The dark side of the mood  (télécharger) est de ces projets où l’on sent la collaboration étroite entre le beatmaker et ses invités, notamment dans la couleur globale des morceaux, et donc du projet. Jim nous livre des prods aux ambiances sombres, comme le nom de l’EP l’indique, sur lesquelles sont venus poser une brochette de MC’s à la plume acérée, issus d’horizons différents. En effet, le casting est soigné : Le Bon Nob, Dooz Kawa, Kahifa (Canelason), Fizzi Pizzi, La Bordure Ext. et DF sont venus poser un titre chacun sur les productions de Jim. Décorticage de The dark side of the mood par les concernés, pour Le Bon Son :

Jim : L’idée avait dû germer il y a maintenant une petite année, ayant une forte tendance à partir sur les ambiances sombres dans mes instrus… Je me suis dit autant en faire une thématique ! J’ai alors contacté quelques MC’s parmi ceux que j’affectionne le plus en leur exposant le projet. Tout le monde ou presque a répondu présent, les recordings on pris pas mal de temps, mais cela en valait la peine. Le projet en assez compact, 7 titres au total dont une intro et 6 morceaux bien denses ! On peut ressentir une certaine homogénéité dans au fil des tracks et ça c’est plutôt cool ! J’espère que cela fera un max d’heureux et que ça tournera bien, car une fois encore c’est un projet gratuit ! Big up ! 36TH

Intro:

Jim : C’était juste histoire de… (sourire)

DF : J’m’en remettrais

Jim : Une instru assez spéciale avec des arrière-goûts de Wu et de sonorité malsaine comme j’aime ! Ce beat colle parfaitement à l’ambiance du projet, bien dark ! J’aime particulièrement la fin du beat avec cette petite outro de calme après la « tempête » ! Mot qui revient dans le refrain de l’excellent DF qui nous balance un texte super riche et technique !

DF : « J’m’en remettrais » c’est un titre que j’ai écrit sur deux prods différentes en fait. Y en avait une de Rakma, celle qui est sur Le temps d’une cigarette, et celle de Jim. Et vu que j’aimais autant l’une que l’autre et que les beatmakers n’y voyaient pas d’inconvénients j’ai décidé d’enregistrer les deux versions. Après en ce qui concerne le texte, c’est traiter un sujet sombre sous une forme négative mais avec un fond positif. Une espèce d’accumulation de merdes qui font qu’à un moment t’es obligé de les énumérer sur papier pour t’y retrouver. C’est un peu faire le point d’une vie et c’est justement de la vie en soit que j’me remettrai.

Dooz Kawa : Pour les écorchés vifs

Jim: J’ai eu mon hero MC sur mon EP ! (rires) Pour tous ceux qui ne connaissent pas ce mec j’espère que ce titre leur donnera envie de découvrir son univers !  Le track s’enchaîne très bien avec celui de DF, même genre d’ambiance…
Instru shamanique et bordélique avec un soupçon d’onirique, le genre de tableau dans lequel Dooz Kawa semble plutôt à l’aise en nous livrant ce titre freestyle !

Dooz Kawa: Moi j’ai un secret ! J’ai kidnappé un stylo qui écrit tout seul… C’est super rare en vrai !! C’est un peu comme Ratatouille ! Un petit rat dans l’ombre… « Sous le balcon ? Eh bien ! Toute ma vie est là : pendant que je restais en bas, dans l’ombre noire, d’autres montaient cueillir le baiser de la gloire ! »

La Bordure Ext. : Temps de pluie

Jim: Instru only SP1200 avec bon sample de piano et une drum efficace ! Le résultat donne une ambiance un peu Mobb Deep ! (rires) La Bordure Ext., duo que j’ai découvert dans le fat titre « On rase les murs », produit par le beatmaker  « Dooze ». Je suis content car ils ont eux aussi parfaitement su se caler sur l’instru, le track est vraiment bon et le refrain super efficace !

La Bordure Ext. : Le morceau, on a voulu l’aborder avec l’humeur, l’émotion du moment. Certains, comme nous, sont pris de doute, de questions existentielles, de perte de confiance en soi, etc.. Chaque jour, il faut rebondir, on le fait avec notre stylo et l’instru s’y prête. Donc voilà ce qui donne « Temps de pluie » !

Kahifa : Chaque jour

Jim : Là encore une instru 100% SP1200 qui reprend d’ailleurs des éléments rythmiques de « Temps de pluie », avec un groove très lent et mélancolique, de l’orgue, des choeurs… Une ambiance apaisante mais qui laisse entrevoir une douleur… Kahifa a laissé transparaître la sienne avec poésie.

Kahifa : J’ai écrit ce titre dans une période de vide artistique, un silence de deux ans après la sortie du dernier disque de Canelason durant laquelle j’ai raccroché plus ou moins le mic pour me consacrer à la production. C’est une remise en question sur la vie quotidienne parisienne, sans réel fil directeur si ce n’est mon ressenti sur un univers individualiste dans lequel chacun essaye de s’en sortir.  C’est parallèlement un son que j’ai écris quelques jours avant un long voyage pour l’Amérique latine, où je n’avais pas mis les pieds depuis plusieurs années.

Le Bon Nob : Le rêveur

Jim: Mon vieux compère, toujours au rendez vous ! J’ai sorti pour ce titre une pro très poussiéreuse (plus de 2 ans) mais que je la gardais aussi au chaud car depuis sa création elle me plongeait dans son ambiance planante… Le Bon Nob s’est glissé dedans et a pondu le texte adéquat, ça marche nickel !

Le Bon Nob : J’écris toujours mes textes en fonction du beat. C’est l’instru qui place l’ambiance générale du morceau. Donc, pour cette prod du bon Jim avec un saxo traînant qui raisonne, j’ai directement pensé à un mec qui marche tout seul dans le froid avec les yeux dans le vague; un rêveur. Donc j’ai cherché à décliner le thème sur plusieurs étapes de ma vie. Je me suis d’abord décrit en petit écolier marginal perdu dans ses rêves, ensuite j’ai parlé de l’adolescence et des désirs qui naissent à cet âge en décrivant la fille qui hantait mes rêves d’ados, et j’ai terminé sur un couplet sur l’âge adulte, celui qui te réveille.  On est tous des rêveurs à notre façon donc le thème était assez large. J’ai choisi de faire un refrain qui pousse à la réflexion. « Quand le rêve est fini, que devient le rêveur ? » J’ai lu ça dans un recueil de citations et j’ai trouvé la question idéale pour résumer la chose.

Fizzi Pizzi : Pas trop de gamberge

Jim : J’avais cette prod de coté depuis quelques temps mais  je savais pas trop à qui la confier ! L’atmosphère y est assez douce avec une batterie bien sèche, j’aime bien ce contraste ! Puis il y a ce petit air accordéonien qui plonge de suite dans le vieux Paris, là-dessus on s’est de suite mis d’accord avec Fizzi ! De son côté il a honoré le track comme il se doit en rendant hommage a ces ambiances que nous évoquait le beat.

Fizzi Pizzi : Concernant le titre il m’a inspiré les faubourgs de Paris les soirées aux terrasses des bars avec un « demi pêche » avec quelques bons potos ! J’ai adoré l’atmosphère du son et j’ai dû l’écrire en 30 minutes maxi. J’affectionne cet univers et le poto Jim a compris après quelques messages l’ambiance qui me convenait ! J’ai dans un coin de ma tête l’idée d’en faire d’autres… Big up !

EP The dark side of the mood téléchargeable gratuitement : ici.

Lire Jim : l’interview « Mine Street »

Facebook Jim

Jim - The Dark Side Of The Mood - Verso - Le Bon Son

Bon, et puis si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager avec les petites icônes ci-dessous, et à rejoindre la page facebook  ou le compte twitter du Bon Son…