Trop peu présent dans nos colonnes, le hip-hop québécois, à l’instar de son voisin nord américain ou de son cousin français, a connu une année prolifique et chargée en sorties. C’est pourquoi nous avons fait appel à Sam Rick (que certains connaissent peut-être pour ses faits d’armes chez nos partenaires de Reaphit.com ou son émission hebdomadaire Hip Hop Café Radio à Montréal), spécialiste de la question, afin de nous livrer une sélection non-exhaustive de 10 morceaux de rap québécois sortis en 2015, rien à câlisser que vous avez du mal avec l’accent.

Monk.E – Cashdown

Esclavage, Exode & Renaissance, cette succession de phases derrière laquelle se cache ces idées d’émancipation et d’affranchissement pour ce vétéran emcee, peintre et graffeur montréalais, membre en règle du collectif K6A : Monk.E. Il nous présentait son 5ème album solo et unanimement le plus abouti de tous. Amoureux du rap et ses dérivés, que ce soit l’expérimental, le boom-bap, la trap, le roots reggae et la musique latine, Monk.E nous propose, dans cet optique, une palette colorée et variée de sonorités avec une liste de producteurs impressionnante et surtout, très montréalaise. Bandcamp Monk.E

Les Gens D’Air – O.D.

Le duo québécois le plus familier chez Le Bon Son est certainement celui de Les Gens D’Air, formé des vétérans emcees et producteurs Aspect Mendoza & El Cotola. L’accouplement inattendu de l’année dans le rap québécois s’est effectuée en haute voltige, combinant leur prolifique force afin de donner l’envol à deux sorties abrasives; l’EP Sous-Estimés en avril et leur album Les Gens D’Air le mois dernier. Suivez de près leur ascension au sommet d’ici les prochaines années!

Koriass – Zombie

Premier single convaincant tiré du 4e album solo Love Supreme à sortir le 5 février pour Koriass aka Korey Hart, ce rappeur/producteur au parcours plus que respectable avec sa dizaine d’années d’activité dans le game. Son nouvel emprunt inorthodoxe du franglais, cette tendance actuelle qui reflète la  »Montréalité » et son contexte linguistique, colle bien à ce morceau énergique juxtaposant les références actuelles à la culture américaine et québécoise. L’EP mise en bouche Petit Love est disponible en attendant le plat suprême. Bandcamp Koriass

Johnnés feat. Jam & P.Dox – ToastDawg

Certainement le barbu producteur le plus exotique en sonorité et le mieux entouré dans le rap québécois ces dernières années, ToastDawg ou tousse d’algue, possède la science infuse du beatmaking hip-hop/électronique contemporain. Issu des anciens groupes piliers Atach Tatuq et PayzPlay, le papa BeatGosseur se plaît ces derniers temps à revisiter ses projets instrumentaux Brazivilain, en redonnant un second souffle microphonique à ses minutieuses sélections d’échantillonnages issus de la culture brésilienne. Ses deux volumes vous proposent une belle carte de visite de quelques têtes proéminentes du rap québécois actuel.

Loud Lary Ajust – Jour 1

Après avoir fait résonner leur franglais jusque par chez vous avec leur album Blue Volvo, le deuxième groupe québécois à être soutenu par une structure musicale généraliste en Audiogram, remet les pendules à l’heure en annonçant un nouvel EP pour 2016 par ce réglage du compteur au Jour 1. La puissance technique des productions d’Ajust est soutenue par nulle autre que Ruffsound, ce pionnier beatmaker ayant côtoyé au travers des années pratiquement toute la scène du rap québécois. Ce dernier a d’autant plus travaillé avec de grosses pointures en France comme Mc Solaar, Sat l’Artificer (FF) et La Rumeur.

