Aujourd’hui j’ai le plaisir de m’adresser à un gars tranquille du Québec, un « dude » d’Outre-atlantique qui fait bouger les foules aussi bien en organisant des events battle rap, qu’en se produisant avec son crew : j’ai nommé Filigrann, dont le blaze vous aura peut être heurté les oreilles durant les cinq dernières années. En piste l’artiste.

Salut a toi Filigrann, peux tu te présenter pour les lecteurs du Bon Son qui ne te connaitraient pas ?

Whats poppin’, je suis FiligraNn, MC membre du collectif K6A, animateur, organisateur et co-fondateur des WordUP! Battles.

Le Hip Hop et toi c’est arrivé comment ? Délire collectif à la base ou tu as débuté solo ?

Mes premiers amours avec le rap c’est probablement avec IAM, Fonky Family, Chronique De Mars puis les classiques américain de Mobb Deep, MOP, Wu Tang, Cypress Hill et tout ça. J’ai commencé par le rap français parce que c’est ça qui m’a fait découvrir les incroyables possibilités que le rap offre aux artistes au niveau des textes.

Pour ce qui est d’en faire, J’ai commencé à écrire des textes de rap, et plus tard des chansons. Dans la même période, l’écriture et la découverte de la musique / culture Hip Hop ont fait pair. J’devais avoir 15-16 ans, 17 ans peut-être. Mes premiers pas c’est avec mon ami Yannick. Lui c’était K-Rion, moi Spatial-K et on était les 2Kas. Notre ami OX-Z faisait des beats puis plus tard il y a eu Troublesoundz et Warriorz Of Wisdom, on faisait nos trucs dans l’underground de l’underground si j’peux dire. C’est là que j’ai enregistré mes premiers demos, fait mes premiers shows. Pis mon arrivé dans le « rap game » où j’ai commencé à être plus actif dans ce qu’on pourrait appeler la scène locale (featurings, les studios, les shows avec cachets, les radios, etc) , ça s’est fait par l’entremise de Maybe Watson, qui m’a présenté Monk.E, c’était mes débuts dans cqui allait devenir le crew K6A.

Tu peux nous remémorer un de tes événements en début de carrière qui t’a laissé un souvenir particulier ?

En début de carrière, il y a cette soirée ou j’ai accompagné Monk.E et Maybe Watson pour un show à Drummondville et c’était la première fois que je voyais des kids devant nous qui connaissaient toutes les paroles de Monk.E. Hallucinant ! À la fin du show, les kids nous ont demandé de signer leur chandails, leurs vestes, leurs casquettes, plutôt surréaliste. Ils connaissaient Monk.E mais moi, ils devaient avoir aucune idée de qui j’étais !

Abordons un sujet qui m’est cher : les influences en tant qu’artiste, tu les puises où principalement ?

J’écris surtout des choses inspirées de ma vie, mes expériences, mon paysage, mon environnement, etc. Un peu cliché mais c’est très assumé, je cherche pas à réinventer le rap. Puis je m’inspire musicalement souvent de ce que j’aime écouter. Par exemple ces derniers temps j’ai commencé à vraiment feel des vibes trap alors je me tente sur des prods trap et j’essaie de nouvelles choses avec les flows et tout ça. Sinon ma démarche reste toujours très influencée par une philosophie un peu puriste. La plupart de mes verses sont écrits dans une optique de performance, je veux que ça soit bon, que ça soit frappant, que ça démontre un certain savoir-faire. Je suis également très inspiré par les ambiances des musiques genre rock progressif des années 70 et 80, par tous les films que je vois, spécialement les univers science-fiction, super héros, marvel/dc, etc. Même si ça se sent peu dans mes textes, ‘jpense que tous mes centres d’intérêt, foot, science fiction, jeux vidéos, cinéma, musique, ça fait partie de mon univers, dans le ventre du dragon.

En préparant l’interview, j’ai pu voir qu’on était nés la même année. Je me demandais, par curiosité, si tu pouvais me faire un top 5 des albums de rap français que tu as apprécié étant plus jeune ?

