Deux après sa première contribution avec 10 Bons Sons US en mars 2013, Julien (Le Vrai Rap US / ReapHit.com) nous propose sa sélection de 10 morceaux sortis en mars 2015 aux Etats-Unis. Enjoy :

Le 26 mars : L’Orange & Jeremiah Jae – Ice Obsidian

Avec un album collaboratif qui sort le 24 avril, The Night Took Us In Like Family, le sinistre beatmaker orangé et le rappeur de Chicago nous transcrivent un univers froid et glauque, digne d’un thriller en plusieurs actes. La vidéo, réalisée par Zack Kashkett, nous emmène dans ce monde imaginé par les auteurs. En attendant de mettre la main sur les autres chapitres.

Le 22 mars : Earl Sweatshirt – Huey 

Sans grandiloquente promotion, comme une pratique 2015 consacrée, le dernier disque d’Earl Sweatshirt nous est apparu courant mars. I Don’t Like Shit, I Don’t Go Outside, comme son nom l’indique, est un album légèrement asocial, tout comme Earl et ses comportements à la limite de l’autisme. Des morceaux courts comme des humeurs à faire passer, Earl grommelle comme le somnambule qu’il est probablement. Ici, l’excellent « Huey », produit par lui-même, comme la majorité de ses morceaux.

Le 19 mars : Action Bronson feat. Party Supplies – Only in America 

On a tout dans ce morceau aux ambiances résolument rock : des couplets imagés comme on les aime par Action, un refrain efficace, des riffs à faire pousser les cheveux à Pierluigi Collina, des solos de fin… Le rock et le rap se sont encore un peu plus rapprochés. L’album d’Action Bronson est inégal, mais possède son lot de morceaux addictifs, et celui-ci en fait partie.

Le 18 mars : Snoop Dogg feat. Charlie Wilson – Peaches N Cream (Prod : Pharell Williams)

Snoop et Pharrell, la formule fonctionne comme une machine bien huilée. Ça tombe bien, le nouvel album de Snoop Dogg, BUSH, sera produit entièrement par la superstar au chapeau. Tout comme la pochette, ce clip est spatial, bien trippant et ponce toutes les images à laquelle on pense lorsque Snoop est dans nos oreilles : booties, doggs, weed…peaches & cream.

Le 24 mars : Kendrick Lamar, Thundercat, Bilal & Anna Wise – These Walls 

Un album superbe, les critiques dithyrambiques qui vont avec et qui sont, pour une fois, quasi toutes justifiées, quelque chose me dit que l’on parlera de ce disque, de ses influences et du discours prodigué pendant encore quelques temps. Mais le mieux, c’est encore de l’écouter. Ici, l’excellent « These Walls » produit par le non moins excellent Terrace Martin, et y’a du monde dans les crédits.

Le 12 mars : Joey Fatts – How We Livin’ 

Long Beach, côté street. Un titre en deux parties, pour mettre en images quelques facettes du lifestyle de Joey Fatts et de ses gars : la flambe, le jeu, la famille, les rêves de réussite. Un peu pareil qu’à la maison finalement, le paysage californien en plus.

Le 10 mars : Edo G – Make Music (Prod : Pete Rock)

Une prod de Pete Rock, ça se reconnait en quelques secondes, surtout quand elle est bonne. L’ancien a toujours la même marmite et la remplit ici de sa recette miracle pour un Edo G lui aussi en forme, pour l’un des morceaux extrait de After All These Years, dernier disque du vétéran de Boston. Déclaration d’amour éternelle au hip-hop et ce qui peut le composer, ‘Make Music’ fleure bon les nineties, et ça peut aussi faire du bien.

Le 6 mars : Jay Electronica feat. Jay Z – Road To Perdition

Un titre de Jay Electronica est tellement rare, qu’il en deviendrait presque un événement. Ce « Road To Perdition » sample another Jay, le Z, et nous rappelle par la même qu’un projet ferait plaisir à plus d’un auditeur, au vu du bon niveau étalé sur ce morceau. Il avait pourtant annoncé une tracklist il y a environ deux ans avec des feats de Puff Daddy, Kanye West, Charlotte et Serge Gainsbourg, entre autres Ronald Reagan… On attend toujours.

Le 3 mars : The Diplomats – Have My Money

Bon et ben, Dipset en 2015, ça marche toujours aussi bien. Y’a des gens, des genres qui vieillissent, d’autres beaucoup moins. Le groupe de Harlem se reforme, et ça sent bon les années 2000 entre la nonchalance de Cam’ron ou la puissance de Juelz Santana. On attend le nouveau projet, mais quelque chose me dit que ça peut être de bonne facture, le fluide a l’air vivace.

Le 1er mars : Da Mafia 6ix – Forever Get High 

En parlant de retour, les anciens (encore vivants) de la Three 6 Mafia, le groupe le plus célèbre de Memphis ont toujours la forme, et nous partagent leur plaisir de faire la fête à presque cinquante piges sur de grosses basses bien crades. On n’est pas encore aussi vieux mais profitons également, life is short, RIP Lord Infamous, forever get high. On se capte le mois prochain, faites pas les cons.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager avec les petites icônes ci-dessous, et à rejoindre la page facebook  ou le compte twitter du Bon Son.