Quelques mois seulement après leur dernier projet, L’Argent De La Drogue, club perpignanais à la géométrie variable, est de retour avec un nouvel album : No Future. On sait peu de choses sur ce collectif qui ne communique que très peu, et il est difficile de coller une étiquette à leur Hip Hop. 1K47 et le beatmaker Barrio, en décortiquant l’album track par track, nous expliquent leur manière de procéder…

 

NO FUTURE

Barrio : L’instru de l’intro n’a pas été créée en début de projet. Elle est venue un peu plus tard mais c’est bel et bien le premier track construit. Il fallait un instrus d’attaque, forcément, un rendu mastodonte. Les drums y sont pour beaucoup, les roulements ajoutent de l’impulsion. Il n’y a pas de basses, je fuis de plus en plus les basses quand je sample . Je préfère jouer avec les graves naturels des samples et drumkits utilisés. J’ai joué sur les samples de Novalis « Wer Schmetterlinge lachen hört » et le « Take a Peeble » d’Emerson, Lake & Palmer pour le beat de fin.

1K47 : L’introduction, un énième égotrip qui recherche l’apesanteur mais qui retombe très vite sur la thématique de l’album. La production est pleine de myistère, planante et à la fois rentre-dedans. Une bonne entrée en matière. Il s’agit du premier track enregistré. Pour ce qui est de la génèse du projet, le titre « No future » avait été pensé au moment  de la sortie du clip aOUT!,  au cours de l’été 2013 mais l’idée de ce titre avait été abandonnée pour éviter tout raccourci du style “clash booba”. Plus que le clin d’oeil à B20, l’idée de No future vient d’un de nos membres qui souligne régulièrement le caractère punk de notre démarche.

PROBLÈME

Barrio :Le track qui m’a fait comprendre le potentiel du projet lui-même. 1K voulait absolument un morceau avec des cuivres plus ou moins présents. Je ne travaille pas beaucoup les cuivres d’habitude. Ça a été un vrai exercice de les fondre dans un instru où les nappes et synthés sont omniprésents et surtout sans tomber dans le récurrent assemblage jazz/soul… Les cuivres ont été assemblés, ce n’est pas un seul sample mais 5 mini-samples mis à la suite. Ils viennent d’un DVDrip d’un live jazz fait par une école de musiciens dans le Michigan, USA. Débrouillard !

La basse je la voulais glissante, pas hachée. J’ai accordé les leads et les basses pour gagner en cohésion et joué avec les nappes pour continuer dans l’impulsion de l’intro. Les drums sont épurés.  Les voix féminines viennent du « Miracles » de Gershon Kingsley. L’outro c’est  « Parakeet Island » de Space Art.

1K47: Ça aborde le conflit entre le “parasite”  et le “travailleur”. Les politiques et les médias adorent cette thématique et se réjouissent régulièrement de diviser les gens en deux catégories : les privilégiés du RSA et la France qui se léve tôt ! Après avoir convaincu la France qu’il fallait travailler le dimanche et les jours fériés, la prochaine étape sera d’obliger les bénéficiaires du RSA à travailler quelques heures gratos pour prouver leur bonne foi…

RÉPUBLIQUE ENNEMIE

Barrio : C’est le genre de morceau qui fait gagner un projet en consistance. Les paroles en disent long. Un de mes morceaux préférés avec Budgie pour le sample. Intéressant, pour moi en tout cas, de voir que le morceau le plus doux de l’album soit le résultat du sampling d’un groupe de hard-rock gallois.  Les drums c’est tout ce qu’il y a de plus simple : kick et side stick, pas de caisse. Pas de basse. Le tout pour laisser place à la voix. Les guitares en écho tout derrière ajoutent au coté pensées évasives je pense, elles sont tirées du « Small Hours » de John Martyn.

1K47 : C’est une chanson pour la paix. J’avais gratté le début du texte sur un beat d’ Enz’oo bien énervé intitulé “Boxe thai” ou un truc du genre… Puis j’ai revu la copie et l’interprétation après avoir réécouté “La concubine de l’hémoglobine” de Claude MC. Je me suis calmé un peu et j’ai rec. Calmement sur une prod un peu plus slow.

