Des nouvelles têtes, des titres annonçant des projets prometteurs, des inédits sortis de nulle part… voici l’édition #18 (déjà !) des 10 Bons Sons. Une sélection non-exhaustive de titres parus le mois passé, août 2013 en l’occurrence. 

Le 7 août : Tekilla – Heisenberg (Prod : Jim)

Quoi de mieux que de balancer un titre intitulé « Heinsenberg », à une dizaine de jours de la reprise de la série la plus attendue de l’été ? Tekilla, l’auteur de faits, revient sur le morceau produit par Jim, dont il a déjà pas mal été question sur le site… « Heisenberg c’est typiquement le genre de morceau fait sur un coup de tête, en un après-midi, plus pour le kif perso qu’autre chose. J’suis un vrai cracké de la série, et ça m’avait déjà traversé l’esprit d’aborder l’univers de Breaking Bad sur un son. A la base, je pensais plutôt en faire un story telling et coller à l’histoire de Walter White, mais y avait pas trop d’intérêt au final donc le truc est tombé dans l’oubli. Et donc ce jour-là, je chill à l’appart, je guette la date de diffusion du prochain épisode, puis j’suis tombé sur cette pépite de prod qu’à pondu Jim et y a eu un déclic, j’ai entendu direct la voix d’Heisenberg dessus. Du coup j’ai transposé les personnages et l’univers à celui du rap, j’ai gratté ça, travaillé un visuel rapidement et balancé le truc quelques jours avant la reprise de la série, en guise d’amuse-bouche. Y a eu que des bons retours et avec le recul, j’apprécie vraiment le morceau, c’est pas toujours le cas quand tu ponds un morceau d’un trait comme ça… »

Le 29 août : Lucio Bukowski – Champ de blé aux corbeaux (Prod : Oster Lapwass)

Back to the original team. Après deux EP’s réalisés avec Mani Deïz puis Milka, Lucio Bukowski réédite son premier EP : Ebauche d’un autoportrait, sorti en 2008, et nous lâche un inédit pour l’occasion : « Champ de blé aux corbeaux ». Histoire de nous rappeler, s’il en est besoin, l’alchimie qui existe entre le MC et Oster Lapwass.

Le 11 août : A point Z – Point final 

Le membre de Shandora Musik, collectif en provenance de Bordeaux, nous retrace l’histoire du morceau : « Ce titre à été fait avec énormément de spontanéité. J’ai composé la prod et le texte dans la même soirée, le genre d’inspiration qui n’arrive que rarement, car je met généralement pas mal de temps à écrire. Le clip à été réalisé par toute l’équipe Shandora. Tout le monde à mis la main à la patte, que ce soit pour le montage, les prises de vues, la figuration, ou encore même la préparation de la salle ! On a eu besoin de deux jours entier rien que pour tapisser la pièce du sol au plafond avec des papiers journaux. Le but était de créer un endroit clos, dans lequel l’artiste jouerait le rôle d’un fou. A côté de ça, on à choisi de fragmenter cette scène principale avec des mini scénarios qui montreraient le personnage principal avant qu’il chute dans la folie. On voulait créer un contraste visuel entre les scènes. Pour finir, on a eu envie d’apposer notre touche personnelle au clip, en lui donnant un effet rétro, de cinéma muet. » Pou rappel, « Point final » est issu du projet « 1001 Vies » d’A point Z, disponible ici.

