Avril est passé. Le moment est donc venu pour nous de vous livrer une belle sélection de printemps. Le retour de ScHoolboy Q, l’émergence de Lil Uzi Vert, Curren$y qui balance son 1254ème son de l’année. L’effervescence est une constante dans le hip-hop nord-américain. Nord-américain, car comme en mars avec Jazz Cartier, des Canadiens s’invitent à nouveau dans cet échantillon de nos sons préférés. Et ce n’est pas la sortie de l’album de Drake, peut-être le plus gros évènement médiatique hip-hop du mois passé, qui atténuera l’impression que le pays du Grand Nord pèse de plus en plus. Alors oui, nous classons (à tort ?) ces artistes en « Bon Sons US », tant des similitudes existent entre les deux pays, et tant le Canada jouit des influences américaines ; mais par cette introduction, nous voulions rendre hommage aux artistes d’un pays souvent fier de ses particularismes. Pour le reste, comme souvent, on a concocté une sélection hétéroclite : du sale, du grave, de la trap, du classique, de l’ensoleillé. Vous devriez y trouver votre compte. Bonne écoute !

Le 1er avril : Big Twins & Twiz the Beat Pro – Take Away the Lies (feat. The Alchemist & Evidence)

On frissonne avec TNT , dernier projet de Big Twins, produit entierement par Twiz The Beat Pro. Les ambiances sont sombres à souhait, Queensbridge dans le cœur, haine dans les tripes. Classique pour le tiers d’Infamous Mobb, dans ce genre de délire depuis son crépuscule. Cet extrait invite les Step Brothers aka The Achemist et Evidence pour un titre qui pue la street, dans les flows, la boucle utilisée, les thèmes… Straight outta QB.

Le 4 avril : ScHoolboy Q – Groovy Tony (prod. Tae Beast)

ScHoolboy Q ne s’arrête plus. Oxymoron a déjà deux ans, et on commençait doucement à piaffer d’impatience. Mais à la faveur de deux titres, le Q a montré qu’il faudrait compter sur lui en 2016. Le mois dernier il nous avait définitivement convaincus en s’invitant sur Let It Bang d’A$AP Ferg. Ce mois-ci c’est en solo qu’il vient livrer du flow. Se rêvant en Tony Montana moderne, il découpe la production de Tae Beast, compositeur attitré de Top Dawg Entertainment. Le clip est superbement réalisé, alors associé à sa voix éraillée et à ce flow qui sonne la folie pure, on imagine volontiers ScHoolboy Q en dangereux trafiquant.

Le 8 avril : Kaytranada – Glowed Up (featuring Anderson .Paak)

Ce n’est plus une surprise pour personne, on en parlait en introduction: le Canada présente une scène musicale toute aussi chaude que son hiver est froid. On citait quelques noms çà et là par le passé : Buck 65, K-Os, Saukrates, Swollen Members, Marco Polo, les québécois Dead Obies. De la qualité souvent restée dans l’ombre du voisin états-unien des années 90 au début des années 2000. Mais aujourd’hui la donne est un peu différente. Certes, personne n’imagine détrôner les américains du sommet du hip-hop. Mais les producteurs ou rappeurs éminents, et reconnus comme des papes de leurs professions s’émancipent de l’autre côté des chutes du Niagara. On pense à la superstar Drake, forcément. Mais la sortie en mai de l’album du montréalais Kaytranada, 99,9%, fait aussi figure d’évènement dans le hip-hop spé. Ce n’est pas ce featuring anticipé avec Anderson .Paak, génie adoubé par la presse internationale, et par  Dre lui-même, qui nous fera mentir. Le touche-à-tout (rap, chant, instrus…) de Los Angeles s’éclate avec le producteur du Québec. Best of both worlds. Ça se joue des nappes, des synthés, des basses, pour notre plus grand plaisir.

Le 15 avril : Lil Uzi Vert – Ps & Qs (prod. Don Cannon)

Nouvelle sensation trap venant de la jolie ville de Philadelphie, le petit Uzi Vert a sorti en ce mois d’avril une mixtape surprise, Lil Uzi Vert vs The World. Et pour une surprise, c’en est une très bonne, ce 9 titres s’écoute d’un trait sans lasser. Le jeune rappeur a absorbé tout ce qu’il pouvait, pour en ressortir du son marqué par son époque, dans sa façon de poser, de chantonner ou d’utiliser les instruments de modification vocale. Vrai son actuel, et EP gratuit à se procurer d’urgence.