AVE LE PAPE, AVE LE PEUPLE

Barrio : J’ai découvert qui allait participer à l’album au fur et à mesure des morceaux mais je voulais SLIM XL sur un de mes instrus obligatoirement ! Le titre Place de la loge sur Honorable Société… quoi dire de plus ?! 1K m’a filé une piste voix à lui accompagnée d’un beat qu’il avait pioché. Je n’ai pas accroché à l’écoute, son rap était bon, mon instru ne lui faisait pas honneur. Et puis Slim avait bien aimé un remix de Dany Dan que j’avais balancé sur Soundcloud, j’ai repris les drums du remix, creusé dans mes vinyles pour leur donner un vrai punch, les samples obscures du « Funk Key » de Jacob’s Kelly, « Dance in the Rain » d’Asahi et « As Day breaks with Dawn » de Fruupp ont apporté une vraie alchimie. 1K a accroché directement au titre. On l’a mis de côté pour faire une surprise à Slim qui ne l’a pas écouté avant la sortie même du projet. J’en connais peu qui s’y seraient risqués.

SANS TITRE, SANS THÈME

Barrio : La première fois que j’ai écouté DMO, j’ai directement accroché. Merci le Club ! Une vraie entente entre DMO et 1K sur ce morceau. Le choix des samples fut purement soul : Willie Hutch, Lee Fields, Dee Dee Sharp et Laura Lee. Pas de basse. Celles qu’on entend viennent du « Ladies » de Lee Fields que j’ai égalisé pour qu’il accompagne les pianos de Laura Lee. Les drums : du pur TR808.

a2672775762_10

1K47 : DMO, il est de la même trempe qu’un Biggie ou Jay-Z, mais les studios de la ville ne veulent pas de ce parasite ! Le gars écrit dans sa tête, n’a pas besoin d’ instru pour ça, il rappe sans arrêt à te mettre mal à l’aise… Une grosse énérgie ! Il y a eu quelques hésitations autour de ce track , mais le deuxième couplet de DMO qui était légendaire dans La rue d’ici (“Chacune de mes rimes te perforent l’occipital”) a fini par me convaincre qu’il devait y figurer. Merci à Um, qui a mis cette rime en boite !

RETOUR A L’ANCIEN RÉGIME

Barrio : C’est 1K qui à apporté les dialogues. Qui à eu l’idée des interludes. Le dialogue parle de lui-même et prépare au morceau suivant. Le beat de fin est relativement vieux et accompagne bien les cuts de Nas je pense. Je ne me souviens plus d’où viens ce breakbeat. Ni les samples.

1K47 : L’interlude c’est un extrait de The Wire quand les jeunes apprennent le jeu d’échec sur leur point de vente. Le tout sur la musque de Joe Chambers, samplé dans New York State Of Mind, d’où est extraite la phrase “it’s only right that i was born to use mics”. Tout un programme pour lancer la machine à remonter dans le temps !

ROYAUTÉ

Barrio : C’est parti de l’envie d’1K d’avoir une « pépite » jazz/soul. Cet instru était hors projet à la base. Je ne pensais pas qu’1K poserai dessus. Les drums du morceau ressemblent à « PIH POH » que j’ai produit également et présent sur le bootleg « L’amende honorable ». À la base, j’avais trituré un sample des Korgis sur un breakbeat  mais rien de concluant. Je suis ensuite passé à un sample de Gong, toujours rien de concluant… C’est Bill Evans qui l’a emporté avec des voix d’Erika Badu et Billion Dollar Quartet, mon acolyte dans le groupe MY NINA.  L’instru groove assez à mon goût. Pas de basse.

1995

Barrio : Samples de David Sanborn, Baroque Bordello et Ultravox. Plus 90’s du coup. Pas de basse. Ça colle au thème. Les dialogues sont apportés par 1K. Je pense qu’ils sont assez explicites. Rien n’est mis en place par hasard dans ce projet, loin de là.