Le 5 août : Rabakar – M.A.V.E.R.I.C.K

« M.A.V.E.R.I.C.K » est le 6ème extrait de la mixtape New York Time’s de Rabakar, qui nous en en dit plus : « Le concept de la tape est simplissime : remixer des prods exclusivement kickées par des rappeurs de N.Y.C, de Biggie au dernier Jay-Z/Kanye West. J’ ai voulu retrouver l’esprit freestyle des mixtapes de légende comme Time Bomb, Neochrome ou Original Bombatakk. Il y a très peu de morceaux avec des refrains : 3 sur les 24 morceaux du projet. « M.A.V.E.R.I.C.K » c’est mon remix de « Hurt you » de Busta Rhymes et Eminem, c’est pourquoi j’ y balance mes pensées sombres ou optimistes. C’est un peu mon code de conduite. C’est un morceau hors normes tant par son flow que par sa longueur. Le plus dur a été de ne pas se laisser influencer par le style des artistes originaux, qui eux se sont calés sur le rythme de l’instru. Voilà pour la petite histoire. Quoiqu’il en soit je vous invite à visionner les 5 autres extraits tous clipés avec Vald, Alkpote, Nekfeu, et j’en passe. » A noter que même si ce n’est pas le cas sur ce morceau, un nombre impressionnant d’invités divers et variés est venu poser sur la tape du MC, programmée pour le 12 novembre.

Le 25 août : Sëar Lui-Même – La poignée de punchlines #12 (Prod : Réa)

Comme Jeff le Nerf il y a deux mois, Sëar se frotte à l’exercice d’écrire puis rapper un gros couplet contenant 20 mots choisis par des internautes. Et une fois de plus le résultat passe crème, les mots sélectionnés se fondant parfaitement au reste de ce kickage de prod en règle.

Le 23 août : Melan, Stick, Rilcy & Pedro – Rien n’va plus (Prod : Swed)

Quand les deux formations toulousaines Crazy Mother Fuckers et  Omerta-Muzik croisent le mic, ça donne des dingueries dans ce genre. Stick nous relate la conception du morceau : « A la base on devait juste se retrouver chez un pote pour passer la soirée. Melan a lancé l’idée de s’faire un son, vu qu’il y avait une cabine d’enregistrement dans l’appart’ où l’on se trouvait. Swed nous a fait écouter quelques prods qu’il avait sur sa clé USB, et comme on était d’humeur joyeuse on a choisi celle-ci ! On a commencé à gratter chacun de son côté avec Melan, Rilcy et Pedro, il devait être 23h, sans choisir de thème précis et sans savoir ce que nous ferions de ce son. Ona tout enregistré et mixé dans la foulée, entre 2 parties de Mortal Kombat sur Super Nes et le réassort de Vodka qui s’imposait. Melan avait eu aussi la fabuleuse idée dans la soirée d’annoncer sur son Facebook que le son sortirait dans la nuit – sans nous le dire – alors que certains n’avaient pas encore fini d’écrire leur couplet. On a fini d’uploader le son sur Youtube à 7h, pas vraiment en état de savoir si on avait pondu un bon son ou une grosse merde, mais le mal était déjà fait ! Le lendemain on a vu que le truc avait pas mal tourné, ce qui est plutôt rare en cette période estivale et avec un morceau sans vidéo donc ça va, on était plutôt rassuré ! En ce moment on travaille tous sur nos projets respectifs, du coup c’était un gros kiff de faire un son juste pour faire un son, sans calculer sur quoi il allait se retrouver. J’pense qu’on essayera de se refaire des p’tites sessions comme ça de temps en temps, histoire de balancer des trucs inédits mais sans trop officialiser la chose, pour pas que ça perde de sa spontanéité. »

Le 30 août : 10vers – À l’origine (Prod : Toxine)