Le 16 avril : Curren$y – Grand Theft Auto (prod. PURPS)

Un 4/20 sans un projet de Curren$y, ça n’existe plus depuis belle lurette. Et cette année, l’ultra productif MC de la Nouvelle-Orléans s’est associé au beatmaker PURPS pour nous offrir cet excellent Bourbon Street Secrets qui est déjà son 5ème projet cette année. Nous avons choisi cet extrait, hommage à la vie menée dans le célèbre jeu vidéo, où le Louisianais traîne son flow nonchalant sur une production, une fois n’est pas coutume, plutôt violente et agressive.

Le 20 avril : Mac Miller – Headaches & Migraines (featuring Dave East) (prod. Cardo)

Le 20 avril est la journée internationale des fumeurs de zeb. Pour fêter ça, et c’est presque devenu une tradition chez certains rappeurs (cf. juste au-dessus), Mac Miller a sorti quelques sons. La mixtape s’appelle Smoke Till I’m Dead et le natif de Pittsburgh y cache quelques savoureuses productions, comme celle-ci signée Cardo. On n’arrête plus le compositeur de chez Gold Mobb qui pond pépite sur pépite pour les MC les plus talentueux : Jay Rock, 2Chainz, Jeezy, Curren$y et on en passe. Sur cette piste, Dave East, vient tout droit de Harlem pour lui aussi fumer du micro et raconter ses « Headaches & Migraines ». On aurait pu balancer d’autres sons de Mac Miller ce mois-ci, comme ses !Go Fish! postés sous son nom de producteur Larry Fisherman, mais c’est ce titre qui nous aura le plus fait remuer.

Le 20 avril : DJ Quik & Problem – Rosecrans (featuring The Game & Candace Boyd)

Avec le semblant d’été qui commence à pointer un bout de sa tronche, il est temps d’écouter ce fameux son de l’ouest qui va si bien avec le moindre rayon de soleil. Et DJ Quik, le soleil, c’est son métier. Dans son nouveau projet, commun avec Problem, on se prend toutes sortes de gifles douces, comme ce titre éponyme avec Game et le refrain estival de Candace Boyd. A siroter dans la tranquillité la plus totale accompagné de tes meilleures tongs.

Le 22 avril : A$AP Ferg – Yammy Gang (feat A$AP Mob & Tatiana Paulino) (prod. Cashmere Cat)

On vous en parlait le mois dernier en disant que le deuxième opus d’A$AP Ferg devrait faire parler et sonner comme un des albums retentissant de cette années 2016. Eh bien on ne vous avait pas menti ! Oour l’occasion, Ferg a réuni Rocky, Nast et Twelvyy, les membres les plus connus du posse pour une commémoration de la mort de A$AP Yams, le fondateur du collectif. Cerise sur le gâteau, on a même droit à une intervention de la mère de Yams à la fin du morceau qui fait savoir qu’il faut continuer de prolonger l’héritage de son fils.

 

Le 26 avril : Green Sllime & Mick Jenkins – Zoo (prod. Green Sllime)

« Don’t ask me a question about something you saw in the tabloids. Don’t try to antagonize me. Because you know what? It’s not safe for you in the zoo. You know, never think that I’m not from Chicago for one second ». C’est avec ces mots de Kanye West en interview chez Jimmy Kimmel que Green Sllime introduit le zoo de Chicago. Sa production toute en saleté, froide, limite oppressante emmène tout d’abord Mick Jenkins parler de son Southside natal. Que ton interlocuteur soit thug ou non,  ne lui manque jamais de respect s’il vient de ce coin. Ce serait dangereux : « It’s not safe for you in the Zoo ». Ces mots sont proférés par Kanye comme une devise, et Green Sllime, habituel DJ de Jenkins, en fait aussi l’écho au micro pour défendre l’étendard chicagoan. Pendant 4 minutes de quotidien morne, sur un BPM au ralenti, on devine la dangerosité d’un des quartiers les plus chauds des USA.

Le 28 avril: Drake – Grammys (feat Future) (prod. Noah Shebib & Southside)

Comment ne pas mentionner le raz-de-marée opéré en fin de mois par le MC canadien et ses 1,2 millions de copies vendues en une semaine de son quatrième album Views. Sur « Grammys » , Drizzy a invité l’autre monstre de la scène américaine en la personne de Future. Et paradoxalement, ce morceau visant à revenir sur les carrières des deux protagonistes qui ont vu Drake se couvrir d’un Grammy, de multiples nominations, et Future rester vierge de tout palmarès dans ce domaine, est le théâtre d’une humiliation nette et sans bavure du MC d’Atlanta sur l’album du boss du rap game. En attendant la sortie de Monster 2, Future continue son opération de conquête du trône avec une main de maître.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager avec les petites icônes ci-dessous, et à rejoindre la page facebook  ou le compte twitter du Bon Son.