Pour ceux qui suivent le site régulièrement, vous allez certainement retrouver des sons sortis dans les sélections mensuelles de l’an 2013. Mais pas que. Cette édition spéciale est aussi l’occasion de réparer un ou deux oublis, le seul critère de sélection étant : « Lesquels ont le plus tourné dans mon vieil MP3 ?« .

Le 5 février : Ilenazz, Na.k, Dico, Ethor Skull, Missak, Vald, AD, Anton Serra & Lucio Bukowski – N°18012013 (Prod : Oster Lapwass)

Le crew lyonnais a continué son avancée en pilonnant le rap game de sorties régulières tout au long de cette année. Avec entre autres, et dans le désordre : quelques EPs de Lucio Bukowski, toujours au top niveau écriture, et qui a su s’entourer de beatmakers variés pour nous offrir des couleurs différentes (une mention spéciale à La noblesse de l’échec en collaboration avec Mani Deïz); Frandjos et Antosterlapwasserra d’Anton Serra; l’EP de DJ Fly, aka le DMC World Champion 2013;  l’annonce de l’album de Missak prévu pour 2014 au travers de quelques extraits remarqués; et bien sûr une tournée à travers la francophonie et une date parisienne bouillante dans un Pan Piper plein à craquer…

Le son du crew lyonnais que j’ai le plus saigné cette année, c’est ce freestyle, le Nº18012013, organisé en plusieurs phases. Huit découpeurs de micros pour plusieurs variations d’un même sample, unies par un piano lancinant par sieur Oster Lapwass. Rajoutez à ça une mise en image propre et réussie, et vous obtenez un résultat bien au-dessus des vidéos freestyles qui inondent la toile tous les mois. Ah oui et comment ne pas mentionner Vald très présent fin 2013 pour l’annonce de son EP NQNT censé sortir très prochainement, et son entrée fracassante sur ce track : « Que tous les grailleurs de verges m’appellent m’appellent Myers le vrai / J’crame les tailleurs de près, tu fermes ta gueule reufré !« 

Lire aussi : Portrait pas tellement chinois avec L’Animalerie – part.1

Le 18 février : Scylla – Rien à remplacer (Prod : Nizi)

Il faut bien le reconnaître, sur Abysses, Scylla aura su se livrer comme peu de rappeurs avant lui. Un travail d’introspection qui vient s’ajouter à l’écriture. Et devant la densité et la noirceur que contient cet opus, comment ne pas lasser l’auditeur ? En allant chercher une couleur de prod chez une palette variée de beatmakers (pas moins de 11 beatmakers, belges et français). Et puis en diversifiant la manière d’aborder les thèmes, et en allant chercher des phases originales. Quelques-unes, bienvenues, nous arrachent un sourire comme sur Rien à remplacer (sur une prod de Nizi) : « Avant, si elles voulaient ne fût-ce qu’une bise tu sortais le front kick / Mais là, ne fût-ce qu’un regard, et dans ton slip ça danse la country« . Le clip de ce morceau est sorti il y a peu, une mise en image propre réussie, à l’instar de tout le travail de communication et des prestations scéniques autour d’Abysses. Comme quoi c’est possible, même en indé.

Lire aussi : la chronique d’Abysses / l’interview Abysses de Scylla

Le 3 mai : Furax – Marche Arrière (Prod : Char)

Mon titre préféré de Marche arrière, pour la simple et bonne raison que Char a su pondre une prod qui colle parfaitement au rap de Barbe Rousse. Et c’est là la richesse de ce projet à mon sens, bien avant les performances des différents MC’s : le taf monstrueux de beatmaking abattu par Char en grande partie. Côté Furax, on ne peut pas ne pas mentionner dans cette rétro 2013 le clip-évènement sorti cette année, Le poids du mal, 2ème extrait de Testa Nera, le tant attendu 2ème album de Barbarossa. Sortie imminente selon nos sources.

Le 20 février : Nakk Mendosa – Devenir quelqu’un (Prod : Twister)

Le coup de coeur du mois de février. Nakk déclarait en interview qu’on critiquait souvent son choix d’instrus. Ce ne sera pas le cas avec cette prod de Twister, qui lui sert une mélodie sur mesure, sur un titre qui aurait pu s’appeler « Cours de punchline » : images, formulation, rappels, respect du thème, tout y est. Avec poésie.  « Devenir quelqu’un » était le deuxième extrait de l’EP Supernova, sorti le 18 mars.