Après « Harraga », c’est un deuxième extrait de Zone de Transit 2.0 que 10vers nous à livré au mois d’août. Un storytelling comme il les aime, basé sur son vécu ou celui de ses proches. Explications avec l’intéressé : « Ce titre est très très personnel, beaucoup plus qu' »Harraga » car il s’agit de mon « histoire », ma venue en France et mon enfance dans la banlieue toulousaine. J’ai vu le jour à Oran en 1981, et grandi en france, dans le quartier de la Faourette. Je raconte comment les familles, notamment la mienne à l’époque, vivait le fait d’émigrer en France et de laisser toute leur histoire et leurs repères derrière eux, pour le bien de leurs enfants, et un avenir plus sûr. Sur le titre « Harraga », je raconte l’histoire de mon petit frère, qui lui est resté au pays, ce qui est différent pour moi, car j’ai eu au droit au regroupement familial, ce qui m’a permis de rejoindre ma grande soeur qui m’a élévé et son mari, et qui représente beaucoup plus que de simple parents à mes yeux. Plus qu’un fils d’immigré, je suis moi-même un immigré, c’est un peu le fond de la thématique, mais aussi un hommage a ceux qui m’ont éduqué, ma mère et mon père, et qui ont tout sacrifié pour nous offrir bien plus que de l’amour. Sur le projet Zone de Transit 2.0, je fais honneur à ma famille algérienne, mais ce titre-là, je voulais spécialement le dédier à mes parents de France. D’ailleurs une pensée pour mon père (allah y rahmou). C’est une part très intime de ma personne que je livre, et j’espère pouvoir en livrer plein d’autres. »

Le 15 août : Jeff le Nerf – Petit voleur (Prod : Lyrikal Records)

Jeff le Nerf nous sert ce mois-ci une plongée réussie dans le quotidien d’un « petit voleur ». Technique, précision, émotion, tout y est, sur une boucle de gratte électrique bien exploitée par Lyrikal Records. Un titre à ranger aux côtés des Petit frère et autres Ghetto youth, qui nous aidera à patienter jusqu’à la sortie du nouvel album de JLN, Kilos de plumes et grammes de plomb.

Le 24 août : Syen – 75 mesures – (Prod : Mario)

La Mannschaft, c’est un collectif parisien composé de Lanimal, Yeuk, Syen, et Marioprod. On se rappelle notamment de leur prestation remarquée lors de la Grünt #2, aux côtés d’Areno Jaz. Sur ce titre coup de poing de 75 mesures sans refrain, c’est Syen qui s’y colle : « Ce track c’est plein de morceaux de ma vie, ainsi que des histoires ou des faits que j’ai vécus (les erreurs que j’ai pu faire, les moments avec mes potes, ma vie familiale, scolaire, etc.). Je l’ai appelé « 75 mesures » en référence à mon département : ‘y ai passé tout mon enfance, mon adolescence et j’y vis encore. Pour ce qui est du clip j’ai voulu une ambiance plutôt froide, dans lequel j’apparais accompagné d’un pote avec qui j’ai grandi, et partagé beaucoup des moments dont je parle dans le morceau. » A suivre…

Le 31 août : Das, Cezam, Brico, Beam, Loua Zif, Beu-c Beuss (e-19) & Gilles Sevret – Money time (Prod : Zed Beatz)

Du soleil, un playground bien connu des toulousains, quelques MC’s du cru et d’ailleurs, et vous obtenez un clip à la cool, que Brico s’est chargé de nous raconter : « Nous avons rencontré Cezam et Beu C-Beuss à Paris, nous nous somme vus le temps de discuter et de se dire qu’il fallait absolument qu’on se revoie. L’été arrivant, nous avons fait descendre les deux nordistes au pays où le soleil ne se couche que le soir ! Sur place, dans un petit appartement, nous nous sommes tous retrouvés (Beam / Loua Zif / Das Raizer / Brico / Cezam / Beu-c / Gilles) un peu serrés pour dormir, mais l’atmosphère puait le classique ! Nos parisiens connaissaient très peu ZED (notre belge de fortune), ça tombait bien il venait de sortir une beat tape (Lost memories : sur laquelle on a décidé de kicker « LAst YEarz »). En un jour les recs sont tous faits, on commence à parler du clip ensemble, Gilles Sevret étant présent, nous avons décidé de le faire participer aux images en tant que dunker, le thème étant plus ou moins dirigé vers le basket, le soleil, et le sud-ouest… Bientôt un deuxième épisode ?« 

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager avec les petites icônes ci-dessous, et à rejoindre la page facebook  ou le compte twitter du Bon Son.