Juillet et août sont souvent synonymes de trêve estivale pour les rappeurs, ces derniers préférant sortir leurs projets en dehors de cette période réputée plutôt défavorable aux ventes de disques. Juillet 2016 n’a pas dérogé à la règle, se révélant plus calme que les mois précédents, mais concentré en qualité.

Le 4 juillet : Népal – Bizarre city feat. M le Maudit

Qui de mieux qu’un gus au patronyme de serial killer pour dépeindre une « city qui rend les gens tarés » ? Accompagné de M le Maudit, Népal (lire notre récent focus) en revient encore et toujours à Paname, « comme pigeon malade ». Encré dans le milieu urbain du rappeur, le morceau « Bizarre city » sort largement du lot parmi les douze sons de 444 Nuits, double-EP en demi-teinte, entre morceaux un poil mous et fulgurances propres au MC du Dojo. Force est, en tout cas, de constater le mérite de Népal à explorer une large palette de genres. Le sens de la formule s’affirme tout au long du projet, ce n’est donc pas une surprise d’y retrouver Fixpen Sill – avec un Walter devenu Waltmann – mais aussi Doum’s, en plus du membre des Tontons flingueurs précédemment cité. Côté production, KLM confirme définitivement sa maîtrise – preuve en est avec « Bizarre city » – et se forge peu à peu une réelle identité sonore. Diabi (sur l’intro « Laisse rouler »), Stratega (pour l’énervé « Overdab ») et le groupe Fox Hound (avec le macabre « Malik Al Mawt ») le secondent joliment.

Le 8 juillet : Damso – Amnésie

Seulement 6 mois après son recrutement au sein du 92i, Damso est passé d’un couplet remarqué sur le titre « Pinocchio » de Booba à l’étape cruciale du premier album. Mais ce n’est pas un rookie pour autant malgré son jeune âge, avec plus de 10 ans de rap au compteur, les nombreux titres disponibles sur la toile venant témoigner de ses talents de kickeur et de beatmaker. Il est clair que le Bruxellois ne compte pas ses heures passées en studio, et à l’écoute de Batterie Faible, son potentiel crève les yeux, même si certains textes semblent avoir été plus travaillés que d’autres. Le plus souvent dans une posture hardcore propre aux rappeurs de son crew, Damso est parfois capable de se livrer dans des morceaux plus personnels avec une justesse remarquable. Dans ce registre-là, le point d’orgue est atteint avec « Amnésie », un texte poignant remarquablement interprété, dans lequel le membre du 92i se raconte au travers d’un évènement particulièrement sombre survenu à l’adolescence.

Le 7 juillet : Guizmo – Mon CV

C’est ce Guizmo qu’on aime. Alors, certes, il en faut pour tous les goûts et l’auteur sait se diversifier, mais son album #GPG sorti en juin ne nous a pas franchement convaincu. On le sentait étriqué, peu à l’aise dans l’univers trap, car il faut reconnaître que certains morceaux comme « Pillave » ou « Rescapé » nous avaient déçus tant dans l’écriture que dans le choix d’instru assez discutable. Et là, le premier extrait de son prochain album nous a remis en scelle pour l’été. Peu sont capables de kicker de longues minutes comme Guiz’, à parler rue et argent sale sans ennuyer l’auditeur. Dans la lignée des morceaux « André », « Ma haine est viscérale » ou « C’est tout », il saigne une boucle longue et agréable, sur laquelle il revient sur son enfance et son adolescence, avec technique et rimes de compétition.

Le 21 juillet : Hugo TSR – Là-Haut (Prod : Art Aknid)

C’est avec un nouveau son et un clip que Hugo du TSR Crew a annoncé la sortie prochaine de son album. Aucune date n’a pour l’instant été communiquée mais on peut supposer que celui-ci arrivera assez tôt et sans promo. Pour le moment, « Là-Haut » a tout de l’hymne que connaîtront par cœur les auditeurs : une instrumentale mélodieuse d’Art Aknid, des phases à n’en plus finir et ce flow caractéristique qui permettent à Hugo de dépasser le million de vues sur Youtube sans forcer. Il y a définitivement quelque chose de magique chez ce rappeur, car s’il continue de faire la même chose, on kiffe pourtant toujours autant.

Le 3 juillet : Nem’s – Ma plume (Prod : Vic Grimes)

Lors de notre édition des 10 Bons Sons de juin, nous avions mentionné le très bon couplet de Nem’s sur le freestyle annonçant la sortie de la mixtape Nid de Renard Volume 3. Quelques jours plus tard, l’avignonnais revenait en force avec la parution du morceau « Ma plume ». Installé depuis quelques mois à Londres, il nous livre un clip en noir et blanc tourné intégralement dans la capitale anglaise et réalisé par ses soins. Plume soignée, flow juste et maitrisé collent à merveille sur l’instrumentale de Vic Grimes. On retrouve clairement dans le travail de Nem’s l’influence du rap français de l’ancienne école. Le jeune rappeur est en train de démontrer mois après mois qu’il faudra compter sur lui à l’avenir. En espérant qu’un projet est en préparation…

Le 31 juillet : Despo Rutti feat. Seth Gueko & Lino – La main de Dieu

Le 31 juillet dernier, Despo Rutti vendait lui-même son album Majster en avant-première dans les rues du Nord Est parisien. Inutile de revenir sur les nombreux rebondissements qui ont entouré cette sortie, un paragraphe ne suffirait pas, et ce qui nous importe ici est le contenu de ce double CD, unique et déroutant, impossible à décortiquer après seulement quelques écoutes. « La main de Dieu », en featuring avec Seth Gueko et Lino, fait figure d’exception puisque comme on pouvait s’y attendre, elle constitue une avalanche de punchlines de haute volée, les trois MC’s brillant sans sortir de leurs registres habituels.

Le 27 juillet : LaCraps – J’les écoute plus (Prod : Nizi) / Mal aimés (Feat. Lélé – prod : OBL)

Pour annoncer son nouvel album, Les preuves du temps, LaCraps n’a pas fait les choses à moitié mais plutôt en double en envoyant deux extraits clippés le même soir, deux morceaux qui tranchent avec ce qu’il a pu livrer dans Machine à écrire et 42 Grammes, ses deux précédents projets. En effet, sur « Mal aimés » le MC Montpelliérain pose ses rimes sur une boucle de guitare flamenco accompagné du chanteur Lélé au refrain, quand « J’les écoute plus » démontre qu’il est également capable de briller et de mettre du sens sur une prod aux sonorités « cloud », avec un refrain qui n’a rien à envier aux références du genre. On est curieux de savoir ce que contiendra le reste de l’album à venir, verdict début octobre.

Le 14 juillet : Kery James – Racailles (Prod : Suther Kane Films)

« Racailles » de Kery James est le quatrième extrait de Mouhammad Alix, le prochain album du rappeur d’Orly qui sortira le 30 Septembre. Kery James a frappé fort. Quasiment sept minutes de phases qui mettent des mots sur ce qui sépare la classe politique et les citoyens. Véritable appel à la révolte face aux conditions de vie actuelles produites par un système capitaliste de plus en plus inégalitaire, la sortie de ce titre le 14 juillet est d’ailleurs hautement symbolique. Futur classique à ajouter à la longue liste de Kery qui comprend entre autres les « Lettres à la République », « Banlieusards » ou « Constat amer ».

Le 11 juillet 2016 : Oumar – Jour de paix (prod : Proof)

Un peu plus d’une année s’est écoulée depuis que Din Records nous avait présenté Oumar. La fraîcheur du titre « Dans ma bulle », musicalement comme lyricalement, avait quelque chose de vivifiant. Après la sortie de son EP Training Day, Oumar s’était alors fait plus discret, et c’est avec plaisir qu’on le retrouve ce mois de juillet pour le titre « Jour de paix ». Sur une instrumentale minimaliste et pesante signée Proof, Oumar nous offre une interprétation pleine d’émotions et de poésie. Un son qui colle des frissons, à écouter dans une atmosphère calme avec une attention toute particulière pour être apprécié pleinement.

Le 24 juillet : Tekilla feat. Melan, Nedoua, DF, Seär Lui-Même, Skary, Kema, AD, Lacraps, Poupa, Yesima, Funky Armenico, Vin’S, Waza, Zicler, Sentin’l, Yoshi, Lario Nowhere, Abrazif, Skope, Vik & YWill – Insolents (Prod : Axiom)

Le 24 juillet dernier Tekilla a fêté ses 30 ans, l’occasion d’inviter quelques potes à souffler les bougies autour d’une boucle de piano signée Axiom, et de rappeler que malgré les années qui passent, l’insolence est toujours de mise… Les quelques potes étant en réalité une belle brochette de 21 MC’s d’âges et d’horizons divers, un casting soigné venu épauler le membre d’Emtooci sur ce nouvel extrait de son album à venir, Le retour du sombre héros.