Le 18 juin : Vîrus – Des fins… (Prod : Banane)

J’avais d’abord bien bloqué sur « Champion’s League » en mai. Et puis est sorti ce titre, un mois plus tard. « Des fins » qui sonne presque comme « défunt ». En effet, il est ici question de fin de vie, de la mort dans notre quotidien, sur une prod de Banane qui augmente progressivement en intensité, à l’image du couplet de Vîrus. Fin du maxi Faire Part aussi (disponible en écoute ici). Et une fois de plus, qu’est-ce que ça sonne juste bon sang.

Lire aussi : On a croisé Vîrus

Le 15 mai : Fayçal feat. Mysa & L’indis – Requiem pour encre fine (Prod : Noname)

Une bonne surprise en forme de combinaison inédite, et plutôt inattendue puisque Mysa était censé avoir arrêté le rap. Il s’agissait au moment de sa sortie du dernier couplet qu’il ait posé, peu de temps après avoir terminé son dernier album, et sur une prod de Noname, avec lequel il avait l’habitude de poser… En réalité, un dernier morceau est sorti, Le sale boulot, qui comptabilise plus de 500 000 vues, un départ remarqué donc. Mais revenons à « Requiem pour encre fine », qui porte bien son nom puisque ce sont trois lyricistes de haute voltige qui croisent le mic, pour un morceau destiné au 3ème opus du rappeur bordelais Fayçal, qu’on vous recommande fortement.

Lire aussi : Interview « canapé » avec Fayçal / Chronique : « L’or du commun » – Fayçal

Le 4 mars : Rocé feat. Manu Key – Magic

17 ans après leur première collaboration sur l’album des Different Teep (La rime urbaine, 1996), Rocé et Manu Key se retrouvent pour un hommage au Lucky Boy, aka DJ Mehdi. En effet, les deux MC’s l’auront côtoyé de près, Manu Key avec la Mafia K’1Fry notamment, et Rocé au sein du label Espionnage. On peut même retrouver les trois compères sur Le Sud s’empare du micro sur l’album des 2 Squatt (Survivre, 1997). « Magic » constitue un bel hommage, qui trouve parfaitement sa place dans Gunz N’Rocé, sorti le 4 mars dernier.

Lire aussi : Chronique : Rocé – Gunz N’ Rocé / Interview – 10 Bons Sons avec Rocé

Le 15 octobre : Nekfeu – U.B.

Ça c’est le son qui va faire débat, je vous vois venir avec vos « rap de bobo » et « public de gamins »… Mais passons outre l’apparence et le look du MC s’il vous plaît, il s’agit ici de juger un morceau et le niveau du bonhomme (qui n’est plus à démontrer selon moi au vu de la qualité des couplets sortis cette année). Et force est de constater que ça kicke sévère sur ce track, Le Fennek profitant de l’occasion pour répondre avec amusement aux différentes attaques et rumeurs récentes le concernant. Ultra efficace, avec un vent légèrement défavorable.

Lire aussi : Nekfeu – l’interview

Le 18 décembre : Dooz Kawa – Les oies sauvages

J’étais parti pour sélectionner J’tuerai le mic paru sur le projet gratuit Archives sorti en mars, à côté duquel je suis complètement passé sur le moment, soit dit en passant. Et puis est sorti Narcozik #1 en décembre, et ces fameuses « oies sauvages ». On retrouve sur ce track la puissance lyricale du MC et de la métaphore filée de haute volée, loin des flunchlines destinées aux « oies de gavages », censées rythmer un morceau de rap de nos jours.

Lire aussi : Rencontre avec Dooz Kawa / On a écouté Narcozik #1

Le 13 avril : Anton Serra – La carte de l’ignorance (Prod : Tcheep)

Anton Serra, c’est ma grosse claque de 2012, et qui s’est confirmée en 2013. Un aller-retour violent en somme. Ce n’est pas seulement un album mais aussi un maxi qu’Anton Serra a livré à son public en 2013, un an à peine après la sortie de son premier album Sales gones. En effet, l’album Frandjos est sorti le même jour que le maxi Antosterlapwasserra. Dur de choisir un extrait parmi 25 titres, on retiendra quand même l’excellent « La carte de l’ignorance », sur lequel Anton Serra joue cartes sur table avec Nadir et Dico, avec la fougue et la folie qui caractérisent son rap.

Lire aussi : Anton Serra – l’interview

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager avec les petites icônes ci-dessous, et à rejoindre la page facebook ou le compte twitter du Bon Son…