Je peux pas vraiment faire ça, ça serait injuste. Sauf quelques albums, j’ai écouté le rap francais à coup de MP3 sans vraiment découvrir les chansons en album. Donc mention spéciale à Fabe et la Scred Connexion, 2Bal2Neg’, tous les grands de Time Bomb, Flynt, Coloquinte, c’est vraiment pas cool comme question c’est sur que je passe à coté de trucs énormes je le sens. En tout cas vite comme ça, côté album, voici ce qui m’a marqué : IAM L’école du micro d’argent / Fonky Family Si Dieu veut / la compilation Chronique de mars / Lunatic Mauvais Oeil / la compilation Ma 6-T va crack-er. Je pourrais en profiter pour dire que certains des MC’s que j’ai le plus admiré sont probablement AKH, Le Rat Luciano et Ill des X-men

Niveau artistique, l’avenir pour Filigrann, ça se profile comment ? Des projets à venir ? J’ajoute à ça LA grande question : est ce qu’on aura le plaisir de te voir battle a nouveau ?

Je prépare mon premier album solo avec mon grand ami DJ SevDee. J’ai déja plus d’une dizaine de morceaux en banque, niveau création c’est presque terminé, reste à voir si je continuerai de produire des nouveaux tracks pendant qu’on fait la finition de ce qui est déjà en banque. Pour ce qui est d’un éventuel retour au battle rap, je sens pas que c’est quelque chose qui va se passer dans un futur proche, mais c’est une option que je garde sur la table.

Au niveau du battle rap, quoi de neuf du coté des WordUP!  ? Des évolutions au sein de la ligue ? Des changements majeurs ?

Notre prochain show c’est le WordUP! Révélation 2014 le 21 novembre. Le show sera gratuit et on veut faire de cette soirée une véritable célébration de l’année, une belle façon de rassembler la communauté et de donner la chance à la relève de faire sa place. Plusieurs belles idées pour l’année 2015 également, le retour du Fou Tournoi, WordUP! 13 et rien de moins que le premier rassemblement France/Québec. Plus de détails très bientôt !

 

En parlant d’évolution, quel est ton point de vue sur la scène rap québecoise actuellement, tu sens que les choses avancent ? Et si oui, avancent elle dans la bonne direction à ton avis ?

Je me sens privilégié de vivre à une époque aussi fertile. Les choses se passent, SHIT IS POPPIN! Le rap québécois se porte bien, les médias locaux commencent à reconnaitre l’étendue, de plus en plus d’artistes d’ici arrivent à captiver la population locale, les jeunes ont tous du rap queb dans leur Ipods, c’est merveilleux. Je pense définitivement que ça bouge dans la bonne direction, plus que jamais. D’ailleurs le pont France/Québec est de plus en plus concret, je pense qu’il serait pas exagéré d’envisager un éventuel succès européen pour un rappeur québécois. Ça pourrait être un des majeurs game changers des prochaines années, qui sait ?

Et de manière naturelle, je me permets de te demander ta perception de la scène rap française actuelle ? Quels sont les artistes que tu affectionnes actuellement ?

Ce que j’aime de la scène française c’est que beaucoup d’équipes sont des machines bien huilées. Les rappeurs font pas juste sortir des chansons, ils ont des équipes, des T-shirts, des mixtapes, des vidéos, parfois des DVD’s et même des magasins. J’ai cette impression que l’aspect « hustle » du rap venant de la rue est vraiment très vivant dans la culture Hip hop en France.

Pour ce qui est de ce que j’aime maintenant, c’est très différent de ce que j’aimais avant avec les grands classiques du rap francais. Ces derniers temps je feel beaucoup Booba. J’admire son plan, c’est un grand stratège. J’ai bien aimé Niro et Joke et j’ai aussi beaucoup surfé sur la vague de Kaaris. Une bombe. Je suis très curieux de voir comment il va enchainer. En fait j’écoute surtout du rap amécirain ces temps-ci, so yeah, that’s wassup.

Je te remercie de t’être prêté au jeu, ravi d’avoir pu te poser ces questions, je te laisse clore cette interview, si tu as un message a faire passer pour les gens qui te suivent ou qui lisent les articles du Bon Son, la parole est à toi !

Merci à vous. Vous qui cliquez, vous qui regardez, vous qui commentez. C’est grâce à vous tous que toute cette musique et ces vidéos traversent les continents pour marquer l’histoire. Le Hip Hop c’est notre shit, chu high as fuck. Il est 4h20 pile pis j’ai écris cette entrevue en écoutant ça . Ça m’a prit 46 minutes et 41 secondes apparemment. Alright peace out j’vous aime. Être gentil c’est bien.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager avec les petites icônes ci-dessous, et à rejoindre la page facebook ou le compte twitter du Bon Son.