 

Dead Obies – Jelly 

Le jeune formation du $ud Sale a définitivement sorti l’un des meilleurs album concept de l’histoire du rap québécois en 2013 avec Montréal $ud posant les bases normatives de ce renouveau créatif montréalais, exploitant le franglais sur des productions inspirées par la scène du dirty south américain. Les choix artistiques du groupe depuis leur début sont atypiques, intelligents et grandement enrichis par la valeureuse étiquette généraliste montréalaise Bonsound. Coup fumant en octobre dernier avec une série de trois concerts-enregistrements à Montréal. C’est accompagné du live band Kalmunity qu’ils ont joué l’intégralité de leur second album; Gesamtkunstwerk («oeuvre d’art totale» en allemand), à sortir le 4 mars, devant trois salles à guichets fermés. Visiblement pas l’choix de commencer à les  »checker aller ceux-lâ »! (D’ailleurs, question de vous coucher moins niaiseux à soir, on dit « Tabarnak » et non « tabernacle. ») Bandcamp Dead Obies

SYME – My Heart Will Go On

L’emcee déjanté du collectif Casse-Croûte pis toute pis du duo Lezestis (avec Skyz Deniz et Magik) a été relativement en forme cette année avec la sortie d’étonnants singles en plus de son projet L.S.D., on parle bien ici du nom de son premier projet solo. Avec déjà trois extraits disponibles, c’est avec grand intérêt que nous accueillerons en 2016 son premier vrai album « Grosse Tête », entièrement produit par Cheak, rappeur et producteur montréalais membre en règle du collectif 12 Singes. Pour patienter, voici « My Heart Will Go On » sans Céline toutefois…

https://soundcloud.com/explorap/syme-my-heart-will-go-on

Dramatik feat. Monk.E & Bobby One – La Force d’une Ombre

Rares sont les plate-formes qui supportent l’essor local du mouvement hip-hop québécois. Le site HHQC.com en fait sa mission depuis ses débuts en 2003 et c’est à l’occasion du lancement de la nouvelle version de leur site qu’ils lançaient en août dernier le deuxième volume de La Force du Nombre. Cette compilation d’inédits regroupe différents rappeurs et beatmakers pour un tour d’horizon des artisans présents sur le territoire de la fleur de lys en 2015. L’incontournable titre La Force d’une Ombre tient sa puissance dans sa mise en commun de plus de quarante ans d’expérience dans le rap québécois, alliant la présence toujours appréciée de Dramatik du légendaire groupe Muzion, de Monk.E One du K6A et de Bobby One, qui a été l’acolyte de Koriass sur scène pendant plusieurs années.

Beeyoudee feat. J.Kyll – Incantations

Pour les amateurs d’ambiances sombres et des délires conceptuels, l’emcee originaire de Québec, Beeyoudee, vous conviait sur son Île des Tentations en novembre dernier. Roulant étroitement sa bosse avec un grand nombre de rappeurs et producteurs d’ici et d’ailleurs, Beeyou nous ramène cette fois-ci à la racine du rap québécois avec la présence de J-Kyll, la voix féminine du groupe phare Muzion. On annonce peut-être l’incantation d’un nouvel opus pour Muzion en 2016, 14 ans après la parution de leur dernier album. Chose qu’aimerait bien revoir tout amateur de rap queb qui se respecte.

Brown – Brown Baby

C’est le début de l’année, les choses se sont passées dans la tradition familiale pendant le temps des fêtes dans plusieurs foyers québécois. Pour la famille Kerr, cette tradition est musicale et brune comme la sauce qu’on met sur notre chère poutine. Cette généalogie montréalaise s’actualisera au travers d’un album à sortir le 22 janvier sous la valeureuse étiquette 7ième Ciel. Et oui, c’est bien en respectant fidèlement les lois de la nature que les frères Gregory (alias Snail Kid de Dead Obies) et David Beaudin (alias Jam du K6A) s’allient à leur paternel Robin Kerr pour un album Brown dans lequel la réalité probante du métissage au Québec agira comme fer de lance. QLF version québécoise.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager avec les petites icônes ci-dessous, et à rejoindre la page facebook  ou le compte twitter du Bon Son.