste à savoir si comme pour Mailbox Money sorti en 2015, le prochain album coûtera lui aussi 1000 dollars dans sa version physique (tout en étant disponible gratuitement en numérique).

Ras Beats – Wit No Pressure feat. Roc Marciano (Prod. Ras Beats)

Le relativement méconnu new-yorkais Ras Beats invite un de nos rappeurs préférés en la personne de Roc Marciano. Sans révolutionner le genre, le titre tape dans les clichés du son la Big Apple pour le plus grand plaisir des nostalgiques du son new-yorkais d’antan. Issu de l’album Control Your Own, album autoproduit qui rassemble sur une même galette Sadat X, O.C., Masta Ace ou encore Elzhi

DJ Khaled – I Got The Keys feat. Future & Jay-Z (Prod. Southside, Jake One, G Koop)

Petite entorse au réglement pour ce son sorti à la toute fin du mois de juin mais dont le superbe clip est sorti le 3 juillet, single du dernier album de DJ Khaled, Major Key, sorti fin juillet. Contrairement à une grande majorité de la critique US, l’album n’a pas tant que ça percé nos tympans, même l’apparition de Nas, sur un sample des Fugees, manquant singulièrement de fraîcheur. L’ensemble sent le réchauffé de DJ de mauvaise boîte de nuit. En revanche, cette collaboration avec le boss de la trap Future et le grand Jigga a de quoi retourner n’importe quel baffle. Entre le répétitif gimmick « I got the Keys, Keys, Keys » de Future, et le rap si classieux de Jay-Z, s’immisce l’instru parfaite pour ce choc des titans. Dommage qu’elle ne soit pas signée Khaled.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager avec les petites icônes ci-dessous, et à rejoindre la page facebook  ou le compte twitter du Bon Son.