FUTURE VIEILLERIE

Barrio : Un de mes instrus préférés de l’album. Efficace. Un break amélioré de Plant & See sur des nappes de A.R. & Machines et Image of Jesus, puis des leads à ma sauce pour le refrain. Pas de basse. Savant alliage ! Un morceau pilier selon moi. Et les paroles… l’esprit me rappelle « L’humour d’Yves Duteil » sur L’ADLD – Tome 1. Rap d’utilité publique. 1K voulait une voix féminine pour les monologues des refrains. Sans trop avoir eu le temps de chercher une hateuse, il m’a dit : « Laisse tomber, j’assume. »  L’outro du morceau est un de ces morceaux intemporels de Fiebre Amarilla (fièvre jaune en Espagnol), c’est ma manière d’accompagner le sobriquet de « peste grise » qu’1K donne à sa cible dans ce morceau.

POMPEZ

Barrio : Pour s’ambiancer sans nul doute. DMO sur un registre léger cette fois-ci. Ce qu’il fallait pour alléger l’album. Samples de Ravi Shankar, Marciano pour les gimmicks. Pas de basse. À la fin j’ai placé un extrait de l’album « Gentle Eyes » d’Art Farmer sur des ambiances érotiques, pour coller au romantisme platonique des rimes de DMO. « Vous les femmes…. »

BALLADE

1K47 : Ça aurait pu être une ode à la “ride”, comme le font beaucoup de parigos… On a plein d’allées de palmiers à Perpignan (4 étoiles sur l’échelle des villes fleuries), y’a du soleil et des cougars lalalalalala… Ici c’est de la ride du piéton fatigué ! Le décalage entre la tension des couplets et le clavier sautillant du refrain est plutôt sympathique!

Barrio : Un des premiers beats que j’avais pour ce projet. Il est grave ce track ! Il illustre bien l’album. 1K tue le thème en plus avec ses vocalises le sample de « Lord of love » de Good Seed. Les autres samples je préfère les taire… Comme d’habitude, pas de basse. J’ai rien eu à retoucher sur ce morceau après qu’1K m’ait renvoyé ses pistes.

CAN I LIVE

Barrio : Un track qui donne froid. Pluie de grêlons. Il me parle beaucoup. Y’a un certain dégoût qui se dégage de ce titre. À écouter avant un entretien d’embauche ou en remplissant sa feuille d’impôts. Le sample vient d’un groupe péruvien appelé Laghonia, rock psyché. 1K à place les voix de OC en fin de morceau. Simple, efficace. Pas de basse.

EXTENDED PLAY

Barrio : C’est une suite de 3 instrus. La première est une compo intégrale. Pas de samples. Une vocalise de Sizzla pour démarrer et  finir en saluant l’achimie DMO/1K. Ça bounce, nul doute. Le second instru est assez N.Y. dans l’esprit, les breaks viennent du « Dead » de Carolyn Sullivan et les claviers du « Leaving » de Antonio Vuolo & Elio Grande. Un gimmick de Marciano pour faire référence au Emeralds de Marciano produit par Arch Druids. SLIM XL dopé sang de Lens Armstrong… Que demande le peuple ? Le troisième instru met en lumière TAKE et RIF.  Ils sont plus discrets sur le projet mais vraiment efficaces. Ils  complètent cet « Extended Play » à merveille. Ils ajoutent à l’obscure du titre. Samples de Il Rovescio Della Medaglia, rock symphonique italien.

1K47 : Slim a trouvé ce titre a l’issue de l’enregistrement. On aime jouer avec les formats et les supports de la musique. Boycott&Embargo essayait de reproduire les sensations que la K7 pouvait procurer dans son esprit fourre tout. On a sorti Honorable Société comme un triple album au moment où le EP était à la mode. Ici, on incorpore un E.P au No future. On s’amuse comme on peut !

ADIEU

1K47 : Le titre parle de lui-même… Un des piliers de l’album pour moi. Du LO-FI comme j’aime. Sample majestueux du « Arrival in Time » de Bib Set et un 1K poignant.

a2672775762_10

No Future : disponible ici depuis le 10 juillet.

Les autres projets de L’ADLD sont disponibles gratuitement sur leur Bandcamp dans la limite des stocks disponibles (200 downloads par mois et par projet).

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager avec les petites icônes ci-dessous, et à rejoindre la page facebook ou le compte twitter du Bon Son.