Darryl Zeuja – l’interview « Innercity »

Moins d’un an après la sortie de Rue Du Bon Son avec XLR (lire l’interview), Darryl Zeuja est de retour avec un nouvel EP élaboré en collaboration avec Hologram Lo’ : Innercity. Indépendance, solitude, Paris Sud, nouvelles sonorités… Retour sur la genèse du projet avec le membre de 1995.

Ce projet est signé Darryl Zeuja, Areno Jaz fait partie de ton passé ?

On peut dire ça, même si le présent n’est finalement que la conséquence du passé.

Le flow se fait plus lent, ça te convient mieux ? 

Oui effectivement, c’est cool que tu l’aies remarqué ! J’essaie de perfectionner mon rap et donc de supprimer tout ce qui n’est pas nécessairement nécessaire. Et puis c’est aussi pour être mieux compris, j’utilise déjà beaucoup d’argot, de jargon ou de verlan, alors faut au moins pouvoir comprendre les mots normaux !

L’EP s’appelle Innercity, Detroit fait partie de tes influences US ? 

J’ai connu Détroit avant la musique avec le basket et les Pistons ! C’est plus ce côté-là de la ville qui m’a marqué. Après c’est une ville avec une culture forte à plusieurs niveaux comme le sport et la musique donc on peut dire ça même si c’est très limité. Le nom du EP vient surtout du fait que j’aime cette expression, et on la retrouve partout que ce soit dans des films, des livres ou pleins de disques. Je pourrais te dire que j’ai un disque de Stan Getz qui s’appelle comme ça aussi.

Parle-nous de cette collaboration exclusive avec Hologram Lo’ sur le projet…

J’ai bossé avec Hologram Lo’ sur ce projet, ça faisait longtemps qu’on voulait le faire parce qu’on savait qu’on pouvait créer un univers sympa ensemble. On a plein de points communs, presque autant que de différences ! Du coup on savait déjà où aller. Ça nous à pris deux ans entre la réflexion et la réalisation, et ça nous à permis d’être sûrs des morceaux et de bien bosser les arrangements, le mixage et le mastering qui sont aussi des étapes très importantes pour nous.

Les prods sont beaucoup plus aériennes, atmosphériques… Etait-ce un choix de ta part, ou c’est Hologram Lo’ qui t’a orienté vers ces sonorités ?

Je suis venu vers Lo’ avec ces sonorités en tête et je savais qu’il comprendrait ce que je voulais et qu’il saurait me faire ça et m’apporter des bonnes idées que je n’avais pas. On en parlait ensemble avant même de commencer à travailler et ça nous a permis de bien savoir dans quelle direction aller.

Tu n’es pas le seul à évoluer dans ce sens-là, on pense à Lomepal, Caballero, Deen Burbigo et encore plein d’autres. Penses-tu qu’on puisse parler d’une tendance ? D’une évolution logique ?

Je pense qu’il s’agit un peu des deux. Pour ma part après mon premier EP Alias Darryl Zeuja sorti en 2012 j’ai commencé à écouter beaucoup d’électro en tous genres. Depuis je suis vraiment tombé amoureux de toute cette musique et j’ai voulu ramener un peu de cette influence sur ce EP.

Innercity Le Bon Son

L’indépendance est un thème récurrent sur le projet. Signer en major, avoir un DA, c’est impossible pour toi ? (Sachant que tu as déjà dû être approché…)

Oui effectivement, pour moi c’est important après je conçois que d’autres trouvent leur bonheur autrement. Quand je travaille sur un projet j’ai déjà pleins d’idées en tête, d’envies artistiques que je veux accomplir. Je n’ai besoin de personne. Avoir toute une équipe de maison de disque qui ne comprend absolument rien à la création, ou qui s’en fout totalement et ne parle qu’avec des chiffres, et qui représente en vrai la disparition de toute forme de culture, ça m’emmerde un peu.

La ville est encore une fois très présente dans cet EP, et notamment Paris Sud. Qu’est-ce qui caractérise cette partie de la capitale, et qu’est-ce qui fait que tu y sois si attaché ?

Je ne saurais te le dire concrètement mais pour moi c’est toute une ambiance différente. Au même titre que Paris Nord. Après c’est surtout que Paris Nord était très représentée dans le rap, alors on a voulu contre balancer ça et mettre Paris Sud sur la carte !

La solitude est aussi assez présente, comme sur « Je marche seul » sur l’EP précédent… Comment conjuguer ton goût pour la solitude et la célébrité que tu es en train d’acquérir avec ton groupe ? N’est-ce pas une contrainte ?

Effectivement parfois ça peut être une contrainte mais c’est aussi beaucoup de plaisir quand les gens écoutent ce que tu fais, alors faut pas trop y réfléchir. Je suis concentré sur mon travail, ma musique.

Comment 1995 arrive-t-il à rester aussi soudé avec autant d’escapades solos ou au sein d’autres équipes ?

Haha parce qu’on avait une vie même avant de se connaitre ! On ne se doit rien, certains membres du groupe faisaient déjà de la musique dans leur coin avant qu’on se rencontre, donc c’est logique que ça continue. Les projets solos c’est le cub et les projets 1995 c’est l’équipe de France !

Un nouvel album d’1995 est en en préparation ?

Oui !

Des scènes vont accompager la sortie d’Innercity ?

Oui ! Haha on va essayer de faire une quinzaines de dates avec Lo’ pour représenter Innercity partout !

Un mot de la fin :

Merci infiniment de votre intérêt, longue vie à la création !

Innercity 2 Le Bon Son

Innercity disponible depuis le 10 novembre : iTunes / Fnac

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager avec les petites icônes ci-dessous, et à rejoindre la page facebook  ou le compte twitter du Bon Son.

Partagez:
  •  
  •  
  •  

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *