Live Report : finales Buzz Booster Pays de la Loire / Youssoupha (Nantes) – le 01/11/12

Jeudi 1er novembre était organisée une bien bonne soirée au Stéréolux à Nantes, orchestrée par Pick Up Prod (organisateurs notamment de la fameuse Hip Opsession nantaise) : en première partie les finales Pays de la Loire du tremplin Buzz Booster et en seconde partie le Prim’s parolier, le lyriciste Bantou, l’ambianceur Youssoupha.Le Buzz Booster est un tremplin rap (officiellement « premier réseau de détection et de diffusion hip hop et musiques urbaines ») qui fait plutôt très bien son taf étant donné les noms des derniers vainqueurs : Gaïden et Yoshi en 2012, Kenyon en 2011, et Nemir en 2010.

La finale Pays de la Loire (passage obligé pour la finale nationale qui aura lieu en 2013), c’est donc les quatre vainqueurs des qualifications départementales qui se relaient sur scène pour un set de quinze minutes, devant une salle qui se remplit et se chauffe petit à petit. En bon chauvin je dirais que Nantes a montré un bon public hip hop, et que les quatre MC’s ont été bien accueillis. L’exercice n’est pas évident : 15 minutes seulement pour affirmer un style, prouver sa technicité et surtout chauffer une salle qui vient voir Youssoupha, c’est-à-dire un public très large, presque du « grand public ».

Premier finaliste : Baxteroide (vainqueur du 53), qui a la pression du premier passage et de la salle pas encore vraiment pleine, mais qui est plutôt à l’aise sur scène et propose un rap revendicatif dont il nous conseille d’écouter les paroles. Du rap à thème, et même s’il faut avouer que les thèmes ne sont pas franchement neufs, il a de l’humour Baxteroide, et il s’en sort très bien. Le public lâche ses claps et le MC lâche la scène au deuxième finaliste.

Place à M.KOT (vainqueur du 49) qui débarque en courant avec son backeur pour un set bien calé et bien chaud. Il est jeune, mais on sent qu’il y a du taf derrière : un flow bien maîtrisé et pas forcé, du rap tranquille qui commence bien et qui a encore tout le temps pour s’affirmer. Pas de prise de risque dans les textes pour le moment, mais dans le fond c’est pas grave, les 15 minutes passent à toute allure.

Troisième finaliste Mecyne (vainqueur du 72), jeune lui aussi, qui balance un rap plus nostalgique, en français et en arabe (parfois les deux sur le même track). Il lâche aussi des couplets parfois très techniques et accélère son flow en regardant dans les yeux un public qui commence à bien se chauffer, après déjà une petite heure de concert. Mecyne et son DJ ont taffé la mise en scène : entrée masquée, projections vidéo et final en djellaba.

Et le meilleur pour la fin (c’est subjectif je sais, mais un live report c’est subjectif, non ?) : Neka de la Muerte (vainqueur 44/85), qui impose son style. Un style plus affirmé et plus personnel que les trois finalistes précédents, une voix à la limite du reggae, un flow rapide et technique et surtout des grosses qualités d’interprétation de ses morceaux. On sent du recul sur le mic, on sent du plaisir sur scène, et on comprend pourquoi c’est lui qui a finalement été déclaré vainqueur de cette finale régionale Pays de la Loire. Bravo Neka.

A la fin du set de Neka, la salle est pleine, le public Nantais est très chaud, et c’est le moment ou jamais pour sortir prendre une dernière bouffée d’air avant l’entrée de Youssoupha.

Très peu de temps après (big up à l’organisation), c’est DJ Myst qui vient mettre la sauce à tout le monde en annonçant l’arrivée du gesteur, qui démarre dur avec l’ »Effet Papillon », un des gros titres de l’artiste qui avait mis une bonne claque lors de sa sortie en 2009.

Youssoupha enchaîne les titres sans pause, et n’oublie aucun hit récent, la geste team semble être au top, mise à part Indila qui est malade (présente mais malade) et ne force pas. Le spectacle est bien rodé, S.Pi a plus qu’un rôle de backeur, il chauffe le public à blanc, et trouve très bien sa place à côté de Youssoupha.

Il nous fait tous danser, des rumbas en tout genre, la salle court de droite à gauche, de gauche à droite, on se baisse on saute, on se baisse on saute, et ça repart sur du son ! Le bouquet final de l’ambiançage du public, c’est une mélodie (un lala la lalala) que tout le monde reprend à pleins poumons et que l’on doit tenir le plus longtemps possible, un gros chrono rouge étant alors sur la table de DJ Myst pour l’occasion. A Nantes, on a tenu presque 8 minutes si je me souviens bien, 8 minutes à s’égosiller (le lendemain tes cordes vocales te le rappellent) pendant lesquelles pianiste, batteur, rappeur, chanteuse et backeur quittent la scène. Après un passage solo chacun pour s’assurer que l’on tient bien le coup et nous remotiver un peu à tenir la mélodie, la musique reprend une dernière fois, une vraie dernière fois cette fois.

Le concert nous laisse le sourire aux lèvres et la voix cassée. Youssoupha a l’air sincère lui aussi quand il dit avoir apprécié la soirée, qui était finalement son premier concert « solo » à Nantes (hors festivals, scènes partagées…).

Mon seul regret quant à ce concert sera donc d’avoir « simplement » re-vécu en live le spectacle que j’avais regardé en ligne sur le site de Canal Street (la date de l’Olympia du Geste Tour est en ligne sur internet). En effet, j’ai vraiment eu l’impression d’un show ultra préparé et tellement rodé qu’il laissait peu de place à l’improvisation. Peut-être que Youssoupha n’a pas voulu changer une formule gagnante ne connaissant pas très bien le public nantais, mais peut-être est-ce le revers de la médaille d’un concert à ce point mis en scène… Je ne suis pas certain qu’il y ait une seule bonne réponse à cette question, mais je conclurai en disant que Bomayé c’est de la qualité, mais que c’est (déjà ?) un brin formaté.

Histoire de contrebalancer un peu cette « grosse production », je serai à la Dame de Canton (Paris 13ème) vendredi 23 pour voir Le Bon Nob et Rémo (aka Yépa, leur nouveau groupe commun), avec en première partie Fonzie (Paris) et Gab (Strasbourg). Avec un open mic en troisième partie de soirée et une entrée à 5 balles, ça n’aura rien à voir avec Youssoupha, avis aux parisiens !

Live Reporter : Lisen.

tremplinbuzzbooster.com

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager avec les petites icônes ci-dessous, et à rejoindre la page facebook ou le compte twitter du Bon Son…

Partagez:
  •  
  •  
  •  

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *